Navigation – Plan du site
À propos de livres

Massard-Vincent Josiane, Camelin Sylvaine, Jungen Christine (Dir.), Portraits. Esquisses anthropologiques

Paris, Éditions Petra, coll. “Anthropologiques”, 2011, 207p.
Andrea Ceriana Mayneri
p. 168-169
Référence(s) :

Massard-Vincent Josiane, Camelin Sylvaine, Jungen Christine (Dir.), Portraits. Esquisses anthropologiques, Paris, Éditions Petra, coll. “Anthropologiques”, 2011, 207p.

Texte intégral

1Les textes ressemblés dans ce livre représentent des “exercices” – comme les définit Albert Piette dans son Epilogue – autour d’une proposition méthodologique : aborder chaque terrain ethnographique à partir du portrait d’un ou de plusieurs individus avec lesquels les auteurs ont collaboré, ou qu’ils ont croisés et qui ont retenu leur attention pendant leur fieldwork. Il s’agit, dans les intentions des coordinateurs de l’ou­vrage, de «focaliser l’écriture sur les manières singulières d’être au monde» (p.15), pour saisir des expériences de vie particulières, certes socialement situées mais qui ne se dissolvent pas pour autant dans leur relation à la société, à la culture, au groupe d’appartenance. Ces portraits diffèrent du récit de vie et de la biographie, car ils n’ont pas recours au registre autobiographique ni aux notes qui traditionnellement contextualisent et donnent du sens au récit ; ils aspirent plutôt à restituer, dans une écriture attentive aux détails gestuels, aux tons de la voix, aux regards croisés, des moments uniques d’action et d’interaction avec l’ethnologue, des moments qu’il s’agit moins d’agencer pour en dégager une cohérence globale que d’observer dans leur singularité ancrée dans des lieux et temps particuliers.

2 Ce qui est en jeu dans ces portraits n’est pas seulement le fait de restituer une atmosphère – celle d’un moment de l’enquête de terrain avec les relations humaines sur lesquelles cette dernière repose – mais de rendre compte de l’action des interlocuteurs de l’ethnologue et de décrire leur manière d’être au monde à travers leurs comportements, leurs discours ou leur savoir-faire (ce dernier étant le cas du portrait de l’archi­tecte japonais Kuma Kengo par Sophie Houdart). Certains de ces textes empruntent expressément des éléments stylistiques à l’image photographique ou picturale : par exemple, dans le portrait que nous livre Pascale Féghali, la vie d’Abou Youssef, un homme que l’auteur rencontre dans un jardin public de Beyrouth, devient plus ou moins claire selon que la “focale” de l’écriture se rapproche du récit autobiographique du protagoniste ou qu’elle s’en éloigne en introduisant dans la scène des personnages secondaires. En lisant ces portraits on a l’impression de suivre un double rythme : celui des scènes de vie esquissées, chacune avec son ou ses protagonistes, et celui de l’enquête ethnographique avec ses relations humaines, ses moments singuliers d’observation et de partage. C’est le cas, entre autres, du portrait de trois moines taoïstes d’un temple de Pékin, qui se déploie en suivant leurs activités le long d’une journée (Adeline Herrou), et de celui que Sylvaine Camelin nous livre de son amie et interlocutrice yéménite Mariam, dont l’histoire est retracée en suivant le fil et le rythme des rencontres et des entretiens entre les deux femmes.

3 Albert Piette s’interroge, dans l’Épilogue déjà mentionné, sur le statut d’une anthro­pologie qui, dit-il, risque de se confondre, quant à ses objets et sa méthode, avec l’ethnologie et la sociologie. Ces deux dernières abordent l’homme en société et se focalisent sur des phénomènes sociaux et culturels : l’anthropologie, selon Piette, devrait par contre «se dégager de la focale socioculturelle» (p.198), apprendre «à décollectiviser» (p.202) son objet d’étude, pour saisir l’expérience humaine singulière, quotidienne, en décrivant l’homme (anthropo-graphie) dans les instants et les situations de son existence : ce qui n’exclut pas un moment de comparaison de ces différents modes d’existence.

4 Dans l’ensemble, la proposition anthropographique semble intéressante et convaincante. Elle est certainement un exercice utile avec lequel chaque ethnologue pourrait se mesurer, non pas en le substituant à la pratique ethnographique, mais, à côté de cette dernière, pour rendre compte des moments singuliers et des individualités qui en sont une composante essentielle mais qui demeurent réfractaires à l’interprétation socioculturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andrea Ceriana Mayneri, « Massard-Vincent Josiane, Camelin Sylvaine, Jungen Christine (Dir.), Portraits. Esquisses anthropologiques », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 168-169.

Référence électronique

Andrea Ceriana Mayneri, « Massard-Vincent Josiane, Camelin Sylvaine, Jungen Christine (Dir.), Portraits. Esquisses anthropologiques », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/861

Haut de page

Auteur

Andrea Ceriana Mayneri

LAAP/UCL

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org