Navigation – Plan du site

La construction sociale de médias dangereux pour la jeunesse. Des paniques morales aux quasi-théories

Anne-Laure Wibrin
p. 79-96

Résumé

Much of the research done on the incrimination of medias as danger sources have used the conceptual framework of moral panic. In this article, we will show that the concept was misused to indicate what amounted to moral crusading and that the confusion between “panic” and “crusade” contributes to misunderstanding the problem. Based on two empirical examples (the French campaign against graphic novels from the 1930’s to the 1950’s and the British campaign against comic books shortly after world war II) we will see how pressure groups militated for years for laws prohibiting, censuring, controlling or regulating those objects. Subsequently, despite the confusion between “panic” and “crusade”, we will consider these invaluable research works for three reasons : they contribute nuances in studying the effects of medias, they establish the recurrence of accusations against various medias and they focus on the stakes latent in those accusations. Finally, we will insist on the importance of studying the recurrence of discourses for sociology.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1«Les jeux vidéo sont dangereux pour les enfants», «les jeux vidéo rendent les enfants violents», «depuis qu’ils utilisent les réseaux sociaux, les jeunes ne parviennent plus à distinguer le virtuel du réel», de tels propos, parfois déclinés sous un mode moins affirmatif («il existe probablement un lien entre images violentes et comportement violent»), montrent qu’au­jourd’hui Internet et les jeux vidéo sont perçus par une partie de la population comme étant dangereux pour la jeunesse et pour la société.  Ces imputations causales n’ont cependant pas l’évidence que leur attribuent régulièrement la presse, les politiciens, les experts ou les éducateurs. Une recherche socio-historique montre qu’elles existent depuis l’apparition des médias de masse. La télévision et le cinéma, pour citer d’abord les plus populaires, ont tous deux suscité de vives réactions de crainte dans les années qui suivirent leur apparition. Ainsi, il était courant durant l’entre deux guerres de penser que la jeunesse délinquante trouvait son inspiration dans les films immoraux, que les films de gangsters poussaient les jeunes spectateurs à devenir gangsters eux-mêmes, ou que les images en mouvement, de plus en plus réalistes, pouvaient provoquer une confusion entre réalité et fiction.

  • 1  Nous utilisons le terme de “média” dans un sens très élargi, et ce pour reprendre la dénomination (...)

2Avant même l’avènement du cinéma, les médias, surtout lorsqu’ils constituent aussi une forme de loisir pour la jeunesse, sont perçus dès leur apparition au début du dix-neuvième siècle comme une menace pour la jeunesse et la société, et ce, essentiellement pour deux raisons : la confusion entre le réel et la fiction d’une part, l’imitation de la violence d’autre part1.

3Ainsi, en 1830, d’aucuns estiment-ils que le lecteur assidu de romans-feuilletons, particulièrement s’il est issu de la classe populaire, pourrait “oublier” de vaquer à ses tâches quotidiennes et se figurer que l’ascension sociale, aisément accessible dans les romans, est tout aussi aisée dans la réalité. Chapuys-Montlaville, député de l’époque, dans son discours à la Chambre daté du 13 juin 1843, dénonce l’influence de Balzac. Celui-ci dépeindrait de manière trop réaliste un ordre social que Chapuys-Montlaville perçoit comme dépravé et que ses lecteurs pourraient confon­dre avec la réalité :

Au lieu de vivre tout simplement suivant la vieille mode du genre humain sur le sol, au milieu des joies et des labeurs alternatifs de la vie réelle, on vit dans le monde idéal, on se berce d’illusions, on se repaît de chimères ; chacun, après avoir bu à cette coupe parfumée, remplie des liqueurs les plus enivrantes, perd le sentiment et le goût de la réalité ; les effets de ce redoutable opium se révèlent bientôt. Alors on reçoit en songe les plus brillantes et les plus inconcevables fortunes, les fleurs, les femmes, les applaudissements, les richesses de toutes sortes, pleuvent sur la tête du patient, qui prend en pitié sa situation réelle, qui se met à mépriser l’habit, l’outil, le cabinet, l’étude, la maison de son père, et n’aspire plus qu’à quitter son modeste patrimoine, pour aller se précipiter dans les hasards et dans les flammes des grandes villes, où il rencontre, pour achever sa perte, des fêtes que je ne qualifierai pas et des théâtres dont la licence est proverbiale (cité dans Dumasy, 1999 :82).

4C’est bien le changement de conditions qui est décrié ici. Le lecteur pourrait imaginer une autre vie que celle que son père lui a offerte. Il pourrait vouloir quitter sa famille, sa classe sociale et sa campagne. Les illusions romanesques lui font miroiter des bonheurs impossibles.

5La peur de la confusion entre fiction et réalité existe toujours aujour­d’hui. Comme le lecteur du 19ème siècle, le téléspectateur, l’internaute ou le joueur pourrait, à terme, se perdre dans les méandres de la fiction. C’est ce qui justifie et légitime notamment l’intervention du Conseil de l’Europe en la matière. Selon le représentant de la Commission de la culture, de la science et de l’éducation en effet,  

  • 2  APCE. AS (2009) CR 28Prov. Lundi 28 septembre 2009 à 15 heures. «Adaptation aux mineurs des servic (...)

Chacun peut recourir librement aux services en ligne, mais le monde virtuel ne doit pas pour autant se substituer au monde réel, car ce sont les camarades de classe, les collègues, les amis et les membres de la famille qui forment les communautés réelles, dans lesquelles ont lieu les vrais échanges. Le rôle de la démocratie est donc aussi de veiller à ce que le virtuel ne se substitue pas au réel2.

6Le monde réel est celui des amis, des collègues, de la famille et des “vrais” échanges. Le monde virtuel serait alors celui des “faux” échanges, ou des échanges “moins vrais”. Il serait construit en opposition au monde réel. Et, à trop fréquenter le virtuel, l’internaute pourrait en oublier le réel et ses contraintes.

  • 3  Voir Goody J., 2003 ; Esmein-Sarrazin C., 2008.
  • 4  Récits criminels publiés en série. Voir Springhall J., 1998 ou Dunae P., 1979, sur les polémiques (...)

7C’est sur cette première association entre “médias” et “confusion réalité-fiction”, bien antérieure aux médias de masse3, que vient se greffer, au cours du dix-neuvième siècle, ponctuellement au début et lors de l’appa­rition de chaque nouveau média ensuite, une deuxième association, celle du lien entre “média” et “jeunesse délinquante”. Les médias sont perçus comme une des causes majeures de la criminalité juvénile. Dans les années 1860-1880 déjà, apparait l’idée que les jeunes lecteurs de penny dreadfuls s’inspireraient de leurs héros et reproduiraient leurs actes criminels4. Par la suite, cette idée se développe et se répand avec l’apparition du cinématographe. Les enfants et les adolescents de l’entre deux guerres imiteraient quasiment à l’identique les héros de leurs films préférés. Et aujourd’hui, le jeune joueur de jeux vidéo pourrait, à force de tuer des personnages virtuels, oublier qu’on ne frappe pas violemment son voisin, voire même selon certains, qu’une arme réelle tue réellement. Notons qu’au fil du temps l’association “média/jeunesse délinquante” a progressivement glissé vers “média/violence”. De l’influence des médias (immoraux) sur la “jeunesse délinquante”, on est passé à l’influence des médias (violents) sur la “violence” de la jeunesse.

8Les recherches anglo-saxonnes sur l’incrimination des médias comme objets dangereux pour la société et la jeunesse ont le plus souvent utilisé le cadre conceptuel des paniques morales. Springhall (1998) établit la récurrence des controverses à l’encontre de différents médias. Rapp (2002) s’intéresse à la manière dont le cinématographe a été la cible de moralisateurs britanniques soucieux de l’ordre moral et désireux de contrôler davantage ce nouveau loisir. Critcher (2009) examine comment les bandes dessinées et les video nasties ont fait l’objet de véritables paniques morales. Fergusson (2007, 2008) interprète l’explication systématique des tueries dans les écoles (school shootings) par les films et les jeux vidéo violents comme des réactions de paniques morales. Murdock (1997) et Buckingham (2010) s’intéressent aux enjeux latents des paniques morales qui ont comme objet un média. Drotner (1999), suivie ici même par Critcher, va même jusqu’à développer un nouveau concept, celui de media panic pour désigner la sous-catégorie des “paniques morales” qui portent sur les médias.

9Avant de nous centrer sur l’apport de certaines de ces recherches, nous voudrions commencer par mettre en évidence l’existence d’un malentendu quant à l’usage du terme de panique morale par l’ensemble de ces auteurs. Nous montrerons que cette notion a été utilisée abusivement pour désigner ce qui relève de la croisade morale et que cette confusion est lourde de conséquences théoriques. Une fois ce malentendu levé, nous verrons que la contribution majeure de ces recherches est d’avoir établi la récurrence des accusations à l’encontre de différents média. Indépendamment du contexte et de l’époque, des acteurs aux appartenances sociales et idéologi­ques différentes ont accusé chaque nouveau média d’être dangereux pour la jeunesse. Conservateurs ou progressistes, religieux ou laïques, militants ou experts, ces acteurs utilisent un «fonds discursif commun» (Lahire, 2005), à savoir les mêmes mots, les mêmes thématiques, les mêmes procé­dés argumentatifs et rhétoriques pour parler des dangers. Dans la lignée de Lahire, nous estimons que la “mise en récit” des dangers participe à la fabrication du problème. L’association “jeunesse/média/violence”, générale­ment présentée comme une association scientifiquement fondée, relève, verrons-nous, de la quasi-théorie. Nous tenterons en conclusion d’en identifier quelques règles de fonctionnement.

II. Le malentendu : confusion entre panique morale et croisade morale

10Lorsque Cohen a développé le concept de panique morale, il l’a utilisé pour désigner les réactions collectives d’emballement suscitées à la suite d’un événement bénin, à savoir des bagarres entre deux groupes de jeunes, les “Mods” et les “Rockers”. Le concept mettait en évidence qu’au lendemain de l’événement, tant la presse que les policiers, les politiciens, puis la population, par effet boule de neige, étaient préoccupés par la violence de ces jeunes unanimement présentés comme de véritables “bêtes noires” à combattre pour sauver les valeurs constitutives de la civilisation. Cohen cherchait à comprendre la préoccupation collective ainsi que le processus d’emballement. Lorsque Goode et Ben-Yehuda ont établi les différentes dimensions des paniques morales, ils ont eux-aussi retenu la préoccupation (concern) et le consensus comme deux des cinq dimensions nécessaires aux paniques.

11Or, les recherches citées sur l’incrimination des média comme objet dangereux ne s’intéressent ni à la préoccupation collective, ni au consensus. Elles démontrent que les médias furent l’objet de nombreuses controverses et de nombreuses accusations. Elles montrent que ces accusations se retrouvent au fil du temps dans la presse, dans des procès judiciaires et dans la bouche de certains experts, mais elles ne se demandent pas à quel point la préoccupation est partagée par l’ensemble de la population, par l’ensemble de la presse ou des experts. En d’autres mots, elles relèvent les articles, procès ou ouvrages alarmistes de certains acteurs, mais ne se demandent pas si ces acteurs sont représentatifs de la population dont ils font partie. Elles considèrent donc que parce que certains acteurs ont tenu des propos alarmistes sur les médias et que des mesures régulatrices diverses ont été adoptées, il y a eu panique morale. Seul Critcher (2003) se positionne par rapport à la non-prise en considération de la préoccupation sociale. Pour cet auteur, l’ “anxiété sociale” est moins présente dans l’opi­nion publique qu’au sein des groupes de pression, des médias et des politi­ciens qui en font un usage stratégique. En outre, à moins de réaliser des sondages d’opinion au moment même, l’ “anxiété” de l’ensemble de la population est difficile à établir. Face à ce constat, Critcher propose de se concentrer uniquement sur le rôle des “élites” (médias, politiciens et groupes de pressions) dans les paniques morales.

  • 5  Ce qu’ici même Julian Petley permet de mettre en doute au sujet des video nasties.

12Il est de fait extrêmement difficile de mesurer le niveau de préoccupation suscité par une dénonciation quelconque, mais, sauf à considérer que les titres de la presse constituent un indicateur fiable de “l’opinion publique”5, l’omission de cette dimension transforme la qualification du phénomène. En effet, comme Goode et Ben Yehuda le font justement remarquer, c’est précisément ce niveau de préoccupation qui distingue une panique morale d’une croisade morale dont les principaux acteurs pertinents sont les entrepreneurs de morale, les médias et les politiques.

13Springhall (1998), en intitulant son ouvrage Youth, popular culture and moral panics, s’inscrit clairement dans le cadre conceptuel des paniques morales. Sa thèse consiste essentiellement à montrer que depuis deux siècles la culture populaire est accusée d’être une des causes importantes de la délinquance juvénile. Il traite principalement de quatre objets : le théâtre “à un sous” dans les années 1830 (penny theatre), les récits criminels publiés en série dans les années 1860 (penny dreadful), les films de gangsters des années 1930 et les bandes dessinées d’horreur en 1950 (horror comics). A partir d’archives judiciaires et d’archives de presse, il démontre que différents acteurs, magistrats, médecins, éducateurs et journalistes surtout, ont accusé ces loisirs d’être la source de tous les maux en utilisant à chaque fois des arguments semblables.

14Force est de constater que Springhall n’utilise guère ce concept dans le cœur de son analyse. L’auteur estime que, parce qu’il y des accusations et des polémiques autour de médias populaires, il y a panique morale, sans expliciter davantage. Il considère en réalité qu’il y a panique morale au seul vu des discours des entrepreneurs qui condamnent le loisir populaire. D’après Springhall, c’est l’ensemble des films de gangsters, puis des bandes dessinées d’horreur qui suscite la panique morale. Celle-ci dure à chaque fois plusieurs années, voire vingt ans dans certains cas. La panique morale n’est donc pas, pour lui, la réaction sociale et morale qui, à la suite d’un événement (un acte de délinquance juvénile par exemple), accuse le loisir d’en être la cause (le jeune se serait inspiré d’un héros criminel), de manière disproportionnée, sans même vérifier la plausibilité du prétendu lien de cause à effet (est-ce que les jeunes meurtriers de James Bulger ont vu le film Childs Play III ?). Ce que l’auteur a établi, c’est l’existence ininterrompue d’incriminations à l’encontre de la culture populaire.

15Cette confusion se retrouve aussi chez Murdock (1997), Drotner (1999), Rapp (2002), Ferguson (2008), ou Buckingham (2010). En montrant que différents acteurs du monde politique, judiciaire, médiatique ou scientifique ont tenu des discours alarmistes lors de l’apparition de chaque nouveau média, ces auteurs n’ont pas montré qu’il y a eu panique morale. Ils ont par contre montré que ces médias ont été la cible de croisades morales (plus ou moins fructueuses) sous prétexte qu’il s’agissait d’objets dangereux pour la société et la jeunesse.

III. Le concept de croisade morale. L’exemple des bandes dessinées

  • 6  Barker estime que les recherches qui ont utilisé le cadre conceptuel des paniques morales, à force (...)

16Dans les années qui suivent l’apparition d’un nouveau média de masse, des groupes d’acteurs s’engagent systématiquement et délibérément dans une entreprise de moralisation au nom de la protection de populations vulnérables et de ce qu’ils estiment être le bien de la société. A chaque fois, plusieurs groupes d’acteurs, non pas pris de panique après un événement particulier, mais de manière réfléchie, consciente et posée, se lancent dans une campagne militante pour réguler le média vu comme la source de comportements violents ou immoraux. Les recherches de Crépin (2001), historien français qui n’utilise pas le cadre conceptuel des paniques morales, ainsi que celles de Barker (1992), qui se démarque de ce concept6, montrent que lors de l’apparition des bandes dessinées américaines en France et en Angleterre, des groupes de pression ont milité durant plusieurs années pour que des lois interdisent, censurent, contrôlent ou régulent ces objets. Ces recherches, sur lesquelles nous allons maintenant nous pencher, nous montrent que lorsqu’on s’intéresse à l’ensemble des polémi­ques autour d’un loisir populaire, on se retrouve face à une croisade morale orchestrée par différentes catégories d’acteurs. Les deux exemples qui vont suivre sont des croisades morales particulièrement réussies.

A. Le débat sur les bandes dessinées en France

17Comme l’a montré Crépin, trois catégories d’acteurs ont estimé nécessaire de se mobiliser contre les bandes dessinées américaines popularisées en France dans les années trente. Syndicats de dessinateurs, ligues de moralité et éducateurs se sont engagés dans une croisade contre ce nouveau loisir. Premièrement, les dessinateurs français, redoutant la concurrence, ont formé des associations syndicales. Pour sensibiliser le public à leurs causes, ils ont “prétendu” que les récits d’horreur et les récits criminels, à savoir la majorité des récits des bandes dessinées américaines, risquaient de démoraliser la jeunesse et de la rendre criminelle. Ce faisant, ils ont uti­lisé les mêmes arguments que les communistes opposés à l’invasion de produits américains sur le marché français.

18Deuxièmement, l’organisation la plus active dans la lutte contre les bandes dessinées fut la Ligue française pour le relèvement de la moralité publique (LFRMP). Créée en 1883 à l’initiative de militants protestants d’abord engagés dans le combat contre la réglementation de la prostitution, elle a progressivement élargi ses activités à la lutte contre la pornographie, l’alcoolisme, la délinquance juvénile, etc. La ligue considérait la littérature comme une arme redoutable dont il fallait se méfier. Ses membres étaient convaincus «que les effets de la mauvaise culture [étaient] chez les masses générateurs d’immoralité et de crime et qu’il leur [était] donc nécessaire d’élaborer des normes morales afin de protéger et de préserver la société» (Crépin, 2001 :182). La ligue a développé une double stratégie de répression et d’éducation. Premièrement, elle a utilisé les moyens d’action des entrepreneurs de morale mis en évidence par Becker (1985), à savoir l’intervention de l’État et la création de lois. Elle a défendu une loi visant à freiner la démoralisation des masses et à condamner les “corrupteurs”. Deuxièmement, elle a prôné l’éducation de l’opi­nion publique. Plutôt que de laisser la littérature pour enfants seulement aux mains des “corrupteurs”, la ligue l’a utilisée comme instrument d’édu­cation à des fins morales. Elle a développé des bibliothèques populaires aux livres soigneusement sélectionnés. Pour Crépin, la combinaison de la répression et de l’éducation a permis à des acteurs d’engagement et de convictions différentes de se retrouver dans ce mouvement.

19Troisièmement, de nombreux éducateurs ont, eux aussi, dénoncé les méfaits des bandes dessinées. Sous le terme “éducateurs”, Crépin désigne les adultes, issus du monde scolaire ou religieux, attentifs à la formation de l’esprit de l’enfant. Déjà présents au début du 20ème siècle, les discours accusateurs des éducateurs prirent de l’ampleur avec l’explosion du marché des illustrés dans les années trente. Selon Crépin, «[l]a généralisation de ce nouveau genre graphique [a] contribu[é] à l’hostilité de presque tous les éducateurs à l’encontre des illustrés» (Crépin, 2001 :230). Ils les trouvaient médiocres, stupides ou inutiles, et dénigraient leur esthétique qu’ils n’approuvaient pas. Après guerre, l’Union des œuvres joua un rôle important dans la lutte contre les bandes dessinées. Par ailleurs, d’autres éducateurs, sans lien avec les mouvements religieux, s’engagèrent activement dans le combat contre les illustrés, tel George Sadoul, membre du parti communiste. Autre actrice importante dans la polémique sur la presse illustrée, Mathilde Leriche avait un profil différent des ligueurs ou éducateurs conservateurs. Directrice adjointe de la première bibliothèque enfantine française ouverte en 1924, elle était acquise aux idées d’éducation nouvelle prônée par Decroly et Freinet.

20Crépin a essentiellement montré que de nombreux acteurs se sont engagés dans la même lutte contre les bandes dessinées alors que leurs convictions politiques et religieuses pouvaient être fort divergentes. Il nous semble en outre particulièrement important de relever que malgré leurs différences idéologiques, ces acteurs partageaient tous les mêmes discours. Si chacun mit l’accent sur des dimensions différentes (peur de l’américanisation, peur de l’augmentation des fautes d’orthographes, etc.), tous craignaient la confusion de la fiction et de la réalité et tous affirmaient l’existence d’un lien de causalité entre bandes dessinées et délinquance juvénile. Tous ont donc participé à la construction sociale des bandes dessinées comme objet dangereux.

B. Le débat sur les bandes dessinées en Grande-Bretagne

21Barker (1992) s’est intéressé à la manière dont les comics ont été désignés comme boucs émissaires en Grande-Bretagne. Il s’est penché sur le processus de construction de l’objet dangereux, sur la manière dont différents acteurs se sont succédés dans leurs revendications et comment, au fil du temps, des mesures d’abord perçues comme choquantes (le retour de la censure dans un pays qui l’avait bannie) furent rendues audibles, puis approuvées par une série suffisamment large d’acteurs pour devenir une loi votée à l’unanimité.

22Barker utilise le concept de campaign pour décrire la manière dont certains groupes d’acteurs ont identifié les comics (puis les video nasties) comme des objets dangereux. Les communistes ont joué un rôle particulièrement important dans la construction du problème. Craignant que ces nouveaux loisirs américanisent la jeunesse britannique, ils sont parvenus à ériger les comics en problème social, politique et moral. A l’instar du parti communiste français, le parti anglais a accusé les bandes dessinées d’être des agents de l’impérialisme américain risquant de conditionner les lecteurs à la violence. De la défense de l’héritage britannique contre l’impé­rialisme, le débat est passé progressivement à la défense humaniste de la protection de l’enfance. Il ne s’agissait plus de dénoncer un impérialisme menaçant l’héritage culturel britannique, la menace visait désormais l’enfance, son instinct naturel, son esprit et son éducation.

23Différentes organisations rejoignirent la cause des premiers militants communistes, à savoir des mouvements de femmes, de professeurs, de religieux, certains syndicats et les auteurs de littérature pour enfant. D’abord éparses, ces initiatives formèrent en 1953 le Comics Campaign Council (CCC). Le CCC, lobby efficace, déposa en 1954 un projet de loi visant à contrôler les bandes dessinées. Parallèlement, un autre mouvement, le National Union of Teachers (NUT), regroupant des professionnels de l’en­fance, s’empara lui aussi du problème. Soucieux de renforcer son image (des professionnels, gardiens moraux de l’enfance), le mouvement entendait insister sur la dimension du développement intellectuel de l’enfant (orthographe, lecture, paresse intellectuelle, etc.).

24Durant toute la campagne, un expert américain, le Dr. Wertham, fut souvent cité. Auteur d’un ouvrage retentissant sur les dangers des bandes dessinées, Seduction of the Innocent, ce psychiatre pour enfants prétendait se baser sur des preuves cliniques pour affirmer l’existence d’un lien de causalité entre comics et crimes. Si pour ce médecin les lecteurs ne devenaient pas tous criminels, l’influence des bandes dessinées était néanmoins toujours nuisible.

25La première caractéristique fondamentale de cette campagne est qu’elle n’a été basée sur aucune preuve de nuisance, sur aucune recherche sur les effets, mais bien sur l’“évidence” affirmée des dangers. Barker donne de nombreux exemples de ces “évidences” qu’il retrouve tant de la part de “scientifiques”, tels que Wertham, que de la part de militants ou de politiciens.

26La deuxième caractéristique concerne la manière dont a été défini l’objet dangereux. Durant les premières années, et ce jusqu’en 1953, les critiques ont ciblé ce qu’ils dénommaient les american comics. Progressivement, ce qualificatif a été délibérément évité. L’objet dangereux est alors devenu les horror comics, parfois dénommés aussi crimes and horror comics. Or, ce changement ne fut guère lié à une modification d’objet. Il était par contre révélateur du changement d’attitude des militants qui, pour mobiliser davantage de personnes à leur cause, préférèrent mettre l’accent sur le caractère “horrible” des bandes dessinées. L’objet dangereux resta en réalité vague et peu défini durant toute la campagne. Pour Wertham, les récits les plus dangereux étaient les crime comics ; Legman pointait surtout quant à lui le fantastique et la science fiction ; Wagner enfin ciblait les super héros qu’il accusait d’encourager le recours à la force physique plutôt qu’intellectuelle. Néanmoins, malgré ces divergences, Barker montre que tous, après avoir défini le genre qu’ils estimaient être le plus dangereux, parlèrent ensuite des comics en général et firent comme s’ils appartenaient tous au même genre. Les différences disparurent et les problèmes liés à un genre furent généralisés à toutes les bandes dessinées.

27Ce flou a induit la troisième caractéristique de la campagne : le fait d’ignorer les contradictions entre différents intervenants. Ces discours pouvaient en effet facilement absorber des idées et des arguments contradictoires :

If well drawn and produced, the comics were especially dangerous. If poorly drawn and produced, they were debasing the children because of their low quality. Violence is dangerous both when it is “realistically” presented (because that desensitises children) and when it is “unrealistically” presented (because that disguises the damage done). The fantasy that is generated by the comics is both sluggish and wild (Barker, 1992 :181).

28Pour Barker, la campagne n’avait pas comme enjeu les comics mais une conception de la société, et plus particulièrement la conception de la nation et de l’enfance :

The conclusion is inevitable. The comics were not the object of the campaign. Rather, the time had spawned a shapeless sense of threat to those feelings of idealism, and Britishness. The comics became their outlet, their scapegoat (Barker, 1992 :182).

29Quant à l’enfance, elle subit, mais en version dépolitisée, le paternalis­me porté précédemment envers les classes sociales moins élevées :

One of the most significant things about ideas of childhood is that they can become symbolic displacements of other categories most notably of “class”. By talking of them as “children” and emphasizing vulnerability and dependence, ideas about “class” can be depoliticized into forms of State paternalism (Barker, 1992 :194).

30Barker compare cette campagne à une chasse aux sorcières. Comme tant d’autres chasses aux sorcières auparavant, elle s’articula à un malaise sociétal général et le sujet incriminé fut désigné comme un bouc émissaire idéal. En outre, les comics furent présentés comme possédant un pouvoir “magique” dont l’existence ne trouvait d’autre preuve que dans l’affirmation de son “évidence” :

A magical significance has been attached to the mass media. All kinds of power are associated with them, to condition or to corrupt, to stimulate or to control. This overvaluation, both by elements on the left and on the right, makes it very difficult to get attention for careful studies. In particular, it leads to refusals to see that there are differences among the media and within them, and that we need to develop ways of distinguishing the specific contributions and roles of various elements of various mass media (Barker, 1992 :186).

  • 7  La nature de ces acteurs est variable : les communistes dans le cas des campagnes visant des bande (...)

31Nous venons de le voir, tant en France qu’en Grande Bretagne, les polémiques visant les bandes dessinées américaines se sont donc apparentées à des campagnes orchestrées par des individus ou des mouvements militants, des croisades morales menées par des acteurs engagés dans des combats plus larges que ceux orientés contre le média incriminé7. Les uns étaient actifs dans un mouvement communiste, les autres militaient pour des revendications syndicales, pour la défense de valeurs religieuses, pour promouvoir des idéaux d’éducation, etc.

32En ce qui concerne les bandes dessinées, en France et en Grande-Bretagne, les entrepreneurs de morale parvinrent à leurs fins : contrôler, réguler et limiter leur accès. Les campagnes visant d’autres médias ne furent pas toutes aussi fructueuses. Les propos alarmistes et exagérés des entrepreneurs tantôt furent pris au sérieux par le reste de la population, tantôt passèrent inaperçus. Indépendamment du résultat obtenu, nous esti­mons que pour décrire les stratégies des différents acteurs, le concept de croisade est plus pertinent que celui de panique. Dans les exemples précédents, bien qu’on retrouve plusieurs des caractéristiques fondamentales des paniques (processus d’emballement, disproportion, hostilité), mettre l’accent sur cette notion occulte d’autres dimensions tout aussi importantes. Un certain nombre d’acteurs sont intervenus dans ce genre de campagne de manière tout à fait réfléchie, volontaire et délibérée en déclarant vouloir protéger la société d’un objet qui la mettait en danger. Lorsque ces acteurs exagérèrent les faits et les dangers pour parvenir à leurs fins, ils le firent consciemment et non en proie à une panique. Ils agirent délibérément, en pensant, de bonne foi ou non, que c’était le meilleur moyen pour sauver la société en péril.

IV. Outre la confusion, les apports

A. Les liens de causalité à questionner

33Les recherches sur l’incrimination des médias qui font référence au concept de panique morale, mis-à-part leur usage peu rigoureux du concept, ont par ailleurs contribué à montrer que l’association média/jeunesse/violence est une construction sociale à questionner. Cet apport est précieux. Ces recherches s’inscrivent en opposition aux courants de recherches dominants sur les médias en sciences sociales, à savoir les recherches sur les “effets”. Au lieu d’essayer de déterminer quels sont les effets des médias sur le public, et principalement sur les enfants, ces auteurs insistent tous sur la construction sociale du problème. Buckingham (2010) et Ferguson (2007, 2008) après avoir analysé tous les deux des dizaines d’études concluent que les recherches sur les rapports entre les enfants et la violence médiatique restent dominées par une conception particulièrement réductrice des effets, à savoir essentiellement la recherche d’effets sur les comportements agressifs. Buckingham insiste sur leurs résultats contradictoires ainsi que sur les relations institutionnelles particulièrement peu propices à l’objectivité scientifique qui se sont tissées entre les chercheurs, les pouvoirs publics et l’industrie des médias. Ferguson estime qu’aucun lien de causalité n’a été démontré de manière concluante dans la littérature scientifique existante sur les tueries dans les écoles (school shooting). Il n’y a pas de preuve qui permettrait de supporter un lien causal, ni même un lien de corrélation entre jeux vidéo et comportement agressif. Murdock (1997) explique que la tradition scientifique sur les effets s’est construite au début du vingtième siècle autour de la peur relative aux effets directs d’imitation que le cinéma risquait d’induire, surtout auprès des jeunes facilement impressionnables. Si la tradition scientifique dominante continue à rechercher aujourd’hui les “effets” et se montre si résistante malgré les nombreuses critiques dont elle fait l’objet, c’est, selon Murdock, qu’elle trouve son origine dans un «réservoir de dogmes et de peurs sociales largement enracinées» formé au milieu du dix-neuvième siècle (période durant laquelle on aurait commencé à lier les coûts sociaux de la modernité avec la prolifération de nouvelles formes de loisirs populaires).

B. Enjeux latents

34Les recherches utilisant le concept de panique morale s’intéressent fréquemment aux enjeux latents des paniques. Plusieurs des auteurs qui font appel au cadre conceptuel des paniques morales pour expliquer l’incrimi­nation et la peur des médias tentent eux aussi de comprendre les enjeux latents. Pour Ferguson (2007, 2008), le problème des médias sert à distraire de sujets plus sensibles. Attribuer la responsabilité des comportements violents des jeunes aux médias permet aux politiciens de toutes tendances de légiférer en prétendant qu’ils prennent le problème en main et aux parents de trouver un bouc émissaire plutôt que de remettre leur éducation et leur responsabilité en question. Pour Buckingham (2010), les médias font office «de bouc émissaire commode à des événements qui étaient trop compliqués, ou trop horribles, pour faire l’objet d’une explication» (Buckingham, 2010 :134). Les liens entre “mauvais médias” et “délinquance” font

[…] désormais partie d’une démonologie banale qui peut être aisément invoquée par les politiques ou par toute autre personne désireuse de montrer son autorité et sa responsabilité morale – et, en même temps, de distraire l’attention des causes plus profondes de violence dans la société (Buckingham, 2010 :134).

35L’introduction des enfants dans l’équation apporte une force rhétori­que et permet de dramatiser considérablement les enjeux. L’appel à la protection de l’enfance justifie le contrôle plus strict, voire la censure des médias, ce qui serait perçu sinon comme une atteinte à la liberté. Pour Murdock (1997), contrôler les loisirs des jeunes qui propagent des idées immorales a été perçu comme un devoir social. Les discours à l’encontre des loisirs ont renforcé l’opposition entre “eux”, les jeunes vulnérables, facilement impressionnables, enclins à devenir violents, et “nous”, protecteurs de la société. Cependant, parce que ce contrôle enfreint deux des valeurs chères à la “démocratie capitaliste”, la liberté d’expression et la liberté de choix du consommateur, il a fallu rechercher des preuves plausibles pour asseoir la demande de mesures de contrôle. Parvenir à expliquer de manière simpliste que les événements dramatiques tels que le meurtre de James Bulger ou les tueries dans des écoles sont la cause d’effets directs de films ou de jeux vidéo violents remplit cette fonction.

C. La récurrence

36Le troisième apport des recherches sur l’incrimination des médias qui font référence au concept de “panique morale” est d’avoir mis en évidence la récurrence des incriminations. Lors de l’apparition de chaque nouveau média de masse, un même processus d’emballement est à l’œuvre et, systématiquement, en utilisant les mêmes arguments, plusieurs catégories d’acteurs (magistrats, médecins, journalistes, experts) incriminent l’objet nouveau.

37L’ouvrage de Springhall (1998) nous apprend que ces accusations se sont répétées au fil du temps, se transportant d’un objet à l’autre, toujours selon la même croyance que le loisir populaire est une des causes majeures de délinquance juvénile. L’auteur établit la répétition des discours et des arguments : «Chaque nouvelle panique se développe comme si c’était la première fois que de tels problèmes étaient débattus sur la scène publique alors que les débats sont en réalité étonnamment similaires (Springhall, 1998 :7)».

38Drotner (1999) a développé le concept de media panic, une sous-catégorie des paniques morales qui a comme objet les médias. Elle insiste sur le fait que les media panics se caractérisent par leur similarité. A chaque fois qu’un nouveau média apparait, les mêmes polémiques resurgissent.

V. Pour aller plus loin : questionner le discours

39Les recherches sur la construction du problème de la dangerosité des médias, comme la majorité des recherches sur les problèmes sociaux (Best, 1987), se sont concentrées sur l’organisation sociale des revendications. D’après Best, une étude de cas typique montre comment les claims­makers se mobilisent pour influencer les politiques sociales. Ces recher­ches identifient les moments clés du processus, elles montrent comment le fait de porter une revendication est lié à des intérêts plus larges et elles décrivent les principales étapes de la construction du problème. Dés lors, la plupart des chercheurs ont porté jusqu’à présent bien plus d’attention au processus de revendication et aux acteurs qui portent ces revendications qu’au contenu de leurs discours.

40Les différentes études mentionnées jusqu’à présent, qu’elles considèrent les réactions à l’encontre des médias de masse comme des paniques morales ou des croisades morales, permettent de constater les similarités frappantes de ces discours. Springhall (1998), après avoir analysé les polé­miques à l’encontre de différents objets, a établi la récurrence des accusations et des arguments. Barker (1992) et Crépin (2001) ont montré que des acteurs aux convictions idéologiques divergentes, conservateurs comme progressistes, participent à la construction de l’objet dangereux. L’ensemble des recherches citées dans cet article nous permettent d’établir qu’un même discours se retrouve de manière récurrente dans le temps, à l’encontre d’objets différents, porté par des acteurs idéologiquement divergents. On ne peut donc en rendre compte ni par le contexte de l’époque, ni par l’identité des acteurs, ni par les objets. Si on veut aller plus loin dans la compréhension de la construction des médias comme objets dangereux, il faut se pencher sur les discours et non plus seulement sur les acteurs, leurs origines idéologiques et leurs actions.

41Les discours relatifs à un problème social jouent un rôle déterminant dans la construction de celui-ci. Comme nous avons commencé à le voir avec Barker, la définition floue, l’argumentation sur base d’évidences et non de preuves et le peu d’embarras face aux contradictions constituent des traits caractéristiques de la construction du problème. En 1997, Barker est revenu sur l’importance du discours des claimsmakers ; il concluait :

We need to deepen our investigation of the moral campaigners, and their relationship to the research community, in a number of ways. The first is the problem of language. One of the disturbing aspects of the anti-media campaigners’ way of arguing is their tendency to hyperbole and emotional talk (Barker, 1997 :29).

42Pour Critcher, la principale activité des claimsmakers est rhétorique, elle relève de la “persuasion”. Ils cherchent à définir un problème, à établir les “caractéristiques” de ce problème, à lui donner un nom, à le définir comme une menace à laquelle il faut apporter des solutions (Critcher, 2008 :22). Best est arrivé à la même conclusion : «Rhetoric is central, not peripheral, to claims-making» (Best, 1987 :115). Les claimsmakers doivent prendre des décisions rhétoriques et accomplir des actions rhétori­ques. Parvenir à présenter le problème d’une certaine manière peut permettre d’obtenir l’adhésion de tous, l’absence de controverses.

43Si, comme nous le croyons également, l’activité rhétorique des claims­makers est fondamentale dans le processus de construction de problèmes, il faut, pour en saisir le fonctionnement et les caractéristiques, se tourner vers des corpus qui permettent l’étude de l’ensemble des discours portés par une catégorie d’acteurs. Il s’agit d’étudier les discours tenus soit par la Ligue de moralité publique, soit par le Comics Campaign Council, par les syndicalistes, les éducateurs, etc. Nos propres recherches portent précisément sur l’ensemble des discours tenus par des experts de deux grandes institutions internationales, à savoir le Comité de protection de l’enfance de la Société des Nations (1925-1938) et différents comités d’experts du Conseil de l’Europe (1995-2010). L’analyse des comptes-rendus de leurs réunions tenues pendant une quinzaine d’années (toutes retranscrites dans leur intégralité en ce qui concerne le Comité de la SDN), de leurs rapports, de leurs exposés publics et des études dont ils disposent permet de rendre compte des particularités de leurs discours. A la fois proches des codes du discours diplomatique, en ce qu’ils veillent toujours à ne pas froisser les susceptibilités des collègues, à contourner les contradictions et à minimiser les oppositions, mais aussi du discours scientifique, dans la mesure où ils font souvent appel à l’expertise, à la connaissance et la science pour prouver les effets nocifs des médias, ces discours sont en fait régis par des codes qui leur sont propres.

44Premièrement, les discours de la SDN et du CdE se caractérisent par le fait qu’ils sont proclamés par des acteurs qui, tout en étant des claimsmakers, se définissent comme experts. Le Comité de protection de l’enfance est considéré au sein de la SDN comme un comité d’experts. Ses membres sont supposés être choisis pour leur compétence en matière de protection de l’enfance. Les spécialistes du Conseil de l’Europe, quant à eux, sont des professionnels des médias (délégué du ministère de l’information et/ou de la communication, représentant des chaines de télévisions nationales, etc.), choisis également pour leur expertise. Qu’ils soient représentants d’associations philanthropiques internationales, diplomates ou représentants de l’industrie audio-visuelle, ces acteurs parlent au nom de leur expertise, de leurs compétences, de leurs connaissances, en un mot au nom de la raison.

45Ces experts sont mandatés à la fois pour réfléchir au problème et pour apporter des solutions. Cette caractéristique se trouve de manière particulièrement visible au sein du Conseil de l’Europe. Les différents groupes d’experts, qu’ils travaillent sur la représentation de la violence dans les médias (MM-S-VL), sur l’impact des nouvelles technologies de la communication sur les droits de l’homme et les valeurs démocratiques (MM-S-NT) ou sur les services en ligne et la démocratie (MM-S-OD), reçoivent comme mandat de commencer par identifier les problèmes et de proposer des pistes de solutions ensuite. Or, lorsqu’on regarde la manière dont ces groupes fonctionnent, il ressort qu’ils commencent à élaborer des projets de résolution dés leurs premières réunions, soit avant même que le problème soit identifié. Leur démarche est donc inverse de (ce que devrait être) la démarche scientifique. C’est la définition du problème qui doit coller aux pistes de solutions prônées, et non l’inverse. Il faut réguler le média avant même de savoir pourquoi, en quoi et pour qui ce média est dangereux. Ensuite, pour justifier ce contrôle, il s’agit de définir un problème qui corresponde à cette solution.

46Cette démarche est fondamentale dans la compréhension de la construction sociale des médias comme objets dangereux. Ces groupes d’ex­perts produisent ce que Hewitt et Hall (1973) ont appelé des quasi-théories :

Quasi-theories – defined as ad hoc explanations brought to problematic situations to give them order and hope – have both structure and consequences. The explanations and solutions offered by quasi-theories permit situations to be perceived as meaningful in the light of common-sense notions of human behavior and social arrangements (Hewitt/Hall, 1973 :367-368).

47Face à un problème social, la recherche de remèdes est première dans l’élaboration de quasi-théories. La définition et l’explication du problème viennent ensuite (ou parallèlement selon nous) et doivent correspondre aux pistes de solutions envisagées. Cette démarche est contraire à la démarche scientifique qui étudie d’abord la nature du problème, le comprend, le définit, et puis, éventuellement, propose des moyens pour le résoudre. Les quasi-théories, comme les théories, mettent en ordre la réalité, donnent des explications simplifiées des problèmes. Mais outre l’ambition de mettre de l’ordre, elles ont également comme objectif de résoudre, ou du moins d’apaiser, ce qui fait problème.

48La construction de quasi-théories, selon Hewitt et Hall, est accompagnée de plusieurs processus. L’analyse causale est étendue en formulant des généralisations causales qui dépassent le cas particulier dont on a d’abord parlé. Le Comité de protection de l’enfance passe ainsi inlassable­ment du problème des “films immoraux”, qui pousseraient les jeunes spectateurs à l’immoralité, au problème encore plus général du “cinémato­graphe”, qui aurait les mêmes effets. Dans les débats britanniques sur la dangerosité des bandes dessinées, on passe de la préoccupation des dangers de certaines bandes dessinée (super-héros, récits d’horreurs) aux problèmes des bandes dessinées (Barker, 1992). Le Conseil de l’Europe postule quant à lui que les réseaux sociaux, objet particulier, sont potentiellement dangereux pour le développement de l’enfant, pour ensuite généraliser, par déduction, à internet et finalement parler, de manière encore plus générale, du danger des “nouveaux médias”, sans préciser davantage.

49Ensuite, l’utilisation d’illustrations et d’exemples aide à établir la validité de l’explication causale. Pour prouver le lien de causalité entre médias violents et comportements violents, certains exemples désormais classi­ques servent d’évidence non questionnée. Le meurtre de James Bulger et les massacres scolaires sont certainement les plus cités, et ce, malgré les démentis d’autorités officielles judiciaires ou scientifiques (Barker/Petley, 1997 ; Ferguson, 2007). Une fois qu’une quasi-théorie est adoptée, on peut trouver des tas d’exemples qui la confirment.

50Finalement, toujours d’après Hewitt et Hall, les quasi-théories recherchent un support dans les valeurs et croyances plus générales, valeurs qui font consensus, comme par exemple la protection des enfants. La Société des Nations et le Conseil de l’Europe s’appuient de fait sur le respect des droits de l’homme et des droits de l’enfant.

VI. Conclusion

51Comme nous l’avons précisé précédemment, le concept de panique morale permet de relever le processus d’emballement, de préoccupation et de consensus qui a lieu à la suite d’un événement particulier ainsi que les remises en cause des valeurs morales déclenchées par l’événement. Nous estimons, à la suite de Barker, que le concept de campagne est plus pertinent que celui de panique morale pour désigner l’ensemble des incriminations à l’encontre des nouveaux médias. En utilisant abusivement le concept de panique morale pour décrire ce qui relève de croisades morales, on assiste à une double perte. Premièrement, le fait que des acteurs s’enga­gent de manière consciente, délibérée et réfléchie dans un combat moral est passé sous silence alors que c’est une dimension fondamentale pour la compréhension de la construction du problème. Deuxièmement, le concept de panique morale, à force d’être abusivement utilisé, perd de sa précision et de sa pertinence.

52Les recherches sur la construction sociale des médias dangereux pour la jeunesse s’inscrivent souvent dans le cadre théorique des paniques morales. Ces recherches ont permis de questionner le courant dominant en sciences sociales qui postulait un lien de causalité entre images violentes et comportements violents. Elles ont montré que ce lien est une construction qui n’est pas fondée scientifiquement. En s’intéressant aux claimsmakers (à leur appartenance sociale, idéologique ou politique) ainsi qu’aux moments clés de la construction du problème, ces études ont franchi un pas décisif dans la recherche sur l’association média/jeunesse/violence. Elles ont commencé à aborder la question de la particularité de la rhétorique des claimsmakers et prônent une meilleure connaissance de cette particularité. Les analyses de nature socio-historique ont en outre montré qu’il y a une continuité entre les différents discours qui critiquent chaque nouveau média : ils se répètent, les thématiques relatives à la criminalité et à la confusion entre fiction et réalité se retrouvent inlassablement avancées selon les mêmes arguments et avec le même manque de preuves empiri­ques pour les étayer. Les auteurs qui ont utilisé le concept de paniques morales ont donc largement contribué à l’avancement de la compréhension de l’association média/jeunesse/violence.

53Une étude plus approfondie à partir du concept de quasi-théorie permet de mieux comprendre comment cette association a pu se construire et selon quels procédés des experts et autres claimsmakers parviennent à rendre publiques et diffuser ces quasi-théories en les faisant passer pour des théories scientifiquement fondées. Lorsqu’on s’intéresse à la construction des médias comme objets dangereux, et tout particulièrement lorsqu’on s’intéresse au processus de construction de lien de causalité entre média violent et comportement violent, le concept de quasi-théorie se révèle particulièrement opérant.

Haut de page

Bibliographie

Barker M., 1989 Comics : Ideology, Power and the Critics, Manchester, New-York, Manchester University Press.

Barker M., 1992 A Haunt of Fear : The Strange History of the British Horror Comics Campaign, University Press of Mississippi.

Barker M., Petley J. (dir.), 1997 Ill Effects : The Media/Violence Debate, London/New York, Routledge.

Becker H. S., 1985 Outsiders : études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Buckingham D., 1996 Moving Images. Understanding Children’s Emotional Responses to Television, Manchester, Manchester University Press.

Buckingham D., 2010 La mort de l’enfance. Grandir à l’âge des médias, Paris, Armand Colin.

Cohen S., 2002 Folk Devils and Moral Panics, London, Routledge, 3ème éd.

Crépin T., 2001 “Haro sur le gangster!”. La moralisation de la presse enfantine 1934-1954, Paris, CNRS Éditions.

Critcher C., 2003 Moral Panics and the Media, Glasgow, Open University Press.

Critcher C., 2008 “Making Waves : Historical Aspects of Public Debates about Children and Mass Media”, The International Handbook of Children, Media and Culture, pp.91-104.

Critcher C., 2009 “Widening The Focus : Moral Panics as Moral Regulation”, The British Journal of Criminology, 49, 1, pp.17-34.

Dumasy L., 1999 La querelle du roman-feuilleton. Littérature, presse et politique, un débat précurseur (1836-1848), Grenoble, ELLUG.

Dunae P., 1979 “Penny Dreadfuls : Late Ninetheenth-Century Boys’Literature and Crime”, Victorian Studies, 22, pp.133-150.

Esmein-Sarrazin C., 2008 L’essor du roman : discours théorique et constitution d’un genre littéraire au XVIIe siècle, Paris, Champion.

Ferguson C., 2007 “The Good, The Bad and the Ugly : A Meta-analytic Review of Positive and Negative Effects of Violent Video Games”, Psychiatric Quarterly, 78, 4, pp.309-316.

Ferguson C., 2008 “The School Shooting/Violent Video Game Link : Causal Link or Moral Panic ?”, Journal of Investigative Psychology and Offender Profiling, 5, pp.25-37.

Goode E., Ben-Yehuda N., 2009 Moral Panics : the Social Construction of Deviance, Oxford/Cambridge, Wiley-Blackwell, 2e éd.

Goody J., 2003 La peur des représentations. L’ambivalence à l’égard des images, du théâtre, de la fiction, des reliques et de la sexualité, Paris, Éditions La Découverte.

Hewitt J. P., Hall P. M., 1973 “Social Problems, Problematic Situations, and Quasi-Theories”, American Sociological Review, 38, 3, pp.367-374.

Kitsuse J., Spector M., 1973 “Toward a Sociology of Social Problems : Social Conditions, Value-Judgments, and Social Problems”, Social Problems, 20, 4, pp.407-419.

Maigret E., 2003 Sociologie de la communication et des médias, Armand Colin, Paris.

Murdock G., 1997 “Reservoirs of Dogma : an Archaeology of Popular Anxieties”, in Barker M., Petley J., Ill Effects. The Media/Violence Debate, London/New York, Routledge, pp.67-86.

Rapp D., 2002 “Sex in the Cinema : War, Moral Panic, and the British Film Industry, 1906-1918”, Albion : A Quarterly Journal Concerned with British Studies, 34, 3, pp.422-451.

Spector M., Kituse J., 1973 “Social Problems : A Re-Formulation”, Social Problems, 21, pp.145-159.

Springhall J., 1998 Youth, Popular Culture and Moral Panics : Penny Gaffs to Gangsta-rap, 1830-1996, New York, St. Martin’s Press.

Haut de page

Notes

1  Nous utilisons le terme de “média” dans un sens très élargi, et ce pour reprendre la dénomination donnée par les acteurs qui dénoncent l’influence dangereuse des “médias” (comme par exemple le Conseil de l’Europe) et qui désignent par-là aussi bien Internet que les jeux vidéo. Critcher entend ce terme dans un sens aussi large et donne comme exemple de médias les video nasties ou les comics. Springhall parle lui de “culture populaire” pour désigner les mêmes objets. La définition du terme “média” donnée par le sociologue E. Maigret est la suivante : «Le terme de “media” renvoie habituellement aux supports techniques et économiques utilisés pour transmettre des messages de façon large (radio, télévision, etc.) ou plus restreinte (le téléphone ou la lettre). Il renvoie aussi à l’idée de technique pure de communication ; internet mobilise les ressources de l’écrit, de l’image et du son” (Maigret E., 2003, p.256).

2  APCE. AS (2009) CR 28Prov. Lundi 28 septembre 2009 à 15 heures. «Adaptation aux mineurs des services de médias en ligne». M. Kozma, au nom de la commission de la culture, de la science et de l’éducation.

3  Voir Goody J., 2003 ; Esmein-Sarrazin C., 2008.

4  Récits criminels publiés en série. Voir Springhall J., 1998 ou Dunae P., 1979, sur les polémiques suscitées par ce type de littérature en Grande-Bretagne dans les années 1860-1880.

5  Ce qu’ici même Julian Petley permet de mettre en doute au sujet des video nasties.

6  Barker estime que les recherches qui ont utilisé le cadre conceptuel des paniques morales, à force de se centrer sur la presse, ont oublié de voir le rôle tout aussi important d’autres acteurs. Barker insiste particulièrement sur le rôle des groupes de pression.

7  La nature de ces acteurs est variable : les communistes dans le cas des campagnes visant des bandes dessinées ; principalement des evangelical Christian groups (actifs depuis la fin des années 1960) et tout particulièrement Mary Whitehouse et le National Festival of Light pour la campagne dirigée contre les video nasties (Barker M., Petley J., 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Laure Wibrin, « La construction sociale de médias dangereux pour la jeunesse. Des paniques morales aux quasi-théories », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 79-96.

Référence électronique

Anne-Laure Wibrin, « La construction sociale de médias dangereux pour la jeunesse. Des paniques morales aux quasi-théories », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/843 ; DOI : 10.4000/rsa.843

Haut de page

Auteur

Anne-Laure Wibrin

CIRTES, UCL.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org