Navigation – Plan du site

Appréhender les transformations d’une discipline à travers la trajectoire d’une revue

Mathieu Hilgers et Felice Dassetto
p. 19-39

Texte intégral

1 Au fil des quarante dernières années, la sociologie et l’anthropologie, comme les autres sciences, ont connu des mutations importantes. Évolution des objets et des méthodes de recherche, internationalisation croissante, renforcement de l’intégration des cursus dans les universités et, bien entendu, outre les débats internes à la discipline, une tentative de réajuste­ment pour saisir un monde social lui-même en transformation. La production s’est intensifiée et diversifiée, et c’est un lieu commun que d’affirmer qu’il n’y a pas, ou plus, de champ unifié de la sociologie ou de l’anthropo­logie. Dans ce contexte, l’invitation à relire la trajectoire de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques, au moment de l’anniversaire de ses quarante ans, est l’occasion de poser un regard sur la manière dont ces disciplines se font concrètement, tant sous l’angle des stratégies éditoriales que sous l’angle des bouleversements théoriques et paradigmatiques qu’elles connaissent. L’intérêt d’une analyse partant de la transformation d’une revue est de se dégager d’une perspective exclusive­ment théorique et des définitions quasi typologiques qu’on trouve dans les manuels, lesquelles, indépendamment de toute leur utilité, reflètent le plus souvent une sociologie mainstream et anoblie. A travers cette brève généalogie, on cherchera à voir comment la sociologie et l’anthropologie se produisent et se publient in situ, à tout le moins dans cet organe de publication.

2 Avant d’en arriver à cette rétrospective, il semble utile de se remémorer les raisons qui ont conduit à la fondation de cette revue. C’était en 1970. La Belgique venait de subir une véritable secousse lancée par le mouvement nationaliste flamand. L’Université de Louvain, installée dans la ville de Leuven, en territoire flamand, était bilingue (français/néerlandais). Au cri de Walen buiten (Wallons dehors), le mouvement nationaliste flamand, pour qui cette enclave francophone en terre flamande était intolérable, emboîta le pas du nationalisme. L’université se sépara en deux et l’aile francophone fut contrainte de déménager. Ainsi naquit une nouvelle université sur un site baptisé Louvain-la-Neuve.

  • 1  Pierre de Bie, professeur de sociologie à l’UCL, docteur en philosophie et en droit, a suivi un cu (...)

3 Lors du lancement de Recherches sociologiques, en juin 1970, toujours à Leuven mais préparant les malles pour le déménagement vers Louvain-la-Neuve, P. de Bie, patron de la sociologie louvaniste de l’époque, écrit une courte introduction dans laquelle il esquisse le projet de la revue1. La revue Recherches sociologiques démarre à partir d’un projet modeste : son objectif principal est de diffuser à l’intérieur et à l’extérieur des résultats de travaux menés dans le Centre de recherches sociologiques et restés confidentiels :

Trop de recherches poursuivies jusqu’en 1969 dans le cadre du Centre de recherches sociologiques n’ont conduit qu’à des rapports polycopiés à diffusion restreinte : le nombre en est considérable. Quoique la volonté des mandants qui confiaient à l’institution un contrat de recherches en ait souvent été responsable, la simple absence d’un organe où ces travaux auraient pu être publiés l’est parfois aussi. La publication de Recherches sociologiques entend combler cette lacune (Bie, 1970 :3).

4 Ce projet s’inscrit donc dans les perspectives du Centre de recherches sociologiques qu’il dirige.

  • 2  À signaler qu’à l’initiative de F. Houtart, le Centre de sociologie religieuse reprendra une revue (...)

5 La naissance de cette revue prend sa signification dans l’espace sociolo­gique local. Parallèlement à ce centre qui était l’ancêtre de la sociologie louvaniste de l’après-guerre, s’étaient créés à Leuven, dans ce qu’était désormais la partie francophone de l’université et à l’initiative de plus jeunes académiques, d’autres pôles de recherche en sociologie : le Centre d’analyse du changement social, fondé par M. Chaumont, tourainien, auquel s’attacheront, entres autres, G. Bajoit et M. Molitor ; le Centre de sociologie religieuse, fondé par F. Houtart en association avec J. Rémy, puis L. Voyé ; et le Centre de sociologie urbaine et rurale, fondé par J. Rémy en association avec L. Voyé2. Alors que les plus jeunes générations s’ou­vrent aux nouveaux paradigmes dans une relative rivalité, entre tourainiens, bourdieusiens, marxisants ou ceux qui, comme J. Remy cherchaient une voie propre, la sociologie de P. de Bie était marquée par le fonctionnalisme et par la méthodologie de la sociologie américaine d’après-guerre. Derrière une ambition apparemment limitée (disposer d’un outil permettant de diffuser les productions d’un centre de recherches), il s’agit aussi de renforcer une conception de la sociologie dans le champ des rivalités internes qui marque l’Université catholique de Louvain (UCL). Pour autant, l’objectif n’est pas (explicitement au moins) d’occuper une place dans le paysage belge de la production sociologique et encore moins dans l’espace francophone européen, ni même de rendre visible la sociologie de l’UCL. Pourtant, bon gré mal gré, avec la revue de l’ULB, Revue de l’insti­tut de sociologie, fondée près de 70 ans auparavant, la revue Recherches sociologiques va devenir le principal espace de publication sociologique de langue française en Belgique. Au fil des ans, elle servira aussi de lieu de publication à des chercheurs étrangers, parfois en début de carrière ; parmi eux : G. Balandier, J.-M. Berthelot, L. Boltanski, R. Castells, M. Crozier, E. Fassin, J. Freund, M. Godelier, R. Hill, A. Honneth, R. Ledrut, M. Maffesoli, P. Sansot, L.-V. Thomas, etc.

6 L’analyse de l’évolution de la revue fournit une excellente occasion de mettre en lumière les changements, les enjeux et les questions qui ont façonné la discipline au cours de cette période, plus particulièrement en Belgique. Les périodisations ont quelque chose d’arbitraire, mais elles ont l’avantage de proposer une mise en ordre diachronique qui facilite l’ou­verture de la discussion. Notre argument identifie quatre moments clefs dans le développement de la revue. Chacun d’eux correspond à une étape dans la transformation du monde social et de la discipline.

I. Le moment fondateur : les années 1970

7 Dans quel contexte disciplinaire la publication de la revue prend-elle place ? Les sciences humaines forgées sur le vieux continent par une longue tradition sociologique et anthropologique ont été relues et réinventées aux États-Unis et dans le monde anglo-saxon dans les années 1920-1930, avant de revenir en Europe dans l’immédiat après-guerre. Elles ont connu une profonde transformation dans les années 1960. C’est l’héritage de cette évolution, perceptible à Louvain-la-Neuve, qui marque les années 1970. Elle se décline à trois niveaux.

  • 3  Sur le plan historique, il faudrait établir les relations entre philosophes et sociologues de l’ép (...)

8 D’abord sur le plan paradigmatique, il s’agit de balayer le fonctionnalisme dominant (version Parsons ou version Merton). Dans le contexte français, cette subversion passe par la sociologie actionnaliste-historiciste d’A. Touraine. Néanmoins, dans le contexte international (France comprise), elle s’articule le plus souvent à partir des débats prolongeant de façon plus ou moins orthodoxe et plus ou moins implicite la pensée de Marx, par exemple, dans les travaux critiques de l’école de Frankfurt, d’H. Lefebvre, de C. Castoriadis, de R. Castells ou encore de P. Bourdieu. Le débat avec le marxisme s’opère, notamment, par le croisement avec la psychanalyse, comme chez H. Marcuse, et/ou le structuralisme que C. Lévi-Strauss développe contre une anthropologie culturelle teintée d’évolutionnisme. Au même moment, la phénoménologie de E. Husserl, décédé dans l’entre-deux guerres, et de M. Heidegger en Allemagne, de J.-P. Sartre et M. Merleau-Ponty en France, connaît un succès qui dépasse largement le domaine de la philosophie3. Le travail d’A. Schutz facilite la transition vers une sociologie phénoménologique qui sera popularisée entre autres à travers le best-seller de P. Berger et T. Luckmann (The Social Construction of Reality, 1966).

9 Sur le plan méthodologique, la critique prend pour cible la méthode fondée sur les questionnaires, leur administration sur de larges échantillons et les traitements quantitatifs. On oppose ce que P. Lazarsfeld avait appelé “sociologie scientifique” à une autre sociologie (celle de l’école de Chicago) fondée sur l’observation et l’entretien, qui pouvaient au mieux servir dans la phase de pré-enquête. La critique générale sur la méthodologie du questionnaire s’opère parfois sans beaucoup de discernement, mais elle est d’autant mieux reçue que les coûts de ces méthodes de recherche, lorsqu’elles sont appliquées avec rigueur, sont élevés. A contrario, on exalte parfois de manière exclusive les méthodes dites qualitatives qui s’accompagnent d’une critique des théories générales et d’une survalorisation du vécu et du sujet. Quelques chercheurs, comme Pierre Bourdieu et ses collaborateurs, tentent de combiner approches quantitatives et qualitatives.

  • 4  Le projet Camelot (1964) était un projet de l’armée américaine visant à utiliser les sciences soci (...)
  • 5  La triste fin de Nikos Poulantzas en est symptomatique. Communiste grec, sociologue exilé en Franc (...)

10 La troisième évolution concerne la conception de la fonction de la sociologie. Dans sa forme étasunienne, surtout après la crise de 1929, la sociologie et l’anthropologie sont en partie devenues un instrument d’aide et de préparation à la gestion et au politique. Les années 1960 et 1970 connaissent une critique radicale de ce rôle. Entre autre à la suite de la découverte de l’implication de sociologues et d’anthropologues dans les déstabilisations politiques en Amérique latine (affaire Camelot)4. Plutôt qu’une science “vendue” aux classes dominantes et aux “exploiteurs”, il s’agit désormais de faire du sociologue et de l’anthropologue des intellectuels, des penseurs liés aux intérêts de classe, les porte-parole des peuples opprimés. On critique l’impérialisme américain, la guerre du Vietnam, et on s’enthousiasme un peu vite pour les pays de l’Est. Les débats sont nombreux. La critique écologique du développement de type capitaliste n’est pas nouvelle, mais elle gagne en ampleur et apparaît, à certains, comme une question petite-bourgeoise. L’engagement est total5. Les facultés de sociologie deviennent le cœur de la critique de la société et de l’État.

  • 6  P. de Bie avait publié l’important ouvrage Budgets familiaux en Belgique. 1957-58 (1960), dans le (...)

11 Louvain-la-Neuve est marquée par ces évolutions. On l’a évoqué, l’establishment sociologique s’inscrit dans la tradition fonctionnaliste (le Centre de recherches sociologiques est de cette veine)6 et doit désormais faire face à une sociologie critique ou marxisante et structuro-althussé­rienne de plus en plus forte. Cette sociologie est portée par quelques figures emblématiques, mais isolées : A. Corten, F. Houtart, P. Vercauteren. Elle se développe en marge, dans des cercles de réflexion (par exemple, parmi les futurs fondateurs de la revue Contradictions). À leur manière, les étudiants jouent un rôle dans ce renouvellement. À Louvain-la-Neuve, si P. Bourdieu marque ces années, c’est davantage par leur biais que par celui des professeurs. Le métier de sociologue (Bourdieu/Chamboredon/Passeron, 1968) sert de repère méthodologique et épistémologique à ceux qui souhaitent, malgré tout, faire de la sociologie, mais ce sont Les héritiers (Bourdieu/Passeron, 1964), La reproduction (Bourdieu/Passeron, 1970), ou Un art moyen (Bourdieu/Castel, 1965) qui frappent les esprits, car ils allient démarche sociologique et critique sociale.

  • 7  Il n’est pas étonnant que la revue de sociologie de la religion Social Compass, publiée également (...)

12 Toutefois, ici comme ailleurs, rien ne semble très systématique. Ces années sont celles où la sociologie européenne commence à se développer de manière intense et arrive au point culminant de son expansion. Elle se spécialise par domaine (famille, entreprise, religion, etc.) pour répondre à une demande sociale et demeure convaincue qu’elle est en outre nécessaire pour produire cette demande. La sociologie pense être un instrument utile pour l’action sociale, politique, entrepreneuriale… et elle se vend plus ou moins bien comme telle7. Les budgets des États ne connaissent pas encore la crise qui les frappera bientôt. Les ressources pour la recherche sont disponibles, les chercheurs et le personnel ne coûtent pas cher ou acceptent de travailler à de faibles coûts. C’est l’effervescence, un chaos relatif plus ou moins créatif scande cette période où les cours fonctionnent souvent dans une quasi autogestion. Certains chercheurs font des va-et-vient face aux marxistes, aux situationnistes, aux bourdieusiens, aux tourainiens… On trouve des traces fragmentaires de ces débats dans les pages de Recherches sociologiques. Dans ce pays pragmatique qu’est la Belgique, les débats théoriques passionnent peu, d’autant moins que la préoccupation est d’organiser le déménagement vers Louvain-la-Neuve et de savoir de combien de mètres carrés de bureau on disposera dans les nouveaux bâtiments affectés à la sociologie.

  • 8  Au cours de ces années, l’Association “belge” de sociologie commune aux francophones et aux flaman (...)

13 On a rappelé le contexte disciplinaire, évoqué la création d’un espace de recherche en sociologie à Louvain-la-Neuve, qu’en est-il plus précisément de la revue ? Pendant une dizaine d’années, elle demeure en apparence dans la claire filiation du projet formulé dans le premier numéro et elle reste liée aux travaux du Centre de recherches sociologiques. La majorité des auteurs qui y publient appartiennent au Centre. On trouve néanmoins des articles d’autres auteurs louvanistes et, dans quelques cas, des contributions d’auteurs externes avec lesquels le Centre mène une collaboration ou entretient un contact à travers ses thématiques de recherches. Malgré un premier éditorial d’apparence modeste, le directeur de la revue choisit des figures importantes du champ de la sociologie internationale pour remplir ses colonnes et rendre visible le travail de son centre. Ainsi, dès le troisième numéro, R. Hill, sociologue américain de réputation internationale et président de l’International Sociological Association l’année suivante, publie un article sur la famille et ses transformations, thème qui fut d’ailleurs au centre du premier numéro de la revue. Dans ce troisième numéro, on trouve également un texte de M. Crozier, alors président de l’Association française de sociologie, sur l’engagement social du sociologue. Ce texte, traduction d’une communication faite par Crozier au colloque fondateur de l’association flamande des sociologues8, illustre les relations qui existaient encore entre les sociologues de Louvain-la-Neuve (francophones) et leurs collègues flamands. Elles allaient s’étioler, puis disparaître.

14 Pendant ces années, les thématiques sont surtout, mais non exclusivement, celles de chercheurs du Centre de recherches sociologiques : la famille se taille la part du lion en raison de l’intérêt pour ce domaine de recherche par des personnes de l’équipe dirigeante ; trois numéros et quelques articles portent sur la Belgique.

15 Une place à remarquer dans ces publications est l’ensemble des quatre numéros impulsés par J. Rémy, portant sur des questions théoriques relatives à des problématiques chères à l’auteur ou sur le paradigme des “transactions sociales” que ce dernier et son équipe étaient en train de construire.

16 L’objectif est toujours de présenter des travaux de recherche locaux, mais il s’agit aussi d’élaborer une problématisation théorique plus générale en partant du cas belge. Comme l’écrivait J. Rémy dans l’introduction du premier numéro :

Malgré la diversité des champs concrets d’observation des textes rassemblés dans ce numéro, des préoccupations communes guident leur élaboration : ils s’inspirent d’une problématique poursuivie ces dernières années par une équipe du Centre de recherches socioreligieuses et par le Centre de sociologie urbaine et rurale de l’Université catholique de Louvain. Ces divers textes partent des évidences de la vie quotidienne, saisies, autant que possible, dans leur survenance spontanée, dans la pratique sociale. La première préoccu­pation consiste à systématiser ces évidences pour mieux faire rupture à leur égard, puis à se demander si ces interprétations spontanées révèlent ou voilent les rapports sociaux ; on passe ensuite à des questions sur les effets collectifs de ces représentations spontanées (1973 :3).

  • 9  Pour autant, ce numéro développe le concept d’idéologie, la problématique bourdieusienne relative (...)
  • 10  Voir les numéros où se développe la théorie de la transaction sociale Modèles culturels et pratiqu (...)

17 Dans ce propos de 1973, on est encore loin de la notion de “transaction sociale”, mais le terrain se prépare à travers l’intérêt porté au quotidien, comme lieu qui échappe à la norme ou à des rapports sociaux trop déterminants. Une constellation de concepts et de réflexions est développée9. Elle conduira à mettre en lumière les “médiations” dans les rapports sociaux. Cinq années plus tard, cela apparaît clairement dans un numéro de 1978, où se déploie la notion de “transaction sociale” que J. Rémy a désormais l’ambition de développer en un véritable paradigme10. Cette approche suppose que l’humain soit un être de projet, disposant de ressources pour s’orienter vers l’avenir. Les échanges comportent donc toujours, au-delà de l’axiomatique de l’intérêt, une dimension existentielle et culturelle qui interdit leur réduction à un simple rapport de domination. La règle explicite n’est qu’une caractéristique de l’échange ; la coopération, conflictuelle ou non, met en jeu des dimensions implicites qui ne se limitent pas à un rapport de force relationnelle, mais qui néanmoins trouvent une part de leur origine dans des principes structurels. Selon J. Rémy, ce type d’analyse du monde social doit beaucoup au contexte belge (Rémy, 2005 :86). En effet, des analystes ne manqueront d’ailleurs pas de souligner la paternité belge de cette approche :

Ce n’est sans doute pas un hasard si le concept de transaction sociale vient de Belgique. Déchirée par des conflits linguistiques, religieux, politiques et économiques qui se superposent sans coïncider, la Belgique devrait être une société bloquée et pourtant elle ne fonctionne pas trop mal ! Il fallait donc inventer le concept de transaction pour “lire” ces compromis pratiques entre acteurs qui sont contraints à cohabiter alors qu’ils restent en conflit (Leblanc, 1992 :12-13).

18 L’analyse sociologique de la réalité belge a donc donné lieu à des formes d’élaboration théorique qui dépassent de loin l’étude de cas spécifique et constituent des contributions plus générales à la sociologie.

19 Les premiers numéros de Recherches sociologiques portent toutefois les germes d’une tension, d’une part, entre la volonté de mettre en évidence des productions locales et l’ambition de valoriser la revue en publiant des figures notoires externes ; d’autre part, entre l’ambition de servir des thématiques liées à un centre et la conciliation nécessaire avec les forces en présence, qui contraint la revue à emprunter une voie généraliste. Au fil de la transformation de la revue et du champ scientifique, cette tension s’am­plifie. Le premier objectif (publier les travaux du centre) se voit débordé de plusieurs côtés. Faut-il en rester à une visibilité locale louvaniste ? Faut-il uniquement publier des auteurs du centre ? Faut-il se limiter à une sociologie belge ? Mais qu’est-ce qu’une sociologie belge alors que la séparation fédérale de la Belgique ne favorise pas les collaborations, alors que les clivages entre les “piliers” catholique (l’Université catholique de Louvain) et laïque (l’Université libre de Bruxelles) ne favorisent pas les rapprochements ? Faut-il dépasser ces oppositions en misant sur une visibilité internationale ? Si oui, comment ? Faut-il faire de cette revue un enjeu de défense théorique, le représentant officiel d’un paradigme ? Cela ne semble pas correspondre aux ambitions des membres du comité de rédaction et, en raison des collaborations multiples, du souhait de comparatisme et des différentes personnes attachées à la revue, cela semble tout simplement impossible. Ces questions qui façonnent les orientations de la revue sont importantes, mais elles ne font pas l’objet de discussions dans ses colonnes. Ici aussi le pragmatisme semble être la règle ; la revue fonctionne, elle s’élargit, connaît une évolution, mais elle ne semble ni contrainte ni désireuse de se fixer un carnet de route à long terme.

II. Réalités locales et internationalisation (début 1980 - fin 1990)

20 Les années 1980 marquent un grand tournant économique et social. Tournant économique : chocs pétroliers de 1974 et 1978 qui mettent à mal l’économie d’une consommation de masse nationale qui avait bâti le bien-être des années d’après-guerre et les golden sixties. Les pétrodollars donnent les moyens au sursaut de l’islam wahhabite qui marque la scène mondiale. Tournant social : le plein-emploi s’effondre au moment où une fraction de la société accroît sa richesse grâce à la révolution technologique et au néolibéralisme. Avec M. Thatcher, élue en 1979, et R. Reagan en 1980, l’état social keynésien en prend un coup. L’Europe continentale tente de résister à travers une troisième voie. La relance de l’économie s’opère sur de nouvelles bases technologiques (nouvelles technologies de l’information (NTI) et télécommunications). Nouvelle organisation de la production, nouveau mode d’existence culturelle, nouvelle structuration mondiale, mais aussi nouvelle inégalité sociale, inégalité de richesses, iné­galité du rapport au pouvoir, le questionnement sur la cohésion sociale marque cette époque.

21 Tout ceci s’accompagne d’un bouleversement de pensée. En France, ceux qu’on a appelés les “nouveaux philosophes” s’attaquent de front au marxisme dominant et au communisme (Soljenitsyne est entendu). Ils veulent balayer l’orthodoxie communiste (particulièrement figée en France ; ce n’est pas le cas en Belgique, en Italie…). On décrète la “fin des grands récits”, sans voir que d’autres grands récits se sont installés : le sujet, l’individu, les technologies de l’information et de la communication, le libéralisme de marché comme dogme, ou encore la théorie du choix rationnel. En bien des lieux, cette nouvelle vague balaye la critique et la théorie. Dans les espaces dominants, les sociologues deviennent, au mieux, les porte-voix de la plainte (celle des chômeurs, des femmes, des homosexuels, des discriminés, des souffrants, des subalternes etc.), au pire, ceux d’un exotisme qui suspend l’existence des rapports objectifs au nom du relativisme. La théorie est assimilée à un grand récit. La synthèse critique se fait postcoloniale. Les postcolonial studies deviennent, pour le meilleur et pour le pire, le seul refuge possible d’une perspective à la fois critique et postmoderne. C’est la période de l’engouement pour la méthode dite “qualitative”, qui est surtout fondée sur l’enregistrement de la parole des individus dont il faut reconstruire le sens (ce qui est facilité par l’usage des “nouvelles” technologies d’enregistrement) ; c’est souvent la seule méthode possible compte tenu d’un cruel manque de budgets, et du fait que de nombreux programmes de recherches sont gérés par des chercheurs solitaires.

22 Notons en réaction peut-être, que cette période se marque également par la nécessité d’opérer de grandes synthèses de la tradition sociologique. C’est ce qui caractérise une bonne part de la production de cette époque en France, en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis avec respectivement comme figure de proue P. Bourdieu, A. Giddens, J. Habermas et J. C. Alexander. Il reste de grandes figures qui n’abandonnent pas les ambitions théoriques de la sociologie, mais ce n’est pas le lieu pour faire le bilan de cette période complexe qui exigerait un développement plus long.

  • 11  En 1985, P. de Bie commence le premier de trois longs articles réunis ensuite en un volume sur l’h (...)

23 À l’Université catholique de Louvain, cinq ou six centres sont mis en place, ils ne survivent que quelques années et ne développent pas de programmes substantiels de recherches. À l’intérieur même de l’UCL, la sociologie et l’anthropologie (qui se crée dans les années 1980) demeurent éclatées dans des pôles dispersés. Pourtant, la revue se maintient et on peut même dire qu’elle prend de l’ampleur. Au fil de cette double décennie, qui correspond au début de l’implantation néolouvaniste, elle devient le canal d’une expression plus large que celle du centre qui l’a fondée. Au cours des années 1980, plusieurs numéros thématiques sont publiés en continuité avec la période précédente. La famille continue à occuper une certaine place (trois numéros) de même que la question de l’identité nationale et linguistique. Paradoxalement, alors même que ce dernier sujet prend de l’importance dans le débat public, il tend à disparaître des colon­nes de la revue. Certes, quelques articles épars parlent de la réalité belge11. On restitue des enjeux devenus saillants, mais sans donner une vision complète de la société belge, fût-elle francophone (et, éventuellement, dans ses rapports avec les Flamands).

  • 12  Ce qui fait que les études louvanistes sur l’Islam qui se réalisent dans le cadre du Centre Interd (...)

24 Ce désintérêt tient avant tout à la masse critique. Impossible d’étudier l’ensemble du monde social. Il faut faire des choix. Certains domaines forts se mettent donc en place. Une nouvelle spécialité émerge et donne lieu à six numéros ; il s’agit de la sociologie de l’éducation. Ces numéros sont élaborés par des équipes qui pérennisent la recherche dans ce domaine (J. Delcourt d’abord, C. Maroy ensuite). J. Rémy poursuit le développement de son approche en coordonnant d’autres numéros (un sur la sociologie du quotidien, un sur les religions populaires). Pour des raisons liées à l’ancrage historique de l’université, la sociologie de la religion est développée par un bon nombre de chercheurs (J. Rémy, F. Houtart, L. Voyé, J. P. Hiernaux, etc.). Elle donne lieu à plusieurs articles, mais à un seul numéro consistant, coordonné par L. Voyé et K. Dobbelaere, traitant justement de la Belgique (La Belgique et ses dieux). L’intérêt de publier ce type de résultats dans Social Compass, mais aussi l’inexistence d’un programme qui aurait uni tous ces chercheurs, expliquent la relative absence de cette thématique, qui apparaît bien spécialisée au moment où la sociologie générale disserte sur la sécularisation du monde. Depuis les années 1980, des travaux sur l’islam contemporain, en particulier européen, se sont développés à l’UCL et y ont prolongé l a tradition sociologique de l’étude des religions12. C’est dans cette continuité que s’inscrit le récent numéro coordonné en 2006 par Felice Dassetto (L’islam entre local et global) qui présente quelques travaux essayant d’articuler des recherches empiriques à une sociologie du “glocal”. Enfin, on trouve trois numéros sur les politiques sociales ou le travail social et un numéro sur les migrations, tous trois issus de deux équipes qui travaillent sur la question, mais qui se connaissent mal, et qui trouvent là l’occasion de mutualiser les résultats de leurs recherches.

25 Sur le plan du fonctionnement, la revue reflète (et contribue elle-même à) un processus d’internationalisation. Ainsi, il est frappant d’observer l’externalisation des numéros et la tentative d’occuper une place sur le plan international au cours de cette période. Plus de quinze numéros sont entièrement confiés à des équipes externes, sept à des équipes externes avec quelques interventions internes à l’UCL, et quatre à des équipes de l’UCL hors de la sociologie. Certains numéros sont importants : comme celui de 1982/1-2 sur Les sociologies, publié par M. Maffesoli et G. Balandier, auquel a participé un excellent panel de sociologues (avec pour seul Belge C. Javeau), celui sur les Méthodes en sociologie (1985/2) issu de travaux de l’Association internationale de sociologie de langue française (un article de L. Voyé, et des articles de C. Javeau, M. Bolle de Bal, H. Janne…) ; ou encore Les lendemains de l’utopie communautaire (1979/1), Identité ethnique et culturelle (1984/2-3), Sociologie de l’art (1988, 2-3), etc.

26 Face aux dilemmes des décennies précédentes, la revue semble avoir choisi, même s’il n’y a pas de traces explicites des débats qui auraient nourri ses choix. Une enquête plus approfondie pourrait établir jusqu’à quel point ils ont été objectivés et/ou résultent du bouleversement du paysage éditorial international et du paysage institutionnel louvaniste. Il y a peu de programmes de recherches solides à moyen terme. Dès lors, la revue n’est plus celle d’un centre, elle doit sa survie ou son expansion dans la sous-traitance externe. La revue tente désormais de se construire comme une revue de sociologie généraliste internationale francophone. Elle accroît sa surface paradigmatique et thématique en multipliant les contributions venues de l’extérieur. De la sorte, elle se déconnecte, en partie, de la réalité institutionnelle de l’UCL, mais aussi d’un intérêt pour l’analyse de la réalité belge. Le prix à payer pour cet élargissement est une certaine confusion. Recherches sociologiques est désormais au service d’un département aux tendances et intérêts multiples, tout en s’inscrivant dans un paysage qui s’internationalise, avec un comité de rédaction qui n’est plus exclusivement belge. Son ancrage local fait qu’elle n’est plus une revue d’analyse de la Belgique, elle n’est pas totalement une revue à visée exclusivement théorique, elle n’est pas tout à fait une revue internationalisée francophone mais elle demeure dynamique et les numéros paraissent sans discontinuité et avec régularité.

III. Le recentrage des années 2000

  • 13  Un numéro sur le Bouddhisme (2000/3), un sur l’entreprise (2009/2), un sur la connaissance (2004/3 (...)

27 Peut-être est-ce la difficulté à se définir qui conduit la revue à chercher une autre perspective à partir de la fin des années 1990. Cette décennie se marque par des changements importants. Il y a encore quelques numéros totalement externalisés même si leur proportion est moindre par rapport à la période précédente13. En 2001, un numéro, L’anthropologie prospective, initié par le directeur du laboratoire éponyme, M. Singleton, ouvre une voie plus systématique à la publication des travaux d’anthropologues louvanistes. Ce numéro devait faire comprendre le sens de l’appellation “anthropologie prospective” et sa portée. La volonté est de ne plus se limiter à faire l’ethnologie des survivances des sociétés prémodernes. L’anthropo­logie prospective procédera par la description dense ; elle élargira le terrain par ampliation analogique, en regardant autour de soi pour sortir de l’étude de cas, et elle interprétera ensuite.

  • 14  Notamment De Munck J., Verhoeven M., 1997 ; De Munck J., 1999 ; ainsi que les travaux du Centre de (...)

28 Difficile de résumer la variété et la richesse des publications sur cette décennie ; une petite dizaine de numéro partent d’une approche classique de la sociologie, au sens d’une posture analytique qui procède d’un matériel empirique collecté selon des méthodologies diverses. Tous ces numéros ont été préparés, dirigés par des équipes de sociologues de l’UCL qui ont rédigé la plupart des articles. Deux numéros portent sur les politiques publiques : Les nouvelles politiques sociales (2000/2) et le numéro coordonné par C. Maroy (2004/2) autour des régulations intermédiaires qui se mettent en place dans les systèmes éducatifs, un numéro d’une grande cohérence dans l’articulation entre problématique théorique et chantiers empiriques de recherche. Dans une veine semblable, le volumineux numéro inaugurant le nouveau millénaire (2000/1), coordonné par J. Marquet, porte sur divers aspects de la société belge cernés sous l’angle du rapport à la norme, thématique ayant fait l’objet de nombreux travaux à l’UCL dans le sillage des théories de la procéduralisation des normes, des négociations, des subjectivations14. On peut également rappeler le numéro Espace et mobilité (2002/3) coordonné par B. Francq et alimenté par des recher­ches visant à appréhender la ville sous l’angle des modalités de construction des espaces sociaux. Notons aussi, guidé surtout par l’exploration empirique d’un terrain plus ou moins inédit, le numéro portant sur les rapports entre “vie professionnelle et vie familiale” (2007/2), coordonné par B. Fusulier et J. Marquet, ou les numéros sur les élites en Belgique (2003/1) et sur la mort (2001/2), ou encore le numéro (2006/2) dirigé par Mathieu Hilgers, Le sociologue dans la cité où est posée la question du rapport de la sociologie aux sociétés où elle s’inscrit et des fonctions sociales qu’au fil de son histoire elle a rempli.

  • 15  Depuis peu, ce processus de convergence semble au point d’arrêt, voire en recul. Une analyse détai (...)

29 Le trente-cinquième anniversaire de la revue est marqué par un changement de titre et d’orientation. En 2006, la revue devient Recherches sociologiques et anthropologiques. Cette dénomination est le reflet des transformations institutionnelles de l’unité de sociologie et d’anthropo­logie en lieu et place des deux unités existant auparavant15 ; elle témoigne aussi du nouveau souffle de l’anthropologie à Louvain-la-Neuve. L’édito­rial du premier numéro, signé par le directeur du périodique, Bernard Fusulier, souligne des convergences entre ces disciplines et rappelle que, souvent, les différences recoupent plus de divisions institutionnelles que de divisions réelles dans le monde social, c’est-à-dire hors académie. Pourtant, alors que les décennies précédentes avaient connu nombre de numéros thématiques consacrés à la méthodologie, l’orientation explicite­ment socioanthropologique de la revue n’a pas conduit à un renouveau des réflexions sur la méthode. Au-delà du titre, le temps dira si la revue a réussi à pleinement intégrer les deux disciplines ou à amener les anthropologues et les sociologues à produire l’une ou l’autre livraison concertée. Pour le moment, la production interne résulte majoritairement des sociologues. La question des relations entre sociologie et anthropologie reste posée, car les deux disciplines n’ont pas nécessairement le même regard sur l’articulation entre les données et leur mode d’interprétation. Hormis dans l’éditorial du premier numéro de la série RS&A, la revue n’a pas questionné ce tournant, mais cette nouvelle appellation est certainement un atout en ce qu’elle permet d’élargir la portée de la publication.

30 L’éditorial exprime clairement l’orientation donnée à la revue : « revue internationale d’expression de langue française », RS&A ouvre ses colon­nes à d’éventuelles publications en anglais et se présente comme une « revue généraliste » respectant des critères de scientificité élevés. Le souci revendiqué est « d’accentuer l’internationalisation » sans s’inscrire dans le mainstream anglo-saxon. Le projet est de constituer un réseau de membres étrangers capables par leur position de produire un regard décentré (Fusulier, 2006 :2).

31 Le profil de certains numéros est constitué par un ensemble d’essais ali­mentant un débat politico-culturel. Cet essayisme reflète une grande partie de la production des sciences sociales contemporaines. Dans RS&A, quel­ques thématiques sont poursuivies : l’enseignement, la ville, la famille et le travail. Les autres numéros apparaissent comme des incursions dans un domaine d’investigation et dans une problématique théorique. Ainsi, tout en poursuivant l’investigation dans certains pôles de recherche, la revue demeure ouverte à une certaine diversité qui permet de préserver son caractère généraliste.

32 Au-delà des déclarations, peut-on observer un véritable changement de cap ? Pour quelques numéros, le pari est tenu. Certaines livraisons prennent le parti d’explorer plus théoriquement des concepts, en particulier sous l’angle d’une sociologie critique, tels les numéros Économie, culture et société (2005/2-3, par J. Delcourt et A. Delobelle) et le numéro Altermondialisme, société civile et mondialisation (2007/1, par B. Francq et G. Pleyers). Ce dernier numéro est lié aux travaux du CADIS (Centre d’analyse et d’interventions sociologiques) de l’EHESS. On y trouve la contribution de nombreux chercheurs de ce centre, mais aussi la traduction de politologues reconnus, tels que M. Kaldor et D. Held. L’objectif général de ce numéro est de proposer une interprétation globale de l’altermon­dialisme à travers le prisme de l’individu et celui d’un appel moral à la gouvernance qui se situe entre le constatif et le normatif.

33 Deux numéros coordonnés par Jean-Michel Chaumont sont assez emblématiques de l’effort de faire avancer la réflexion sur des problématiques théoriques. Un numéro (1999/3) portant sur Souffrance sociale et attentes de reconnaissance qui a eu le mérite de porter à la connaissance des chercheurs francophones les théories d’Axel Honneth. Un numéro (2012/1) jouant le même rôle de passeur à partir des théories de moral panic issues de l’ouvrage de Stanley Cohen.

34 Le numéro 2010/1 issu d’une collaboration belgo-australienne et coordonné par L. Merla et L. Baltassar, ouvre à la double problématique du transnationalisme et du care, autant de perspectives émergentes en sociologie des migrations et, plus largement, en sociologie de la globalisation. En 2011, la revue a inauguré, une rubrique intitulée “La forge conceptuelle” (2011/2) qui vise à revenir de façon approfondie et critique sur un concept central de la sociologie et/ou de l’anthropologie. B. Fusulier a ouvert cette nouvelle section avec un article sur le concept d’ethos. Le succès de consultation de cet article montre le besoin de clarification et de fondation conceptuelle. Notamment, pour passer outre un foisonnement terminologique qui, malgré les apparences, n’est pas toujours novateur.

IV. L’avenir dans un champ en transformation

  • 16  Ce qui n’est pas sans poser de questions sur les modes d’évaluation. Du fait de la taille du pays, (...)

35Au cours du siècle passé, la professionnalisation de la discipline a engendré une internationalisation croissante. La réduction des budgets, la croissance du nombre de diplômés, la globalisation du champ scientifique et du champ de l’éducation supérieure, la néolibéralisation de la recherche ont augmenté la pression sur les jeunes scientifiques. Les exigences auxquelles ceux-ci sont soumis se sont élevées. L’accès à certaines revues a été rendu plus difficile. L’introduction de l’impact factor, comme calcul permettant d’établir la portée d’un article ou d’une revue, limite l’accès à certaines publications. Pour obtenir une position stable, les chercheurs sont davantage contraints de publier dans des revues prisées. Il en résulte une élévation des droits d’accès à ce type de publication. Dans un contexte où la visibilité de la recherche est soumise à la compétition, le recrutement des chercheurs est souvent pensé en fonction de leur potentiel d’internationalisation et le financement de la recherche s’opère principalement à travers des évaluations calquées sur des standards internationaux16, quelle est la position d’une revue telle que RS&A, comment se redéfinit-elle et quels sont ses objectifs ?

  • 17  À noter que si on exclut le terme “Bourdieu”, le nombre de citations des Actes de la recherche en (...)
  • 18  La numérisation de la revue contribue à accroître sa visibilité et son accessibilité. La numérisat (...)

36 La liste des effets pervers liés au classement des revues est longue et connue : marginalisation de domaines et de publications moins visibles ou peu susceptibles d’être cités, standardisation des sujets, de la forme et de l’argumentation, très longs délais de publication, surpondération des revues anglophones, difficultés de valoriser des recherches dans des domai­nes émergents, etc. La question des limites de l’évaluation n’est pas celle qui nous retient ici. Il s’agit plutôt de savoir quelle peut être la place à long terme des revues comme RS&A dans un champ scientifique où le recours à ce type d’objectivation se routinise. On peut, en conformité avec les critères dominants (lesquels bien que problématiques ont des effets d’autoréalisation puisque les chercheurs sont contraints d’y recourir et de s’y conformer pour trouver un poste ou financer leurs recherches), tenter d’établir la position d’une revue dans l’espace scientifique international en considérant les citations qui y sont associées. En septembre 2012, le logiciel “Publish or Perish” comptabilise un nombre total de 1368 citations des articles publiés dans RS&A. À titre de comparaison, les Cahiers internationaux de sociologie et Sociologie et Société comptent plus de 5.800 citations, la Revue française de sociologie un peu moins de 20.000, les Actes de la recherche en sciences sociales plus de 25.000. Des facteurs évoqués précédemment sont à considérer pour expliquer ce résultat. La situation semi-périphérique de la Belgique rend plus difficile la pénétration de ses productions vers le centre. RS&A n’est pas une revue d’école ni le porte-voix d’une nation, d’un groupe de recherche unifié ou même d’un individu17. La croissance rapide de son indice de citations sur les deux dernières années18 montre qu’à moyen et long termes, la numérisation de la revue contribuera certainement à augmenter son facteur d’impact.

37 Néanmoins, cette marginalité relative a des effets négatifs. Un exemple frappant est l’excellent numéro publié en 2007 par G. Pleyers et B. Francq sur la sociologie de la globalisation. Ce numéro traite d’un thème porteur et développe des stratégies qui auraient dû renforcer sa visibilité et son impact. On y trouve entre autres deux articles en anglais, l’un de l’anthro­pologue américain J. Juris, l’autre de K. McDonald dont les travaux suscitent un intérêt croissant. On y trouve aussi la traduction inédite en français d’articles de M. Kaldor et de D. Held, politologues de réputation internationale. On y trouve enfin un article de D. Martuccelli. Pourtant, si l’on s’en réfère à Google Scholar ou au logiciel “Publish or Perish”, on constate que ces articles ont été très peu, voire pas du tout cités. Le problème n’est donc pas la qualité intrinsèque des articles, mais la position de l’organe de publication dans le champ scientifique. Ce constat reflète les difficultés des revues non anglophones alors que l’usage de l’anglais ne cesse de se renforcer dans la production du savoir. Les possibilités d’objectiver l’impact des publications (malgré toutes les limites des moyens d’objectivation que présente ce type de logiciel, une comparaison de la position des revues établie en fonction du nombre de citations, ou la notion d’impact factor) contribuent à canaliser les productions et donc l’intérêt vers certains organes de publications. Ceci explique que même les très bons articles publiés dans RS&A sont moins lus et moins cités que s’ils étaient publiés ailleurs.

38 Il est toujours possible de répondre qu’il faut se soustraire aux logiques néolibérales qui semblent guider la recherche aujourd’hui et que les indicateurs sont insuffisants ou mal construits, ce qui ne fait aucun doute. Mais ces remarques ne doivent pas laisser dans l’ombre les questions liées aux faibles usages par la communauté scientifique des productions parues dans RS&A. Le fait que les publications de chercheurs de réputation internationale connaissent peu, ou pas, d’écho lorsqu’elles paraissent dans RS&A pose question. La revue rend visible la sociologie belge en Belgique mais ne renforce pas son statut international puisque même les publications de chercheurs de réputation internationale qu’elle accueille demeurent invisibles. Dans un contexte marqué par la compétition croissante entre les publications, dans un contexte où les jeunes chercheurs sont évalués sur leur habileté à publier dans des revues ayant un facteur d’impact et où les chercheurs plus âgés veulent “tout simplement” être lus, la position et l’attractivité de la revue sont plus difficiles à défendre. Ceci conduit aussi certains auteurs à ne pas y soumettre leurs meilleurs articles. Quel peut être le statut d’une revue dont les découvertes qu’elle publie sont destinées à demeurer inconnues ? Qui souhaite publier les résultats d’une recherche dans une revue qui ne leur donne pas d’écho ? Si l’objectif est de diffuser des résultats de recherches hors des murs de l’UCL, alors il faut s’interroger sur les mesures à prendre pour renforcer cet outil dans un contexte qui, qu’on le souhaite ou non, s’avère toujours plus compétitif. Cela suppose d’adopter un regard réflexif sur la revue pour identifier ses forces et ses faiblesses.

V. Conclusions

  • 19  Pendant longtemps, l’éclectisme paradigmatique, explicite ou implicite fut largement intra francop (...)
  • 20  On notera toutefois, pour le cas louvaniste, que le Laboratoire d’Anthropologie Prospective défend (...)
  • 21  On trouve une situation analogue dans le cinéma. Alors que le cinéma belge connaît aujourd’hui une (...)

39 Recherches sociologiques et anthropologiques n’est pas une revue d’école. Ce qui caractérise la sociologie, belge, en général, et louvaniste, en particulier, ce qui donne à la revue son ton particulier, c’est d’abord une bonne dose d’empirie, un certain éclectisme19 et une théorisation middle range. Sa diversité et ses objectifs l’ont préservée d’une quelcon­que inféodation aux quatre sociologues qui allaient marquer la sociologie française et francophone à la fin du XXe siècle : R. Boudon, P. Bourdieu, M. Crozier et A. Touraine. Au vu des efforts déployés par chacun d’eux pour conquérir l’espace sociologique francophone, et même international, le constat n’est pas anecdotique. À l’exception de M. Crozier, aucun d’eux n’y a publié. Pourquoi n’ont-ils pas considéré la revue comme un diffuseur potentiel de leur paradigme ? La sociologie de la semi-périphérie francophone belge est-elle insignifiante pour le centre français et, plus particulièrement, parisien ? Les raisons tiennent plutôt à l’organisation de la sociologie à l’UCL que l’on a évoquée. Comme le démontre la variété des approches et des thématiques, la revue, la recherche et l’enseignement de la sociologie n’ont jamais opéré un quelconque alignement sur un para­digme. Les tendances différentes, les bourdieusiens, les tourainiens, les électrons libres n’ont permis à personne d’accaparer le principal organe de publication du département. Plus généralement, la Belgique n’est pas, à de rares exceptions près20, un pays d’école21.

40 Sa diversité aura permis à la revue d’éviter l’inféodation et le cloisonne­ment. Cette neutralité a des effets positifs, mais elle a aussi pu affaiblir la revue en la rendant moins aisément identifiable. Celle-ci aurait aussi pu devenir un terrain neutre pour la confrontation scientifique, notamment entre les mondes anglo-saxon et francophone mais les conditions sociales de sa production (elle appartient à un département aux intérêts et aux ambitions variées) et des raisons légitimes, comme le souci de publier les chercheurs maisons, ont conduit RS&A à ne pas emprunter cette voie.

41 La trajectoire de Recherches sociologiques (et anthropologiques) est riche et continue d’accompagner la trajectoire de la sociologie et de l’anthropologie en Belgique. Dans un espace scientifique en transformation, il convient d’identifier ses atouts et ses limites, les interrogations et les nouveaux enjeux auxquels se confronte RS&A. Ils sont nombreux. Quelles orientations prendre ? En sachant que l’analyse du modèle belge, au cœur de l’Europe, marqué par des conflits linguistiques et identitaires, a une portée plus large que les frontières du royaume, faut-il, à la manière de J. Rémy, renforcer une analyse de la Belgique dans les colonnes de RS&A ? S’il est tout à fait réaliste que RS&A demeure un espace d’information sur les réalités belges appréhendées dans une perspective socioanthropologique, cela ne la condamne-t-elle pas de facto à demeurer à la semi-périphérie ? Faut-il avoir l’ambition de sortir de cette semi-péri­phérie ? Faut-il y attirer d’autres grands noms de la discipline ? Élaborer des stratégies pour renforcer la visibilité de la revue ? Faire des choix éditoriaux qui situent la revue dans la recherche d’avant-garde ? Garder le cap tel qu’il est aujourd’hui ? L’obtention d’un impact factor doit-il être un objectif ? Le cas échéant, quelles sont les mesures à prendre pour rendre cela possible ? Ou au contraire, faut-il rejoindre un réseau qui résiste aux injonctions à la mise en concurrence croissante et au modèle du marché qui façonne la recherche ?

42 Les défis et les questions sont nombreux. La numérisation de la revue en est un et il est en voie d’être relevé. L’avenir de la revue et son positionnement en sont d’autres. Depuis sa fondation, le travail réflexif et l’objectivation ont rarement été au cœur des préoccupations des équipes éditoriales de RS&A, ils se sont manifestés de façon occasionnelle dans ses colonnes. On peut souhaiter que l’avenir et le positionnement de la revue fassent l’objet d’une véritable réflexion pour assurer sa pérennité, renforcer son rôle et sa position dans le champ scientifique. Lorsque le moment sera venu de poser ces questions, nous espérons que certaines des réfle­xions présentées ici pourront s’avérer utiles. Il faut les accepter avec toutes leurs limites. Un dépouillement plus systématique de la revue, une lecture plus approfondie des éditoriaux, un travail de recherche plus rigoureux pour retracer le cheminement sinueux de cet organe de publication dans un champ scientifique lui-même en transformation auraient été nécessaires. L’esprit d’ensemble que nous avons voulu restituer est donc parcellaire, mais il constitue une première contribution, fut-elle modeste, à un nécessaire bilan d’étape.

Haut de page

Bibliographie

Berger P., Luckmann T., 1966 The Social Construction of Reality, London, Penguin University Books.

Bie P. (de),1960 Budgets familiaux en Belgique.

Bie P. (de), 1957-58, Paris, Nauwelaerts. 1970 “Avant propos”, Recherches sociologiques, vol. 1, n° 1, pp. 3-4.

Bie P. (de), 1988 Naissance et premiers développements de la sociologie en Belgique, Louvain-la-Neuve, Ciaco.

Bie P. (de), Dobbelaere K., Leplae C., Piel J., 1968 La dyade conjugale, Bruxelles, éd. Vie ouvrière.

Bourdieu P., Castel R., 1965 Un art moyen, Paris, éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., 1968 Le métier de sociologue, Paris, Mouton.

Bourdieu P., Passeron J.-C., 1964 Les héritiers, Paris, éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

Bourdieu P., Passeron J.-C., 1970 La reproduction : éléments d’une théorie du système d’enseignement, Paris, Les Éditions de Minuit, coll. « Le sens commun ».

De Munck J., 1999 L’institution sociale de l’esprit, Paris, Presses universitaires de France.

De Munck J., Verhoeven M., 1997 Les mutations du rapport à la norme. Un changement dans la modernité ?, Louvain-la-Neuve, Academia Bruylant.

Fusulier B., 2006 “Recherches sociologiques et anthropologiques : un changement dans la continuité”, Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 37, n° 1, pp. 1-2.

Leblanc M., 1992 “Introduction. Pour une sociologie de la transaction sociale”, in Leblanc M., Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’harmatan, pp. 7-14.

Poulantzas N., 1971 Pouvoir politique et classes sociales, Paris, Maspéro.

Remy J., 1973 “Introduction à la problématique”, Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. IV, n° 1, p. 3.

Remy J., 2005 “Négociations et transaction sociale”, Négociations, 2005/1, n° 3, pp. 81-95.

Haut de page

Notes

1  Pierre de Bie, professeur de sociologie à l’UCL, docteur en philosophie et en droit, a suivi un cursus de sociologie aux USA. Avec R. Clemens de l’Université de Liège (ULG), L. Hansaert de l’Université de Gand (UGent), G. Smets de l’Université libre de Bruxelles (ULB), il a joué un rôle important dans l’immédiat après-guerre pour la création de la Société belge de sociologie. À ce moment-là, on pensait la recherche sur le plan national belge et la plupart des académiques étaient de bons bilingues français/néerlandais. Ils avaient même envisagé la création d’un Centre interuniversitaire de sociologie. Cette initiative ne donnera lieu qu’à une seule recherche conjointe, publiée par R. Clemens, sur les ouvriers polonais et italiens en Belgique (confer Bie P., 1988).

2  À signaler qu’à l’initiative de F. Houtart, le Centre de sociologie religieuse reprendra une revue de pas­torale de l’église catholique hollandaise Social Compass. Grâce à sa qualité de visionnaire, F. Houtart transformera le projet éditorial de Social Compass en celui d’une revue internationale bilingue (français/anglais) de sociologie de la religion. Depuis 1988 cette revue, toujours éditée à Louvain, est reprise par Sage pour l’impression et la diffusion. Social Compass est parmi les plus importantes revues mondiales de sociologie de la religion.

3  Sur le plan historique, il faudrait établir les relations entre philosophes et sociologues de l’époque pour mieux évaluer l’impact de la réception phénoménologique à Louvain-la-Neuve. À ce moment, l’Institut supérieur de philosophie de l’UCL dispose d’un pôle phénoménologique d’avant-garde. On y trouve les archives Husserl que des chercheurs du monde entier viennent consulter. A. de Wahlens, ami de M. Merleau-Ponty, qui fut le premier à traduire une partie de Sein und Zeit en français, est l’un des premiers à avoir écrit un livre sur M. Heidegger.

4  Le projet Camelot (1964) était un projet de l’armée américaine visant à utiliser les sciences sociales pour identifier les causes des rébellions et les actions à mener pour faciliter les contre-insurrections. Il s’agissait, en approfondissant une connaissance des populations locales et en développant une théorie des mouvements sociaux, de mobiliser la recherche scientifique pour lutter contre les mouvements révolutionnaires (principalement en Amérique latine). Suite à des fuites, l’existence du projet fut rendue publique au Chili. Le scandale qui éclata conduisit à son annulation en 1965.

5  La triste fin de Nikos Poulantzas en est symptomatique. Communiste grec, sociologue exilé en France après le coup d’État des colonels en 1967, auteur de divers ouvrages sur l’État, il s’est engagé pleinement dans une critique de l’État en prolongeant la pensée de L. Althusser. Voyant que la critique n’aboutit pas, il entre dans une profonde dépression (sans doute aussi pour d’autres raisons, mais notam­ment pour des raisons idéologiques) qui l’amènera à se suicider en se jetant du haut de la tour Montparnasse.

6  P. de Bie avait publié l’important ouvrage Budgets familiaux en Belgique. 1957-58 (1960), dans le style et avec la méthodologie des grandes études quantitativistes, par questionnaire (national) et dans le contexte d’une société de consommation se développant autour des grands vecteurs technologiques : automobile, électroménager, télévision. On apprend que 55 % des ménages ont un frigidaire. Quelques années plus tard P. de Bie, K. Dobbelaere, C. Leplae et J. Piel, publient La dyade conjugale (1968) : enquête effectuée dans l’agglomération de Leuven. On apprend que, dans 87 % des cas, c’est exclusivement la femme qui dresse la table pour le repas ; dans 84 % des cas, c’est elle qui fait la vaisselle ; ce n’est que dans 44 % des cas qu’elle sort les poubelles ; mais c’est dans 85 % des cas que le mari fait la déclaration des revenus, la femme belge mariée ne pouvant pas, à l’époque, avoir un compte en banque sans l’autorisation écrite du mari. Cette enquête ne dit évidemment pas un mot sur la vie sexuelle du couple.

7  Il n’est pas étonnant que la revue de sociologie de la religion Social Compass, publiée également à l’Université de Louvain, s’appelle ainsi : la sociologie peut être une boussole qui oriente le devenir social.

8  Au cours de ces années, l’Association “belge” de sociologie commune aux francophones et aux flamands disparaît.

9  Pour autant, ce numéro développe le concept d’idéologie, la problématique bourdieusienne relative au rôle des chercheurs dans la clarification des enjeux occultés par les logiques de la domination, mais aussi des concepts clés pour l’élaboration de la pensée de J. Rémy : logique intentionnelle/logique objective ; structures objectives et pratique des acteurs ; effets de conscience et effets de pouvoir ; structure sociale ; logique d’appropriation et logique de production ; structural/structurel. On notera enfin que cet article ne contient que deux références bibliographiques : Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., 1968 et Poulantzas N., 1971.

10  Voir les numéros où se développe la théorie de la transaction sociale Modèles culturels et pratiques sociales (1973/1) ; Espace et théorie sociologique (1975/3) ; Rapports sociaux, rapport de sens et transaction (1978/1) ; Rapport à l’espace, rapport social et rapport de sens (1980/3) et, plus récemment, de nouveaux débats dans la revue RS&A, notamment dans le n° 40-2 publié en 2009 avec les contributions de M. Blanc, B. Fusulier, N. Marquis et C. Maroy.

11  En 1985, P. de Bie commence le premier de trois longs articles réunis ensuite en un volume sur l’histoire de la sociologie en Belgique. Cet ouvrage a d’autant plus de mérite que c’est l’un des rares apports en la matière.

12  Ce qui fait que les études louvanistes sur l’Islam qui se réalisent dans le cadre du Centre Interdisciplinaire d’Études de l’Islam dans le Monde Contemporain (CISMOC) ont une approche différente des études françaises issues surtout, à quelques exceptions près, de la tradition politologique.

13  Un numéro sur le Bouddhisme (2000/3), un sur l’entreprise (2009/2), un sur la connaissance (2004/3), un sur les relations entre médecine moderne et médecines traditionnelles (2004/1).

14  Notamment De Munck J., Verhoeven M., 1997 ; De Munck J., 1999 ; ainsi que les travaux du Centre de Philosophie du droit publiés dans les Carnets du Centre de Philosophie du Droit.

15  Depuis peu, ce processus de convergence semble au point d’arrêt, voire en recul. Une analyse détaillée de cette dynamique, qui semblait prometteuse mais qui semble s’essouffler, reste à faire. Après la fusion des deux unités, une nouvelle réforme des structures de l’UCL a favorisé une séparation entre les sociologues (répartis dans différents centres) et les anthropologues (regroupés dans un centre), et une autonomie informelle mais réelle entre les deux disciplines dans l’orientation et la gestion des program­mes d’enseignement. Cette restructuration a renforcé des positionnements stratégiques et parfois conflictuels autour des ressources rares alors que l’anthropologie croissait en nombre d’étudiants et de chercheurs, parfois au détriment de la sociologie. Cette situation institutionnelle a renforcé en amont des tensions épistémologiques latentes. L’anthropologie “prospective” suit une voie qui privilégie la monographie et un empirisme fort, perspective revendiquée dans une charte (https://www.uclouvain.be/421684.html), avec laquelle il y a une divergence profonde dans le rapport qu’ont de nombreux sociologues à la théorie qui ne facilite pas le dialogue entre les deux disciplines. Dans ce contexte, assez logiquement, la revue n’a pas été saisie comme une opportunité de lieu de débat pour faire avancer le projet d’une inté­gration socio-anthropologique. On a laissé agir des forces de divergences sans les canaliser.

16  Ce qui n’est pas sans poser de questions sur les modes d’évaluation. Du fait de la taille du pays, en Belgique, il est difficile de trouver des spécialistes locaux pour chaque domaine sous-disciplinaire. Ce phénomène est plus marqué encore si l’on y ajoute la variable régionale (politologie de la Chine, économie du monde arabe, système de santé en Europe de l’Est, etc.). Cette situation a pour effet d’aug­menter la part du critère de quantité de publications dans l’évaluation de la qualité d’un candidat et cela conduit parfois à ce paradoxe : dans certains domaines, pour obtenir un poste il faut davantage publier en Belgique qu’aux États-Unis alors même que le nombre de candidatures pour un poste convoité y est beaucoup moins élevé.

17  À noter que si on exclut le terme “Bourdieu”, le nombre de citations des Actes de la recherche en sciences sociales tombe en dessous de 6.500.

18  La numérisation de la revue contribue à accroître sa visibilité et son accessibilité. La numérisation d’autres organes de publication contribue aussi à cette visibilité puisqu’elle permet plus aisément d’identifier les recherches qui font références à la revue. Le chiffre qu’on mentionne double celui que le logiciel affichait en septembre 2010. À terme, la numérisation de RS&A contribuera à accroître sa visibilité et son accessibilité, mais l’évaluation finale des effets de l’opération de numérisation ne pourra être effectuée que dans quelques années.

19  Pendant longtemps, l’éclectisme paradigmatique, explicite ou implicite fut largement intra francophone. Les auteurs anglo-américains ou allemands étaient, à quelques exceptions près, comme le numéro sur et avec Honneth, peu mobilisés. La déconnexion de l’UCL du contexte flamand a rapproché la revue de l’environnement français. La francophonie belge, wallonne ou bruxelloise, ne semble plus jouer ce rôle de passeur qui était celui de la Belgique : entre les mondes latin, anglo-saxon et germanophone. À travers les revues de sociologie, on peut aussi mesurer l’écart entre les deux parties du pays. Les sociologues néerlandophones ont comme référence les productions sociologiques américaine, britannique, allemande, nord-européenne… mais rarement les productions sociologiques françaises. Les sociologues belges francophones ont principalement eu la sociologie française comme référence, rarement la production d’autres pays et pratiquement pas avant qu’elle ne soit traduite, autrement dit, avant qu’elle ne soit rendue notoire en France. À cet égard, la sociologie et l’anthropologie louvanistes sont restées intellectuellement très dépendantes de la sociologie française. Les jeunes générations sont plus ouvertes au monde anglophone. A l’heure de l’internationalisation, au moment où l’anglais est devenu la lingua franca de la recherche, on peut se demander si jouer un rôle de passeur dans ce sens (anglais vers x) aurait encore beaucoup de signification. En revanche, le rôle de passeur dans l’autre direction (x vers l’anglais) a encore tout son sens.

20  On notera toutefois, pour le cas louvaniste, que le Laboratoire d’Anthropologie Prospective défend une perspective originale, empiriste et inductive, qui s’apparente à une démarche d’école. Pour autant, hormis le numéro Anthropologie Prospective, les publications émanant de ce laboratoire ponctuent çà et là des numéros de Recherches sociologiques et anthropologiques, mais n’offrent pas de livraisons thématiques qui permettraient d’identifier la revue à cette école. Ce Laboratoire dispose par ailleurs de plusieurs collections où sont publiés des ouvrages collectifs (collection “Investigation”) et des monographies (collection “Anthropologie Prospective”) aux éditions Académia Bruylant.

21  On trouve une situation analogue dans le cinéma. Alors que le cinéma belge connaît aujourd’hui une reconnaissance internationale indiscutée (J. Van Dormael, G. Corbiau, les frères J.-P. et L. Dardenne, M. Gorris, etc.), il demeure marqué par une extrême diversité qui rend difficile l’identification d’une école ou d’un courant de cinéma typiques au plat pays.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Hilgers et Felice Dassetto, « Appréhender les transformations d’une discipline à travers la trajectoire d’une revue », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 19-39.

Référence électronique

Mathieu Hilgers et Felice Dassetto, « Appréhender les transformations d’une discipline à travers la trajectoire d’une revue », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/884 ; DOI : 10.4000/rsa.884

Haut de page

Auteurs

Mathieu Hilgers

Université libre de Bruxelles (ULB).

Articles du même auteur

Felice Dassetto

Académie royale de Belgique (ARB).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org