Navigation – Plan du site

Édito

Bernard Fusulier et Daniel Rochat
p. 1-3

Texte intégral

1 Une revue généraliste de sociologie et d’anthropologie est un miroir et un analyseur du monde en mouvement et des enjeux sociaux qui en découlent ; en même temps elle révèle les modifications de la manière de faire de la sociologie et de l’anthropologie. Elle se trouve ainsi au carrefour de trois dynamiques : celle des changements “effectifs”, celle des compréhensions qu’en proposent les sciences sociales, et celle des transformations propres aux disciplines qui amènent à poser un regard renouvelé sur le monde.

2 En décembre 2010, la revue Recherches sociologiques et anthropologiques organisait un colloque pour fêter ses 40 années d’existence. Cette célébration était l’occasion de mener un examen rétrospectif et prospectif des défis de connaissance dans les sociétés humaines globalisées. En effet, quatre décennies de publication offraient un matériau propice à un regard réflexif sur les thèmes traités (et non traités), les paradigmes, les points de vue épistémologiques, méthodologiques et théoriques déployés.

3 Dans cette optique, ce colloque était articulé autour de trois interrogations majeures :

  • 1° Observer, sur base d’un dépouillement des thèmes traités par la revue, comment la sociologie et l’anthropologie ont contribué à comprendre, à analyser, à questionner la société belge, européenne, mondiale. Comment ces disciplines ont-elles relevé les défis de société et à alimenter un “stock” de connaissances disponibles pour la pensée et l’action sociales ? Quelles ont été les questions posées et celles omises ? Par ailleurs, un dépouillement renseignait aussi sur la pratique sociologique et anthropologique – telle que manifestée dans la revue –, ses ancrages, ses constituants, son historicité.

  • 2° Questionner, à la lumière des articles publiés dans la revue, l’évolution des paradigmes en sociologie et en anthropologie. Après la crise du marxisme et du fonctionnalisme et avec les tournants pragmatique et subjectiviste, quelles compréhensions spécifiques du monde ces disciplines sont elles encore capables d’apporter ? Y aurait-il une impasse, c’est-à-dire une incapacité d’interpréter la société contemporaine ou, au contraire, l’émergence de nouvelles grilles de lecture des forces qui la structurent ?

  • 3° S’interroger afin de savoir si, alors qu’il est commun de dire que nous vivons à l’heure de la globalisation, nous disposons d’outils paradigmatiques spécifiques pour étudier et comprendre la globalisation ? Autrement dit, existe-t-il une sociologie, une anthropologie de la globalisation ?

4 Sans prétendre répondre de manière exhaustive à ces ambitieuses questions, ce numéro anniversaire reprend plusieurs contributions qui ont alimenté leur discussion lors du colloque. Paul Servais et Marc Lits, en préface et en avant-propos, identifient quelques lignes de force et quelques enjeux qui se donnent à lire à travers quarante ans d’histoire de la revue et des deux disciplines portées par cette dernière. Dans un court article préli­minaire, Éric Mangez rappelle l’impératif de faire de la connaissance un objet d’étude, et d’appliquer la sociologie de la connaissance à la connaissance produite par les sociologues et anthropologues.

5 Faisant œuvre d’une telle sociologie, Felice Dassetto et Mathieu Hilgers resituent la revue dans son histoire et retracent les grands moments de son développement. Ses forces et faiblesses sont débattues sans détour. Ils attirent au final l’attention sur l’importance pour une revue scientifique de s’adapter aux changements structurels de la régulation scientifique, dont la mesure des facteurs d’impact est devenue une donne incontournable.

6 Prenant appui sur les propos tenus par ces auteurs, Michel Lallement propose quelques balises pour une sociologie de la production et de la diffusion du savoir sociologique. Il défend le point de vue qu’il n’existe pas qu’une seule conception de la sociologie et donc qu’un style de revue qui en serait le reflet. Cet article est une invitation à poursuivre l’étude sociologique des revues de sciences sociales.

7 Les articles suivants posent une analyse thématique. Bernard Francq porte un regard sur la place occupée par la ville et l’urbain depuis la création de la revue. Nathalie Burnay et Thibauld Moulaert, prenant appui sur un travail de dépouillement de la revue, s’interrogent sur la façon dont la question sociale a été appréhendée (ou non) au cours du temps. Ces dernières années, la globalisation est devenue un thème à la mode en sciences sociales, en même temps qu’un véritable défi de connaissance. Plusieurs numéros récents de RS&A s’en sont emparés. Philippe Scieur, Jean-Luc Metzger et Geoffrey Pleyers ont une lecture critique des travaux portant sur ce phénomène en même temps qu’ils proposent des pistes pour le saisir et l’étudier.

8 Toutes ces contributions sont autant d’interpellations pour notre revue qui se veut réflexive sur sa propre production et sa dynamique, en même temps que sur la manière dont elle doit prendre position dans le monde social et scientifique actuel tout en gardant son identité.

9 Au terme de cet éditorial, nous souhaitons profiter de l’occasion qui nous est donnée pour conclure sur un point qui nous semble crucial : une revue vit à travers les auteurs qui y publient évidemment, un lectorat qui s’y intéresse bien entendu, mais aussi grâce à des personnes qui la portent énergiquement. Notre gratitude va à ses fondateurs : les professeurs louva­nistes Pierre de Bie, Claire Leplae, Clio Presvelou ; à ceux qui l’ont dirigée : les professeurs Pierre de Bie, Albert Verdoot, Liliale Voyé, André Delobelle, Bernard Francq ; aux membres du comité de rédaction et du comité scientifique ; mais aussi à ses chevilles ouvrières qui souvent agissent dans l’ombre des coulisses. Nous avons une pensée toute particulière pour Cécile Wéry, qui a été au cœur de la production de la revue pendant un quart de siècle. Nous remercions également l’Institut d’analyse du changement dans l’histoire et les sociétés contemporaines (IACCHOS), qui abrite et soutient la revue. Nous remercions enfin Marie-Charlotte Declève pour ses relectures avisées des textes composant ce numéro.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Fusulier et Daniel Rochat, « Édito », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 1-3.

Référence électronique

Bernard Fusulier et Daniel Rochat, « Édito », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/877

Haut de page

Auteurs

Bernard Fusulier

UCL/IACS/GIRSEF-CIRFASE.

Articles du même auteur

Daniel Rochat

UCL/IACS.

Articles du même auteur

  • Édito [Texte intégral]
    Paru dans Recherches sociologiques et anthropologiques, 42-1 | 2011
  • Édito [Texte intégral]
    Paru dans Recherches sociologiques et anthropologiques, 39-2 | 2008
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org