Navigation – Plan du site
À propos de livres

Copans Jean, Mythologie des Afriques

Paris, Téraèdre, 2010, 130p.
Claude Rivière
p. 161-162
Référence(s) :

Copans Jean, Mythologie des Afriques, Paris, Téraèdre, 2010, 130p.

Texte intégral

1Marcel Griaule cherchait à lire les Dogons à travers leurs mythes. Jean Copans réu­ssit l’exploit de nous fournir la vision la plus perspicace, la plus intelligente et la plus synthétique de l’Afrique plurielle à travers des mythologies fabriquées jadis, naguère, aujourd’hui et pour demain. Le scepticisme comme la lucidité de l’auteur, je les partage tout-à-fait.

2 Mal partie, ambiguë, en panne, l’Afrique l’est toujours. Analphabétisme, paludis­me, sida, petits boulots, urbanisation dévorante… toujours ! «Mais à ce mythe double­ment noir de l’Afrique et de son destin s’oppose un mythe plus positif et mobilisateur qui défie l’avenir et les lieux communs ou les idées reçues» (p.18). Les quatre chapi­tres pourraient se réintituler : 1) Histoires rhétoriquement déformées en noir et blanc ; 2) Indépendances et profits gaspillés ; 3) Avenirs en chantier ; 4) On s’en foot, on se fait son art premier, son ciné, ses rallyes, ses safaris.

3 Le mythe de la négritude fait «l’impasse sur l’histoire sociale réelle» (p.26). Celui du panafricanisme est une trompette dans une stratégie de libération. Celui de la traite transatlantique cache l’esclavage africain interne et les complicités de rois locaux. Celui de l’anticolonialisme valorise les résistances et tait les alliances. Celui de la sociabilité africaine (en soi) camoufle les conflits, désaccords, dissidences, guerres. Quant à l’Égypto-centrisme de Cheikh Anta Diop, on lui a déjà fait son sort. Origines et identités ont pu être aussi fabriquées ou trafiquées (J. L. Amselle).

4 L’indépendance acquise, on parle développement et sous…, pas du «gaspillage profitable et entretenu» (p.29). Et p.69, «Le développement : un manège qui donne le tournis» aux investisseurs, aux ONG, aux nationaux invités ailleurs. La bonne gouvernance ? Attendons avec patience ! Dans les exaltations se cachent des revers. L’Afri­que déborde de capitaux en hommes (trop fertiles, réfugiés, chômeurs), en terres (latéritiques, sablonneuses, incultivables), en minéraux (prélevés et détournés par les bureaucrates et les étrangers). Ceux qui gèrent l’État connaissent le chevauchement public-privé et en profitent. L’État est-il en état de crise ? «Une crise qui perdure sur plus d’un demi-siècle n’est plus une crise» (p.42). A quand l’État non mythique (ni militaire, ni génocidaire, ni prédateur, ni répressif, ni clientéliste, ni sur base ethnique) ? A quoi rêvez-vous Rivière ? Je vois avec Copans les réalités du don et des rentes (aides étrangères, assistance technique, entreprises clés en main) et puis : le secteur informel et la débrouille, la déscolarisation par contre-effet des coûts d’écolage et du chômage, la santé à prix cassés, tout cassé : «si les malades n’arrivent pas à se déplacer, ils meurent» (p.58). Quant aux ajustements structurels, ils se sont ajustés à l’idée de mondialisation, pas à l’Afrique.

5 Ah ! Le tourisme : trois petits tours et puis s’en vont. Tableau noir des bidonvilles, des réfugiés et déplacés en camp de misère. Notre Afrique à nous (celle des banlieues) est aussi émotionnellement mythifiée, plus fausse que la réelle. Mais l’Europe a ses prétentions : «Pourquoi faut-il des observateurs étrangers lors des élections en Afrique alors qu’à l’évidence la réciprocité ne s’impose jamais» (p.71) ? Le tableau des mythologies, l’auteur le concède, est nébuleux et sombre. Mais allez donc voir ailleurs. On trouve tout ce qu’on veut en Chine, même des Noirs (p.80). «Le milliard d’Africains d’après-demain a aussi ses mots à dire, ses maux à lui» (p.83).

6 En post-scriptum, les derniers mythes : coupes du monde de football, safaris, jungle, jazz, gospels, festival des arts nègres. Y’a bon Banania ! Preuve que les mythologies ne sont pas intemporelles ! J’adore cette anthropologie brillante, inspirée, compacte, sortie du coin de la rue, riche d’une excellente bibliographie récente. Au-delà : de l’amour pour l’Afrique et de l’humour !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Rivière, « Copans Jean, Mythologie des Afriques », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 161-162.

Référence électronique

Claude Rivière, « Copans Jean, Mythologie des Afriques », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/855

Haut de page

Auteur

Claude Rivière

Université Paris V - Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org