Navigation – Plan du site
À propos de livres

Piette Albert, L’acte d’exister. Une phénoménographie de la présence

Marchienne-au-Pont, Socrate Éditions Promarex, 2009, 219p.
Séverine Lagneaux
p. 171-173
Référence(s) :

Piette Albert, L’acte d’exister. Une phénoménographie de la présence,Marchienne-au-Pont, Socrate Éditions Promarex, 2009, 219p.

Texte intégral

1Une heuristique de la poubelle. Voilà ce que nous propose Albert Piette dans un livre qui, bien qu’au titre pompeux, n’est pas dénué de saveur. N’y voyez pas là un anthropologue en mal d’idées se repaissant de déchets mais bien un cuisinier ayant l’art d’accommoder les restes que d’aucuns considèrent comme impropres ou insignifiants à la table de l’anthropologie. Nourri par une dizaine d’années de recherches portant sur le mode mineur de la réalité, l’usage photographique ou encore le croire, l’au­teur fait œuvre pédagogique et nous sert à satiété ses plats bricolés autour de deux ingrédients : une méthodologie «ethnophénoménographique» et une épistémologie de la «reposité». Repue de cette réflexion, une lente digestion me fut nécessaire pour entrevoir toute la richesse de l’ouvrage.

2 Piette projette de redécouvrir l’être humain. Comment l’être humain est-il au monde ? Comment est-il lorsqu’il est en situation avec d’autres êtres ? Qu’est-ce que vivre comme mode d’être ? Qu’est-ce qu’exister comme humain implique ? Comment sont les “maintenant” qui se suivent et qui font la vie ? Comment donc se déploie l’acte d’exister ? (p.29). Pour interroger la singularité existentielle de chaque homme en acte, l’auteur convoque Merleau-Ponty et Heidegger dont il cite des extraits fondateurs des commentaires et des interrogations qui l’animent. Se succèdent ensuite 9 exercices étayant et illustrant la méthode et l’épistémologie mises en œuvre.

3 La “filature” (F. Clément dans la préface) d’un prêtre permet au lecteur de comprendre que la phénoménographie se centre sur l’action en train de se faire. Elle repose sur une description minutieuse, non d’un espace-temps, d’un terrain situé, mais bien du suivi d’individus dans leur quotidien, leurs déplacements physiques et symboliques successifs. «Il s’agit toujours de garder à l’esprit que ce sont les petits actes des hommes qui font ce que nous pensons être l’objet, la politique, la religion, le travail, etc. Mais ce sont des présences humaines qu’il faut partir, ce sont elles-mêmes qu’il faut observer en train de construire, de stabiliser les faits sociaux» (p.40). L’éthnophénoménographie hérite des acquis de l’ethnométhodologie et fait également usage du précepte d’E. Morin : décrire ce que les gens disent, font et disent de ce qu’ils font. Par ailleurs, il ne s’agit pas non plus d’inférer le sens de ce qui se joue en situation à travers le prisme de la théorie globalisante du choix rationnel mais bien de comprendre en situation (en s’y plongeant par immersion pour le chercheur et par la lecture des détails relatés pour le lecteur). A. Piette rappelle donc les fondements de l’ethnographie classique : un étonnement devant la banalité, une observation minutieuse du quotidien et une retranscription tout aussi détaillée des échanges et de leur construction fluctuante en valorisant les éléments décrétés anecdotiques et souvent rejetés des descriptions. L’auteur valide l’idéal-type weberien tout en y ajoutant une part de discontinuité. La tendance générale dégagée de la répétition des observations serait une construction tandis que les variations qu’il revalorise seraient réelles.

4 La photographie est proposée comme un mode idéal d’enregistrement de la subtilité et de la discontinuité des actions. Non cantonnée à un rôle illustratif et libérée d’une contrainte esthétisante, l’image est un outil de recherche éprouvé par Bateson et Mead et un instrument de description de la réalité complexe. Dans cette perspective, la force objectivante de l’image peut inciter à un déplacement de l’écriture pour mieux rendre les petits détails, les écarts minimes et le brouhaha inhérent aux situations : ce que ne permet pas la description synthétisante habituelle des sciences sociales (p.61). A. Piette nous exhorte donc à la précision et à l’exhaustivité (au risque de virer à la syllogomanie) en illustrant son propos par un cas concret : la description d’un instantané du carnaval binchois. Il expose ainsi clairement les niveaux successifs de lecture d’une image par calques en reprenant la fonction indiciaire peircienne et en clarifiant le “silhouettage” que Y. Winkin avait ébauché. Il nous révèle ainsi le “mode mineur de la réalité”.

5 Les quatre exercices suivants éclairent ce que l’auteur entend par “homme minimal” et son épistémologie de la “reposité”, ce mode mineur. Par des auto-ethnogra­phies du deuil, du rythme quotidien des trajets scolaires de ses filles ou du suivi d’un séminaire, l’anthropologue sonde et explicite son monde intérieur et ses actes. Critiquée dans le milieu francophone de la recherche en sciences sociales pour son subjectivisme voire son narcissisme, l’autographie met en lumière les temps de décrochages, de repos, les instants “mineurs” caractéristiques de l’ontologie humaine. Cette «anthropologie de la légèreté», comme l’appelle L. Kaufmann dans sa postface de l’ouvrage de A. Piette, analyse l’économie cognitive humaine. Dans les moments d’être, le relâchement, la distraction, l’inattention alternent avec les temps de concentration, de rationalité. L’acte d’exister serait donc à la fois fluidité et enchaînement aléatoire d’instants “mineurs” et de temps structurés. Là, se situerait un propre de l’homme que A. Piette débusque dans les trois derniers exercices où l’homme est confronté à ses “autres” divin, canin ou néanderthalien. À l’alternance ontologique de la présence-absence humaine, les dieux se caractériseraient par un cumul : ils sont et ne sont pas tout à la fois. Les collectifs tel “Le Tour de France” ou la SNCF seraient, quant à eux, présents ou absents. Le mode d’être du chien analysé par M. Vicart relève, pour sa part, d’une non-capacité au désintérêt. Une tuile cassée sur la route, un morceau de brioche font ou non sens pour l’animal : elles ne peuvent être perçues et délaissées. Les balbutiements du croire d’Homo Sapiens Sapiens constitueraient un moment clé dans l’acceptation cognitive du flou, dans le déploiement du mode mineur de l’existence. Cette perspective évolutionnaire de la façon d’être humain, d’être conscient et sourd à cette conscience pourrait être relativisée. En effet, confronté à l’insécu­rité, à l’urgence, à la survie, le détachement peut ne pas être de tout repos et ce vagabondage devenir une anxiété ainsi que le soulignent F. Clément et L. Kaufmann respectivement en préface et postface. N’est-ce pas cette angoisse d’être que Pessoa aborde dans le Livre de l’intranquillité qui accompagne le lecteur d’A. Piette à l’entame de chaque chapitre ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Lagneaux, « Piette Albert, L’acte d’exister. Une phénoménographie de la présence », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 171-173.

Référence électronique

Séverine Lagneaux, « Piette Albert, L’acte d’exister. Une phénoménographie de la présence », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/868

Haut de page

Auteur

Séverine Lagneaux

Docteur en anthropologie – UCL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org