Navigation – Plan du site

Une sociologie de la connaissance, un impératif !

Éric Mangez
p. 15-18

Texte intégral

1 Nous proposons dans les pages qui suivent quelques éléments de réflexion ancrés dans une sociologie de la connaissance. La sociologie de la connaissance est susceptible de nourrir chez les scientifiques un retour réflexif sur leurs propres travaux et sur leur rôle.

2 Le postulat de la sociologie de la connaissance consiste à poser que la connaissance et la production de connaissances sont des phénomènes fondamentalement collectifs (Swidler/Arditi, 1994 ; Shapin, 1995) : le savoir n’est pas produit par des individus mais bien par des communautés d’indi­vidus. Le savoir est toujours historique et socialement situé. Il est lié à des lieux, des temps, des pratiques. Le savoir se construit dans une histoire et un espace social, dans une temporalité qui dépasse en réalité la temporalité dans laquelle se situent les producteurs de savoir.

3 Ces affirmations, qui vont à l’encontre non seulement des représentations ordinaires relatives aux notions de Vérité ou de Science, mais aussi de la célébration des savants et autres figures historiques de la Science, permettent de faire de la connaissance un objet d’étude sociologique, anthropologique et historique.

4 La sociologie de la connaissance a pour objectif de montrer en quoi le savoir est lui-même le produit de conditions sociales, politiques, pratiques… De son point de vue, il est évidemment pertinent de montrer que les outils analytiques forgés en Belgique (voire même plus spécifiquement à l’Université catholique de Louvain) doivent en partie leurs caractéristi­ques aux spécificités du contexte qui les a vus naitre et se développer.

5 Ainsi, il est clair que la notion de transaction sociale évoquée dans ce numéro, forgée par le sociologue louvaniste Jean Remy (Remy/Saint-Jacques, 1986 ; Rémy, 1997) a quelque chose de belge (plutôt que de français par exemple) (Fusulier/Marquis, 2008). Dans la société “belge” qui, – vu ses divisions multiples – fait une place importante aux corps intermédiaires et met l'État en position “faible”, la capacité de négociation est une compétence politique de premier plan (plus importante que la capacité de communication par exemple). “Notre” sociologie louvaniste a dès lors développé des outils susceptibles de décrire et de comprendre les nécessaires transactions et tout ce qui se joue “entre” l'individu et le système. Le fait épistémologique est bien celui d’une situation où c'est en partie l'objet d'analyse qui donne forme à l'outil d'analyse.

6 Les concepts de négociation et de transaction sont des outils particulièrement utiles dans les sociétés divisées (plutôt qu’unifiées dans une concordance paradigmatique État-Nation). Mais les sociétés divisées sont aussi des sociétés où une certaine discrétion s’impose dans le champ du pouvoir (Mangez, 2010). Historiquement, le maintien de la paix dans ces sociétés impliquait le respect d'une certaine discrétion : il y a des choses qu'il vaut mieux ne pas savoir, ou ne pas chercher à savoir dans les contextes divisés (Henrikson, 2000). Le bon voisinage implique des discussions (en coulisse) mais il implique aussi de la discrétion au sens où on ne se mêle pas des affaires du voisin, au sens donc où certaines choses ne se discutent pas, certaines données statistiques ne se recueillent pas, certaines comparaisons ne se font pas, certaines questions ne se posent pas et certaines recherches ne se financent pas (Mangez/Mangez, 2011). Il serait dès lors aussi intéressant de penser l’impensé de la revue, c’est-à-dire ce dont elle ne traite pas.

7 L'histoire de la Belgique est marquée par de nombreux faits qui témoignent de cette nécessité de discrétion : des lois diverses mais aussi le développement tardif et limité de l'évaluation des politiques publiques et de toute une série d’instruments de mesure (Varone/Jacob, 2004). Cette nécessité est aujourd'hui mise en question, non seulement dans la foulée de la sécularisation – dépillarisation (toute relative) –, mais aussi à la suite de phénomènes liés à l'européanisation et à la globalisation discutée dans ce numéro : le développement d'enquêtes internationales, la gouvernance par les indicateurs, de performance ou autres… (Ozga, 2008 ; Lawn/Lingard, 2002). La Belgique ne peut plus se vivre et se penser en fonction de ses divisions et de ses dynamiques internes : elle est contrainte de se penser aussi (et donc de se ré-inventer) dans un espace de positions dont les dimensions sont internationales (De Munck, 2002, 2009).

8 Or, s’il est vrai que les moyens intellectuels nécessaires à l’analyse d’un phénomène donné sont en partie construits par le contexte d’inscription socio-culturelle des scientifiques, on doit alors s’interroger sur les transformations actuelles des conditions d’exercice du travail intellectuel des chercheurs belges francophones. Il est en effet indéniable que la globalisation touche le monde de la recherche et fait peser sur les chercheurs de nouvelles contraintes. Il devient impératif de s’insérer dans des réseaux internationaux, de séjourner à l’étranger et de publier en anglais. Ces contraintes font peser un risque sur le chercheur localisé : celui de le voir adopter, pour s’insérer dans des contextes qui ne sont pas le sien, des caté­gories d’analyse qui ne sont pas les siennes, voire de méconnaitre les caté­gories d’analyse spécifiques à son contexte. Ce risque est évidemment plus élevé pour un chercheur situé dans un contexte dominé que pour un chercheur situé dans un contexte dominant. Si les concepts les plus pertinents sont ceux qui répondent le mieux aux spécificités des contextes à étudier, on risque de voir des chercheurs en sociologie et en anthropologie tenter de rendre compte de situations locales à l’aide de concepts et d’outils forgés ailleurs, mal ajustés dès lors aux réalités étudiées. Le déplacement sauvage des concepts peut être à l’origine de leur inconsistance. Par exemple, le concept, extrêmement répandu, de gouvernance, fait souvent l’objet de ce type de transposition peu adéquate.

9 En même temps, la globalisation touche évidemment aussi les pratiques sociales, politiques et culturelles propres au contexte belge. Ainsi, la discrétion est aujourd’hui en tension avec des pratiques politiques et de gestion (évaluation externe) qui tendent à dominer l’espace international (Mangez, 2009). Les pratiques qui étaient liées aux spécificités du contexte se transforment en même temps que le contexte en question et rendent nécessaire le renouvellement des catégories d’analyse. Tout s’ac­corde-t-il pour autant spontanément ? Quels sont les risques, les difficultés d’un tel processus ? Et quelles sont nos responsabilités de chercheurs et d’enseignants ? Notre responsabilité n’est-elle pas d’abord d’être capables de tirer les leçons de notre histoire, puis de parvenir à les transposer dans l’avenir, c’est-à-dire à les reproduire en les réinventant, en en réévaluant le sens et la pertinence et en les ajustant en fonction de cette réévaluation.

10 On pourrait ainsi plaider pour que chaque université développe un cours d’histoire des sciences sociales (voire plus largement des sciences) qui se sont développées en son sein, où seraient présentés les développements scientifiques spécifiques qui sont le fruit d’une histoire ancrée dans un contexte de socialisation des scientifiques. Cet effort de connaissance est un effort de connaissance de soi qui peut être salutaire pour se situer avec intelligence, engagement et perspicacité dans les dynamiques d’internatio­nalisation de la recherche, sans se laisser entraîner par un mainstream appauvrissant.

11 On peut concevoir les livraisons de RS&A comme un moyen d’accéder et de ré-accéder à des connaissances relatives au monde social, aux contextes, aux phénomènes qui ont fait l’objet de leurs analyses, tout comme un moyen de lire une sociologie et une anthropologie ancrées dans leur contexte de production et leurs apports à une compréhension globale du monde.

Haut de page

Bibliographie

De Munck J., 2002 “La Belgique sans ses piliers ? Du conflit des modèles au choix d’une politique”, in De Munck J., Dehogne R. et al. (eds.), Piliers, réseaux et démocratie, Vista, Bruxelles, pp.95-115. 2009 “ Que reste-t-il des clivages en Belgique”, La Revue Nouvelle, (10), pp.45-57.

Fusulier B., Marquis N., 2008 “La notion de transaction sociale à l'épreuve du temps”, Recherches sociologiques et anthropologiques, vol.39, n°2, pp.3-21.

Henrikson A. K., 2000 “Facing across Borders : The Diplomacy of Bon Voisinage”, International Political Science Review / Revue internationale de science politique, Vol.21, n°2, pp.121-147.

Lawn M., Lingard B., 2002 “Constructing a European Policy Space in Educational Governance : the Role of Transnational Policy Actors”, European Educational Research Journal, 1(2), pp.290-307.

Mangez E., 2009 “De la nécessité de discrétion à l’État évaluateur”, Revue Nouvelle, Juillet-Aout, pp.32-37. 2010 “Global Knowledge-based Policy in Fragmented Societies : the Case of Curriculum Reform in French-speaking Belgium”, European Journal of Education, 45(1), pp.60-73.

Mangez C., Mangez E., 2011 “Producing Dangerous Knowledge : Researching Knowledge Production in Belgium”, European Educational Research Journal, 10(2), 252, doi:10.2304/eerj.2011.10.2.252.

Ozga J., 2008 “Governing Knowledge : Research Steering and Research Quality”, European Educational Research Journal, 7(3), pp.261-272.

Remy J., 1997 “The Concept of Transaction : Its Analytical Scope and the Assumptions It Conveys”, Revue Suisse de sociologie, 23/1, pp.15-22.

Remy J., Saint-Jacques M., 1986 “School as a Form of Social Transaction”, Recherches Sociologiques, 17/3, pp.309-325.

Shapin S., 1995 “Here and Everywhere : Sociology of Scientific Knowledge”, Annual Review of Sociology, 21, pp.289-321.

Swidler A., Arditi J., 1994 “The New Sociology of Knowledge”, Annual Review of Sociology, 20, pp.305-329.

Varone F., Jacob S., 2004 “Institutionnalisation de l’évaluation et nouvelle gestion publique : un état des lieux comparatif”, Revue internationale de politique comparée, vol.11, n°2, p.271-292.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Mangez, « Une sociologie de la connaissance, un impératif ! », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 15-18.

Référence électronique

Éric Mangez, « Une sociologie de la connaissance, un impératif ! », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/882 ; DOI : 10.4000/rsa.882

Haut de page

Auteur

Éric Mangez

UCL/IACS/Girsef-Cirtes.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org