Navigation – Plan du site
À propos de livres

Sorignet Pierre-Emmanuel, Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation

Paris, Hermann, Société et pensées, 2011, 208p.
Williams Nuytens
p. 173-174
Référence(s) :

Sorignet Pierre-Emmanuel, Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation, Paris, Hermann, Société et pensées, 2011, 208p.

Texte intégral

1 Ce texte est consacré à l’acte de danser, à l’engagement vocationnel et à ses condi­tions dans un contexte économique et politique qui précarise. A un métier qui associe prestige et précarité de statut. Le tout s’appuie sur des enquêtes de terrain de type ethnographique, accomplies par un “danseur contemporain” sensible à la démarche inductive. Cette sociologie d’un métier qui se vit “corps et âme” se structure en huit chapitres mêlant perspective temporelle, analyse du travail et examen des modes de vie. L’ensemble saisit le métier de danseur comme cas exemplaire des menaces qui pèsent sur le spectacle vivant. On pense ici à des tensions structurelles variées dérivées d’une dérégulation de l’offre et de la demande, d’un système assurantiel de l’intermit­tence qui fragilise l’âme de cet art de la transformation dont le corps est la région.

2 L’auteur s’attache tout d’abord à poser la formation et la vocation comme objets. Il passe en revue les institutions légitimes et décrit les mécanismes de la vocation comme produit d’un déplacement, à l’intérieur de trajectoires sociales potentiellement favorisées. La vocation devient alors par exemple une transgression d’une repro­duction sociale. Un objet qui se comprend en combinant une approche impliquant des déterminants liés à l’origine sociale, au capital scolaire, au genre. Le tout selon un assemblage fragile des déviations. Dans ce chapitre, comme dans les autres, l’auteur propose des interprétations ancrées sur des figures. Des personnages. En ouvrant son travail sur la déconstruction des croyances associées à la notion de vocation, l’auteur fait comprendre combien les trajectoires qui mènent à la vie d’artiste sont hétérodoxes, qu’elles associent rattrapages et conversions, qu’elles sont non conventionnelles.

3 Une fois la vocation objectivée, l’auteur analyse l’imbrication des logiques de voca­tion et de marché à travers le segment de l’audition. Il montre la variété des procédures de positionnement, le poids des concurrences et des coteries. Progressivement le lecteur s’habitue aux tensions de ce monde, précisément décrites dans un troisième chapitre axé sur le rapport entre le danseur et son travail. On apprend par exemple qu’elles sont liées aux mécanismes de l’intermittence, aux nécessités de vivre des acti­vités parallèles dangereuses pour le maintien dans la carrière. C’est par cette porte que l’enquêteur accompagne le lecteur dans la relation ambigüe danseur/chorégraphe ; l’élément discriminant du métier. Celle-ci s’articule ainsi autour de nombreuses contradictions à cause de ce qui définit le mieux le métier : la tension entre des intérêts matériels et le désintéressement associé au registre vocationnel. Le non-spécialiste n’a pas fini de bouleverser ses représentations quand il intègre combien le tout s’inscrit dans un processus de désenchantement. On découvre des corps fragilisés, cassés, endoloris avant de découvrir une quatrième partie où le danseur est moins seul. On voit les relations qu’il vit, et subit, avec un chorégraphe devenu un employeur. Et la danse un marché, et les danseurs d’éventuels mercenaires ou une main d’œuvre dominée. Le cinquième chapitre permet cependant à l’auteur de replacer la relation dans un univers artistique fait de pouvoir(s) et de création(s) : on se rapproche alors de l’acte de danser, des apprentissages par corps de l’esthétique des chorégraphes, des cadres de coopération et d’affrontement. On saisit pas à pas comment une grammaire corporelle se dessine. Le danseur l’incorpore, devient le danseur “de chez”. Il exprime alors son intériorité dans un collectif. Il se socialise aux méthodes de la composition, de la création, de l’improvisation, de sa mise en scène face à un chorégraphe qui fait des choix. On aboutit au temps de la scène, ce “monde idéal”, où s’investissent les rôles. Les danseurs s’y sentent libres, inventent, gèrent l’imprévu. Parfois ce monde se dérègle quand un chorégraphe est fragilisé par un danseur expérimenté, réputé, qui inverse les rôles. Ou quand le Nous cohésif n’a pas été assuré par le chorégraphe. C’est sur cette inversion des positions que l’auteur entame sa sociologie des modes de vie.

4 Dans “une vie d’artiste” on comprend d’autres coulisses, toujours notablement organisées en tensions. Les redéfinitions de rôles s’imposent, le danseur a appris à se gérer et à apprendre une “science concrète” de son corps qui lui servira pour durer. Pour danser. Pour préserver un capital corporel utile face aux assauts du temps, aux tensions du marché, à la sortie. Paradoxalement, à ce moment de l’ouvrage, la problé­matique de la fin de carrière se fait attendre. Ainsi le septième chapitre est-il consacré à la question de l’identité sexuelle. Si on plonge ici dans ce qui montre le plus claire­ment comment l’auteur est parvenu à faire dialoguer dispositions et interactions, on peine à cerner le sens de tout cela dans le projet général du travail. Il reste que le lecteur comprend comment le monde de la danse contemporaine fait sauter les verrous normatifs du clivage féminin/masculin. Enfin l’auteur aborde le segment de la fin de carrière en démontrant comment il est sociologiquement intéressant de saisir l’arrêt d’une vocation non pas comme une reconversion, mais plutôt comme un reclassement fondé sur un transfert des compétences acquises vers une position honorable. Maté­riellement et symboliquement. Reste que cela s’accomplit avec douleur(s) ; car c’est un désenchantement qui s’opère. Il faut faire le deuil d’une vie d’artiste et de bohème.

5 En procédant par induction et en choisissant d’associer des sensibilités à la fois ori­ginales et a priori contradictoires, l’auteur établit une consistante sociologie de la danse. Surtout parce qu’elle articule logiques de marché et logiques vocationnelles à partir d’une analyse du chorégraphe fondée sur une grammaire managériale chère au Nouvel esprit du capitalisme. Le mélange est heuristique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Williams Nuytens, « Sorignet Pierre-Emmanuel, Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 43-1 | 2012, 173-174.

Référence électronique

Williams Nuytens, « Sorignet Pierre-Emmanuel, Danser. Enquête dans les coulisses d’une vocation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 43-1 | 2012, mis en ligne le 11 mars 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/870

Haut de page

Auteur

Williams Nuytens

Atelier Sherpas, Université d’Artois, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org