Navigation – Plan du site

La campagne britannique des video nasties. Paniques, claims-making, risques et politique

Martin Barker
p. 15-34

Résumés

Au début des années ’80, une puissante campagne vit le jour en Grande Breta­gne ; elle entendait contrôler la production et la circulation de vidéos pré-enre­gistrées. Je reconsidère ici la campagne à la lumière des débats qui en ont suivi. Trois paradigmes majeurs sont apparus pour comprendre des campagnes telles que celle-ci : la panique morale, le claims-making et la “gestion du risque”. Ces trois approches sont interrogées via un réexamen des foyers des campagnes anti video nasties pour trois questions irrésolues. Les analystes doivent-ils simplement veiller à décrire les paniques médiatiques ou doivent-ils également prendre position, publiquement ? Devons nous voir les paniques médiatiques comme des expressions naturellement générées de tensions ou comme des tentatives délibérées d’augmenter le niveau de la réaction émotionnelle ? De quelle manière abordons-nous le statut des discours publics des claim makers et leurs rapports avec leurs intentions “privées”. A partir de cette évocation, l’arti­cle propose quelques pistes : la nécessité de chercher à identifier les contradictions entre les motivations réelles et déclarées, entre les discours publics et privés ; la nécessité d’être vigilant vis à vis de la gestion cynique du discours public en vue d’assurer le niveau de panique approprié ; la nécessité pour ce genre de campagnes de ne pas être confrontées à certaines questions critiques que les activistes ont tendance à poser.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  Selon la classification britannique, le middle-market se situe à mi-chemin entre le upmarket, jour (...)

1 Au début des années 1980, une virulente campagne débuta au Royaume-Uni pour le contrôle de la production et de la circulation de vidéos préenregistrées. L’avènement de la VHS, que le Royaume-Uni fut l’un des premiers pays à adopter, s’accompagna d’une prolifération de magasins de location vidéo de proximité, et de la sortie de films anciens et plus récents de divers sous-genres : films d’horreur, “documentaires”, films américains de drive-in, gialli italiens et films d’exploitation, ainsi qu’un certain nombre de films plus difficiles à catégoriser. En 1982, on les surnomma collectivement video nasties (littéralement, “saletés vidéo”). Ce nom, chargé de connotations vagues mais dérangeantes, leur resta. En Grande-Bretagne, la campagne fut particulièrement alimentée par plusieurs groupes chrétiens évangélistes qui avaient émergé à la fin des années 1960 (Mary Whitehouse et son Nationwide Festival of Light en tête). À travers la voix du Daily Mail en particulier, un quotidien de middle-market1 qui monta une campagne tapageuse intitulée Bannir les vidéos sadiques, de plus en plus de gens exigèrent du gouvernement conservateur de Margaret Thatcher, récemment élu, de prendre des mesures urgentes.

2 La campagne fut un succès. En 1983, le sous-secrétaire d’État Graham Bright démissionna afin de soumettre ce qu’on présenta comme une proposition de loi émanant d’un seul député (un stratagème permettant au gouvernement de se distancer d’une éventuelle controverse). La loi sur les enregistrements vidéo qui en résulta (le Video Recordings Act), promulguée en 1984, imposait au British Board of Film Censors (BBFC) un devoir de classification les obligeant à spécifier si oui ou non les vidéos « convenaient au visionnage domestique » (une formule proposée par Whitehouse pour garantir par la loi les “valeurs familiales”). Le Video Recordings Act dressait une liste de scènes à proscrire dans un film, rendant spécifiquement illégales les video nasties.

3 Quelque trente video nasties furent immédiatement interdites, et un certain nombre de confiscations et poursuites s’ensuivirent. Le BBFC fut pen­dant un temps poussé à durcir sa position de censeur avant de changer radicalement à la fin des années 1990, après le départ en retraite de James Ferman, son directeur de longue date. Depuis lors, presque tous ces films ont fini par refaire surface en version non coupée ou très légèrement, avec l’aval du BBFC. Mais l’expression video nasty, évoquant danger et corruption infantile, a survécu – en dépit même de l’aveu en 2003 d’un critique du Daily Mail reconnaissant l’ “absurdité” de certains aspects de cette campagne (voir Egan, 2007 :3). Elle revint en force en 1995, suite au meurtre du jeune James Bulger, 2 ans, tué par deux garçons de 10 ans. Lors de la conclusion du procès, le juge suggéra que ces derniers avaient peut-être été traumatisés par les vidéos violentes qu’on leur avait permis de regarder. Child’s Play III fut notamment pointé du doigt, bien que rien ne prouvât que les garçons eussent vu ce film, et que – comme le savent tous ceux qui le connaissent – celui-ci raconte les efforts d’un adolescent pour sauver la vie d’un petit garçon en danger. Le lendemain, The Sun, le plus sensationnaliste des tabloïds britanniques, titrait : Brûlez vos video nasties.

4 Tout au long de cette période, j’étais actif à la fois comme analyste, examinant et décrivant les processus (Barker, 1984a), et comme militant, essayant d’intervenir sur les arguments avancés (Barker, 1983). On m’a récemment invité à me repencher sur cette période et ces événements, pour reconsidérer cette campagne à la lumière des débats qui ont suivi. En réexaminant les faits, je les mets en relation avec les principales théorisations de campagnes de ce type disponibles. Mon argument est qu’aucune de celles-ci ne peut éclairer de manière satisfaisante les caractéristiques clés de la campagne des video nasties.

II. Théoriser les campagnes morales

  • 2  Que l’on peut traduire par “activités de revendication”.

5 Trois paradigmes majeurs ont émergé pour la compréhension de campagnes comme celle-ci : les paniques morales, le claims-making2 et la gestion du risque. Chacun a contribué de façon substantielle à notre manière d’étudier et de comprendre ces phénomènes. Ces trois approches théoriques sont suffisamment bien connues en termes généraux pour que je limite le temps passé à les présenter.

6 Le concept de panique morale trouve son origine dans la brillante étude menée par Stanley Cohen en 1972 sur la controverse relative aux émeutes qui se déroulèrent en Grande-Bretagne en 1968 entre Mods et Rockers. Cohen raconte comment des incidents mineurs dans quelques stations balnéaires furent grossis à travers un circuit de journalistes, de politiciens, d’avocats et de porte-parole de la morale, jusqu’à être traités comme apocalyptiques – après quoi des actions et des sanctions sévères furent mises en place pour sauver la Grande-Bretagne du prétendu désastre. Cohen élabora un schéma précis de ces événements, déployant un certain nombre de termes (par exemple folk devils ou “démons populaires” : des groupes représentant une menace majeure pour la “société respectable”) et d’étapes (par exemple l’ “amplification”, un terme emprunté à la théorie de l’étiquetage, ou labelling theory, pour décrire le renforcement réciproque des critiques entre elles). Ce schéma détaillé ne s’appliquait pas systématiquement à l’ensemble des questions soulevées par le concept. Cependant Stuart Hall et des collègues du Birmingham Centre for Contemporary Cultural Studies l’appliquèrent notoirement aux peurs générées par des “agressions” au Royaume-Uni, mais en l’élargissant pour englober à la fois le nombre croissant de telles peurs, et les tensions et objectifs idéologiques plus vastes entourant l’immigration et la “race”.

7 De nombreuses études individuelles ont développé ce terme, avec plus ou moins de précision critique. Parfois, “panique morale” désigne simple­ment une virulente campagne émotionnelle généralisée, sans impliquer de mécanismes, processus ou étapes spécifiques. C’est cette acception large, me semble-t-il, qui a été mobilisée par Julian Petley dans son essai sur les origines des peurs relatives aux video nasties (Petley, 1984). Ce terme est entré dans le discours courant et a été largement repris par les médias comme raccourci désignant n’importe quelle revendication de peur apparemment exagérée – au point de n’être guère plus, pour certains, qu’une vague expression de rejet pour qualifier des revendications douteuses. Plusieurs réévaluations critiques du concept et de son histoire sont parues (Thompson, 1998 ; Critcher, 2003).

8 La plus convaincante est peut-être celle de Chas Critcher, qui a récemment re-théorisé les “paniques morales” comme cas particulier – voire comme idéal-type au sens wébérien – de ce qu’il appelle la « régulation morale ». La régulation morale désigne tous les processus par lesquels une société débat de et énonce ses règles et propositions communes. Une “panique morale” est ainsi comprise comme un moment dans une société donnée où les tensions entourant ces règles usuelles augmentent de façon incontrôlable. Critcher a par ailleurs rassemblé plusieurs exemples d’ap­plications parmi les plus intéressantes de la théorie de la panique morale aux processus médiatiques. Un certain nombre de ces essais révèlent les tensions que Waddington (1986) critiquait de façon incisive dans le travail de Hall et al. : que les peurs ne se transforment en “paniques” – c’est-à-dire en explosions irrationnelles – que quand quelqu’un revendique “un savoir supérieur” qui prouve que les peurs sont exagérées, voire absurdes. C’est le cas par exemple de l’étude par Stephen Stockwell du cas de l’Australien Martin Bryant, pris d’un accès de folie meurtrière après – affirma-t-on – qu’il eut visionné des milliers de films d’horreur. Stockwell (dans Critcher, 2006) estime pouvoir utiliser le terme de “panique” après avoir fourni la preuve officielle qu’en réalité, la plupart de ces films étaient des comédies musicales. De même, l’étude par Suzanne Ost (dans Critcher également) de la peur de la pornographie infantile (dont elle indi­que prudemment qu’elle ne la défend pas) doit étayer les exagérations faites de son influence avant de pouvoir identifier la réaction du public comme un mouvement de “panique”.

9 Venons en aux claims-making. Le travail de Cohen a été repris aux États-Unis dans un contexte intellectuel très différent et a été associé à la montée du constructivisme social. Suite à la parution de l’ouvrage épony­me de Goode et Ben-Yehuda, le concept de “panique morale” a opéré un glissement pour s’intéresser à la construction de la rhétorique morale publique et s’interroger, entre autres, sur les questions suivantes : qui porte les revendications morales publiques, avec quel type de langage et dans quels contextes ; où et comment elles sont entendues ; quels moyens organisationnels sont utilisés ; comment les revendications se confrontent et se résolvent ? Cette approche ne se limitait d’ailleurs pas aux campagnes morales, elle s’appliquait aussi aux revendications politiques, médicales et scientifiques. De nombreuses recherches empiriques très convaincantes dans le domaine de la sociologie des sciences et de la culture ont permis d’analyser les processus de revendication, et le fonctionnement des rhétoriques de persuasion induites par ceux-ci.

10 Tout cela participait d’une reconstruction du domaine de la sociologie des problèmes sociaux, en particulier à travers le travail de Malcolm Spector et John Kitsuse, qui, dans les années 1970, avaient posé l’hypothèse que tous les problèmes sociaux étaient des constructions, plutôt que des conditions d’origine naturelle. Leur travail reprenait la théorie relativement floue et rhétorique de l’étiquetage des années 1960, qui proposait d’étudier la manière dont les questions en venaient à être définies comme “problèmes” – d’où le nom de l’approche : constructivisme social. Les luttes internes à l’American Psychiatric Association sur la question de l’homosexualité en devinrent l’une des pierres de touche. Pendant longtemps, on avait supposé que l’homosexualité était un problème, mais l’avènement d’organisations pour les droits des homosexuels remit en question cette supposition. La polémique atteint un point critique lors de la préparation de la troisième édition (1980) du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM III). Joel Best raconte l’impact historique du travail de Spector et Kitsuse. Il relève aussi l’impact d’une critique en particulier, qui joua un rôle parallèle à celui de Waddington pour les paniques morales. Steve Woolgar et Dorothy Pawluch ont critiqué ce qu’ils appelaient le « charcutage ontologique » dans le constructivisme social. L’idée était de pointer du doigt l’affirmation injuste selon laquelle les revendications des autres concernant les “problèmes” étaient des constructions sociales tandis que les critiques qu’en faisaient les sociologues transcendaient le conditionnement social. Un tel point de vue interroge l’effica­cité critique d’une analyse basée sur le constructivisme social.

11 Le travail de Best (1990) sur les “enfants menacés” peut être considéré comme une bonne illustration des tensions qui entourent cette question. Best propose une analyse de l’évolution des affirmations relatives au “nombre croissant” de disparitions d’enfants aux États-Unis, soulignant la manière dont ce phénomène est construit comme un récit et les préoccupations plus vastes qui y sont liées. D’un côté, il insiste sur les descriptions, se contentant d’identifier des étapes argumentatives sans juger ouvertement la véracité ou les affirmations en elles-mêmes. Et pourtant, il me semble que des jugements implicites transparaissent de plusieurs façons. Il souligne leur force de persuasion – ce qu’il n’envisage pas comme une “preuve empirique”. Il exagère leur sélectivité – choisissant les cas les plus significatifs, les histoires les plus illustratives, etc. Et il emballe le tout dans un terme clé : “rhétorique”. Il conclut en proposant qu’un excès de rhétorique équivaut quasiment à de la mauvaise foi de la part des claims-makers :

Lorsque les claims-makers évaluent la réponse à leurs revendications ou qu’ils s’adressent à de nouveaux publics, ils sont amenés à réviser et à reconstruire celles-ci dans l’espoir de les rendre plus efficaces. Dans de tels cas, même le claims-maker le plus ingénu doit avoir conscience du travail rhétorique qu’il effectue (Best, 1990 :41).

12 Même là, dans le travail le plus prudent et aspirant à la neutralité, des jugements filtrent.

13 Le troisième paradigme que nous avons à évoquer est celui de la “gestion du risque”. Emprunté au travail d’Ulrich Beck et Anthony Giddens sur le caractère général de la “modernité”, le concept de “société du risque” fait partie de l’ensemble des “grandes théories” de la société contemporaine (comme la société en réseau, la société postmoderne, la société de l’information, etc.). Il nous vient en particulier de Beck qui, dans son ouvrage novateur La société du risque, souligne la manière dont la complexité industrielle et scientifique de la vie contemporaine produit un grand nombre de menaces indéterminées, susceptibles de devenir des sources de stress, et que l’on doit repérer pour pouvoir les gérer. Beck met l’accent sur trois processus : l’importance croissante de la science et des scientifiques dans le calcul des risques ; le processus par lequel ils deviennent visibles ; et le rôle central de la misère mentale et psychique dans les dynamiques sociales contemporaines.

14 Bon nombre de recherches sur le risque se sont penchées sur des cas de peurs et angoisses liées à la santé, à l’environnement ou à des inquiétudes scientifiques générales. Très peu se sont intéressées à des peurs spécifiquement liées aux médias – ce qui s’explique en partie par une chose que Graham Murdock et al. (dans Pidgeon et al., 2003) ont soulignée. Ils montrent que dans certaines branches de la théorie du risque, on distingue un modèle persistant de “stimulus-réponse”, héritage d’une approche américaine des communications de masse qui voit les médias comme de simples “porteurs de message”. Selon une telle approche, les questions clés touchent au “flux d’informations” qui circulent entre les experts et le public, et à l’“atténuation de messages” à mesure que l’éloignement augmente entre ceux qui parlent et ce qui entendent. Murdock et al. affirment au contraire que les médias de masse sont plutôt le lieu où se créent des cadres de référence clés au travers desquels les différents publics rencontrent les “annonces de risque” (risk claims). Ainsi, ils ne sont pas de simples intermédiaires entre les annonces de risque et leurs destinataires : ils déterminent également la manière dont chaque partie apparaît et l’at­tention qu’elle reçoit. Et de fait, ajouterais-je, les claims-makers efficaces apprennent à orienter leurs déclarations vers les porteurs de cadre appropriés. Les claims-makers qui souhaitent être entendus, et l’être par des groupes spécifiques, apprennent à s’exprimer dans le bon registre.

15 Au vu de ces problèmes, il est intéressant d’examiner le travail d’Annette Hill qui, dans le cadre d’études culturelles européennes, tente de montrer les avantages d’une approche des paniques liées aux médias par la théorie du risque. Annette Hill affirme qu’au Royaume-Uni, on a traditionnellement recours aux discours métaphoriques de “pollution environnementale” pour donner un cadre aux peurs récurrentes de la “violence médiatique”. Elle démontre la présence de mentions de “risques” dans de nombreux textes sur la violence télévisée. Se basant en particulier sur l’af­faire James Bulger, elle affirme que ce cas a constitué une « occurrence de risque » classique générant ce qu’elle appelle un « effet boule de neige » (Hill, 2001 :217). Resituant cette réflexion dans la perspective de la théorie de Kasperson de l’amplification sociale du risque, elle identifie un processus de cadrage symbolique (symbolic framing) par lequel le meurtre de ce jeune garçon est devenu, à travers l’action d’une série de groupes de pression, illustratif de problèmes et de risques sans cesse plus vastes.

16 Son argument est intéressant mais il me semble butter sur une division invalidante. D’un côté, il montre bien le rôle d’une série de groupes chrétiens fondamentalistes désireux de se servir de l’affaire pour monter une campagne généralisée de “re-moralisation” tout en masquant leurs intentions derrière des revendications “scientifiques”, ce qui invite certainement à examiner ce cas presque comme une conspiration (sa discussion des « outils politiques » (Hill, 2001 :217), par exemple, suggère une telle orientation). Et pourtant, curieusement, son analyse semble naturaliser leurs actions dans la mesure où elles deviennent essentiellement l’expres­sion de processus plus vastes de gestion du risque dans la société contemporaine. La tension entre ces deux tendances repose, je crois, sur la question de la véracité et de la crédibilité des revendications des meneurs de campagne (campaigners) – une question quelque peu problématique dans la théorie du risque mais aussi dans l’approche centrée sur les paniques morales ou le claims-making.

III. L’état actuel du débat

  • 3  Voir par exemple l’influent article de Ungar S., 2001. Voir aussi McRobbie A., Thornton S., 1995, (...)

17 Ensemble, les théories des paniques morales, du claims-making et du risque ont pertinemment attiré l’attention sur une extraordinaire quantité de sujets : des peurs localisées provoquées par des actes de délinquance à celles de la pédophilie et de la traite sexuelle, en passant par les paniques et scandales scientifiques, les crises de la médecine et de la santé, ou encore les préoccupations morales liées à la sexualité, l’avortement, le déclin de la famille, les problèmes politiques comme la criminalité et l’immigra­tion, les crises économiques, et j’en passe. Au cours des dernières années, de nombreux débats ont eu lieu entre ces trois approches. Un examen plus rapproché de leurs affirmations et implications a conduit un certain nom­bre de gens à identifier en chacune d’elles des problèmes et des limitations, suggérant des croisements ou des révisions3. Si beaucoup sont très utiles, ces reconsidérations semblent toutes partager une même caractéristique : toutes se situent à un niveau de théorisation générale et accordent peu d’attention à la façon dont des considérations théoriques peuvent affecter les méthodes de recherche ou les affirmations empiriques. Par ailleurs, je n’ai pas connaissance de cas où ces différentes perspectives sont testées sur le même sujet d’étude.

  • 4  Cette tendance m’a toujours paru s’inscrire directement dans l’utilisation sélective de Cohen, et (...)
  • 5  Je me suis récemment intéressé à cette question à une toute autre occasion, lors de recherches que (...)

18 Mon réexamen de la campagne des video nasties se concentre sur trois questions qui me semblent irrésolues dans ces reconsidérations théoriques. Primo, le détachement par opposition à l’implication : soit la tâche des analystes est simplement de fournir de bons comptes-rendus des processus, soit elle est de prendre parti à travers l’évaluation des affirmations des meneurs de campagne. Secundo, notre compréhension des paniques soit comme des débordements naturels (des moments où les tensions sociétales sont brusquement exacerbées), soit comme des interventions (des tentatives délibérées de faire monter le volume d’émotions à des fins stratégiques)4. Tertio, notre manière d’aborder le statut du discours public des claims-makers et sa relation avec leur agenda caché5.

19 Plusieurs autres questions plus détaillées émergent de ma reconsidération de cette campagne.

IV. Le cas de la Parliamentary Group Video Enquiry

20 Je réexamine la campagne des video nasties en me penchant particulièrement sur un de ses “acteurs” spécifiques : la Parliamentary Group Video Enquiry (PGVE ou commission d’enquête parlementaire sur les vidéos). La PGVE a joué un rôle crucial à un moment clé de la campagne. Elle n’était bien sûr pas seule – et de fait, ses relations avec les autres “acteurs” constituent un volet important de cette histoire. Mais je la choisis parce que, fait peu habituel, nous possédons beaucoup d’informations sur son fonctionnement et sur la manière dont celui-ci affecta son rôle et son impact. Nombre d’analyses de paniques collectives reposent sur des informations de sources assez éloignées, souvent transmises via la presse et la télévision. D’une certaine manière, ce n’est pas par hasard : des organisations comme la PGVE peuvent déployer des trésors de ressources pour maintenir le secret – avec pour résultat que leurs motivations ont souvent été jugées à l’aune de leurs déclarations publiques. Mais une partie de mon argument est que la rhétorique publique, du moins dans certains cas importants, n’est qu’un déguisement masquant des objectifs sensiblement différents et souvent plus politiques. Dans le cas de la PGVE, c’est parce qu’un homme, Brian Brown, est “sorti à découvert” et a raconté son histoire que nous en savons beaucoup, quoique pas encore suffisamment, sur les sources, objectifs et actions de ce groupe. Brown dirigeait la Television Research Unit (Unité de recherche sur la télévision) de l’École polytechnique d’Oxford, et œuvrait comme prédicateur laïc au sein de l’Église méthodiste. C’est son équipe qui fut initialement mise à contribution pour fournir une base empirique aux interventions de la commission.

  • 6  Voir Brown B., 1984. Jusqu’aux révélations de Brown, aucune des personnes qui s’efforçaient comme (...)

21 Une grande part de l’histoire de la PGVE a été racontée par Brown. Je me contenterai donc de la relater brièvement ici6. La PGVE fut fondée dans l’urgence en juin 1983, lors d’une réunion organisée à la Chambre des Lords par plusieurs pairs conservateurs, sur l’ordre de deux personnes en particulier : le Dr. Clifford Hill, ancien professeur de sociologie religieuse, et Raymond Johnston de l’Order of Christian Unity. En réalité, derrière la PGVE se cachait une série d’individus et d’organisations évangélistes dont plusieurs (comme Lord Swinfen et l’évêque de Norwich) possédaient une longue expérience des campagnes morales. La réunion avait surtout deux objectifs : rallier le concours des églises traditionnelles afin de donner plus de poids à la campagne en cours pour la censure des vidéos, et monter un projet de recherche visant à fournir les preuves dont celle-ci avait besoin. Il était prévu dès le départ que le résultat de ces recherches serait révélé en trois phases, correspondant aux étapes du débat parlementaire sur la proposition de loi de Graham Bright.

  • 7  Clairement, il existait d’autres influences. Parmi elles, la collaboration de Mary Whitehouse et d (...)
  • 8  L’un de ceux qui essaya d’aborder la question fut le travailliste Lord Douglas Houghton, qui renco (...)
  • 9  Janet Stockham, l’un des membres de l’équipe d’Oxford, prit des notes lors de la conférence de pre (...)

22 C’est sur la Partie I du Rapport, révélée aux médias dûment avertis le 23 novembre 1983, que nous devons nous pencher. Elle a eu un impact considérable. Tous les journaux sans exception, toutes les chaînes de télévision et de radio lui ont consacré une couverture détaillée et presqu’entièrement dénuée d’esprit critique. Son impact le plus immédiat se fit sentir sur les membres du Parlement qui, ce jour-là, devaient débattre de la seconde lecture de la loi. Le résultat fut une absence quasi totale de réaction, encore moins d’opposition7. La peur de contester cette loi perdura tout au long du processus parlementaire8. Il ne fait guère de doute que le contenu et la teneur du Rapport, ainsi que l’ont relayé les médias, ont créé un climat dans lequel poser des questions paraissait horriblement malvenu. Les gros titres parlaient de « 40 % des enfants de six ans » regardant des videos nasties. Le Daily Mail titrait : « Sadisme pour les enfants de six ans : Les vidéos remplacent les baby-sitters […] et le prestidigitateur des goûters d’anniversaire » (et là, la limite entre nasties et vidéos en général disparaissait). Ces affirmations devinrent pendant un temps les mots d’ordre des parlementaires et des meneurs de campagne9.

23 En surface, chacune des trois approches pourrait facilement nous aider à identifier des caractéristiques importantes du Rapport de la PGVE. Une approche centrée sur le claims-making soulignerait le dispositif scientifique utilisé à des fins de persuasion. Une introduction méthodologique, l’usage fréquent de tableaux, etc. : tous sont destinés à asseoir la crédibilité du Rapport. Partant de cette approche, grâce aux documents dont nous disposons, il ne serait pas difficile d’aller plus loin en montrant qu’il s’agit bien d’effets rhétoriques au sens péjoratif du terme. Un exemple illustre que ce n’était pas une “étude” dans le sens conventionnel du terme. Un document préparatoire daté de juillet 1983 annonçait avec assurance :

Une attention particulière sera portée à deux questions : le choix des trois films favoris et la liste des vidéos dont [les enfants] se souviennent le plus. S’il s’y trouve des vidéos classées X ou figurant dans la liste du procureur général, ces données deviendront hautement significatives.

24 La liste que l’on peut extraire du Rapport n’a pas reçu la moindre attention particulière. Les vidéos favorites et celles dont les 7-10 ans se souvenaient le mieux étaient les suivantes : Star Wars ; E.T. ; Les dents de la mer ; Superman ; Le retour du Jedi ; Rocky ; Annie ; Octopussy ; L’empire contre-attaque ; Grease. Toute personne se préoccupant de la prétendue crédibilité scientifique du Rapport aurait dû mentionner cette absence de résultat. Naturellement, elle fut simplement ignorée.

25 Une approche par la théorie du risque relèverait facilement la présence de telles stratégies dans le Rapport. On y rencontre d’ailleurs une vive critique des risques liés à la “classe”, comme ici :

  • 10  Ce langage du “risque” s’est insinué jusque dans le débat parlementaire, mais en changeant subtile (...)

La classe sociale semble être une variable pertinente. Un premier coup d’œil au questionnaire des parents révèle plusieurs différences entre les classes sociales au niveau de la disponibilité et de l’accès aux video nasties. Les enfants issus de la classe ouvrière, et plus particulièrement de familles nombreuses, paraissent les plus en danger en cas de visionnage de nasties.10

26 Bien sûr, le fait que les données concernant la classe sociale n’avaient pas été analysées à ce stade et qu’aucune donnée n’avait été recueillie sur la taille des familles, confirme d’autant plus le rôle stratégique que joue ici le “discours du risque”.

27 Une approche par la théorie de la panique morale s’attacherait aux aspects franchement apocalyptiques du Rapport, qui s’achève sur ce pronostic :

  • 11  Cette phrase évoque largement les discours tristement célèbres sur les races et l’immigration tenu (...)

Voici une ultime question, à laquelle l’histoire, plutôt que la recher­che sera à même de répondre : est-ce que l’adulation de la violence révélée dans la présente étude signifie que nous sommes en train d’amorcer une bombe de violence à retardement capable d’exploser dans les rues de nos villes dans les cinq ou dix années à venir11 ?

28 Et une fois encore, une connaissance interne des processus permettait d’approfondir l’analyse. En comparant le brouillon du Rapport avec la version publiée, on observe un glissement de l’affirmation qu’il y aurait du sang dans les rues dans les dix ans vers l’inquiétude déclarée, plus difficile à tester, que ce serait peut-être le cas.

  • 12  Rappelons que peu après la publication de ces affirmations, lors d’un habile revirement, le cherch (...)

29 Cependant, une série de caractéristiques de la campagne et du Rapport soulèvent des questions qui dépassent toutes celles-ci. Quelques jours après la publication de la Partie I du Rapport, deux histoires se mirent à circuler. L’une concernait la curieuse démission, quelques jours avant la publication du Rapport, de l’équipe de recherche d’Oxford qui était responsable d’un “sondage national des téléspectateurs” dans le but de rassembler des données pour la commission d’enquête. Sans prévenir, Clifford Hill avait fait une descente dans les bureaux des chercheurs et emporté tous leurs documents. Plus tard, lorsque ces derniers eurent examiné les données reproduites dans le Rapport, ils se rendirent compte que nombre des tableaux contenaient des résultats impossibles – le plus important étant le chiffre largement diffusé selon lequel 40 % des enfants de six ans regardaient des video nasties. Quand le Rapport a été envoyé à l’impression, ils savaient que pratiquement aucun enfant aussi jeune n’avait répondu. Quelque chose dans ce rapport clochait sérieusement12.

30 Toute approche théorique de la campagne des video nasties se doit de prendre en compte la nature essentiellement faussée de ce rapport et de se questionner sur ce qui a motivé et permis cela, sur la manière dont l’escro­querie a été possible, la manière dont elle a été dissimulée.

V. Confidentialité et gestion de la présentation

31 Pour une gestion réussie de ce processus, il fallait : (a) que des conditions de confidentialité soient appliquées, de façon à ce que des investigateurs critiques obtiennent le moins d’informations possible ; (b) que les liens avec les grandes organisations (dans ce cas les Églises traditionnelles) soient renforcés, tandis que ceux avec les organisations plus “extrémistes” (comme les Églises évangélistes) devaient rester invisibles, et (c) que le Rapport paraisse provenir de sources réputées, possédant des garanties de crédibilité appropriées. Tous ces éléments ont fait l’objet d’une gestion soigneuse, ainsi que le montre ce qui suit.

  • 13  Des notes de leur réunion d’octobre 1983 en font état avec une merveilleuse platitude : « Nous n’a (...)

32 Quelqu’un en particulier manquait lors de la réunion fondatrice de la commission : Mary Whitehouse. Whitehouse était à l’époque une militante aguerrie. Véritable phénomène, elle s’était distinguée dans les années 1960 avec la campagne “Clean up TV” (“Nettoyez la télé”). Cette dernière devint le Nationwide Festival of Light, un mouvement cherchant plus ouvertement à promouvoir les « valeurs chrétiennes » contre « les forces du déclin et des ténèbres ». Whitehouse, figure majeure de la campagne des video nasties et amie proche de Raymond Johnston, ne joua aucun rôle officiel au sein de la PGVE. Bien qu’on ne puisse en être sûr, je crois qu’on peut raisonnablement en déduire que Whitehouse resta délibérément à l’écart de celle-ci afin d’apparaître “neutre” et simplement “concernée”13.

33 Jusqu’en novembre 1983, la PGVE évita la publicité, s’efforçant de maintenir un niveau élevé de confidentialité sur ses intentions. La raison donnée aux Églises traditionnelles, ainsi que rapportée par Brown, fut que la commission ne souhaitait pas avertir l’industrie du film vidéo de son travail de recherche. Plusieurs éléments donnent à penser qu’il y avait autre chose derrière tout cela. Selon des mémos internes de la PGVE, elle souhaitait en particulier éviter que le Daily Mail soit au courant de ses projets. Fait bien connu au Royaume-Uni, le Mail s’était depuis un certain temps fait la voix d’une “Angleterre moyenne” soucieuse de valeurs traditionnelles. Il avait lancé sa campagne pour le bannissement des “vidéos sadiques” et se présentait en toute logique comme un allié naturel de la PGVE. Si la commission cherchait à lui dissimuler son travail et ses projets, c’est certainement parce qu’elle voulait que le Rapport ne soit pas entaché par une association à la campagne du Mail. Le publier de façon impromptue au moment adéquat donnerait moins de prise aux journalistes moins sympathisants qui pourraient vouloir sonder la validité de l’étude ou la nature de la commission d’enquête. Un interrogatoire un peu trop critique pourrait déclencher des oppositions à l’intérieur du Parlement. Comme le notent Marsh et al. (1986 :181) :

Qu’est-ce qui peut empêcher l’adoption d’une proposition de loi ? La réponse tient en un mot : l’opposition. Pratiquement n’importe quel degré d’opposition empêcherait une proposition de loi d’être promulguée.

34 Il est important de signaler que la PGVE le savait pertinemment, et n’était en aucun cas certaine de réussir. Un mois avant la publication de la Partie I de son Rapport, une réunion eut lieu à la Chambre des Lords. On y fit le bilan de l’avancement des travaux et on confirma le calendrier des interventions dans les délibérations du Parlement – établissant sans détour que « le but de l’étude est de fournir des preuves qui seront utilisées dans les débats sur la proposition de loi Graham Bright ». Mais les leaders de la PGVE étaient inquiets :

  • 14  PGVE, Report to Working Party and Sponsoring Group, 25 octobre 1983, Committee Room 3, House of Lo (...)

On dit que les chances que la proposition de loi soit finalement adoptée sont minces. Si l’on peut prévoir que personne ne s’opposera à la seconde lecture, il est probable que le projet rencontre une opposition considérable et que les opposants “l’écartent” complètement au moment de la publication du Rapport. Dans cette éventualité, le gouvernement fera sa propre proposition de loi, ainsi qu’il l’a promis dans le Manifeste. Mais cela ne se produira vraisemblablement pas avant la prochaine session [parlementaire]14.

35 Tout ceci rendit plus importants encore le ton et l’impact de leur Rapport.

  • 15  Children and Video – A Danger and a Proposal (Confidential Briefing Document, mai 1983), p. 4.
  • 16  Il est révélateur que la Partie III du Rapport, publiée l’année suivante, se rétracte de cette aff (...)
  • 17  Brown B., Director, Television Research Unit (Oxford Polytechnic), Letter to Education Officers, 1 (...)
  • 18  De fait, plusieurs autorités locales et écoles protestèrent lorsqu’elles découvrirent la manière d (...)

36 Les susceptibilités portaient même sur le nom de l’enquête. Initialement, on proposa de l’appeler Family and Children Media Inquiry (Enquête sur les médias adressés aux enfants et aux adultes), un nom qui fait au moins à moitié allusion aux objectifs moraux et logiques sous-jacents de la commission15. Le titre final Parliamentary Group Video Enquiry conférait une forte impression de légitimité officielle et ce nom fut assuré­ment l’un des motifs de l’absence de critique au moment de la publication du Rapport16. L’étude menée à la demande de la commission par l’École polytechnique d’Oxford permit de contourner complètement la question en se présentant simplement comme un « Sondage national des téléspectateurs » (« National Viewers Survey ») – un titre suggérant une neutralité totale et un statut de simple collecte de données17. Il ne fait aucun doute que les écoles auraient bien moins volontiers participé à l’enquête si celle-ci avait contenu la moindre allusion aux origines et objectifs évangélistes de l’étude – une autre raison expliquant l’insistance des premiers documents sur l’importance de la confidentialité18.

37 L’exclusion de Brown et de son équipe de l’ensemble du projet est tout à fait remarquable. Je soupçonne que certains aspects en resteront toujours inconnus. Mais un œil averti pourrait deviner trois motifs. Premièrement, les conflits financiers. Le budget pour l’étude fournie par l’équipe d’Ox­ford coûtait plus cher que ce que la commission avait initialement prévu. À la fin, pour économiser de l’argent, ils payèrent l’équipe uniquement pour le travail accompli jusque là. Deuxièmement, Hill était évidemment furieux de la réaction très critique de l’équipe d’Oxford à son premier brouillon, qu’il leur avait soumis à peine quelques jours avant la publication. Mais, et c’est la troisième raison, il y a lieu de penser que Brown les avait également contrariés à une autre occasion. Il y a très peu de doute sur le fait que l’un des déclencheurs de l’éviction de Brian Brown fut le rapport que celui-ci remit début octobre 1983 sur sa visite du Festival de cinéma de Cannes. L’ “innocent” Brown y reproduisait ses entretiens au VIDCOM avec des producteurs et distributeurs de vidéos, dont certains de soft porn. Il relayait leurs inquiétudes concernant la loi de Bright et semblait accepter le point de vue des distributeurs qui affirmaient que, comparé au marché des États-Unis, « même avec les actuels accords ad hoc, le marché britannique [était] plus “axé sur la famille” ». Brown soulignait plus loin qu’il avait tenu à rester académiquement neutre lors de ces entretiens :

  • 19  Brown B., VIDCOM 1983 : Cannes, France October 3-5th, Briefing Document, 11 octobre 1983. Il exist (...)

En tant qu’unité de recherche, notre politique doit être telle qu’elle nous permette de conserver neutralité et objectivité dans toutes nos investigations. Le point de vue de l’industrie est clairement défendable, et nous nous devons de respecter cela dans toutes les données que nous présenterons19.

  • 20  Dans un Mémorandum à Hill faisant état de ses inquiétudes grandissantes, Brown cite un autre docum (...)

38 Admettre que l’industrie avait une position “défendable” était inacceptable pour les évangélistes en croisade de la PGVE20. Le rapport de Brown sur Cannes fut transmis trois jours seulement avant que les divisions internes n’émergent brusquement au sein de la commission.

39 Car les documents fondateurs montrent que de tels contacts avec l’in­dustrie du sexe seraient traités comme de simples « contaminations ». La commission cachait de fortes allégeances évangélistes. Lors de sa première réunion, Raymond Johnston avait soumis un “document consultatif” qui définissait le problème. Il s’agissait de réaffirmer « les préoccupations chrétiennes » face aux « idéaux laïques et libertaires » ; le texte soulignait par ailleurs que pour ce cas-ci, « [l]e fait qu’il en aille de la santé et de la sécurité d’enfants suggère la possibilité d’un soutien public et gouvernemental pour une initiative nouvelle si des preuves claires forcent l’attention ».

40 L’objectif de l’étude, en définitive ce que l’on exigeait d’elle, était de fournir ces preuves.

41 À l’époque comme aujourd’hui, Clifford Hill adhérait à l’idéologie d’une branche particulière de chrétiens évangélistes. Hill s’exprimait sans détour :

Il est bon de se souvenir que des 27 civilisations que le monde a connues jusqu’à nos jours, chacune s’est effondrée par l’action du désordre moral et de la corruption. […] Le même destin attend la Grande-Bretagne dans un futur proche avec la perversion systématique de nos enfants et la morale corrompue de nombre de nos citoyens (Hill, 1984).

42 Plus récemment, en revenant sur ce long « ministère », Hill établit ouvertement des liens :

Tel Jérémie, je semble avoir passé la majeure partie de mon ministère à contempler avec dégoût le déclin moral et spirituel de la nation, l’impiété des leaders politiques et l’impuissance des chefs spirituels. Je ne suis pas le seul. […] De nombreux chrétiens clairvoyants ont dénoncé l’impact des changements qui s’opèrent dans notre société depuis trente ans. Nos mises en garde sur les conséquences de l’avortement, du divorce non réglementé, du pouvoir corrupteur de la pornographie, de l’éducation sexuelle explicite dans les écoles, du non-contrôle de la discipline chez les jeunes enfants, de la culture de la boisson et de la drogue, de l’influence des vidéos et DVD violents, du pouvoir addictif des jeux vidéos et de nombreuses autres forces sociales ont toutes été ignorées (Hill, 2010).

43 La stratégie à l’œuvre ici est intéressante : il s’agit en somme de transférer la culpabilité d’acteurs sociaux spécifiques vers “nous tous”, comme dans ce passage :

La Grande-Bretagne ne souffre pas de simples maux économiques. Les causes sous-jacentes de la crise financière sont avant tout morales et spirituelles. Voilà la conclusion d’un rassemblement de leaders chrétiens issus de l’Église, du milieu des affaires, de la politique et du milieu universitaire à la Chambre des Lords en décembre 2008. Ils ont reconnu que les banquiers et les traders ne sont pas fondamentalement coupables de l’état actuel de notre nation, mais que nous portons tous une part de la responsabilité de sa santé morale et spirituelle (Hill, 2009).

44 Par ailleurs, le Rapport se donne du mal pour paraître scientifique, avec son cortège de résumés méthodologiques et de tableaux. Mes ces dispositifs sont à plusieurs reprises décrédibilisés par une réflexion non seulement incohérente, mais aussi aveugle à sa propre incohérence. Par exemple, dans ses commentaires sur la réaction des membres du Parlement à la compilation vidéo montée par la police :

Il convient de noter que lorsque l’on a montré à plusieurs parlementaires un film de 22 minutes composé de courts extraits de différentes vidéos, beaucoup d’entre eux n’ont pas pu rester jusqu’à la fin. Il existe pourtant une différence majeure entre visionner des extraits et visionner l’histoire entière. Dans un long-métrage, les personnages sont développés et le spectateur les identifie comme des êtres humains spécifiques. Ainsi, lorsqu’ils commettent un acte de violence ou en sont victimes, le degré de réalisme se trouve accentué par la simple vision d’une unique séquence (Clause 11.4).

45 S’il s’agit d’une affirmation théorique, celle-ci peut au moins en principe être explorée et testée. Mais à peine quatre clauses plus tard, le Rapport soutient exactement le contraire, sans même s’en rendre compte :

  • 21  Encore une fois, il faut retenir que, comme l’a noté Stockham, l’étude ne contenait aucune questio (...)

Un autre point méritant une étude approfondie est l’effet qu’a sur les enfants le fait de rejouer de nombreuses fois des scènes d’une terrible violence qui s’impriment dans leur esprit. En interrogeant des enfants qui passent de longues heures devant les video nasties, nos chercheurs ont découvert que non seulement ils rejouaient leurs scènes favorites, mais passaient en outre au ralenti les détails les plus sanglants (Clause 11.8)21.

46 À un autre niveau, le Rapport témoigne d’un degré élevé d’ignorance pure et simple. L’exemple le plus criant apparaît en réalité dans la Partie III, publiée en 1985. À un moment donné sont listés les films favoris d’une classe d’enfants, que le Rapport qualifie « presque tous [de] films d’horreur ou pornographiques » (Barlow/Hill, 1985 :145). Cette liste est hilarante : des titres comme Emmanuelle II (qui peut se classer dans les films de sexe), House near the Cemetery (1981, un film d’horreur de Lucio Fulci) et Phantasm (1978, un film d’horreur classique sur un garçon qui doit sauver son frère du “Grand Homme”), y côtoient Concrete Jungle (1982, un film sur des femmes en prison), American Graffiti (1973, le film de George Lucas en hommage aux années 1960), Lemon popsicle (1976, un film sur le passage à l’âge adulte de jeunes adolescents dans l’Israël des années 1950), Insatiable (probablement connu également sous le titre The Calendar Girl Murders (1978), un thriller sur l’enquête menée autour de l’assassinat de jeunes femmes ayant posé nues pour un calendrier), Hot Bubblegum (probablement une référence à The Last American Virgin (1982), un autre film sur le passage à l’âge adulte d’adolescents, et en fait un remake de Lemon Popsicle) et la comédie sexuelle britannique de 1974 Confessions of a Window Cleaner. Un film dans cette liste reste difficilement identifiable : Going Steady. Peut-être s’agit-il de 14 Going Steady, une production de 1984, mais qui n’a pas été réalisée en langue anglaise. Finalement, aucune logique ne se dégage de cette liste, sinon l’antipathie de l’auteur à l’égard de l’idée qu’il se fait de ces films.

47 Ce degré d’ignorance est révélateur. Cela ne peut bien sûr fonctionner que si les principaux lecteurs du Rapport (dans ce cas, des journalistes et des politiciens) sont tout aussi ignorants que ses auteurs. Ceci révèle, surtout, l’état alarmant du débat sur les médias dans les cercles politiques. Cette “sphère publique” célèbre son propre manque de connaissances.

VI. En conclusion

48 À quoi nous mène, selon moi, ce réexamen de la PGVE ? Notons tout d’abord que si ce compte-rendu est possible, c’est uniquement grâce à l’inhabituel niveau de détails devenus accessibles. Ces détails nous permettent de percevoir plusieurs caractéristiques cruciales : (1) le conflit entre les motifs avoués et les motifs véritables, entre rhétorique privée et rhétorique publique ; (2) la gestion cynique et soigneusement calculée des processus afin de les dissimuler et de faire en sorte que soit généré un « niveau de panique approprié » ; (3) l’importance de l’évitement de tout questionnement critique, associé au maintien d’un faible niveau de connaissance et de débat sur le sujet dans le public. Ce ne sont pas des problèmes que les trois principales approches analytiques de telles paniques collectives peuvent aisément traiter. Le plus important pour comprendre la PGVE est de l’identifier comme trompeuse, manipulatrice, brutale et animée de motifs non avoués.

49 Bien sur, l’histoire de la PGVE ne représente pas toute l’histoire de la campagne contre les videos nasties. Elle n’aurait sans doute pas réussi si elle n’avait pas trouvé les auditeurs adéquats prêts à accueillir favorablement ces revendications. Une investigation exhaustive devrait dès lors étudier les motivations et les décisions prises par le gouvernement conservateur. Mais tout semble indiquer que celui-ci était inquiet à l’idée d’être directement impliqué dans la campagne, d’où sa décision de se servir de Graham Bright pour proposer la loi. Il conviendrait également de se pencher sur le rôle de la presse anglaise et plus précisément du Daily Mail. Les années 1980 virent en effet l’aile droite de la presse anglaise devenir de plus en plus influente sous les gouvernements successifs et entretenir des liens à tous les niveaux avec des politiciens, la police et des acteurs de la vie civile. Il est par ailleurs important de signaler que toutes les campa­gnes morales ne fonctionnent pas comme la campagne contre les video nasties. C’est précisément la raison pour laquelle il est nécessaire d’aller au-delà de la théorie générale pour examiner les dynamiques spécifiques à chaque campagne, leurs motivations ainsi que leurs modes d’organisation. Et dans le cas qui est le nôtre, l’action concertée d’un petit groupe, qui connaissait par ailleurs sans aucun doute des dissensions internes, a certai­nement marqué la législation et la culture britanniques par sa tromperie.

50 Par conséquent, je suggère les propositions suivantes en conclusion.

51 Il est indispensable d’investiguer tant sur la rhétorique et les positions publiques des claims-makers que sur leurs motivations, objectifs et engagements plus généraux. Ces derniers peuvent s’avérer plus difficiles à éclaircir mais ce n’est pas une raison pour les ignorer et prendre leurs discours publics à la lettre.

52 Les relations entre déclarations publiques et déclarations “privées” requièrent un examen soigneux. Comment les claims-makers ajustent-ils et réorientent-ils leurs positions “privées” afin de faire entrer celles-ci dans la trame de positions plus généralement acceptées ? Qu’est-ce qui est modifié ou dissimulé à cette fin ? J’insiste sur le fait que ces méthodes ne sont pas l’exclusivité des organisations conservatrices. Ma propre étude (Barker, 1984b) du fossé entre la rhétorique et les objectifs de la campagne des années 1950 contre les comics d’épouvante britanniques a mis au jour le même type de dissimulation utilisée par le Parti communiste britannique, en quête de respectabilité dans sa volonté d’attaquer l’ “impérialisme culturel américain”.

53 Il convient par ailleurs de se poser les questions suivantes. Quelles conditions de mise à l’épreuve de la vérité existent dans les cadres du domaine public ? Comment et par qui sont formulées les revendications de base ? De quels tests de plausibilité et de cohérence dispose-t-on ? À quels tests ces revendications pourraient-elles être soumises ? Que nous disent les réponses à ces questions de l’état du débat contemporain sur ces enjeux ?

54 Enfin, de façon plus controversée, une question fondamentale se pose quant à la relation que nous, chercheurs, entretenons avec de telles “paniques”. La panique liée aux video nasties était particulière à plusieurs égards. Son intensité, sa localisation, ses acteurs sont autant de caractéristiques spécifiques. Ainsi, on pourrait arguer que toutes les affaires de ce type sont des cas particuliers. De fait, la caractéristique la plus récurrente de toutes les paniques collectives est leur tendance à se prétendre comme sans précédent. “Ce changement-ci”, “cette évolution-ci”, “ce danger-ci” ne ressemblent à aucun de ceux que l’on a connus auparavant. Mais cela nous dit quelque chose de très important. Pour analyser des situations véritablement nouvelles, pour peu qu’il s’en produise, on ne disposerait d’au­cune expertise préexistante ou presque. Et si c’était le cas, leur préexistence les rendrait, par définition, obsolètes. Il existe, pour ainsi dire, une ignorance délibérée vis-à-vis de telles “paniques”, une conviction que les savoirs anciens ne s’appliquent tout simplement pas, ce que nous, chercheurs, ne pouvons accepter. Nous avons vu comment la question de la véracité et de la crédibilité ne cessait de revenir dans les débats sur les trois approches générales et dans l’histoire de la PGVE. Indépendamment de la bannière sous laquelle se place notre étude des paniques collectives, nous ne pouvons nous dérober à notre responsabilité de peser les affirmations. Les claims-makers – s’exprimant souvent avec la force de la conviction morale mais avec l’ignorance de celui-qui-sait-déjà – exagèrent, déforment et mentent parfois. Ils élaborent des concepts et des théories conçues pour être favorablement perçus dans les débats publics. C’est certainement à ce stade-là que nos descriptions de ces procédés se transforment nécessairement en évaluations. Un universitaire ne se réjouirait sans doute que moyennement d’intervenir directement. Mais de toute façon, une telle étude est toujours une forme d’intervention. Nous ne devrions pas élaborer nos concepts d’une manière qui dissimulerait cela.

55 Bien sûr, intervenir signifie risquer nos propres savoirs, afin de distinguer les choses que nous pouvons raisonnablement tenir pour certaines de celles pour lesquelles nous n’avons encore pas fait de recherches. Idéalement, dirais-je, ceci reviendrait à prendre la responsabilité d’identifier et de définir les choses pour lesquelles nous manquons de preuves (suffisantes) et à essayer d’élaborer et de mener l’étude qui ferait ensuite la différence.

Haut de page

Bibliographie

Barker M., 1983 “How Nasty are the Video Nasties ?”, New Society, November, pp. 231-233.

Barker M., 1984a The Video Nasties : Freedom and Censorship in the Arts, London, Pluto Press.

Barker M., 1984b A Haunt of Fears : the Strange History of the British Horror Comics Campaign, London, Pluto Press. 2011 A “Toxic Genre” : the Iraq War Films, London, Pluto Press.

Barlow G., Hill A. (eds.), 1985 Video Violence and Children, London, Hodder & Stoughton.

Beck U., 1992 Risk Society : Towards a New Modernity, London, Sage.

Best J., 1990 Threatened Children : Rhetoric and Concern about Child Victims, Chicago, University of Chicago Press.

Brown B., 1984 “Exactly what we wanted”, in Barker M., The Video Nasties : Freedom and Censorship in the Arts, London, Pluto Press, pp. 68-88.

Cohen S., 1972 Folk Devils and Moral Panics, St. Albans, Paladin.

Critcher C., 2003 Moral Panics, Oxford, Oxford University Press.

Critcher C 2006 Critical Readings : Moral Panics and the Media, Maidenhead, Open University Press.

Egan K., 2007 Trash or Treasure ? : Censorship and the Changing Meanings of the Video Nasties, Manchester, Manchester University Press.

Hill A., 2001 “Media Risks : the Social Amplification of Risk and the Media Violence Debate”, Journal of Risk Research, 4, 3, pp. 209-225.

Hill C., 1984 “Address to the Order of Christian Unit”, New Humanism, Autumn.

Hill C., 2009 Unpacking Britain’s Woes, http://www.southamptonchristiannetwork.org.uk/Articles/141802/Southampton_Christian_Network/features/Articles/The_State_of.aspx (accessed 1 April 2011).

Hill C., 2010 Moggerhanger Papers, 2010, http://www.the-park.net/c&m/Documents/CCM %20For %20Such %20A %20Time %20Spring %202010.pdf (accessed 1 April 2011).

Marsh D., Godwin P., Read M., 1986 “Private Members’ Bills and Moral Panic : the Case of the Video Recordings Bill (1984)”, Parliamentary Affairs, 39, 2, pp. 179-196.

Mayes R., Horwitz A. V., 2005 “DSM-III and the Revolution in the Classification of Mental Illness”, Journal of the History of the Behavioral Sciences, 41, 3, pp. 249-267.

McRobbie A., Thornton S., 1995 “Rethinking ‘Moral Panic’ for Multi-Mediated Social Worlds”, British Journal of Sociology, 46, 4, pp. 559-574.

Petley J., 1984 “A Nasty Story”, Screen, March, pp. 68-74.

Pidgeon N., Kasperson R. E., Slovic P. (eds.), 2003 The Social Amplification of Risk, Cambridge, Cambridge University Press.

Scott W. J., 1990 “PTSD in DSM-III : A Case in the Politics of Diagnosis and Disease”, Social Problems, 37, 3, pp. 294-309.

Thompson K., 1998 Moral Panics, London, Routledge.

Ungar S., 2001 “Moral Panic Versus the Risk Society : the Implications of the Changing Sites of Social Anxiety”, British Journal of Sociology, 52, 2, pp. 271-291.

Waddington P. A. J., 1986 “Mugging as a Moral Panic : a Question of Proportion”, British Journal of Sociology, 37, 2, pp. 245-259.

Woolgar S., Pawluch D., 1985 “Ontological Gerrymandering : the Anatomy of Social Problems Explanations”, Social Problems, 32, 3, pp. 214-227.

Haut de page

Notes

1  Selon la classification britannique, le middle-market se situe à mi-chemin entre le upmarket, journaux publiant uniquement des informations objectives et sérieuses, et le downmarket, équivalent de la presse à scandale en français.

2  Que l’on peut traduire par “activités de revendication”.

3  Voir par exemple l’influent article de Ungar S., 2001. Voir aussi McRobbie A., Thornton S., 1995, selon lesquelles, entre autres, le niveau croissant de résistance par les figures étiquetées folk devils a sapé le pouvoir des paniques morales.

4  Cette tendance m’a toujours paru s’inscrire directement dans l’utilisation sélective de Cohen, et en particulier dans sa définition abondamment citée de la “panique morale” : « Les sociétés semblent être sujettes, de temps à autre, à des périodes de panique morale ». Faire des “sociétés” le sujet de la phrase et écrire ensuite principalement à la forme passive permet facilement de glisser vers une perception de ces phénomènes comme des processus naturels.

5  Je me suis récemment intéressé à cette question à une toute autre occasion, lors de recherches que j’ai entamées sur un cycle de films traitant de la guerre en Irak. Mon exploration de ces derniers m’a conduit à m’intéresser au concept de “stress post-traumatique” (PTSD) et à la littérature sur la construction de l’“expertise médicale” incarnée par le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM). Plusieurs chercheurs brillants ont décortiqué les manières dont les forces rivales, aux motivations incompatibles, ont mené à la production de la catégorie PTSD dans la révision du manuel en 1980. Voir par exemple Scott J., 1990 ; Mayes R., Horwitz A. V., 2005. Mon étude de ces questions a été publiée dans Barker M., 2011.

6  Voir Brown B., 1984. Jusqu’aux révélations de Brown, aucune des personnes qui s’efforçaient comme moi de réagir à la campagne n’avait idée de l’ampleur des mensonges et de la distorsion de faits.

7  Clairement, il existait d’autres influences. Parmi elles, la collaboration de Mary Whitehouse et de la police, qui avaient préparé ensemble une compilation des “pires passages” de video nasties afin de les faire visionner aux membres du Parlement. Ces derniers en furent proprement écœurés.

8  L’un de ceux qui essaya d’aborder la question fut le travailliste Lord Douglas Houghton, qui rencontra Brown et prit connaissance des méthodes et objectifs de la PGVE. Dans les courriers qu’il m’adressa, il explique clairement dans quelle mesure la proposition de loi de Bright était une initiative déguisée du gouvernement : « Vous verrez que nous n’avons guère d’influence, simplement parce que le gouvernement (et Nugent) craignent les ennuis que pourrait causer un amendement qui soulèverait une forte opposition du côté des conservateurs dans les Communes ». Lorsque Houghton refusa une requête appuyée exigeant que la loi soit votée à la hâte, il subit des pressions et fut accusé de faire de l’obstruction parlementaire. Il remarque avec regret que « les opposants [au vote précipité de la proposition de loi] sont lamentablement peu nombreux. Je ne me l’explique pas » (Lettre personnelle, 30 avril 1983).

9  Janet Stockham, l’un des membres de l’équipe d’Oxford, prit des notes lors de la conférence de presse de lancement du 23 novembre. C’est là que ces phrases émergèrent pour la première fois : les vidéos « remplaçaient peu à peu les baby-sitters, et le prestidigitateur des goûters d’anniversaire ». Dans ses notes, Stockham ajoutait en commentaire personnel que dans l’étude, « il n’a jamais été demandé aux parents à quelle fréquence ils font venir une baby-sitter ou lequel ils emploient plutôt, de la baby-sitter ou du lecteur VHS. Si les parents ont été interrogés, les informations fournies n’ont pas encore été analysées. De la même façon, nous ne possédons aucune information sur les prestidigitateurs dans les goûters d’anniversaire ». Stockham J., Résumé des notes de la Conférence de presse, 23 novembre 1983. (Ces documents, et d’autres relatifs à la PGVE mentionnés ici sont en ma possession).

10  Ce langage du “risque” s’est insinué jusque dans le débat parlementaire, mais en changeant subtilement lorsque l’un des membres du Parlement investi dans la campagne dénonça les parents de la classe moyenne pour leur attitude laxiste : « Je déplore amèrement que ces gens de la classe moyenne, avec leurs accessoires Gucci et leur décoration Laura Ashley, confortablement assis sur les poufs de leur appartement de Hampstead à parler des affaires du monde, permettent à leurs enfants de regarder ce type de cassettes vidéo » (Jerry Hayes, membre du Parlement).

11  Cette phrase évoque largement les discours tristement célèbres sur les races et l’immigration tenus en 1968 par le conservateur Enoch Powell. Alors que Powell entrevoyait une génération à venir où l’homme noir « aurait le dessus » et où, comme au temps des Romains, on verrait « les flots du Tibre gonflés de sang », ici « l’ennemi de l’intérieur » est d’un autre ordre, mais le registre du langage de la peur est d’une similitude saisissante.

12  Rappelons que peu après la publication de ces affirmations, lors d’un habile revirement, le chercheur en communications Guy Cumberbatch interrogea des écoliers de Birmingham sur une série de films. La différence était que Cumberbatch avait inclus dans sa “liste” plusieurs titres non existants, afin de montrer que les enfants tendent à nommer des films qu’ils aimeraient que l’on croie qu’ils ont vus. En l’occurrence, les deux tiers des enfants affirmèrent avoir vu des films qui n’existaient pas. Bizarrement, Clifford Hill accusa Cumberbatch de s’être servi des enfants interrogés de façon contraire à l’éthique.

13  Des notes de leur réunion d’octobre 1983 en font état avec une merveilleuse platitude : « Nous n’avons donc fourni aucune information ni accordé d’interview à la presse chrétienne. Pour la poursuite efficace de nos recherches, il est essentiel que nous évitions la publicité jusqu’à ce que l’étude soit achevée et toutes les réponses du public obtenues ». À peine quelques semaines plus tard, des inquiétudes furent exprimées après que le Times Educational Supplement se fut interrogé sur les objectifs de l’enquête, suggérant qu’en réalité elle « effectuait des recherches indirectes sur les video nasties » (Brown B., Notes to all members of Working Party Video and Children Project, 11 novembre 1983).

14  PGVE, Report to Working Party and Sponsoring Group, 25 octobre 1983, Committee Room 3, House of Lords, p. 2.

15  Children and Video – A Danger and a Proposal (Confidential Briefing Document, mai 1983), p. 4.

16  Il est révélateur que la Partie III du Rapport, publiée l’année suivante, se rétracte de cette affirmation pour appeler la commission un “Groupe informel de parlementaires et hommes d’église”. Entre-temps, la pseudo-crédibilité proclamée avait fait son œuvre et pouvait être mise de côté (Voir Barlow G., Hill A., 1985, p. 1). Dans l’intervalle, le statut du Groupe pseudo-parlementaire pourrait être utile par ailleurs. Après que l’équipe de Brown et plusieurs Églises traditionnelles eurent protesté contre le tour que prenaient les choses, Lord Swinfen proposa qu’une enquête soit confiée à un vice-chancelier de l’Université à la retraite. Lorsque ce rapport devint disponible ; il fut déclaré non seulement confidentiel, mais aussi soumis au privilège parlementaire, empêchant ainsi tout examen de son contenu.

17  Brown B., Director, Television Research Unit (Oxford Polytechnic), Letter to Education Officers, 1 octobre 1983.

18  De fait, plusieurs autorités locales et écoles protestèrent lorsqu’elles découvrirent la manière dont les réponses de leurs élèves avaient été utilisées et le contexte dans lequel on les avait placées.

19  Brown B., VIDCOM 1983 : Cannes, France October 3-5th, Briefing Document, 11 octobre 1983. Il existait également, notons le, de réelles tensions liées à la gestion financière de la recherche, Brown affirmant que des budgets n’avaient pas été validés et que des factures demeuraient impayées. Mais le résumé le plus important que Brown a fait des problèmes et ruptures mentionne une déclaration de Clifford Hill à la secrétaire de Brown en l’absence de celui-ci : « Brown est un homme mauvais qui travaille pour Satan » (Brown B., Memorandum to Rev. Kenneth Greet, Secretary Methodist Conference, 14 décembre 1983).

20  Dans un Mémorandum à Hill faisant état de ses inquiétudes grandissantes, Brown cite un autre document que je n’ai pas en ma possession, et qui mentionne une opinion dont Brown se dissocie, de même que d’autres membres du groupe de travail : « Le Groupe “parrain” avait la forte impression que la proposition de loi n’irait pas assez loin » (Brown B., Memorandum to Clifford Hill, 14 novembre 1983).

21  Encore une fois, il faut retenir que, comme l’a noté Stockham, l’étude ne contenait aucune question sur d’éventuels visionnages répétés, et encore moins sur leur impact.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Martin Barker, « La campagne britannique des video nasties. Paniques, claims-making, risques et politique », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 15-34.

Référence électronique

Martin Barker, « La campagne britannique des video nasties. Paniques, claims-making, risques et politique », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/837 ; DOI : 10.4000/rsa.837

Haut de page

Auteur

Martin Barker

Aberystwyth University, UK. Traduction de l’anglais : Hélène Hiessler.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org