Navigation – Plan du site
Article isolé

Le paradoxe des politiques d’intégration par le sport. Une enquête ethnographique comparative dans deux communes bruxelloises

Olivier Schmitz
p. 139-157

Résumés

Le sport occupe une place centrale dans les politiques d’intégration mises en place par les pouvoirs publics communaux en raison des vertus socialisantes qu’on lui accorde. Mais l’efficacité de ces politi­ques est en grande partie conditionnée par l’idéologie et les fins poursuivies par les décideurs et acteurs locaux qui, selon les contextes politiques, modèlent en grande partie les animations offertes aux caté­gories sociales dominées. En partant d’une recherche comparative réalisée selon une démarche ethno­graphique, et ayant pour objet la comparaison des politiques d’animation sportive dans deux communes de la région Bruxelloise dont les populations sont fortement contrastées selon les critères socioéco­nomiques courants, cet article montre comment des animations se voulant “socialisantes” et “intégran­tes” produisent des effets contraires et renforcent les processus de différenciation et de mise à l’écart des populations les plus démunies en capital culturel.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  Il existe un certain flou sémantique entre les notions d’ “intégration” et d’ “insertion”. Considé (...)
  • 2  Voir, à ce sujet, le rapport de la 8e Conférence des ministres européens responsables du sport : L (...)

1 Si le rôle positif des activités sportives dans le développement physique et mental des jeunes est indéniable, il n’en va pas forcément de même en ce qui concerne les vertus sociales que l’on attribue au sport. Celles-ci sont en effet plus souvent vantées qu’évaluées ou comparées. Ainsi, pour de nombreux acteurs du monde politique ou associatif, le sport est supposé favoriser l’intégration1, transmettre des valeurs fonda­mentales pour la vie en société, développer les relations sociales, etc. De ce point de vue, l’offre d’activités sportives et socioculturelles adressée aux jeunes, dans la mesure où elle peut être considérée comme un élément prenant place dans un ensem­ble de mesures plus vaste, que nous appellerons ici les “politiques d’animation”, rem­plit un rôle de prévention générale évident. A ce titre, le rôle positif du sport est large­ment admis par la communauté scientifique2.

  • 3  La dimension comparative revendiquée dans le cadre de cette étude doit davantage être comprise com (...)
  • 4  Cette recherche, initiée par Freddy Giele, responsable de l’asbl Inser’Action, a bénéficié d’une s (...)

2 Mais les pratiques sportives peuvent également être vues comme des occasions de discrimination, de repli identitaire, d’actions individualistes et ne pas forcément déboucher sur les effets positifs attendus. C’est l’hypothèse de travail que nous avons voulu mettre à l’épreuve au cours d’une modeste étude ethnographique comparative3 des politiques d’animation sportive dans deux communes bruxelloises4, Saint-Josse et Woluwé-Saint-Lambert, que tout, ou presque, oppose. Les constats sur lesquels débou­chent cette recherche peuvent ainsi, du moins le pensons nous, contribuer à la réflex­ion sur les politiques urbaines d’intégration s’adressant aux jeunes issus de milieux défavorisés.

3 L’intention était également d’illustrer une fois de plus la pertinence de la démarche ethnographique pour l’étude de problématiques urbaines et politiques pour lesquelles d’autres approches sont généralement adoptées.

4 L’intégration sociale peut être envisagée comme le processus par lequel les indivi­dus acquièrent et assimilent les compétences, les attitudes, les valeurs et les comporte­ments qui leur permettent de devenir membres d’un groupe, d’une communauté, voire d’une société. C’est un processus forcément dynamique, assurant les diverses transi­tions qui marquent la vie des individus. Mais l’intégration est également toujours rela­tive puisque, d’une part, la société est composée de groupes et de sous-groupes qui se définissent chacun par opposition aux autres et que, d’autre part, l’individu appartient toujours simultanément à différents groupes (professionnels, religieux, sociosexuels, etc.). Par conséquent, l’intégration est un phénomène complexe de par les nombreux facteurs sociaux, culturels, politiques et économiques qui entrent en jeu, et il n’est dès lors pas facile de l’étudier dans son ensemble. C’est pourquoi nous avons restreint l’étude et l’analyse à un domaine défini d’activités : les pratiques sportives. Les politi­ques d’intégration par le sport suscitent en effet quantité d’initiatives, de discours, de pratiques, de textes légaux, qu’il est possible de soumettre à l’analyse sociologique.

5 Les activités sportives occupent une place importante dans les politiques d’ani­mation des jeunes en région bruxelloise, comme en témoignent les nombreuses activi­tés et initiatives que nous avons rencontrées sur le territoire des deux communes étu­diées. Cependant, ces activités peuvent revêtir différentes significations selon les réali­tés sociales et les objectifs des acteurs communaux qui les mettent en place.

  • 5  Nous utilisons les notions “d’intérêts” et de “préjugés” selon la signification que Robert Ezra Pa (...)

6 Nous entendons ainsi par “politiques d’animation” un ensemble plus ou moins coordonné de mesures, d’actions et d’initiatives concrètes liées entre elles, ayant pour but d’offrir des activités subsidiées par les pouvoirs publics à certains groupes sociaux d’une commune, et pouvant aussi être envisagées comme le fruit d’un tissu de rela­tions entre différentes catégories d’acteurs individuels, sociaux et politiques. L’anima­tion des jeunes d’une commune met effectivement en rapport différents groupes d’in­dividus (acteurs politiques et agents communaux, parents, jeunes, fédérations, clubs sportifs, etc.) entretenant entre eux des liens déterminés par des intérêts spécifiques, des préjugés, des rapports de pouvoir, etc5. C’est l’ensemble structuré et structurant de ces rapports que nous désignons de la sorte.

7 Bien entendu, une quantité de variables extérieures influencent les politiques spor­tives dans chacune de ces deux communes, parmi lesquelles certains déterminants objectifs comme la structure du tissu urbain qui s’impose aux individus comme « Une donnée brute et extérieure qui modèle les besoins et les intérêts des habitants » (Park, 1992 :307). Pour ce qui est de l’objet de cette étude, il va de soi que le nombre d’infra­structures, d’espaces verts disponibles et rendant possible la pratique sportive détermi­nent en partie les politiques en la matière dans chaque commune.

II. Robert Park et les dispositifs politiques de civilisation par le sport

  • 6  On sait aujourd’hui, depuis le travail de Jennifer Platt (1994), qu’il est peut-être quelque peu a (...)

8 C’est à Robert Ezra Park, auteur que nous avons déjà eu l’occasion de citer à plu­sieurs reprises, et figure importante de l’“école” de sociologie urbaine dite “de Chica­go”6, que l’on doit d’avoir, parmi les premiers, attiré l’attention sur l’importance de ces « dispositifs destinés à élever la tenue morale » des populations dominées des grandes villes :

Dans les villes américaines, on a tenté de rénover les quartiers malfamés en aménageant des terrains de jeux et en introduisant toutes sortes d’activités sportives dirigées […]. Ces dispositifs, destinés primitivement à élever la tenue morale des populations des grandes villes victimes de la ségrégation, devraient être étudiés et mis en rapport avec les recherches sur le quartier en général (Park, 1992 :310-311).

9 Pour Park, les espaces sportifs, terrains de jeu et autres lieux d’activités sportives organisées font partie de dispositifs par lesquels les pouvoirs publics urbains tentent de « civiliser » les populations faisant l’objet de ségrégations. Mais sous sa plume, le pro­cessus de « civilisation » est à entendre comme un moyen de refoulement et de contrôle des pulsions sauvages et dangereuses :

Si l’on veut comprendre les forces qui, dans toute ville, tendent à multiplier ces milieux dans lesquels les pulsions vagabondes ou refoulées, les passions et les idéaux s’émancipent, il est indispensable de se référer au phénomène de la théorie des pulsions latentes chez l’homme. La civili­sation, pour le bien-être commun, exige que ces tendances sauvages et naturelles soient parfois refoulées et toujours contrôlées. En imposant sa discipline aux individus, en les modelant selon la norme admise dans la communauté, la civilisation refoule en même temps un grand nombre de ces pulsions. D’autres s’expriment par procuration, dans des formes qui sont socialement acceptables ou, au moins, inoffensives. C’est à ce niveau que fonctionnent le sport, le jeu et l’art… (Park, 1992 :322).

10 Les “dispositifs” dont l’aménagement de terrains sportifs et de récréation constitue­raient la face visible, auraient en fait pour effet de détourner les tendances violentes résultant des rapports de domination de classe et de rapports interethniques sous le couvert d’un discours visant l’intégration des populations issues de l’immigration. Park ne suggère rien de moins que de voir l’offre sportive comme élément de répres­sion des violences intrinsèques des rapports de classe dans les quartiers où cohabitent des populations dont certaines font l’objet de formes subtiles de ségrégation :

Il est fréquemment admis aujourd’hui (nous sommes au début du 20ème siècle), que ce que nous appelons d’ordinaire un manque d’intelligence des individus, des races ou des communautés, est fréquemment le résultat de leur isolement. […] dans l’étude du tempérament que produit la ville, nous devons nous demander : 1) quels sont les effets sur ces différents types (d’individus), de l’isolement et de la mobilité, des stimulations et de la répression ; 2) dans quelle mesure les terrains de jeu et autres formes d’équipements de récréation offrent-ils une stimulation susceptible de servir de substitut aux plaisirs vicieux… (Park, 1992 :316, 320).

  • 7  Par intérêt personnel, nous cherchions des informations sur la manière dont les milieux scientifiq (...)

11 C’est en partant de cette intuition de Park que nous avons tenté de voir ce qu’il en était aujourd’hui de l’usage du sport comme outil de gestion de la population immi­grée dans une commune bruxelloise, en adoptant une démarche empirique de recher­che proche de celle que cet auteur affectionnait particulièrement. Certes, utiliser Park comme auteur de référence pour l’étude des phénomènes urbains n’est pas chose éton­nante. Lui donner une place aussi centrale dans une étude qui a pour objet central les politiques sportives peut toutefois étonner. N’étant pas sociologue de la ville ou du sport, c’est un curieux concours de circonstances7 qui nous a amené à redécouvrir cet auteur et à relire certains de ses articles au moment précis où nous réalisions cette étude sur l’organisation du sport dans la commune de Saint-Josse. Plusieurs passages nous ainsi donné l’impression que cet auteur avait disséminé dans l’ensemble de ses textes un ensemble de propositions intéressantes quant au rôle du sport comme élément significatif des politiques d’intégration et de gestion des populations urbaines. Certes, Bruxelles n’est pas comparable à Chicago, mais à Bruxelles comme dans toutes les grandes villes,

Au fil des années, chaque quartier de la ville acquiert quelque chose du caractère et des qualités de ses habitants. Chaque partie de la ville prend inévitablement la couleur que lui impriment les sentiments particuliers de sa population, de sorte que ce qui n’était qu’une simple expression géogra­phique se transforme en un voisinage, c’est-à-dire une localité avec des sensibilités, des traditions, et une histoire qui lui sont propres (Park, 1992 :308).   

12 De nombreuses voies que Park a ouvertes à travers ses articles malheureusement plus difficiles à trouver les uns que les autres restent aujourd’hui particulièrement inté­ressantes à suivre. S’il en est ainsi de sa sociologie de la presse (Bourneau, 1988), il en va de même de ses intuitions concernant le rôle de ces dispositifs “d’intégration” mis en place par les pouvoirs publics des grandes villes.

III. Éléments de méthode

  • 8  L’ “observation flottante” a été élaborée par l’anthropologue Colette Pétonnet (1982), dans les an (...)
  • 9  Si l’observation et la prise de notes sur le terrain caractérisent la démarche ethnographique, il (...)

13 Les matériaux empiriques de l’enquête ont été collectés en combinant différentes méthodes fréquemment utilisées en sciences sociales et jugées particulièrement appro­priées pour l’objet de cette étude : la méthode dite de l’ “observation flottante”8, l’entretien semi-directif9 auprès d’informateurs sélectionnés pour le rôle qu’ils jouent par rapport à l’objet de l’étude, et enfin, la récolte de documents écrits (tracts publici­taires, journaux locaux), supports visuels, documents d’archives (enquêtes et travaux disponibles sur les communes concernées), etc.

14 L’“observation flottante” a été élaborée par l’anthropologue Colette Pétonnet, dans les années 1980 pour l’étude des phénomènes urbains :

Elle consiste à rester en toute circonstance vacant et disponible, à ne pas mobiliser l’attention sur un objet précis, mais à la laisser flotter afin que les informations la pénètrent sans filtre, sans a priori, jusqu’à ce que des points de repère, des convergences, apparaissent et que l’on parvienne alors à découvrir des règles sous-jacentes (Pétonnet, 1982 :39).

15 Cette méthode repose sur un certain nombre de principes, parmi lesquels “se faire comme étranger à son propre milieu”, “se croire parti au loin, ailleurs” afin de mieux comprendre son sujet d’études de l’intérieur. Ce premier principe, qui permet au cher­cheur de cultiver sa capacité d’étonnement, est très utile au chercheur qui travaille sur un “milieu social et culturel” proche (mais toutefois quelque peu différent) du sien. Cultiver cette capacité d’étonnement est nécessaire pour la saisie des différences, fussent-elles minimes, entre son propre système de référence et celui de ses interlocu­teurs. Le second principe de cette méthode consiste à “conserver un regard distancié sur son objet d’étude”, via différentes manières d’objectiver les informations collec­tées. Pour cela, rien de tel que de tenir un “journal de terrain” dans lequel on note autant les observations effectuées que des pistes de réflexion, d’analyse. Après la phase de collecte des données, le contenu de ce “journal” fournira un matériau pré­cieux. Un troisième principe consiste à “rester neutre”, ne pas aider, ni assister qui que ce soit sur le terrain, se contenter de donner à ses interlocuteurs quelques informations, mais jamais de conseils. Pour Pétonnet,

  • 10  On se rend compte ici à quel point “l’observation flottante” se situe aux antipodes d’autres conce (...)

Si l’affectif s’en mêle, on devient incapable de restituer l’intimité des gens sans y projeter ses propres affects10.

16 La mise en œuvre de cette méthode suppose encore de commencer par la collecte des “matériaux de base” (ici, les données statistiques sur les populations étudiées, ainsi que l’inventaire de l’offre sportive et socioculturelle), synthétisés dans la section sui­vante, et de veiller à ne pas privilégier le discours des acteurs mais à le croiser avec l’observation ou d’autres données complémentaires. Pour la collecte de ce “discours”, auquel nous avons toutefois donné une place centrale étant donné que c’est par celui-ci que s’expriment des opinions, des points de vue ou des expériences personnelles, nous avons eu recours à des entretiens semi-directifs.

17 Car si l’observation et la prise de notes sur le terrain constituent la voie royale de la démarche ethnographique, il est tout aussi important de les compléter par des entre­tiens menés auprès de personnes que l’on peut qualifier d’informateurs plus ou moins “privilégiés”. L’entretien semi-directif visait ici à obtenir des informations précises sur la réalité sociale étudiée permettant de donner du sens aux pratiques observées sur le terrain. Au total, quarante-sept entretiens semi-directifs d’une durée allant d’une demi-heure à deux heures ont été réalisés dans le cadre de cette étude auprès de travailleurs sociaux, de responsables politiques ou privés, de parents, et de quelques jeunes.

18 Durant plusieurs mois, nous avons ainsi fréquenté les salles de sport communales et privées, les terrains de sport de quartier, afin de nous faire une idée sur les catégories de jeunes qui les fréquentaient, posant ça et là quelques questions, prenant note de tout ce que nous pouvions observer.

19 La combinaison de ces différentes méthodes, mais qui en fait n’en font qu’une, ce qu’on appelle l’ethnographie, produit généralement des données hétéroclites que nous avons tenté de combiner à travers deux “tableaux contrastés”. Ces deux tableaux visent à décrire la manière dont le sport est offert, organisé et consommé à Saint-Josse, commune ayant fait l’objet d’une investigation plus longue et plus poussée, et à Wolu­wé-Saint-Lambert, une commune que nous avons intentionnellement choisie en raison des nombreux contrastes qu’elle présente par rapport à la première. L’approche com­parative avait donc ici pour seul objectif de nous aider à mieux identifier les traits sail­lants de chaque “tableau”.  

IV. Saint-Josse et Woluwé-Saint-Lambert : deux “terrains” contrastés

20 À bien des égards, les communes de Saint-Josse et de Woluwé-Saint-Lambert se situent en effet aux antipodes l’une de l’autre. Il n’est donc pas inutile de commencer par un relevé comparatif de quelques indices statistiques et urbanistiques qui nous per­mettent de mieux saisir les différences entre les deux communes. En effet, en guise de préalable à l’ambition de compréhension par la comparaison, il nous faut savoir à quels mondes sociaux nous avons affaire.

  • 11  Confer la brochure Grandir à Bruxelles, de l’Observatoire de l’enfant.

21 Commençons par des données de nature urbanistique. Saint-Josse, tout d’abord, s’étend sur seulement 1,1 km2, ce qui en fait l’une des communes les plus petites de Belgique, et comprend 7,32 hectares de superficie allouée pour des terrains à usages sportifs ou de loisirs, et autres espaces ouverts (parcs, terrains sportifs communaux, etc.), soit un rapport de 6,4 %. En termes d’aménagement urbain, Saint-Josse fait donc partie des communes bruxelloises pour lesquelles l’espace vert est très largement en-dessous de la moyenne régionale (12m2 pour 60m2 de moyenne)11. Woluwé-Saint-Lambert, par contre, a une superficie au sol de 7,2 km2, dont 102 hectares sont alloués à sa population pour des usages sportifs ou de loisir, soit un rapport de 14,2 %. Ces chiffres donnent déjà une idée de l’étendue contrastée des espaces disponibles et accessibles à la population jeune notamment pour des activités sportives ou autres dans les deux entités.

  • 12  La densité de St-Josse est la plus élevée du royaume.

22 Regardons maintenant ce qu’il en est de la population des deux communes, de leurs densités et de leurs structures respectives. A l’époque où nous avons mené notre étude, Saint-Josse comptait 23.142 habitants, pour une surface plus de six fois plus petite que Woluwé-Saint-Lambert, qui recensait un peu plus du double d’habitants (47.845). La densité de la population de Saint-Josse était donc à peu près trois fois plus importante qu’à Woluwé-Saint-Lambert : 20.259,212 h/km2 contre 6.622,3 h/km2. La structure de la population des deux communes en termes de classes d’âge était également éloquente. Saint-Josse avait l’une des moyennes d’âge les plus jeunes du royaume, tandis que Wolouwé-Saint-Lambert l’une des plus âgée : à peu près 31 % de la popu­lation de la commune de Saint-Josse avait entre 0 et 19 ans, contre 20 % seulement à Woluwé-Saint-Lambert.

23 Forte d’être l’une des plus petites communes de Belgique et d’avoir l’une des moyennes d’âge les plus jeunes, Saint-Josse est également connue comme l’une des communes bruxelloises où réside une importante communauté turque et maghrébine. Plus d’un tiers de sa population ne détient pas la nationalité belge, un jeune de moins de dix-neuf ans sur cinq est de nationalité étrangère, tout comme 44 % des jeunes inscrits en secondaire. Le tableau ci-dessous donne un bon aperçu de la structure de la population des deux communes. On observe, pour reprendre Park, des “voisinages” contrastés d’une commune à l’autre.  

Tableau 1 : Structure de la population des communes de Saint Josse et Woluwé-Saint-Lambert

  • 13  Population au 1er janvier 2005.
  • 14  Enquête socio-économique, 2001.
  • 15  “Étranger” est entendu ici comme n’ayant pas la nationalité belge au 1er janvier 2004.
  • 16  Assez étonnement, les étrangers de moins de 19 ans sont plus nombreux, chez les hommes comme chez (...)
  • 17  Pour l’année scolaire 2003-2004.

St-Josse

WSL

Population totale13

- 23.142 habitants

- 47.845 habitants

Densité de population14

- 20.259,2 h/km2

- 6.622,3 h/km²

0-19 ans

- 30,36 % pop. tot.

- 20,28 % pop. tot.

20-39 ans

- 36,33 %

- 28,94 %

40-59 ans

- 21,42 %

- 26,85 %

60 et plus

- 11,90 %

- 23,73 %

Hommes

- 51,03 %

- 44,96 %

Résidents “étrangers15

- 33,27 %

- 24,60 %

“Etrangers” d’origine européenne

- 32,85 %

- 76,89 %

“Etrangers” d’origine africaine

- 23,84 %

- 7,79 %

“Etrangers” d’origine turque

- 23,79 %

- 0,06 %

“Etrangers” de moins de 19 ans16

- 20 %

- 24 %

Elèves “étrangers” en enseignement primaire17

- 35,90 %

- 14,55 %

Elèves “étrangers” en secondaire

- 43,52 %

- 12,52 %

Revenu moyen annuel par habitant (2003)

- 6.450 €

- 13.350 €

Taux de chômage global

- 33,90 %

- 10,40 %

Taux de chômage pour les jeunes de moins de 25 ans

- 40,50 %

- 23,10 %

24 De ces “matériaux bruts”, nous pouvons tirer comme enseignement que Saint-Josse et Woluwé-Saint-Lambert divergent nettement sur plusieurs critères. Premièrement, l’environnement de vie, avec des espaces réservés aux loisirs et au domaine public bien plus importants dans la seconde, qui présente également une densité de popula­tion nettement moins importante que la première. Deuxièmement, la structure des classes d’âges, Woluwé-Saint-Lambert étant une commune dont la population est en moyenne beaucoup plus âgée que celle de Saint-Josse. Troisièmement, la structure genrée de la population, avec un contingent féminin largement majoritaire à Woluwé-Saint-Lambert et minoritaire à Saint-Josse. Quatrièmement, la proportion de popula­tion étrangère, non pas tant au niveau de la distinction entre “belges de souche et étrangers” qu’en termes de provenance des résidants non-belges : Woluwé-Saint-Lambert présentant un contingent d’immigrés européens représentant les trois-quarts de la population immigrée, alors qu’elle est majoritairement originaire de Turquie, du Maghreb et d’Afrique pour Saint-Josse. En outre, la nationalité belge, dont l’acquisi­tion a été élargie et facilitée depuis 2001, recouvre elle-même une diversité de trajec­toires et d’origines (enfants, à la seconde ou à la troisième génération, de migrants). Cinquièmement, le niveau socio-économique de la population : le revenu moyen par habitant étant plus de deux fois supérieur à Woluwé-Saint-Lambert qu’à Saint-Josse, et le taux de chômage trois fois moindre.

25 Ces statistiques ne nous apprennent cependant rien que nous ne pouvions déjà pres­sentir. Bien sûr, elles étoffent peut-être un peu plus la conviction selon laquelle nous avons affaire à deux mondes sociaux totalement différents. Cependant, elles ne disent rien du vécu des individus. Il ne s’agit pas ici simplement d’un appel romantique à plus de considération pour le ressenti de chacun, mais bien plutôt de dire que ce qu’un travail uniquement quantitatif oublie, c’est la marge de manœuvre irréductible des individus, des acteurs sociaux et institutionnels. Il est clair que les acteurs, collectifs et individuels, évoluent dans un environnement donné qui les contraint à agir de certaines façons en même temps qu’il leur permet certains autres comportements. Leur marge de manœuvre, qui peut être importante ou réduite, est constituée par toutes ces petites et grandes actions grâce auxquelles les acteurs, individuels et collectifs, s’ac­commodent des contraintes qui leur sont imposées ou tentent de les dépasser, utilisent les ressources à leur disposition, choisissent une voie plutôt qu’une autre pour arriver à un but qu’ils se sont fixé ou qu’on leur a assigné, etc. Bref, ce sont les actions concrè­tes des individus qui rendent plus malléables les limites de leurs possibilités.

26 Du point de vue du raisonnement scientifique, cette prise en compte de la marge de manœuvre des individus implique un avantage et un inconvénient. L’inconvénient, c’est que l’on s’oblige de la sorte à abandonner l’illusion d’une connaissance directe et totale du monde social. Si l’on convient de prendre en compte la diversité des maniè­res de faire, et donc de ne pas s’intéresser qu’à ce qui peut être chiffrable, il faut recon­naître que la connaissance ne sera jamais que partielle et orientée, ne fût-ce que par les questions posées. Mais cette manière de faire nous fait probablement gagner quelque chose que ne permet pas l’approche par les statistiques. Un indicateur de niveau de chômage, par exemple, ne nous dit pas comment les personnes dites “sans emploi” occupent leurs journées, ni pourquoi.

27 Ces considérations générales sur les rapports entre approches quantitatives et quali­tatives ne doivent cependant pas voiler la difficulté principale que rencontre tout cher­cheur ayant opté pour la seconde voie, à savoir, de présenter des résultats synthétiques qui soient aussi éclairants et puissants qu’un tableau de chiffres et de proportions.

V. Données

28 Comment le sport est-il organisé et offert à la population jeune des deux communes bruxelloises, Saint-Josse et Woluwé-Saint-Lambert, que les données descriptives opposent à tous les niveaux ? Nous avons tenté de répondre à cette question en ras­semblant un ensemble de données empiriques à partir desquelles nous allons essayer de restituer un portrait fidèle de l’offre sportive publique et privée dans les deux enti­tés concernées, et de la manière dont celle-ci est reçue par son public cible, les jeunes.

29 En nous inspirant des textes de Robert E. Park, plus précisément de ses suggestions pour ce qui concerne l’étude des phénomènes de ségrégation urbaine (Park, 1992) et du travail plus récent de Yasmine Siblot (2005) sur les rapports entre les habitants d’un quartier populaire et ses administrations, nous avons élaboré une grille d’analyse des politiques d’animation sportive applicable dans chacune des deux communes bru­xelloises étudiées. Cette grille d’analyse nous a permis de comparer leurs politiques d’animation sportive et d’identifier leurs spécificités respectives.

A. Le façonnement éducatif de la politique d’animation de la jeunesse dans une commune “défavorisée” de la Région Bruxelloise

30 Dans un premier temps, nous avons cherché à comprendre comment les acteurs communaux, liés d’une manière ou d’une autre aux politiques d’animation sportive de la commune envisagent leur fonction, les objectifs qu’ils lui assignent et la manière dont celle-ci est modelée par le fait qu’ils l’exercent à Saint-Josse et non dans une autre commune. Comme nous l’avons entendu à maintes reprises, “le sport” (sans pour autant qu’il ne soit précisé de quel sport il est question) est largement considéré tant par les responsables que par le personnel des services communaux comme un moyen privilégié d’intégration sociale. D’une manière générale, à l’exception de l’un ou l’autre projet rendu possible par un contrat de quartier et ayant pour objectif préalable­ment défini la valorisation du jeune, la mixité entre filles et garçons, la transmission de certaines valeurs comme la coopération, l’entraide et la solidarité, la grande majorité des activités sportives proposées aux jeunes de la commune sont présentées comme ayant une orientation “sociale”. « Le sport aide à sortir les jeunes de la rue », avons-nous entendu à plusieurs reprises. Pour les échevins, éducateurs et responsables d’infrastructures sportives, l’intégration sociale est une vertu inhérente de l’activité sportive, sans pour autant que les mécanismes par lesquels le sport est supposé aider l’insertion des jeunes des quartiers défavorisés soient explicités. On peut cependant se demander ce que les acteurs communaux entendent par l’insertion ou l’intégration sociale par le sport, et comment celle-ci est mise en pratique.  

  • 18  Cette tendance s’observe notamment chez les jeunes qui se rassemblent les mercredis après-midi dan (...)

31 Conformément à la politique officielle de la commune axée sur la mixité culturelle, tant les éducateurs de rue du Département Prévention que les responsables du Départe­ment Jeunesse orientent leurs activités de manière à favoriser la rencontre des jeunes issus de communautés ethniques différentes qui ont, selon eux, tendance à « rester entre soi »18 :

Nous, en tant que services de la commune, un de nos objectifs, c’est la mixité, c’est que les jeunes puissent jouer ensemble et c’est l’interculturel que l’on vise, la mixité culturelle. […] Quand on organise des tournois, on demande à chaque équipe d’avoir au minimum trois origines différentes par équipe […] (Un éducateur du département communal “prévention”).

32 On peut dire que la politique sportive de la commune de Saint-Josse vise autant que faire se peut à ramollir les clivages communautaires entre jeunes provenant des diffé­rentes origines qui caractérisent l’immigration en Belgique. On peut toutefois se demander quelle est la ligne directrice implicite de cette politique qui oscille entre intégration et assimilation et qui, d’un certain point de vue, a tendance à renforcer les “origines”, les clivages ethniques. Car si l’on sait bien que la notion d’intégration, au delà de sa polysémie relative, insiste sur la nécessité pour l’individu de conserver des liens avec sa culture d’origine (Manço, 1999), on peut sérieusement s’interroger sur les effets ségrégationnels d’une telle exigence de la part des éducateurs de rue. L’inté­gration implique en effet trois processus sociaux : l’échange entre culture d’origine et culture d’accueil, la participation citoyenne (Timmerman, 1992) et l’égalité (d’accès aux infrastructures sportives par exemple), ce qui n’est pas le cas de l’assimilation, qui n’implique pas la réciprocité, notamment d’ordre économique (Rex, 1973). Car si, d’un certain point de vue, les jeunes d’origine immigrée de Saint-Josse peuvent être considérés comme étant “intégrés” à la “société” belge (notamment parce qu’ils ont accès à l’enseignement officiel, jouissent des mêmes droits que n’importe quel autre jeune belge, etc.), certains indices montrent cependant qu’ils en sont également exclus, mais d’une manière peut-être plus insidieuse.

33 Dans son désormais célèbre article La ville : propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain (publié pour la première fois en 1915), Park écrivait que « les processus de ségrégation instaurent des distances morales qui font de la ville une mosaïque de petits mondes qui se touchent sans s’interpénétrer » (Park,1992 :320). Or, des mercredis après-midi d’observation que nous avons effectués sur les différents espaces communaux où des activités sportives étaient offertes aux “jeunes de Saint-Josse”, nous pouvons affirmer sans aucun doute que ces jeunes vivent dans un “monde” différent des autres jeunes allochtones qui fréquentent plutôt les infrastructures privées avec cotisation, et les centres sportifs à l’extérieur de la commune. Les nombreuses observations que nous avons réalisées sur la plupart des lieux sportifs communaux et publics nous ont en effet permis de constater que ces dif­férents types d’espaces sont fréquentés par des populations très différentes, et que con­trairement aux jeunes allochtones, les jeunes issus de l’immigration ne quittaient que rarement Saint-Josse. Les jeunes qui occupent la salle de sport communale tous les mercredis après-midi, ceux dont “s’occupent” les services de jeunesse et de “préven­tion” sont tous, sans exception, des jeunes dont les parents sont d’origine turque, maghrébine ou africaine.  

34 Comme nous avons pu le constater à maintes reprises, le sport occupe une place prépondérante (bien que non exclusive) dans les activités proposées aux jeunes de cette commune, et cela également, dans une perspective très normative, passant par une forme à peine voilée de “gestion des corps” : « Le public que l’on vise vraiment est dans la rue. On ne veut pas que ces jeunes traînent et ce serait bien qu’ils fassent un peu de sport… », déclare ainsi l’un des responsables du Département Jeunesse. L’ensemble de l’offre sportive communale consiste pour ainsi dire en activités spor­tives, et on pourrait même dire en une activité centrale : le mini-foot. Les autres sports comme le basket ou le volley, le tennis ou la pétanque, et auxquels s’adonnent les jeu­nes autochtones de la commune, sont considérés par les travailleurs de terrain comme des sports “bourgeois”.

35 Ce qui renforce l’idée que le sport est ici vu comme un moyen de domestication des jeunes, c’est la masculinisation des activités sportives communales proposées. En effet, de manière générale, il y a très peu d’activités organisées pour les jeunes filles. Rien, pour ainsi dire, ne leur est proposé spécifiquement et on ne les rencontre quasi­ment pas dans les activités mixtes du mercredi après-midi organisées par le Départe­ment Prévention. Les seules filles que nous avons vues au cours de l’enquête participer aux activités proposées par les services communaux venaient en effet de l’extérieur de la commune. Aux questions que nous posions concernant cette absence flagrante des jeunes filles, nous recevions des réponses du type de celle-ci, provenant d’un respon­sable d’une infrastructure sportive :

C’est vrai qu’on a beaucoup de difficultés pour amener des filles, c’est vrai qu’on rencontre des obstacles, des freins culturels […] Dans la culture musulmane, le garçon est élevé comme un enfant-roi, tout lui est permis, très tôt il peut sortir, et en fait il est un peu livré à lui-même. La fille, par contre, elle a un cadre qui est hyper restrictif […].

36 D’une manière générale, ce type d’explication, qui relève d’un regard culturaliste, et qui envisage les différences (ici, concernant la participation des garçons et des filles aux activités sportives de la commune) comme un “donné” et non comme un “cons­truit”, cache souvent des rapports de domination que l’on validerait par des caractéris­tiques propres à certains groupes. Les réponses que nous avons reçues concernant cette problématique, et qui n’éclairent absolument pas les raisons de la quasi absence d’acti­vités spécifiquement orientées vers les jeunes filles habitant les quartiers de Saint-Josse, ne font que confirmer l’hypothèse d’un renforcement institutionnel des clivages entre les cultures jeunes féminine et masculine (Pasquier, 2000). Le manque de moyens souvent évoqué justifie-t-il l’homogénéité des activités proposées ?

  • 19  Parmi les activités permanentes proposées aux jeunes de la commune, le mini-foot est de loin l’act (...)
  • 20  Voir Park R. E., 1977.

37 L’organisation d’activités sportives collectives comme les tournois de football19 organisés les mercredis après-midi par les éducateurs de rue de la commune, permet non seulement de canaliser et d’occuper un grand nombre de jeunes joueurs, mais aussi un nombre non négligeable de spectateurs. Les acteurs communaux de Saint-Josse semblent ainsi opérer, et quasiment à leur insu, selon les mêmes motivations que celles qui guidaient les planificateurs urbains étudiés par Park dans les villes améri­caines au début du XXe siècle. Les terrains de jeux et autres formes d’équipements sportifs sont considérés ici comme offrant aux populations urbaines dominées autant de lieux où peuvent se libérer leurs pulsions latentes refoulées20. Notons au passage qu’on ne parle plus aujourd’hui de “pulsions”, mais bien de “tensions”, qu’il faut apprendre au jeune à maîtriser :

Parce que ça [les tournois de mini foot entre équipes appartenant à d’autres quartiers, d’autres communes] introduit la notion de respect et de tensions, de tensions qu’on arrive à maîtriser. Ça me paraît quand même intéressant de pouvoir gérer ce genre de problème (le directeur d’une infrastructure sportive).  

38 Si le vocabulaire a changé, les idéologies quant à elles ne semblent pas avoir beau­coup évolué, comme les dispositifs oppresseurs mis en place par les pouvoirs locaux pour gérer les populations dominées semblent le montrer. Si l’on ne peut nier l’exis­tence de certains types de liens entre les acteurs communaux et les autres acteurs en présence, il faut bien constater que les premiers se font un point d’honneur à maintenir ce qui “fonctionne bien” en matière d’animation sportive sur la commune, c’est-à-dire ce qui attire leur public-cible.

  • 21  Rappelons que, pour Robert E. Park, les associations propres à un quartier ou un secteur de la vil (...)

39 En parallèle aux activités sportives organisées par les agents communaux, foison­nent néanmoins des initiatives venant du monde associatif21, des écoles du réseau catholique et d’autres acteurs non institutionnels. Mais, malgré l’absence de véritable collaboration entre les différents acteurs en présence, tous partagent une même conception de la mission qu’il est de leur devoir de jouer auprès des jeunes. Ainsi, le président d’un club sportif de Saint-Josse envisage, entre autres, les activités de son club comme un lieu de socialisation, de transmission des valeurs (mais lesquelles ?), où les jeunes feraient en quelque sorte l’apprentissage du vivre ensemble : 

Moi je considère que nous participons à leur éducation parce qu’il y a des règles de fair-play, il y a des règles de savoir-vivre, il y a des règles pour apprendre à vivre en communauté, il y a des règles pour accepter les autres, etc. Moi je considère qu’on a un rôle social à jouer en encadrant les jeunes et en leur donnant le bon exemple, plutôt que de les laisser à l’aventure. Ils s’ennuient, ils ont trop de loisirs. Ici, ils sont actifs, pratiquement gratuite­ment, ils sont encadrés par des gens qui leur donnent le bon exemple…

40 Derrière ces paroles, qui expriment la volonté d’offrir une bonne éducation aux jeu­nes de la commune, on devine une critique des parents qui ne joueraient pas leur rôle éducatif. L’absence de motivation est ainsi largement dénoncée dans le discours de nos “informateurs”, comme la cause principale du manque d’assiduité des jeunes de la commune. Les responsables du service de médiation interculturelle invoquent ce man­que de motivation en ces termes :

Il y a beaucoup d’absentéisme, ils n’ont pas la notion de… Ils ne savent pas s’investir entièrement dans un projet après un moment… Parfois, c’est compréhensible, c’est une question de maladie, un problème de papiers, la situation qui change. Ça je peux le comprendre. Mais parfois ils sont démo­tivés et ils s’arrêtent du jour au lendemain… Il y a une partie de culturel, ils décrochent facilement…

41 De tels propos aboutissent évidemment à un constat quelque peu teinté de cultura­lisme, tournant autour de l’idée que les jeunes sont victimes du manque d’investisse­ment de leurs parents, et du fossé qui les sépare des jeunes allochtones, ce qui revient à penser qu’il existerait une différence entre les jeunes issus de l’immigration et les autres jeunes. L’offre sportive telle qu’organisée par les services communaux de Saint-Josse est donc entièrement structurée autour de l’idée centrale que les pouvoirs publics ont pour mission d’offrir à ces jeunes une éducation et un “cadre” que leurs parents ne semblent pas à même de leur offrir. Sans pour autant nous prononcer ni sur la perti­nence ni sur les fondements d’une telle vision de la jeunesse issue de l’immigration, force nous est cependant de constater que sa prégnance chez les acteurs dirigeants a des conséquences directes sur le façonnement de la politique sportive communale de cette première commune.   

B. Les politiques sportives à Woluwé-Saint-Lambert : un modèle centré sur le jeune

42 Les thématiques que nous avons abordées avec les acteurs communaux de la commune de Woluwé-Saint-Lambert sont à peu près les mêmes que celles étudiées pour la commune de Saint-Josse. Quelle est la place effective du sport dans la vie d’un jeune par rapport à d’autres activités ? Plus globalement, quelles représentations sous-tendent ces pratiques, sportives et autres ? Qu’est-ce qui est caractéristique du monde sportif à Woluwé-Saint-Lambert ? 

43 Globalement, tous nos interlocuteurs ont conscience d’habiter ou de travailler dans une commune “privilégiée”, par rapport aux possibilités qu’ils ont de mettre en place des politiques sportives ou socioculturelles à l’attention des jeunes. En raison de l’his­toire urbanistique particulière de Woluwé-Saint-Lambert, et de l’uniformité relative des résidents, nous pouvons émettre l’idée que s’y serait développé un “esprit de quar­tier” particulier, jouant un rôle dans la “participation” des jeunes de la commune aux activités locales : les enfants jouent ensemble dans la rue, s’entraînent ensuite l’un l’autre à pratiquer un même sport, à fréquenter les mêmes infrastructures, etc.

44 Avant de procéder à l’analyse proprement dite du matériau récolté, arrêtons-nous quelques instants sur certaines observations générales concernant cette commune dite “favorisée”. Ce qui frappe tout d’abord, en comparaison avec Saint-Josse, c’est le nombre et la taille des infrastructures ayant pour vocation la pratique du sport. Comme nous l’avons vu précédemment, Woluwé-Saint-Lambert se prête admirablement bien à de multiples implantations de par ses caractéristiques géographiques et urbaines (pré­sence d’espace verts, facilités de transports en commun ou proximité d’artères impor­tantes) et socio-économiques (population relativement aisée). Il est ensuite utile de mentionner le fait qu’une bonne centaine d’associations y développent leurs activités : l’offre y est dont très diversifiée, tant sportive que socioculturelle. Troisièmement, l’offre de sport proposée tant par la commune que par le monde associatif n’est jamais découplée de celle, plus globale, de l’activité physique, artistique, scientifique ou autre, organisée à l’échelle de la commune. Pour finir, un certain climat politique (confer supra) limite les tensions entre les services communaux et les clubs ou l’associatif.

45 L’importance des infrastructures sportives a notamment pour effet d’attirer une nombreuse population jeune venant d’autres communes de Bruxelles, ce qui n’est pas le cas de Saint-Josse qui n’attire pour ainsi dire que ses propres jeunes. La patinoire, par exemple, voit passer, certaines journées, plus de 1.300 personnes, ce qui donne sur une saison une moyenne de 100.000 entrées. Le Stade Fallon, quant à lui, voit passer près de 5.000 jeunes par semaine. Au Centre sportif de Woluwé, ce sont « plusieurs centaines de milliers de personnes qui passent par an », d’après son Directeur. Un autre facteur souvent évoqué concerne la multidisciplinarité de l’offre sportive :

Les infrastructures, c’est un cadre magnifique : vous avez beaucoup de garçons qui jouent au football, dont la sœur fait soit du hockey, soit de l’athlétisme, soit de la gym, soit du tennis. Donc quelque part, ça aide aussi à augmenter les capacités de tout le monde (un steward).

46 Bien sûr, les variables environnementales, matérielles et géographiques ne sont pas les seules responsables du bon fonctionnement du secteur sportif : Woluwé-Saint-Lambert est aussi une commune où les habitants possèdent un niveau de vie supérieur à la moyenne nationale. Ce qui joue, bien sûr, sur les dépenses consacrées à la pratique d’activités sportives ou autres. Comme le directeur d’une infrastructure le mentionne : « L’avantage, je ne vous cache pas, d’être ici, c’est qu’on est dans un endroit où les gens ont de l’argent ». Par conséquent, les activités sportives ont une orientation généralement qualifiée de “culturelle”, plutôt que de “sociale”. Car il faut reconnaître que les motivations que peuvent manifester des jeunes à pratiquer un sport sont sou­vent bien différentes selon qu’ils soient ou non issus d’une famille où il est difficile de joindre les deux bouts en fin de mois.

47 Si l’offre sportive qui nous intéresse ici est celle proposée par l’administration communale, les acteurs qui la composent jouent a priori un rôle incontournable. De ce point de vue, les décideurs communaux rencontrés estiment que la Commune effectue un travail plus que correct dans le domaine du sport. L’échevine de l’action sociale évoque l’existence d’un “maillage” d’activités qui captent la majorité des jeunes de la commune : 

Il y a une série de dispositifs qui font qu’il y a un maillage, les enfants sont pris en charge, même s’il y en a toujours qui se perdent… Il y en a toujours qui passent entre les mailles, il y a quand même un bel éventail […]

48 Cette conception de l’organisation du sport dans la commune est sous-tendue par une représentation que partagent la plupart des acteurs que nous avons interrogés. Selon celle-ci, il convient de prendre l’enfant dès le plus jeune âge :

Si tu veux que les treize, quatorze, quinze ans puissent former un groupe cohérent, avec des activités régulières, c’est pas quand il a quatorze ou quinze ans que tu dois lui apprendre ça, c’est quand il a 6 ans. Et si je fais une équipe d’animation, et que cette équipe-là elle travaille sur les 6-25 ans, c’est cohérent. C’est sur les 6-12 que le gros du travail doit se faire (le directeur d’une infrastructure sportive).

49 Cette organisation globale et intégrée des activités sportives communales visant à attirer et informer les jeunes habitants de la commune dès leur plus jeune âge entre en écho avec un travail du milieu culturel spécifique porté par les parents.

50 D’un autre côté, outre ce “maillage” de l’offre sportive adressée à la population jeune de la commune, un autre responsable communal met en avant l’intérêt que mani­festent la Commune et l’échevinat en particulier pour le sport :

Il y a une dame qui est chez nous depuis 30 ans et elle s’est toujours battue pour que les clubs sportifs aient des infrastructures… Parce que je pense que la base aussi, c’est d’avoir des bons clubs mais qui ont aussi des bonnes infrastructures.

51 Les relations entre les structures communales et l’Administration elle-même, en ce compris le Collège des bourgmestres et échevins, peuvent être qualifiées de symbioti­ques, dans le sens où elles se répondent mutuellement : le Collège développe une certaine politique favorable au développement des sports, et les structures dépendantes sont tout à fait disposées à les appliquer. En retour, ces structures ont l’air d’avoir une certaine assurance par rapport à ce qu’elles peuvent attendre des édiles communaux. Tout semble indiquer que le “courant passe” entre les acteurs communaux et les ani­mateurs, ce qui, nous l’avons vu, est loin d’être le cas à St-Josse.

52 Si la plupart des acteurs de l’offre d’activités sportives organisées considèrent qu’ils évoluent dans un milieu favorisé, tous désirent cependant nuancer ce constat en invoquant le fait qu’il ne s’agit pas tellement d’une question liée à une forme d’aisance financière :

On aurait tendance facilement à dire que Woluwé-Saint-Lambert, c’est une commune riche, avec des gens plein de facilités… Mais il n’y a pas que ça à Woluwé-Saint-Lambert, il y a des gens moins aisés, des habitations sociales, il y a un peu tout public (un assistant social).

53 On retrouve cette conception qui se veut explicitement moins réductrice de la popu­lation de la commune à l’intérieur de la théorie sociologique de Park qui envisage la ville comme « une mosaïque de petits mondes se côtoyant mais ne s’interpénétrant pas » (Park, 1992 :307-309). Ces “petits mondes” peuvent être envisagés comme des espaces symboliques à l’intérieur desquels les individus évoluent les uns par rapport aux autres, sans cesser de se mesurer à autrui, mais à un autrui relativement homogène. Il nous semble cependant que cette vision du monde urbain comme une mosaïque de petits mondes plus ou moins imperméables les uns aux autres, est davantage conforme à ce qui se passe à Saint-Josse qu’à Woluwé-Saint-Lambert. Lorsque le directeur d’un centre sportif parle par exemple d’une “ouverture culturelle” qui serait naturellement inscrite dans la démarche de parents désireux d’inciter leurs enfants à pratiquer un sport ou un instrument de musique, comme un moyen d’ouverture vers l’Autre, c’est bien de cela dont il est question, d’un “monde social” dont les frontières sociales et culturelles ne sont pas aussi étanches qu’à Saint-Josse. Bien entendu, il n’y a rien de “naturel” dans la manière dont les habitants d’une commune manifestent un degré relatif d’ouverture ou de cloisonnement culturel à l’égard de l’extérieur.

54 Contrairement aux activités visant spécifiquement les jeunes issus des quartiers défavorisés de Saint-Josse, les gestionnaires des infrastrucrutes de Woluwé-Saint-Lambert insistent sur l’importance de mettre celles-ci à la disposition de tous. En pro­mouvant « des critères d’excellence pour tous », plutôt que des critères d’intercultura­lité, les responsables rencontrés visaient explicitement à atténuer, chacun à sa manière, les différences entre « doués » et « moins doués » :

On essaye que ça ne se perçoive pas parce que les entraîneurs sont de même qualité, les enfants payent la même cotisation, ils ont le même équi­pement, ils ont le même terrain… Donc, on essaye que ça ne se voit pas. Mais bon, il y a 4 équipes de 14 ans, et évidemment il y en a deux très bonnes et deux moins bonnes et ça, c’est le sport.

55 C’est en fait à un nivellement par le haut que désirent procéder la plupart de nos interlocuteurs. Bien sûr il s’agit d’offrir à tous la possibilité d’accéder à des infrastruc­tures ou à des cours, mais avec des “critères d’excellence” et non de “mixité culturelle”.

56 Dans la commune de Woluwé-Saint-Lambert, la finalité des activités sportives organisées semble davantage orientée vers l’individu que vers le collectif, bien que l’idée des vertus “civilisatrices” (au sens de Park) des activités sportives organisées ne soit pas tout à fait absente des propos de nos informateurs. Le responsable d’une infra­structure communale évoque, à ce sujet, l’importance

De proposer à des jeunes des organisations de tournois assez structurés, soit entre communes, soit entre quartiers, mais disons, d’essayer d’intro­duire la notion de compétition, parce que ça introduit la notion de respect, de tensions, de tensions qu’on arrive à maîtriser. Ca me parait quand même intéressant de pouvoir gérer ce genre de problèmes.

57 Cette idée de structuration tant interne qu’externe qui lie les individus à leurs activi­tés sportives est donc présente dans le chef des informateurs que nous avons rencon­trés dans les deux communes, mais sont différemment mises en œuvre. L’aspect ludi­que semble être périphérique par rapport au “travail interne” de l’activité sportive sur l’individu, parce qu’à travers lui viendront d’autres avantages :

C’est l’éducation par l’action… D’abord, c’est l’amusement. Puis, au fur et à mesure que tu grandis, je crois que tu découvres qu’au travers des mouvements de jeunesse que tu as vécus, tu as découvert des valeurs, on t’a fait prendre conscience de certaines valeurs (le responsable d’un mouvement de jeunesse).

VI. Quelques éléments d’analyse et de discussion

58 Les deux tableaux contrastés que nous venons de produire pour chacune des entités communale investiguées ont pour objectif de décrire et de comparer deux “mondes sociaux” que tout, ou presque, semble opposer. Bien entendu, ils ne peuvent être com­parables en tous points, en raison de la démarche empirique comparative adoptée, qui ne permet jamais de reproduire tout à fait les mêmes conditions d’observation et d’investigation d’une unité de recherche à une autre. C’est là une des caractéristiques de l’ethnographie “multi-site” (Marcus, 2002). Ces deux tableaux reflètent cependant deux réalités concrètes, saisies à travers diverses formes d’explorations (observations, entretiens, analyse de documents, etc.). Leur mise en comparaison révèle de manière fidèle les contrastes et les ressemblances aussi bien objectives (la comparaison du bâti, de la structure des populations, etc.) que subjectives (les différents points de vue des acteurs sociaux sur leur propre monde).

59 Sans pour autant prétendre pouvoir transférer nos observations à d’autres cadres que celui de la présente étude, dont l’ancrage territorial reflète certains aspects de la conception locale de l’intégration, celle-ci montre cependant que ce n’est nullement le sport qui favorise ou entrave l’intégration des jeunes à la société globale, mais que c’est avant tout la manière dont celui-ci est organisé et mis à la disposition des jeunes. Autrement dit, les vertus intégratives du sport dépendent largement de la “philoso­phie” avec laquelle les politiques d’animation sportive sont façonnées, qui découle elle-même des conditions écologiques propres à chaque entité communale, et qui défi­nit par la même occasion les rapports entre la population visée et les acteurs communaux.

60 L’apport essentiel de la sociologie de Park a été de nous aider à resituer les données collectées dans une perspective écologique, permettant de saisir le rôle du “milieu” dans lequel agissent les individus, et qui peut être autant libérateur que contraignant. Les constats et observations réalisés dans les deux communes concernées, montrent bien que le façonnement des politiques d’animation sportive est le résultat d’un pro­cessus sociohistorique complexe, dans lequel interviennent un ensemble de facteurs interagissant les uns avec les autres, mais dont la combinaison manifeste quelque chose du caractère et des caractéristiques de sa population.  

  • 22  Depuis longtemps, le sport occupe une place privilégiée dans les politiques d’intégration et de pr (...)

61 Dans la première commune étudiée, Saint-Josse, située en plein cœur urbain et administratif de la Région bruxelloise, dont la population est majoritairement issue de l’immigration, où le revenu moyen est nettement inférieur à la moyenne nationale et où l’écart social, économique et culturel entre animants et animés est le plus important, les politiques sportives ont pour but affiché et déclaré de “cadrer”, de “socialiser”, d’“intégrer”, d’“éduquer” une jeunesse qui est perçue comme allant à la dérive22. Dans la deuxième commune, Woluwé-Saint-Lambert, par contre, là où la population est socialement et culturellement beaucoup plus homogène, les activités sportives organisées à l’attention de la jeunesse n’ont pas cette orientation sociale ou éducative, elles ne sont pas un moyen mais, comme nous l’avons vu, une fin.

62 La politique sportive à Saint-Josse est organisée de telle manière qu’elle laisse transparaître un modèle normatif d’éducation (voire de gestion) de la jeunesse pouvant avoir un effet rebutant pour les jeunes visés et donc renforçant les inégalités sociales dans l’accès aux infrastructures sportives. Dans l’autre entité communale, par contre, là où elles n’ont pas pour finalité la moralisation des jeunes, les activités sportives semblent “naturellement” orientées vers un autre modèle d’intégration des jeunes dans la société adulte, un modèle fondé sur les capacités émancipatrices et sur la créativité de chaque individu.

63 L’intégration sociale par le sport est une idée séduisante car elle crée l’illusion qu’il suffirait de faire en sorte que les jeunes de milieux défavorisés, qu’ils soient issus ou non de l’immigration, pourraient plus facilement s’intégrer à leur société s’ils avaient l’occasion d’exercer régulièrement et dans des conditions plus faciles un sport ou une autre activité dirigée, supervisée. L’idée est séduisante car elle propose une solution à l’un des problèmes les plus complexes des sociétés occidentales allant vers une multi­culturalité croissante. Mais c’est oublier que les jeunes issus de milieux défavorisés sont souvent en décrochage scolaire et sont facilement rebutés par les aspects rigides et trop structurés des animations sportives qui leur sont proposées sur leur commune. S’ils n’ont pas facilement accès aux infrastructures privées, ils n’ont pas davantage de facilités à faire des études universitaires, à trouver un emploi, à fréquenter des jeunes vivant dans des milieux différents du leur.

64 C’est en grande partie dès la petite enfance que ces jeunes sont confrontés à des conditions de vie socialement ségrégationnistes. À ces difficultés s’ajoutent les résis­tances de certains acteurs communaux à l’égard de certains groupes ethniques, de même que divers phénomènes de méconnaissance (circulation de l’information), qui constituent une combinaison de facteurs sociaux et culturels contribuant à créer une différenciation accrue dans les voies d’intégration de populations “défavorisées”, et que l’on peut opposer point par point avec la situation de populations “favorisées” pour comprendre comment se mettent progressivement en place des processus discri­minatoires.

VII. Conclusion

65 Il est difficile d’aboutir à des conclusions définitives quant aux politiques d’anima­tion mises en oeuvre dans les deux communes étudiées. Il ressort néanmoins de ce tra­vail une vision plus précise de ce qui fait la différence ou plutôt les différences entre la manière dont l’animation sportive est proposée, organisée et pratiquée dans les deux communes. En ce qui concerne l’animation sportive à Saint-Josse, il faut bien cons­tater que la grande majorité des activités proposées par les services communaux cher­chent certes à minimiser les différences culturelles et sociales entre des individus qui sont pour la plupart, et au-delà de leurs différences “d’origine”, dans une situation sociale relativement semblable à l’égard de la société d’accueil. Or, on sait qu’une mixité sociale et culturelle qui est imposée de l’extérieur ne fonctionne jamais (Donzelot, 2006). Si certains acteurs communaux veillent incontestablement à être à l’écoute des habitants et tout particulièrement des jeunes habitants de la commune, ces bonnes volontés aboutissent rarement à de véritables projets à long terme visant l’im­plication et la responsabilisation des jeunes tout en respectant leurs différences. L’ina­déquation entre la politique sportive et la population jeune de Saint-Josse se manifeste ainsi par le manque d’intérêt des jeunes à l’égard de certaines activités mises en place par les services communaux, et qui est interprété comme l’expression d’un “manque de motivation” de leur part. Or, pour nous, la “motivation” est aussi une question de goût, d’intérêt et une compétence sociale liée à des conditions d’existence.

66 À côté des activités proposées par les services communaux et à côté des clubs spor­tifs dont les droits d’inscription, les horaires et les règlements rebutent les jeunes de milieux défavorisés, il existe toutefois une offre sportive associative qui se présente comme un espace transitionnel et qui permet, tout en faisant de la pédagogie et de l’éducation, d’être un lieu de socialisation et de culture, où la différence, qu’elle soit sociale ou culturelle, est considérée comme une richesse et non comme une source de problèmes. Mais comme nous l’avons vu, les activités organisées par le monde asso­ciatif reposent souvent sur le bon vouloir de bénévoles et, par conséquent, ont une durée de vie également limitée.

67 Les observations effectuées dans le cadre de cette recherche peuvent être confron­tées aux présupposés positifs sur les aspects sociaux que l’on attribue souvent à la pra­tique sportive : insertion dans la société, développement identitaire, apprentissage des rôles de l’individu et des règles de la société, renforcement de l’estime de soi, etc. Le sport aurait des vertus socialisantes qui seraient transférables à la vie sociale (appren­tissage de l’effort, de la persévérance, etc.). Mais derrière l’activité sportive se trouve une réplique du monde social avec les valeurs, les préjugés, les intérêts différentiels de ceux qui le composent. Quand des activités sportives sont pensées, organisées et mises en oeuvre par des acteurs relevant de services publics, on ne peut éviter d’y retrouver des logiques organisationnelles politiques traduisant les idées et l’esprit du quartier, de la commune, de la région, etc.

68 Enfin, d’un point de vue conceptuel et théorique, le concept de “politique d’anima­tion” permet d’envisager les activités sportives comme le produit de l’exercice d’une mosaïque de capacités décisionnelles réparties entre les différentes catégories sociales concernées et constituant un véritable système local de gestion politique de la popula­tion. Les résultats auxquels aboutit la recherche ne permettent ni de confirmer ni d’in­firmer le rôle du sport dans l’intégration des jeunes à la société adulte, mais permet de comprendre en partie comment l’organisation d’activités sportives peut être source de violences symboliques pour des publics occupant des positions dominées dans la structure générale de la société.

Haut de page

Bibliographie

Amin A., 2005 “L’intégration des jeunes Français issus de l’immigration. Le cas des jeunes issus de l’immigration arabo-musulmane et turque : Maghreb, Moyen-Orient et Turquie”, Connexions, n° 83, pp. 131-147.

Bourmeau S., 1988 “Journaliste et sociologue. Robert Ezra Park et la presse”, Politix, 1988, vol. 1, n° 3-4, pp. 50-61.

Cnudde H., 2007 “Enjeux contemporains du sport comme spectacle”, La revue nouvelle, n° 5, pp. 42-47.

Donzelot J., 2006 Quand la ville se défait, Paris, Seuil.

Favret-Saada J., 1990 “Être affecté”, Gradhiva, 8, pp. 3-9.

Manço A., 1999 Intégration et identités : stratégies et positions des jeunes issus de    l’immigration, Bruxelles, De Boeck.

Marcus G., 2002 “Au-delà de Malinowski et après Writing Culture : à propos du futur de l’anthropologie culturelle et du malaise de l’ethnographie”, ethnographiques.org [en ligne], 1, avril 2002.

Park R. E., 1979a “La ville comme laboratoire social”, in Grafmeyer Y., Joseph I. (dirs.), L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier Montaigne, pp. 163-179.

Park R. E., 1979b “La ville, phénomène naturel”, in Grafmeyer Y., Joseph I. (dirs.), L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier Montaigne, pp. 181-192.

Park R. E., 1992 “La ville : propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain”, in Van Meter K. M. (dir.), La sociologie, Larousse, pp. 305-324.

Pasquier D., 2000 La culture des sentiments. L’expérience télévisuelle des adolescents, Paris, Ed. de la Maison des sciences de l’homme.

Pétonnet C., 1982 “L’observation flottante. L’exemple d’un cimetière parisien”, L’Homme, 22/4, pp. 37-47.

Pétonnet C., 1996 “L’invitée du mois. Propos recueillis par Thierry Paquot (novembre    1995)”, Urbanisme, n° 286, pp. 5-11.

Platt J., 1994 “The Chicago School and Firsthand Data”, History of the Human Sciences, 1994, vol. 7, n° 1, pp. 57-80.

Reumaux F., 2008 “Sociabilité et socialité urbaine chez Park. Sur les traces de Simmel ?”, SociologieS (en ligne), Théories et recherches, mis en ligne le 27 avril 2008.

Rex J., 1973 Race, Colonialism and the City, Routledge, Londres.

Schmitz O., 2008 “Quelques réflexions sur les limites à la moralisation des procédés ethnographiques dans l’étude du magique”, ethnographiques.org [en ligne], 17.

Siblot Y., 2005 “ ‘Adapter’ les services publics aux habitants des ‘quartiers difficiles’ ”, Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 159, pp. 70-87.

Timmerman C., 1992 “Turkish Young Women and the School System in Turkey and in Belgium”, Migration, n° 15/3, pp. 103-125.

Haut de page

Notes

1  Il existe un certain flou sémantique entre les notions d’ “intégration” et d’ “insertion”. Considérons que l’intégration implique fondamentalement l’insertion qui suppose d’ “être dans le système” et d’ “y avoir une place”, en termes de travail, de logement, etc. Cependant, il ne suffit pas d’être inséré pour être intégré. L’intégration exige en effet de faire partie du tissu social, de bénéficier d’un statut et de disposer de liens sociaux et culturels suffisants (Amin A., 2005, p.134).

2  Voir, à ce sujet, le rapport de la 8e Conférence des ministres européens responsables du sport : Le rôle du sport dans la société, Ed. du Conseil de l’Europe (1995).

3  La dimension comparative revendiquée dans le cadre de cette étude doit davantage être comprise comme une démarche générale, plutôt que comme une véritable méthode d’analyse.

4  Cette recherche, initiée par Freddy Giele, responsable de l’asbl Inser’Action, a bénéficié d’une subvention du Conseil d’Arrondissement de l’Aide à la Jeunesse (arr. de Bruxelles, projets de prévention générale).  Sa réalisation s’est faite en collaboration avec le Centre d’Etudes Sociologiques (CES) des Facultés Saint-Louis. Abraham Franssen, promoteur de la recherche, a supervisé les différentes étapes de l’enquête ; l’auteur s’est chargé du volet empirique principal dans la commune de Saint-Josse et de la rédaction du rapport final ; Nicolas Marquis a contribué à divers titres, notamment à la collecte des informations sur la commune de Woluwé-Saint-Lambert. Voir L’accès aux infrastructures socioculturelles : clé ou verrou pour l’insertion ? Etude comparative des politiques d’animation sportives et socioculturelles à la jeunesse dans deux communes bruxelloises. Perceptions, pratiques et attentes (monographie), rapport de recherche, Centre d’Etudes sociologiques (CES)/Inser’Action, 2006. La responsabilité des interprétations et les éléments d’analyse présentés dans cet article n’incombent toutefois qu’à l’auteur.

5  Nous utilisons les notions “d’intérêts” et de “préjugés” selon la signification que Robert Ezra Park a donné à ces termes : «Les intérêts sont orientés moins vers des objets spécifiques que vers des fins incarnées par tel ou tel objet particulier à un moment ou à un autre […] Nos sentiments sont liés à nos préjugés, et les préjugés peuvent porter aussi sur des personnes, des races ou des choses inanimées» (Park R. E., 1992, p.315).

6  On sait aujourd’hui, depuis le travail de Jennifer Platt (1994), qu’il est peut-être quelque peu abusif de parler d’ “école de Chicago”, étant donné la diversité des approches et l’absence des éléments de consensus qui permettraient de véritablement parler d’une “école” de pensée sociologique. Ceci est d’autant plus vrai que, d’une certaine manière, la sociologie plus ou moins politique de Park se présente comme relativement autonome (Bourmeau S., 1988).

7  Par intérêt personnel, nous cherchions des informations sur la manière dont les milieux scientifiques belges de l’époque, et particulièrement les anthropologues, s’étaient positionnés à l’égard de la politique coloniale de Léopold II au Congo. Par un curieux hasard, nous sommes tombé sur des citations d’articles écrits par Robert Park au début du 20ème siècle à titre d’attaché de presse de la Congo Reform Association (Bourmeau S., 1988, p.54). C’est ainsi que nous avons redécouvert les écrits de cet auteur, notamment via les textes choisis et commentés par Yves Grafmeyer (Park R. E., 1979a ; 1979b), et qui nous ont aidé à construire notre cadre d’analyse.

8  L’ “observation flottante” a été élaborée par l’anthropologue Colette Pétonnet (1982), dans les années 1980, pour l’étude des phénomènes urbains.

9  Si l’observation et la prise de notes sur le terrain caractérisent la démarche ethnographique, il est utile et important de compléter les informations recueillies par des entretiens menés auprès d’informateurs privilégiés et d’individus ordinaires. Sur le terrain, toute personne acceptant ou recherchant le dialogue, et susceptible de fournir des informations utilisables, peut apporter des informations intéressantes. L’entretien semi-directif vise à obtenir deux types de données : des récits autobiographiques (lorsque le sujet se raconte) et des informations précises sur une réalité sociale (le sujet est aussi acteur et témoin de ce qui se passe autour de lui). Au total, quarante-sept entretiens approfondis ont été réalisés.

10  On se rend compte ici à quel point “l’observation flottante” se situe aux antipodes d’autres conceptions du travail de terrain, plus adaptées à d’autres objets d’études, notamment de la méthode de la “participation affective” prônée par Jeanne Favret-Saada (Favret-Saada J., 1990 ; Schmitz O., 2008).

11  Confer la brochure Grandir à Bruxelles, de l’Observatoire de l’enfant.

12  La densité de St-Josse est la plus élevée du royaume.

13  Population au 1er janvier 2005.

14  Enquête socio-économique, 2001.

15  “Étranger” est entendu ici comme n’ayant pas la nationalité belge au 1er janvier 2004.

16  Assez étonnement, les étrangers de moins de 19 ans sont plus nombreux, chez les hommes comme chez les femmes, à WSL qu’à St-Josse. Ceci s’explique probablement par l’évolution des politiques de naturalisation, n’intéressant pas spécialement une population immigrée européenne fort représentée à WSL.

17  Pour l’année scolaire 2003-2004.

18  Cette tendance s’observe notamment chez les jeunes qui se rassemblent les mercredis après-midi dans les salles communales : les jeunes d’origine turque vont, comme “naturellement” (au sens où l’entend par exemple R. E. Park) se constituer en équipe. Les groupes qui se forment ainsi ne sont cependant presque jamais “ethniquement” homogènes, bien qu’ils prennent toujours une certaine orientation majoritaire.

19  Parmi les activités permanentes proposées aux jeunes de la commune, le mini-foot est de loin l’activité principale, voire monopolistique. Pour certains, il serait temps de casser le monopole du foot dans les politiques sportives et de créer des infrastructures qui permettraient aux spectateurs d’assister à des “jeux” du type “jeux du cirque” mettant en scène de la violence entre joueurs, qui leur permettraient de transférer sur les acteurs leurs pulsions violentes beaucoup mieux que ne le permet le football (Cnudde H., 2007).

20  Voir Park R. E., 1977.

21  Rappelons que, pour Robert E. Park, les associations propres à un quartier ou un secteur de la ville jouent un rôle politique important dans un système qui fait de la résidence la base de la participation aux affaires publiques.

22  Depuis longtemps, le sport occupe une place privilégiée dans les politiques d’intégration et de prévention visant la jeunesse immigrée des grandes villes occidentales.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Schmitz, « Le paradoxe des politiques d’intégration par le sport. Une enquête ethnographique comparative dans deux communes bruxelloises », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 139-157.

Référence électronique

Olivier Schmitz, « Le paradoxe des politiques d’intégration par le sport. Une enquête ethnographique comparative dans deux communes bruxelloises », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/849 ; DOI : 10.4000/rsa.849

Haut de page

Auteur

Olivier Schmitz

Sociologue et anthropologue, chercheur au Centre d’Études Sociologiques (CES) des Facultés Universitaires Saint-Louis (FUSL) de Bruxelles.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org