Navigation – Plan du site

Texte intégral

1L’anniversaire d’une revue comme Recherches sociologiques et anthro­pologiques est naturellement et légitimement l’occasion de congratulations, félicitations et remerciements aux lecteurs, aux auteurs, aux gestionnaires et aux porteurs du projet. Ce sont des traditions et des rituels bien établis et je suis heureux de m’y associer.

2 Mais un quarantième anniversaire – l’âge de la pleine maturité – incite aussi aux bilans et aux évaluations, d’autant plus peut-être que d’autres publications, tel le Journal of European Economic History, décident, après les mêmes quatre décennies de publication, de mettre fin à leur activité.

3 Reflet des évolutions thématiques et méthodologiques d’une discipline, élément central d’un dispositif de recherche, comme l’évoque Marc Lits en préface, ou instrument en voie de marginalisation accentuée, comme se le demandent Mathieu Hilgers et Felice Dassetto ? Les constats, parfois contradictoires, sèment les points d’interrogation et imposent de se pencher, au moins brièvement, sur l’évolution de la publication en sciences humaines et sociales, sur les transformations du champ que mentionnent M. Hilgers et F. Dassetto et sur les défis que ces mouvements représentent pour RS&A.

4 C’est que les pratiques comme les modalités ou les accentuations de l’activité d’édition et de publication en sciences humaines et sociales se sont significativement modifiées au cours de cette courte période. Et il en va de même des préoccupations des chercheurs en la matière. Les questions que ces mutations posent pourraient constituer autant de pistes de réflexions, à la fois pour les gestionnaires de revues, leurs éditeurs et leurs auteurs. C’est toute l’ambition d’un colloque international qui s’est tenu à Louvain-la-Neuve en mars 2012 avec le soutien de l’Institut d’Analyse du Changement dans l’Histoire et les Sociétés Contemporaines.

5 La première question pourra paraître triviale, mais s’impose pourtant à l’entame de cette réflexion : pourquoi publier ? Une remise en perspective historique, et la consultation de n’importe quel instrument bibliographique, permettent en tout cas de constater l’extraordinaire explosion, pour ne pas parler d’hyper-inflation, des publications scientifiques depuis le dernier tiers du 19e siècle.

6 Reflet de l’institutionnalisation des disciplines et de la mise en place d’instruments de plus en plus performants de communication entre chercheurs, d’abord en sciences de la nature et en sciences médicales, puis en sciences humaines et sociales, cette multiplication des travaux publiés correspond sans conteste à une volonté de soumettre des études de cas, des idées, des constats, des méthodes, des angles d’approche, des projets… à la discussion d’une communauté scientifique qui prend de plus en plus conscience d’elle-même. Il s’agit de les diffuser en son sein, voire de s’y positionner, notamment dans le cadre de publications marquées par des “écoles” de pensée. En ce sens et à titre d’exemple, la fondation en 1929 par Marc Bloc et Lucien Febvre des Annales d’histoire économique et sociale n’est rien moins que l’expression d’un combat pour une orientation historienne spécifique. La logique à l’œuvre n’est peut-être pas très différente de celle en vigueur dans les académies et sociétés savantes qui fleurissent aux quatre coins du monde occidental entre les 17e et 19e siècles, relayée par les associations scientifiques à partir de la fin du 19e siècle.

7 Un deuxième objectif se fait pourtant rapidement jour : au souhait de débattre, à la volonté de diffuser, voire de se positionner, se superpose progressivement un objectif d’évaluation de la recherche, puis, de plus en plus, des chercheurs, enfin, et peut-être surtout, du chercheur. En soi, l’évaluation de la recherche ne constitue pas une nouveauté, dans la mesure où elle semble consubstantielle à l’activité scientifique, a fortiori dans un contexte de professionnalisation d’un métier et de nécessité d’arbitrages en matière d’attribution de ressources. Mais la forme quantitative qu’elle prend depuis plusieurs années, à l’imitation des procédures mises en place en sciences de la nature ou de la médecine, n’est pas sans impact sur l’activité de publication des chercheurs comme sur la responsabilité des directeurs de revues et le mode de fonctionnement de ces dernières.

8 Une deuxième question, loin d’être négligeable et singulièrement porteuse de défi pour une revue, suit immédiatement. Elle est double : que publier et comment le publier ? Cette double interrogation se décline en de multiples facettes, qui touchent peut-être d’abord le format de publication. En effet, dans la carrière du chercheur, plusieurs possibilités coexistent en matière de type de publication, qui renvoient aux pratiques et aux logiques spécifiques d’une discipline et d’un milieu. Dans bien des cas, la voie royale de la reconnaissance, comme du débat, passe par le livre. Ce dernier constitue, suivant le moment où il paraît, soit le “chef d’œuvre” au sens médiéval du terme, qui marque l’entrée du compagnon dans la corporation, soit la confirmation du statut de “maître” qu’il y a acquis. C’est ce que concrétise pour bon nombre la publication de la thèse de doctorat ; c’est ce que manifeste, pour prendre l’un ou l’autre exemple illustre de ma discipline La Méditerranée… de Fernand Braudel ou Les Paysans du Languedoc d’Emmanuel Le Roy Ladurie. Dans ce cadre, l’article de revue ou la contribution à un ouvrage collectif joue un rôle non moins essentiel, mais différent : exploratoire, complémentaire, programmatique, qui peut dès lors parfois se révéler fondateur d’une réflexion. Sous l’influence de facteurs souvent externes, parfois fonction d’évolution d’un marché, ce privilège du livre fait cependant souvent place au primat des articles, du moins dans certaines conditions de production. Ces articles ont d’autant plus de poids qu’ils sont peer-reviewed – même si les facéties de Sokal et Bricmont ont montré les limites de la procédure –, publiés dans une revue dite “internationale” – même si les travaux d’Yves Gingras ont démonté la signification de cet adjectif –, qui plus est située au plus proche du sommet d’une hiérarchie qui, pour être de moins en moins informelle, n’en est pas pour autant plus transparente, comme en témoignent les intenses débats qui animent les cercles scientifiques en la matière.

9 Cette liste non exhaustive de critères de choix de publications, et les indicateurs de diffusion et de notoriété que certains en font découler – bien que chacun d’entre eux puisse être soumis à une critique acérée, comme en témoignent, une fois de plus, les travaux d’Yves Gingras – tout comme le glissement qu’ils induisent dans les préoccupations des auteurs comme des éditeurs, poussent évidemment à d’autres déclinaisons de cette double question. A nouveau, sans aucune prétention à l’exhaustivité et sans les développer outre mesure, relevons par exemple la question de la langue. En quelle langue publier ? Le problème se pose aussi bien à l’éditeur qu’à l’auteur. Il peut se formuler plus crûment de la manière suivante : l’anglais est-il le seul vecteur capable d’apporter une réelle diffusion à une publication ? Dans un monde où une forme simplifiée, parfois peu nuancée et appauvrie, de la langue anglaise semble s’être imposée comme Lingua Franca de la communication scientifique, la réponse semble aller de soi. Pourtant, tout n’est peut-être pas aussi simple. Ce qui concerne les modalités de signature d’un article ne l’est d’ailleurs pas non plus. Faut-il privilégier la signature comme auteur unique ou souligner l’importance réelle du travail d’équipe en pratiquant les signatures multiples, avec les risques de dérive – voire les luttes d’ego que cela peut induire en l’absence de règles unanimement acceptées ? Est-il préférable de synthétiser une recherche d’ampleur en un article de poids – lorsque le format matériel, 20 000, 30 000, 60 000 caractères, le permet – pleinement argumenté et fortement charpenté ou faut-il multiplier les analyses ponctuelles, au risque de “saucissonner” un objet, d’en perdre la vue d’ensemble, de parti­ciper à l’inflation des publications, de simplement et tactiquement occuper un terrain et viser à gonfler un H-Index quelconque ? Faut-il enfin cibler un groupe de plus en plus limité de revues classées, éventuellement en contribuant financièrement pour y accéder, et s’aligner sans plus sur les modes ou les tendances d’un marché tout à la fois concurrentiel et oligopolistique, ou privilégier les logiques de l’Open Access et de la diffusion électronique sous ses multiples modalités ?

10 Chacune de ces questions se pose à l’auteur d’une contribution à la recherche en sciences humaines et sociales. Elle doit trouver réponse auprès des responsables d’une revue et représente un choix parfois stratégique pour eux. La dernière partie de la contribution de Mathieu Hilgers et Felice Dassetto en synthétise un certain nombre qui touchent directement les Recherches sociologiques et anthropologiques. Je n’y reviendrai pas, si ce n’est pour souhaiter aux responsables de RS&A de réussir ce qu’ils ont déjà entrepris avec détermination : relever ces défis et assurer un bel avenir à leur revue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul Servais, « Avant-propos », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 5-8.

Référence électronique

Paul Servais, « Avant-propos », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/878 ; DOI : 10.4000/rsa.878

Haut de page

Auteur

Paul Servais

UCL/Faculté de philosophie, arts et lettres (histoire) - IACS.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org