Navigation – Plan du site
À propos de livres

Lahire Bernard, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire

Paris, La Découverte, Textes à l’appui, Série Laboratoire des sciences sociales, 2010, 632p.
Yves Laberge
p. 166-168
Référence(s) :

Lahire Bernard, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire, Paris, La Découverte, Textes à l’appui, Série Laboratoire des sciences sociales, 2010, 632p.

Texte intégral

  • 1  Lahire B., La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, collection (...)
  • 2  Lahire B., Monde pluriel : Penser l'unité des sciences sociales, Paris, Seuil, collection “La coul (...)

1 Présenté à juste titre par son éditeur comme un «livre magistral» (voir la 4e de couverture), ce Franz Kafka : Éléments pour une théorie de la création littéraire propose une étude sociologique approfondie de l’œuvre d’un des grands écrivains universels du 20e siècle. Le sujet semblerait vaste mais il est en même temps familier pour le sociologue Bernard Lahire, professeur à l’École normale supérieure de Lyon, qui avait déjà consacré une étude à Kafka dans son livre La condition littéraire : la double vie des écrivains1, paru dans la même collection. Chercheur prolifique, il vient de publier son 18e livre, Monde pluriel : Penser l'unité des sciences sociales2.

2 Deux questions initiales donnent un coup d’envoi à cette investigation ambitieuse. D’abord, Bernard Lahire se demande, au-delà du style, «Pourquoi Franz Kafka écrit-il ce qu'il écrit comme il l'écrit ?» (p.9). Mais aussi, il pose la question des limites de l’analyse sociologique en matière d’œuvres littéraires, à savoir : est-ce que la sociologie peut «entrer dans la chair même des œuvres, plutôt que de rester classiquement postée à leur périphérie, et se contenter d’en observer les circonstances ou les conditions?» (p.9).

  • 3  Bourdieu P., “L’ontologie politique de Martin Heidegger”, Actes de la recherche en sciences social (...)
  • 4  Lahire B., “Auctor in Opere Suo : problématique existentielle, problématique littéraire”, in Lahir (...)

3 L’ouvrage se subdivise en quatre grandes parties et douze chapitres bien étayés. Très habilement, Bernard Lahire emprunte momentanément à Pierre Bourdieu ses concepts de champ et d’habitus utilisés pour une étude sur Heidegger parue en 1975 (Bourdieu, 1975)3. Or, ce cadre conceptuel sera critiqué et considérablement réarticulé (p.24). Dans une critique nuancée, l’auteur reprochera à Bourdieu de commettre une «erreur classique» en négligeant «le point de vue pratique de l’auteur en situation de création» (p.47). Selon Bernard Lahire, «les textes de Kafka sont la transposition littéraire des éléments d’une série plus ou moins articulée de problèmes (conflits avec le père, souffrances associées à la création, rapport ambivalent au mariage et au célibat, peur de l’autorité, etc.)» (p.24). En fait, les cent premières pages de ce livre ne traitent pas vraiment de l’écrivain pragois ou de ses écrits ; elles sont en revanche un formidable examen des théories sociologiques nécessaires pour comprendre et appréhender les œuvres littéraires et la création artistique. En ce sens, le sociologue qui n’aurait pas d’intérêt particulier pour l’univers kafkaïen (et ce serait dommage) pourrait néanmoins tirer profit de ce premier quart de l’ouvrage. Pris de manière autonome, ces trois premiers chapitres constitueraient presque un traité de sociologie de la littérature (pp.1-105). Ces matériaux serviront de cadre conceptuel et théorique pour la suite de ce livre, mais également pour d’autres recherches consacrées à d’autres écrivains4.

4 Une fois entré dans le vif du sujet, l’auteur situe méticuleusement le contexte culturel et social de Prague à la fin du 19e siècle. Doublement minoritaire en tant que Juif germanophone vivant dans ce qui était alors le grand Empire austro-hongrois, Kafka (1883-1924) doit aussi subir quotidiennement diverses formes d’exclusion (sociale, professionnelle) et les humiliations liées à l’antisémitisme déjà présent au 19e siècle (p.133). Omniprésent dans les romans et les nouvelles de Kafka, le thème du père dominateur devait être ici examiné (p.253). Lucide, Kafka savait pertinemment que son père était à l’origine de son «infini sentiment de culpabilité» (Kafka, cité par Lahire, p.522). Mais c’est en réalité tout le rapport du jeune Franz Kafka à l’autorité et au pou­voir qui façonnera sa vision du monde tourmentée (p.475). En outre, dans la troisième partie de l’ouvrage, le dixième chapitre sur «Kafka lecteur» est fascinant : on y voit comment les influences littéraires et les auteurs de prédilection de Kafka (en particulier Flaubert) ont inspiré son univers personnel et sa propre création, qui demeure néanmoins fortement autobiographique (pp.394-404). Cependant, Bernard Lahire considère l’auteur de La Métamorphose comme un être ambigu, voire contradictoire : incarnant parfois «le dominé, le coupable, l’angoissé, le craintif» (p.474), mais capable en d’autres circonstances de devenir momentanément un guide, «le dominant et même parfois le tyran» (p.474). Sur le plan théorique, cette apparente contradiction dans la personnalité de Kafka permet à Bernard Lahire de critiquer le concept d’habitus qui lui apparaît réducteur : «on mesure l’enjeu scientifique de la critique de l’habitus comme système homogène de dispositions durables et transposables qui a tendance à gommer toutes les dissonances et toutes les contradictions dispositionnelles en vue d’une reconstruction idéaltypique simple et cohérente» (p.474).

  • 5  Hesnard A. M., L’Univers morbide de la faute, Paris, Presses universitaires de France, collection (...)
  • 6  Goldberg J., La culpabilité, axiome de la psychanalyse. Paris : Presses universitaires de France, (...)

5 Dans la quatrième partie portant sur «la structure psychique clivée», Bernard Lahire recompose à propos de Kafka tout un appareillage critique (autrefois basé sur des méthodes analytiques, psychanalytiques ou psychologiques) ici recomposé en des termes résolument sociologiques de “dominants” et de “dominés” (voir la quatrième partie). Le “sentiment de culpabilité” et les processus d’autopunition, si présents chez les nombreux exégètes de Kafka formés à la psychanalyse, sont ici réinterprétés et reformulés : «Le sentiment de culpabilité, et tous les comportements d’autopunition qui l’accompagnent, le manque de confiance en soi, la dépréciation permanente de soi ne sont que des manifestations de l’intériorisation d’un rapport de domination» (p.480). Bien qu’ils ne soient pas mentionnés par Bernard Lahire, on pourrait également signaler les travaux fondateurs d’Angelo-Marie Hesnard sur l’autopunition et la culpabilité5. Même si l’idée n’est pas suggérée dans ce livre, beaucoup de passerelles et de comparaisons avec la psychanalyse pourraient être imaginées (et aménagées). On pourrait par exemple ajouter que sans les contredire totalement, l’approche sociologique contraste avec les méthodes psychanalytiques et psychologiques qui avaient fait de la culpabilité un axiome6.

6 Les conclusions de ce livre très riche sont nombreuses et impossibles à récapituler en seulement quelques lignes. Non seulement les thèmes kafkaïens s’inspireraient clairement de sa vie quotidienne, de son entourage et de ses propres démons, mais Bernard Lahire démontre qu’au-delà des thématiques, même la forme littéraire utilisée par Kafka (par exemple sa prédilection pour les récits courts) peut s’expliquer sociologiquement par l’emploi du temps contraignant et les horaires restreints de l’écrivain, qui rédigeait la plupart de ses textes d’un seul jet (pp.581-582). De plus, Bernard Lahire ajoute que du point de vue professionnel, «la formation juridique de Kafka avait pesé sur son style d’écriture (simple, dépouillé, précis)» (p.582). Par ailleurs, le sociologue écorche au passage certains exégètes en études littéraires plus préoccupés de produire une analyse absolument opaque au lieu de révéler le sens de l’œuvre à l’étude : «Lorsque le commentaire se révèle plus obscur, plus métaphorique ou plus incertain sémantiquement que le texte qu’il est censé éclairer, il faut se poser sérieusement la question de l’intérêt du commentaire en question» (p.595). Dans une note en bas de page, Bernard Lahire précise à juste titre que l’on pourrait consacrer tout un livre rien qu’aux extrapolations abusives ou insensées autour de l’œuvre de Kafka (note 6, p.596).

7 La connaissance de Bernard Lahire sur Kafka est impressionnante : non seulement les œuvres de fiction, mais aussi la biographie et la correspondance de l’écrivain lui servent de matériaux privilégiés pour ses analyses. Rien ne semble lui échapper, pas même les innombrables éditions critiques. Somme toute, on pourrait présenter cet immense Kafka : Éléments pour une théorie de la création littéraire comme une extraordinaire biographie sociologique qui comblera autant les sociologues, les littéraires, les théoriciens et le grand public (p.26). Ajoutons que le style de Bernard Lahire n’a rien d’austère ou de sentencieux ; il est au contraire vivant, clair et élégant. Avec cet ouvrage définitif sur Kafka, Bernard Lahire renouvelle considérablement les cadres théoriques de la sociologie de la littérature et de la sociologie de l’art.

Haut de page

Notes

1  Lahire B., La condition littéraire. La double vie des écrivains, Paris, La Découverte, collection “Textes à l'appui”, Série Laboratoire des sciences Sociales, 2006.

2  Lahire B., Monde pluriel : Penser l'unité des sciences sociales, Paris, Seuil, collection “La couleur des idées”, 2012.

3  Bourdieu P., “L’ontologie politique de Martin Heidegger”, Actes de la recherche en sciences sociales, n°5, Paris, Seuil, 1975, pp.109-156.

4  Lahire B., “Auctor in Opere Suo : problématique existentielle, problématique littéraire”, in Lahire B. (dir.), Ce qu'ils vivent, ce qu'ils écrivent : Mises en scène littéraires du social et expériences socialisatrices des écrivains, Paris, Éditions des Archives contemporaines, 2011, pp.9-35.

5  Hesnard A. M., L’Univers morbide de la faute, Paris, Presses universitaires de France, collection «Bibliothèque de psychanalyse et de psychologie clinique», 1949.

6  Goldberg J., La culpabilité, axiome de la psychanalyse. Paris : Presses universitaires de France, collection «Nouvelles voix en psychanalyse», 1985.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Laberge, « Lahire Bernard, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 166-168.

Référence électronique

Yves Laberge, « Lahire Bernard, Franz Kafka. Éléments pour une théorie de la création littéraire », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/859

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org