Navigation – Plan du site

Préface

Comprendre les phénomènes sociaux et les dire
Marc Lits
p. 9-13

Texte intégral

1 La célébration de l’anniversaire d’une revue de sciences humaines n’a guère d’intérêt en soi (outre le plaisir et la nécessité de rendre hommage à ceux qui ont porté un projet d’une telle ampleur pendant quarante ans, souvent dans l’obscurité des nuits dédiées à des tâches ingrates de correction d’épreuves et de mise en page), si ce n’est l’occasion donnée de porter un regard rétrospectif, et donc réflexif, sur les évolutions du champ couvert, l’émergence de nouvelles thématiques, la redécouverte de textes oubliés et toujours d’actualité.

2 Le titre de cette intervention introductive, “Comprendre les phénomènes sociaux et les dire : une nécessaire contribution à la réflexivité des sociétés humaines” n’est pas dénué d’ambition et pourrait apparaître quelque peu prétentieux ; il n’a heureusement pas été proposé par l’auteur de cet article, et était plutôt le défi lancé par les organisateurs du colloque anniversaire à l’une des autorités censées introduire les interventions des spécialistes du domaine. Cela pourrait ouvrir les pages d’une recherche doctorale tant le cahier des charges assigné est ample, et c’est d’autant plus impressionnant que c’est adressé à quelqu’un qui n’est ni sociologue ni anthropologue, et qui n’a pas encore bien compris la différence entre les sciences humaines, les sciences sociales, les humanities et autres appellations de tonalités semblables.

3 Mais à défaut d’une réflexivité qui ne pourrait être le fait que d’un acteur du champ sociologique ou anthropologique, ce peut être l’occasion, en guise de préambule à des débats autrement fondés, d’apporter quelques réflexions, à la fois comme lecteur de la revue - quand elle s’appelait encore Recherches sociologiques, et ensuite Recherches sociologiques et anthropologiques (voilà déjà quelques variations historiques sur lesquelles on pourrait longuement gloser en ce qu’elles révèlent à la fois de la recomposition des disciplines au sein d’une faculté donnée et d’une université donnée, et des voisinages plus ou moins confraternels entre territoires de recherche et approches méthodologiques) - et comme auteur accueilli dans cette revue à deux reprises.

I. Des thématiques significatives

4 Ce qui frappe de prime abord le lecteur, puisque la sociologie et l’anthropologie ont pour fonction d’analyser l’ensemble du champ social ou, à tout le moins, la société dans ses différents sous-ensembles, c’est que le relevé des thèmes abordés par la revue dans ses quarante années d’existence révèle trois éléments intéressants. D’abord, que rien n’est étranger au sociologue ; ensuite, ces dossiers disent aussi quelles sont les thématiques sociales récurrentes et celles qui émergent au fil du temps ou des modes (sociales ou analytiques) ; enfin, l’inventaire des thèmes abordés par la revue permet de dresser une cartographie assez précise des centres d’intérêt privilégiés des départements de sociologie et d’anthro­pologie louvanistes, ainsi que des centres de recherche qui sont les chevilles ouvrières de ces dossiers.

5 On a ainsi le sentiment, mais ce n’est pas généralisé et c’est certainement un jugement de valeur infondé, que, pour le sociologue, tout fait de société peut devenir, à l’analyse ou pour l’analyste, un fait social total, pour reprendre la notion formulée par M. Mauss. Le sport devient ainsi, dans un numéro, l’emblème ou le symptôme ou la métaphore (choisissez votre lien métonymique) des rapports politiques et sociaux contemporains. L’analyse des nouvelles formes d’organisation familiale, de la place des élites au sein de la société, de la sexualité ou d’un cas plus particulier comme la prostitution nous dit à chaque fois ce qu’est cet objet social spécifique, mais aussi, par métonymie précisément, ce qu’est la société dans laquelle il s’insère et s’est transformé. En cela, les dossiers de la revue, sur quarante ans, nous permettent de saisir les grands axes structurants de nos sociétés contemporaines ou, du moins, ce que les sociologues et anthropologues (ou, plus exactement, certains sociologues ou certains anthropologues) considèrent comme les lieux significatifs des transformations sociales.

6 C’est d’autant plus vrai (ou vraisemblable) que la revue a couvert, depuis son origine, tous les domaines et tous les objets de savoir (philosophie, droit, économie, religions, enseignement, etc.), mais aussi des thématiques multiples, depuis les plus classiques, pour des anthropologues, comme celle du don, jusqu’aux questions relatives aux mobilités sociales, à la mort, aux rapports familiaux, à la régulation de l’enseignement. La revue fait ainsi apparaître, en creux, l’émergence de thématiques sociales nouvelles, et elle joue alors pleinement son rôle d’explication (chargée de toute sa dimension réflexive) des transformations de la société. Ce n’est pas par hasard qu’un dossier de 1997 s’intitule prémonitoirement Où va la Belgique ? Ce sont les mêmes mots qu’on retrouve presque dans une enquête de la télévision belge, projetée au moment de ce quarantième anniversaire, et intitulée Belgique, où vas-tu ? La revue jouait là un rôle autant prospectif que réflexif, et elle y revient d’ailleurs en 2000 avec un nouveau dossier sur la Belgique.

7 Plus récemment, en 2007, un dossier sur l’altermondialisme et un autre sur les entreprises dans un contexte mondialisé montraient que de nouvelles évolutions sociales devaient aujourd’hui être prises en compte, autour des thématiques porteuses de la globalisation, de la mondialisation, des tensions entre dominants et dominés, qui allaient surgir autour des forums tenus à Porto Alegre et rejaillir, sous d’autres formes, dans les mouvements mondiaux des indignés. On peut supposer que les controverses autour du changement climatique devraient être au menu d’un prochain numéro.

8 Ces différents thèmes révèlent aussi ce que sont les lignes de force spécifiques d’équipes de recherche à l’UCL, dans sa faculté de sciences sociales, dans ses instituts et centres de recherche. Un dossier a paru sur l’anthropologie prospective peu de temps avant l’émergence d’un Laboratoire d’anthropologie prospective, ce qui ne doit sûrement rien au hasard. Des dossiers publiés à intervalle régulier sur la religion, le bouddhisme, l’islam renvoient à un intérêt ancien à l’UCL pour la sociologie des religions. Comme d’autres, tout aussi régulièrement, font écho aux recherches des équipes multidisciplinaires attachées à une analyse socio-économique de nos différents réseaux et degrés d’enseignement. On pourrait ainsi avancer, non que la revue Recherches sociologiques et anthropologiques soit un fait social total (quoique !), mais qu’elle est en tout cas un objet social dont l’analyse dit beaucoup sur ce que les sociologues et anthropologues pensent identifier comme les faits sociaux dominants de leur époque. Elle dit beaucoup aussi sur les lignes de faîte de la recherche sociologique et anthropologique à l’UCL.

II. L’autoanalyse comme outil de réflexivité

9 Pour en venir à la demande de regard réflexif sollicitée par les organisateurs de la commémoration, je voudrais, très légèrement, évoquer mon expérience limitée d’auteur de la revue, et ce non pas pour faire la promotion de ces deux articles, mais pour tenter de répondre à la question initiale de la compréhension des phénomènes sociaux et de leur explicitation. Cet essai d’autoanalyse d’auteur, dont la démarche est certainement discutable en termes sociologiques ou anthropologiques stricts, pourrait peut-être éclairer la réponse. En 1995, j’avais réalisé une analyse très ponctuelle des relations familiales au sein de quelques séries télévisées (l’analyse des médias étant mon domaine de recherche principal) et, en 2005, je réfléchissais aux formes de transformation de la culture sous la pression des industries culturelles. Ce qui m’avait précisément intéressé dans ces deux articles, qui m’avaient chacun été commandés par des responsables de dossier, était de deux ordres.

10 Dans le premier cas, cette analyse m’avait obligé à dépasser l’analyse de contenu ou l’analyse de discours que je menais habituellement avec mon bagage méthodologique d’analyse linguistique et textuelle acquis lors de mes formations disciplinaires de base, pour m’aventurer vers des interprétations sociales (je n’oserais pas dire sociologiques, n’appartenant pas à la profession) des discours et des positions mis au jour. Ce que je n’aurais pas fait sans cette demande. Je rencontrais enfin la demande formulée par plusieurs analystes des médias de sortir d’une approche sémiotique et de réaliser ce que T. Van Dijk a appelé une socio-sémiotique. M. Wolf a montré les limites, pour les recherches sur les médias, des approches de type sémiotique qui ont trop souvent ignoré l’insertion sociale de ces textes :

  • 1  Wolf M., “Recherche en communication et analyse textuelle”, Hermès, 11-12, 1993, p. 213.

Le souci de dégager une pertinence sémiotique l’emportait sur tout intérêt réel pour l’objet analysé (le message des médias). Cet objet pouvait se présenter indifféremment comme un programme de télévision, un article de journal, une publicité, un texte populaire ou littéraire, ou encore, une œuvre artistique. Les médias étaient ici des véhicules de production et de distribution des messages et des textes. L’analyse ne portait donc ni sur les médias ni sur leur fonction, mais sur des objets sémiotiques1.

11 Il s’agit donc de mieux saisir les médias dans leur « rôle spécifique d’intermédiaires symboliques collectifs », en appréhendant leur « langage non seulement en termes de structures formelles, mais également comme une donnée sociale » (Ibid.). Place doit être accordée à une socio-sémio­tique qui mettra « l’accent sur les conséquences (diverses, complexes, inattendues) du processus de communication de masse et sur l’importance fondamentale de la dynamique de la signification » (Ibid.). Ainsi, « le discours n’est pas seulement un objet verbal, mais essentiellement une forme d’interaction sociale » (Ibid.). C’est cette voie, difficile car requérant des compétences disciplinaires multiples, que j’avais alors eu l’occasion d’emprunter grâce à la revue. Et la dimension multi ou pluridisciplinaire est certainement un des enjeux vifs de la recherche en sciences humaines et sociales aujourd’hui.

12 Dans le second cas, le volume même suggéré par les responsables du dossier (60.000 signes, soit le double des formats habituellement autorisés dans les revues scientifiques de mon champ disciplinaire) montrait qu’il s’agissait à la fois de développer ses analyses, d’approfondir la réflexion, de justifier exhaustivement ses prises de position, mais aussi de proposer une lecture critique, réflexive, des enjeux politiques, économiques et sociaux de l’objet analysé, dans le cas présent, la culture médiatique contemporaine.

13 En cela, rédiger un article pour cette revue oblige chacun des auteurs à comprendre ce qu’il analyse (c’est bien le moins qu’on puisse attendre de lui), à construire un cadre réflexif de son objet d’étude, et à le dire à la communauté scientifique. C’est un enjeu essentiel pour nos équipes de recherche. D’autant plus que nombre de ces dossiers sont le résultat de travaux partagés pendant de longs mois par des équipes de chercheurs travaillant en parallèle sur une même thématique.

14 Une revue telle que Recherches sociologiques et anthropologiques constitue donc une pièce centrale dans un dispositif de recherche. Et c’est un exploit d’arriver à la porter à bout de bras, avec des moyens financiers et humains dérisoires. Il faut donc féliciter chaleureusement les équipes qui se sont succédé à la direction de la revue, mais aussi tous ceux qui contribuent à la produire avec rigueur et régularité, numéro après numéro. Une faculté de sciences sociales ne peut que se réjouir de compter en son sein un outil de recherche aussi prestigieux, qui témoigne du dynamisme de ses chercheurs et permet de les installer dans le champ international des disciplines concernées. Les revues, autrefois diffusées sur support papier, aujourd’hui par des canaux électroniques, sont les vecteurs de la recherche, elles irriguent le champ du savoir, elles font exister une discipline. Et Recherches sociologiques et anthropologiques a toujours été un acteur majeur dans cette circulation des idées, dans cette culture du débat scientifique. C’est ce que nous lui souhaitons tous de continuer à réaliser dans les décennies à venir.

Haut de page

Notes

1  Wolf M., “Recherche en communication et analyse textuelle”, Hermès, 11-12, 1993, p. 213.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Lits, « Préface », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 9-13.

Référence électronique

Marc Lits, « Préface », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/880 ; DOI : 10.4000/rsa.880

Haut de page

Auteur

Marc Lits

UCL/Faculté des sciences économiques, sociales, politiques et de communication.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org