Navigation – Plan du site

Paradigmes et revues

Éléments pour une sociologie des savoirs sociologiques
Michel Lallement

Texte intégral

I. Introduction

1 Les anniversaires qui ponctuent la vie d’une revue scientifique sont souvent l’occasion de produire des réflexions collectives, d’opérer le bilan des connaissances, de faire le point sur des options thématiques et méthodologiques, de lier savoir et contexte… Ces mêmes événements sont aussi des séquences privilégiées dont l’un des mérites, et non des moindres, est d’aider à faire émerger des questionnements nouveaux ou encore de provoquer des débats sur des enjeux de recherche à venir. Ces moments peuvent aussi être assimilés à ces “dates critiques” dont H. Hubert et M. Mauss ont montré qu’elles étaient le siège par excellence « des rites, rites prophylactiques, vœux, bénédictions, rites sympathiques qui valent pour toute la période. Dans un autre ordre d’idées, les phénomènes qui se passent à cette heure décisive donnent des pronostics pour la durée qu’elle inaugure » (Hubert/Mauss, 1929 :203). Dit autrement, ces bilans anniversaires et les projections futuristes qui les accompagnent ne se réduisent pas à un acte réflexif à vertu heuristique. Ce sont aussi des gestes qui confortent l’identité et la puissance d’agir d’une communauté. En consacrant des femmes et des hommes qui ont investi en temps et en énergie au service de cette dernière, en mettant en récit une histoire collective et en produisant de la sorte des représentations partagées, c’est donc bien plus qu’un souci épistémologique qui se manifeste.

2 La contribution de M. Hilgers et F. Dassetto à la présente livraison peut, me semble-t-il, être lue sur ce double registre. Elle ne fait pas que rendre compte de l’histoire intellectuelle de Recherches sociologiques et anthropologiques. Elle met aussi en scène des individus, des institutions, des lieux, des débats, des dispositifs, etc. M. Hilgers et F. Dassetto évitent de la sorte de tomber dans les travers d’une épopée abstraite dont seules les théories seraient les héros. En regardant la manière dont a été façonnée Recherches sociologiques et anthropologiques et en périodisant son évolution, ils donnent à voir des tensions et des inflexions paradigmatiques ainsi que des luttes et des compromis, des enjeux matériels et symboliques, des choix individuels et des formes d’action concertées.

  • 1  Tel qu’il a été forgé et utilisé par T. Kuhn dans son livre sur la structure des révolutions scien (...)
  • 2  Cela n’est pas le cas en revanche, comme l’indiquent M. Hilgers et F. Dassetto, de certaines figur (...)

3 M. Hilgers et F. Dassetto montrent aussi que l’espace intellectuel structuré par et autour de Recherches sociologiques et anthropologiques n’est pas réductible à une communauté professionnelle qui, en dépit de ses différends et des divisions internes, serait hermétique au monde extérieur. Tout au contraire. Cet espace accueille, traduit, applique, digère, discute, infléchit et critique les multiples paradigmes1 qui, depuis la naissance de la revue, ont structuré le monde de la sociologie occidentale en général, et celui de la sociologie française en particulier. Il n’est pas non plus un lieu réservé aux chercheurs belges. M. Crozier et bien d’autres collègues étran­gers ont publié dans Recherches sociologiques et anthropologiques2.

4 Regarder Recherches sociologiques et anthropologiques d’un point de vue français permet de mettre en évidence un second trait intéressant. La très grande majorité des revues de sociologie de l’hexagone, du moins les revues classées dans le haut de l’échelle du prestige scientifique, a son siège à Paris (L’Année sociologique, Revue française de sociologie, Sociologie du travail, etc.). Ce centralisme académique n’est manifestement pas de mise en Belgique. Cette homologie entre structure politique et organisation des revues académiques est un indicateur parmi d’autres de l’intérêt à prendre au sérieux les revues comme objets d’enquête sociologique. De la composition des comités de rédaction aux pratiques de sélection des articles, la matière ne manque pour alimenter une sociologie de la production et de la diffusion du savoir sociologique.

5 Parce que l’incitation à rédiger le présent article provient d’abord et avant tout d’une invitation à réagir au travail de M. Hilgers et F. Dassetto, je ne puis m’engager dans la direction qui vient d’être évoquée. Tout en répondant à la demande précise qui m’a été faite, je voudrais néanmoins esquisser un cadre d’analyse et de réflexion qui s’appuie sur ma modeste connaissance de l’espace des revues sociologiques françaises ainsi que sur mon expérience de membre de comités de plusieurs d’entre elles. Pour ce faire, deux moments scandent les lignes qui suivent. Dans un premier temps, je me demanderai quel rôle jouent les revues, Recherches sociologiques et anthropologiques en particulier, dans la production et la diffusion des paradigmes. Dans un second temps, j’inverserai le sens du questionnement. L’interrogation centrale deviendra la suivante : comment la façon de considérer la production des savoirs nous renseigne-t-elle sur ce qu’est, et sur ce que pourrait être, une revue de sociologie et d’anthro­pologie ?

II. Des revues aux paradigmes

6 Soit donc le premier volet de l’exploration proposée. Deux séries de remarques vont se succéder. La première esquisse une comparaison entre Recherches sociologiques et anthropologiques et les principales revues françaises de sociologie. La seconde invite à entrer en discussion avec la thèse de M. Hilgers et F. Dassetto, pour lesquels la trajectoire de Recherches sociologiques et anthropologiques mérite avant tout d’être considérée comme le reflet des transformations d’une discipline.

A. Temps des revues, temps des paradigmes

7 La périodisation de l’histoire de Recherches sociologiques et anthropologiques que nous proposent M. Hilgers et F. Dassetto est ternaire. Les années 1970 sont celles de la fondation, avec un ancrage au Centre de recherches sociologiques et une valorisation de thèmes fétiches (la famille, les transactions sociales). Les deux décennies qui suivent sont placées sous le sceau de l’ouverture : hors Louvain, en direction de champs peu explorés (l’éducation, la politique sociale, etc.), à l’aide de collaborations de nature internationale. Les années 2000 sont marquées par l’alliance entre sociologie et anthropologie. Adopté en 2006, le nouveau titre de la revue en dit toute l’importance. Le domaine couvert est foisonnant. Les thématiques traitées en témoignent : la mondialisation, le don, la gestion, les politiques publiques, la connaissance, la médecine, etc. Grâce à pareil mouvement, Recherches sociologiques et anthropologiques s’impose plus que jamais comme une revue généraliste de sciences sociales.

8 Cette tripartition est intéressante à considérer au miroir d’autres histoires nationales. S’agissant d’abord de la naissance de Recherches sociologiques, on peut noter que celle-ci intervient une dizaine d’années après que deux des principales revues de sociologie française aient vu le jour. Sociologie du travail est portée sur les fonts baptismaux en 1959 grâce aux efforts conjoints de M. Crozier, J.-D. Reynaud, A. Touraine et J.-R. Tréanton ; la Revue française de sociologie naît un an plus tard sous la houlette de J. Stoezel. Fondés en 1946 par G. Gurvitch, les Cahiers internationaux de sociologie sont déjà plus anciens. Le cas est exactement inverse pour ce qui concerne les Actes de la recherche en sciences sociales que P. Bourdieu lance en 1975.

9 Plus tardive globalement que ses alter ego françaises, la naissance de Recherches sociologiques est bien moins conditionnée par le souci de rupture qu’ont en commun les fondateurs des revues françaises. Avec les Cahiers, G. Gurvitch entend non seulement combler une place vacante (les Annales sociologiques ont cessé de paraître en 1942), mais il veut aussi promouvoir une autre sociologie que celle du siècle passé. À la différence notamment des durkheimiens, G. Gurvitch souhaite délaisser les sociétés archaïques pour se concentrer bien davantage sur les sociétés présentes. Par l’entremise de son fondateur, la Revue française de sociologie hérite pour sa part d’une même philosophie anti-durkheimienne. Mais la revue voit surtout le jour dans une atmosphère propice au développement de la sociologie (forte demande sociale qui impulse la recherche en sciences humaines) et à son institutionnalisation (la licence de sociologie est créée en 1958) (Drouard, 1982). Sociologie du travail est lancée à cette même période. La revue est fondée, explique M. Crozier

[…] au moment où les équipes se constituaient. C’était très important. Auparavant les gens travaillaient seuls, et l’idée d’équipe est sortie de cette période. Nous avions donc des équipes, nous faisions de grandes enquêtes et nous avions de quoi remplir les numéros de la revue. Nous sommes partis avec l’idée que les choses que nous faisions devaient être présentées au public. Voilà, en gros, les raisons de la fondation de Sociologie du travail (Borzeix/Rot, 2010 :32).

10 Interrogé sur le même sujet, J.-D. Reynaud évoque l’alliance inédite entre les mondes de l’industrie et de la recherche. Avec Sociologie du travail, note J.-D. Reynaud

[…] peut-être exagérions-nous la nouveauté que nous apportions et la rupture que nous étions en train de faire. Peut-être aurions-nous pu tirer plus de profit que nous ne l’avons fait des “pères fondateurs” de la première moitié du siècle, mais notre orientation était claire : étudier les problèmes contemporains et en faire une étude empirique, une étude sur le terrain (Ibid. :42).

11 C’est encore un autre type de rupture que provoque P. Bourdieu avec Actes de la recherche en sciences sociales. La revue est d’abord un support au service d’une sociologie particulière, celle que pratique son fondateur. Actes entame aussi un travail de subversion de nombreuses normes académiques en matière de publication : innovations dans la mise en page, insertions de photos et de nombreux encadrés, signature des auteurs non associée à une institution d’appartenance, etc.

12 À qui et à quoi P. de Pie, C. Presvelou et C. Leplae s’opposent-ils quand ils fondent Recherches sociologiques ? Même si la création de la revue est inséparable d’une stratégie d’affirmation de la sociologie louvaniste au sein de l’espace belge, il semble bien, à lire M. Hilgers et F. Dassetto, que l’enjeu était avant tout de pousser les travaux de sciences sociales hors de l’ombre de la confidentialité. En comparaison d’autres revues d’espaces nationaux proches ou lointains, la naissance de Recherches sociologiques semble moins motivée par un souci de rupture paradigmatique ou, à l’inverse, de fondation d’école. Ce constat ne signifie pas pour autant que Recherches sociologiques et anthropologiques a été imperméable aux différentes vagues intellectuelles qui, régulièrement, viennent balayer les côtes sociologiques. Il est significatif par exemple que, dans une période où la notion de structuralisme tient la vedette et où l’épistémologie bachelardienne conserve de beaux restes, l’article introductif du numéro un de l’année 1973 fasse pleinement référence aux travaux de N. Poulantzas ainsi qu’au Métier de sociologue de P. Bourdieu, J.-C. Chambordedon et J.-C. Passeron. À l’autre bout de l’échelle temporelle, id est à l’heure où elle fête ses quarante ans, Recherches sociologi­ques et anthropologiques indique sur son site internet que le positivisme quantitatif ne fait plus guère recette. Ici comme ailleurs, P. Lazarsfeld a bien passé de mode… L’histoire de Recherches sociologiques et anthropologiques (on le pressent donc) est inséparable de celle des paradigmes qui ont structuré les représentations dominantes au cours de ces dernières décennies : le structuralisme dans les années 1970, l’interactionnisme et l’ethnométhodologie dans les années 1980 et 1990, le pragmatisme dans les années 2000. Cette périodisation correspond bien de fait à celle que proposent M. Hilgers et F. Dassetto pour faire l’histoire de Recherches sociologiques et anthropologiques.

B. Les revues : reflets ou actrices ?

13 Dans le tableau qu’ils brossent, l’argument majeur de M. Hilgers et F. Dassetto est que Recherches sociologiques et anthropologiques est un bon reflet des transformations de la sociologie et de l’anthropologie contemporaines. À ce diagnostic, ils assortissent un constat qui, à leurs yeux, est déjà moins flatteur : Recherches sociologiques et anthropologiques publie des numéros aux thèmes extrêmement variés, mais sans jamais revendiquer ni privilégier un quelconque paradigme. Que peut-on penser de cette façon de voir ?

14 Pour ma part, je ferais volontiers l’hypothèse qu’une revue est bien plus qu’un simple creuset où se déposent les tendances du moment. Il faut, pour accepter une telle idée, renoncer à opposer les objets et les paradig­mes. Les deux registres sont liés, même s’ils ne le sont pas de manière mécanique et unilatérale. Les thématiques privilégiées au fil des années par Recherches sociologiques et anthropologiques font plus que refléter certainement les questions vives dont s’emparent les sociologues et les anthropologues à un moment donné. Elles disent aussi, de façon même très indirecte, quel traitement paradigmatique on entend leur appliquer. Dit autrement, la revue ne fait pas qu’enregistrer passivement des novations et des inflexions. En opérant des choix thématiques (les communautés linguistiques, la famille… avant-hier ; le corps, l’État… hier ; la connaissance, la mondialisation… aujourd’hui), en braquant le projecteur sur tel ou tel auteur (É. Durkheim, N. Luhmann, A. Honneth, etc.), en consacrant des numéros à la méthodologie ou encore à la place du sociologue dans la cité, Recherches sociologiques et anthropologiques fait bien plus. Elle structure aussi de façon active le champ des recherches et des savoirs.

15 Cela ne signifie pas, j’en conviens aisément, que Recherches sociologiques et anthropologiques est le porte-voix d’un paradigme. La revue trie, répercute, amplifie, amoindrit… plutôt qu’elle ne confectionne et ne valorise unilatéralement des façons de voir et de penser. M. Hilgers et F. Dassetto s’en désolent. Plus généralement, ils voient là le fait que la Belgique n’est pas un pays d’écoles. La “neutralité” dont feraient preuve les revues de ce pays serait même, à les croire, un handicap à leur notoriété. La comparaison avec les autres revues européennes et nord-amé­ricaines similaires à Recherches sociologiques et anthropologiques conduit, me semble-t-il, à tempérer pareil pessimisme. On ne voit pas en effet que l’engagement paradigmatique soit une condition à la reconnaissance académique, que celle-ci soit mesurée par le nombre de lecteurs ou, de façon plus sophistiquée, par le facteur d’impact. Voilà pourquoi, plutôt que de concentrer l’investigation sur le seul registre de l’engagement intellectuel, il me paraît intéressant de considérer aussi le versant matériel des paradigmes.

16 Par versant matériel, j’entends aussi bien la place occupée dans l’espace de la production et de la diffusion des connaissances scientifiques que les modes de fonctionnement des revues. De ce point de vue, l’expérience française conduit à distinguer au moins quatre types de publications. Les “revues de ministères” (comme Travail et emploi, Annales de la Recherche urbaine, la Revue française des affaires sociales, etc.), les premières, sont les plus directement en prise avec le monde de l’expertise administrative. Leurs comités de rédaction ne sont pas composés exclusivement de chercheurs académiques. Des personnalités et des responsables de services ou d’organismes dépendant des différents ministères qui finan­cent et chapeautent les revues en question siègent également. Il s’en suit, du point de vue des thèmes comme des normes de publication, des prati­ques et des compromis singuliers. On constate, par exemple, que nombre de travaux publiés ont été financés par les ministères. Plus que la transfor­mation d’une ou de différentes disciplines, ces revues donnent ainsi à voir des mouvements de fonds de la société française contemporaine au prisme, pour l’essentiel, des choix qui gouvernent la politique des ministères du travail, de la ville, des affaires sociales, etc.

17 Les “revues d’écoles” (comme Actes de la recherche en sciences sociales, Sociétés ou encore la Revue du Mauss) défendent, par définition, un point de vue paradigmatique, ce qui ne leur interdit pas d’ouvrir ponctuellement leurs colonnes à d’autres horizons analytiques. Le poids du fondateur est déterminant, tant pour ce qui concerne les orientations de la revue que son fonctionnement. Dans l’une des trois revues évoquées précédemment, le fondateur et inspirateur a longtemps possédé l’apanage du choix des articles à publier, avant que, sous la pression institutionnelle, l’on assiste à une routinisation du charisme avec la mise en place d’un comité de rédaction.

  • 3  Certaines de ces revues ont aujourd’hui disparu.

18 Les “revues militantes” (telles que Mouvement, Commentaire, Critique sociale, Critiques de l’économie politique, Sociétal, etc.3) associent plus étroitement que les précédentes des orientations paradigmatiques à des options politiques à peine voilées. Normées autrement que les revues académiques standard pour ce qui concerne le choix des objets ou l’économie de la preuve, elles occupent le bas de la hiérarchie dans l’échelle des classements. Cela ne signifie pas qu’il faille les tenir pour portion négligeable dans la production et la diffusion des paradigmes. Comme j’ai pu le montrer ailleurs (Lallement, 2001), avec celles qui émargent à la catégorie “ministère”, ce sont de telles revues qui, en pionnières, ont introduit le thème de l’emploi dans les marges de l’espace sociologique avant que cet objet ne soit reconnu et légitimé par les revues “académiques”.

19 Ces dernières, qui relèvent du quatrième type que je propose de distinguer, sont certainement bien connues des lecteurs de la présente revue puisque Recherches sociologiques et anthropologiques émarge à cet ensemble. On en connaît les caractéristiques principales : existence d’un comité de rédaction, affirmation d’une neutralité axiologique, sélection des articles sur la base de jugements par les pairs, écriture “académique”, usage abondant des références bibliographiques savantes, etc.

20 Les quatre figures qui viennent d’être esquissées sont bien évidemment des types idéaux dont les frontières sont, en réalité, parfois fort incertaines. L’intérêt d’une telle typologie est non seulement de pouvoir situer Recherches sociologiques et anthropologiques dans un espace de production et de diffusion des savoirs savants mais, plus encore, d’inciter à aller au-delà des catégorisations. Pour mieux appréhender la manière dont Recherches sociologiques et anthropologiques a pu peser, ou non, dans la diffusion et l’amplification de certaines options paradigmatiques, il faudrait regarder l’évolution de son comité de rédaction, les modalités de son renouvellement, ses façons de délibérer, les critères retenus pour sélectionner tel ou tel thème, etc. Les relations que la revue entretient avec son environnement (éditeur, financeurs, abonnés, institutions académiques, etc.) seraient tout aussi passionnantes à étudier. Il y a là, en bref, un programme de recherches tout entier à réaliser pour mieux comprendre la place de Recherches sociologiques et anthropologiques, en particulier, et celle des revues de sciences de l’homme et de la société, en général, dans la production des paradigmes sociologiques et anthropologiques.

III. Des paradigmes aux revues

21 Je voudrais maintenant compléter le questionnement sur les liens entre paradigmes et revues en tirant un fil un peu différent. En me centrant sur le cas de la sociologie (que je connais moins mal que l’anthropologie) et en partant de l’hypothèse que le statut épistémologique de cette discipline ne fait pas consensus parmi ceux qui la pratiquent, il s’agira de s’interro­ger sur ce qu’une revue académique peut et doit faire et, partant, sur les critères qu’il est souhaitable d’utiliser pour apprécier son action et sa portée.

A. La sociologie comme science

22 Qu’est-ce que la sociologie ? À cette question aussi vaste que complexe une première réponse possible consiste à adopter un point de vue hérité des “pères fondateurs”, qui assigne à cette discipline un statut de science. Peu importe ici le fait qu’il faille distinguer ou non les sciences de la culture de celles de la nature. Pour ceux qui défendent l’option “scientifique”, l’essentiel tient au fait que la ligne de démarcation entre la sociologie et les essais de toutes natures sur le monde social peut et doit être définie à l’aide de critères de scientificité. L’épistémologie de K. Popper sert souvent de référence à cette fin, qui permet notamment d’assigner au marxisme ou encore à la psychanalyse le statut de discours non scientifiques.

23 Dans La sociologie comme science (2010), ouvrage dont le titre indique à lui seul qu’il s’inscrit explicitement dans la présente veine épistémologi­que, R. Boudon défend une thèse néo-évolutionniste. Selon le sociologue français, tout comme les valeurs, les idées ne peuvent échapper au filtre d’une sélection qui, avec le temps, conduit à se défaire des fausses théories. En sociologie, il existe bien actuellement (personne ne le niera) un pluralisme explicatif qui met en concurrence des paradigmes alternatifs. Si l’on adopte la vue de R. Boudon, non seulement il est aisé de rendre compte de cette diversité (de bonnes raisons incitent certains intellectuels à défendre des thèses sans grande valeur scientifique), mais l’on doit surtout faire le pari que, à terme, un seul paradigme s’imposera à la communauté des sociologues. On devine sans peine que, dans l’esprit de R. Boudon, il s’agit de la théorie de la rationalité ordinaire.

  • 4  Si R. Boudon fait sienne la théorie du spectateur impartial, l’application de cette dernière au ca (...)

24 Pour qu’un tel processus fonctionne, il est cependant une condition au moins qui engage directement les revues. Il faut que celles-ci fonctionnent comme des “spectateurs impartiaux”4. Autrement dit, les comités de rédaction et les referees doivent juger de la qualité des articles qui leur sont soumis comme s’ils se tenaient en dehors de la communauté sociologique, en étant donc étrangers aux enjeux, aux conflits, aux compromis… qui tra­versent et structurent cette dernière. Cette manière de voir ne dit rien a priori, il est vrai, sur les critères de l’excellence scientifique. Au moins permet-elle de se défaire du pessimisme de M. Hilgers et F. Dassetto, qui constatent que Recherches sociologiques et anthropologiques n’a pas ouvert ses colonnes à tous les grands noms de la sociologie ou que le facteur d’impact ne décolle pas. Pour ceux qui défendent une conception de la sociologie comme science, l’important est ailleurs, en l’occurrence dans la capacité d’une revue à assumer son rôle de spectateur impartial.

B. La sociologie comme profession

25 Une seconde manière de caractériser la sociologie consiste à lui appliquer certaines des grilles d’analyse que, d’ordinaire, les sociologues utilisent pour étudier l’organisation du travail et les professions. En procédant ainsi, la question pertinente n’est plus de savoir quels sont les bons critères de scientificité. L’enjeu est de mettre au jour les conditions qui prési­dent aux transformations des conditions de production du savoir sociologi­que. Dans les années 1980, R. Collins (1986) s’est essayé à un tel exercice. Pour expliquer le malaise des sociologues, R. Collins applique un schéma typiquement durkheimien. Au fil des années, la sociologie n’a pas fait qu’acquérir nombre de caractéristiques d’une profession (formation spécifique, existence de barrières à l’entrée pour l’exercice du métier, reconnaissance sociale, etc.), ses effectifs ont aussi crû fortement. Aussi, conformément au diagramme présenté par É. Durkheim dans sa thèse de doctorat, le travail a-t-il été progressivement divisé. Les manifestations concrètes sont bien connues : inflation de sous-disciplines au sein du champ sociologique, spécialisations de plus en plus étroites, divisions thé­matiques qui limitent la possibilité d’énoncer des théories générales sur le monde social, etc.

26 À peine dix ans plus tard, H. Becker et W. Rau confortent le diagnostic. À l’occasion des trente ans de la revue Society, les deux sociologues constatent qu’avec « la croissance et la différenciation de la discipline, les sociologues ont de moins en moins d’ancêtres et de concepts communs » (Becker/Rau, 1992 :71). On peut raisonnablement estimer que la situation n’a guère varié depuis. Avec la globalisation et l’affirmation de nouvelles traditions intellectuelles sur la scène des savoirs sociologiques, il est même probable que la tendance n’a fait que se prolonger. En témoigne, par exemple, le succès d’un paradigme comme le postmodernisme, qui associe tous les travers de l’essai, de l’antipositivisme et de l’éclectisme. Le confirme également l’écart persistant entre le nombre de postes offerts aux sociologues (à l’université et dans la recherche au premier chef) et le nombre de prétendants.

27 Quelles sont les implications d’un tel constat pour les revues académi­ques ? La première est qu’il n’y a pas lieu de s’étonner de l’éclatement des thématiques qui les caractérisent. Soit celles-ci s’enferment dans un étroit créneau de spécialité, soit, comme Recherches sociologiques et anthropologiques, elles accueillent des contributions issues des sous-disciplines les plus variées. S’il ne s’agit pas d’exonérer les comités de rédaction de leurs responsabilités en matière de ligne éditoriale, tout au moins doit-on convenir que l’évolution de la profession de sociologue en général explique pour partie celle des revues en particulier.

28 Il est une seconde implication, plus normative, qu’il convient de mettre en évidence. Pour des raisons qui tiennent au mouvement de fond qui vient d’être décrit, il est possible que les œuvres de synthèse (à l’instar de celles d’É. Durkheim, T. Parsons, J. Coleman, P. Bourdieu, N. Luhmann, etc.) soient de plus en plus difficiles à produire. En conséquence, une des missions que les organes professionnels des sociologues pourraient confier aux revues pourrait être de contribuer activement à la production de savoirs généraux, savoirs à même de transcender les multiples segmentations actuelles. Dans une telle optique, plus que des spectateurs impartiaux, les bonnes revues devraient être des instruments de maïeutique capables d’aider des collectifs fragmentés à accoucher de paradigmes transversaux et fédérateurs. Reste, j’en conviens, à savoir comment procéder pour parvenir à cette fin. Parce qu’elle permet de cumuler et de confronter des travaux et des points de vue sur une thématique commune, la politique des numéros spéciaux, dont Recherches sociologiques et anthropologiques est coutumière, me paraît une pratique qui milite déjà en ce sens.

C. La sociologie comme espace de luttes sociales

29 La troisième conception de la sociologie que l’on peut recenser est fondée sur l’hypothèse en vertu de laquelle la vérité est une construction sociale. D’une façon ou d’une autre, ce postulat se tient derrière tous les modèles qui lient connaissance et intérêt. La théorie des paradigmes (Kuhn, 1983), la théorie de l’épistémè (Foucault, 1966), la théorie critique de l’école de Francfort (Horkheimer, 1978), la théorie du champ scientifi­que (Bourdieu, 1976), le programme fort de la sociologie des sciences (Bloor, 1976), etc., voilà autant de théories qui ont en commun de désenchanter la notion kantienne d’intérêt de la connaissance, pour lui préférer celle de connaissance des intérêts. Autrement dit, ici, la vérité est réducti­ble à ses conditions sociales de production. La pluralité des paradigmes est donc un fait social normal. À la différence du point de vue soutenu par R. Boudon (2010), la réduction du champ sociologique à un unique paradigme ne pourrait être considérée comme un signal de maturité scientifi­que mais, bien au contraire, comme l’expression d’une domination absolue de forces particulières sur l’ensemble du monde savant.

30 Si l’on se munit de ces lunettes de lecture relativistes, on comprend aisément la multiplicité des stratégies de valorisation individuelles et collectives qui se donnent parfois à voir dans les articles de revues : forte propension à l’autoréférence, citations limitées aux collègues qui inscrivent leurs travaux dans une même perspective paradigmatique, etc. Preuve par ailleurs que les frontières entre les quatre modèles de revues que j’ai distingués précédemment sont parfois bien poreuses, il n’est pas rare de constater que, pour promouvoir le plus largement possible ses idées et ses intérêts, un chercheur publie plusieurs fois sur un même sujet, et sur la base d’un même matériau empirique, dans des revues de types variés. Dans tous les cas, il sait respecter les codes spécifiques au support qui l’ac­cueille de façon à ce que son propos soit audible par des publics différents.

31 Regarder la sociologie comme un espace de luttes permet aussi de comprendre pourquoi certains sociologues n’hésitent pas à investir leur énergie dans des revues d’école. Ces dernières sont des instruments de savoir et de pouvoir, sans qu’il soit possible de dissocier l’une et l’autre de ces deux dimensions. Si une revue n’est donc pas qu’un creuset au service du savoir, mais aussi un dispositif de pouvoir, il convient à nouveau de tempérer certains aspects pessimistes du diagnostic de M. Hilgers et F. Dassetto. Le fait que Recherches sociologiques et anthropologiques ne soit pas inféodée à un paradigme unique et que son comité de rédaction sache donner la parole à des sensibilités paradigmatiques variées est plutôt un signe de vigueur et un gage de démocratie scientifique. La question que pose néanmoins une telle pratique est celle des limites de l’espace des luttes. Même s’ils relèvent de paradigmes divers, quels sont les articles dignes d’être publiés, et en vertu de quels critères ? Où commence et où s’arrête le territoire des controverses que l’on peut qualifier de sociologi­ques, et qu’il est loisible par conséquent de donner à lire dans une revue digne de ce nom ? Dans une telle perspective, on le voit, les revues ne sont pas simplement un lieu d’affrontement entre paradigmes, ce sont aussi des arènes qui contribuent à définir l’étendue de l’espace légitime des dispu­tes. À ce titre, elles participent directement, et en permanence, à la définition des sciences de l’homme et de la société.

D. La sociologie comme art

32 La sociologie comme art : cette dernière variante s’instruit des postulats et des résultats consignés dans un ouvrage où P. Feyerabend (2003) dresse un parallèle suggestif entre histoire de l’art et histoire des sciences. Le héraut de l’anarchisme épistémologique propose plus exactement de se défaire de la notion de paradigme et de lui substituer celle de style. En posant mes pas dans ceux de P. Feyerabend, j’ai proposé ailleurs trois hypothèses pour définir un style sociologique (Lallement, 2008). La première est que, en tant qu’il contribue à la connaissance du monde, un style se définit d’abord par une perspective (une vision du monde) et une sémanti­que (la langue mobilisée pour construire l’objet) qui lui sont propres. Plusieurs théories peuvent donc cohabiter dans un même style, y compris celles que l’on a tendance habituellement à opposer. En sociologie du travail, par exemple, parce qu’ils accordent l’un et l’autre une importance primordiale au travail comme activité, le marxisme et l’ethnométho­dologie relèvent d’un même style.

33 Ma deuxième hypothèse est que, en tant qu’il est façonné par le monde social, un style se définit par des stratégies. Celles-ci sont de deux ordres pour l’essentiel : discursif (une façon singulière de lire l’histoire et sa pro­pre histoire) et non discursif (mobilisation d’alliés, politique de conquêtes symbolique et matérielle grâce aux publications, à l’acquisition de postes à l’université, etc.). Ma dernière hypothèse est que, conformément toujours aux intuitions de P. Feyerabend, l’artiste comme le scientifique doivent poursuivre deux objectifs contradictoires : respecter un impératif de perfection interne et décrire dans toute sa complexité la réalité qu’ils représentent ou analysent. Les lecteurs familiers de M. Weber n’auront aucun mal à reconnaître une tension caractéristique aux sociétés modernes, qui oppose rationalisation formelle et rationalisation matérielle.

  • 5  Le fait d’adopter un unique point de vue paradigmatique n’interdit pas bien évidemment l’explorati (...)

34 Cette façon de voir mène vers des observations encore différentes quant au rôle des revues. La première est qu’une publication comme Recherches sociologiques et anthropologiques peut parfaitement incarner un style épistémologique sans pour autant se couler dans un moule paradigmatique précis. En s’inspirant une fois encore des observations de M. Hilgers et F. Dassetto, on peut ainsi considérer que l’appétence pour les théories de moyenne portée et l’exigence empirique figurent parmi les composantes du style de Recherches sociologiques et anthropologiques. Dans le regis­tre de la stratégie, rien n’interdit de ranger par exemple le choix d’ouvrir la revue au-delà du cénacle louvaniste, tout comme celui, plus ponctuel, de célébrer les quarante ans de la revue et donc d’inscrire cette dernière dans une histoire au long cours. Quant à la tension entre impératif de perfection et respect de la complexité, elle se donne à voir à l’évidence dans la préférence accordée à l’éclatement des thématiques au détriment d’une ligne paradigmatique unique5.

35 Voilà donc une façon encore différente, mais pas nécessairement antagonique avec les conceptions antérieurement présentées, de comprendre ce qui, à un moment donné, singularise une revue comme Recherches sociologiques et anthropologiques. Le tableau qui suit synthétise plus généralement ces différents points de vue possibles et leurs implications quant au statut des paradigmes et des revues en sociologie.

La sociologie comme…

Statut des paradigmes sociologiques

Fonctions des revues

Science

Théories en concurrence, les fausses étant condamnées à disparaître

Spectateurs impartiaux

Profession

Expression de points de vue de plus en plus situés et segmentés sur le monde

Instruments de maïeutique collective

Espace de luttes

Formalisation intellectuelle d’intérêts collectifs

Dispositifs de pouvoir

Art

Le paradigme s’efface derrière le style

Espaces d’action et de gestion de tensions multiples

Conceptions de la sociologie, statuts des paradigmes, fonctions des revues

IV. Conclusion

36 Comme on aura pu le constater, ma contribution avait pour ambition de faire un peu plus que de commenter la contribution de M. Hilgers et F. Dassetto. En m’appuyant grandement néanmoins sur leurs propos et en discutant leurs thèses, j’ai tenté d’éclairer les relations complexes qui lient les paradigmes aux revues. Au terme de ce parcours, qui ressemble davantage à une esquisse de programme de recherche qu’à une réflexion mûre et étayée, je voudrais retenir au moins deux conclusions provisoires. La première est que, pour tester la vitalité d’un domaine scientifique, on ne peut s’en tenir à la présentation abstraite de paradigmes concurrents. Les revues sont bien plus que des reflets. Elles sont aussi actrices à part entière de la manière de produire, modeler et diffuser des savoirs savants. Ignorer leur histoire et leur action, tout comme celles de nombreux autres acteurs au demeurant (les laboratoires, les maisons d’édition, les filières de formation, etc.), revient à édulcorer la pratique scientifique. Voilà pourquoi un anniversaire de revue n’est pas qu’un rituel festif. Il est aussi l’occasion de mettre au jour des pratiques passées, d’en évaluer la portée, de paver les chemins à venir…, bref d’interpréter les paradigmes d’hier et de préparer ceux de demain.

37 Nous avons tout intérêt, seconde conclusion, à décliner au pluriel la notion de revue et à inscrire le destin des publications savantes dans une dynamique et dans une histoire qui les dépassent. Tel est certainement un des moyens de mieux cerner l’identité de revues comme Recherches sociologiques et anthropologiques et, plus exactement encore, d’arriver à faire le tri, du point de vue de la ligne éditoriale, entre ce qui incombe aux choix des comités de rédaction successifs et ce qui relève des effets des transfor­mations lourdes d’un monde académique dont les traits ont bien évolué depuis la naissance de Recherches sociologiques. De ce point de vue, il serait passionnant de généraliser l’étude sociologique des revues de sociologie et d’anthropologie, à la façon dont l’ont fait par exemple A. Borzeix et G. Rot (2010) pour Sociologie du travail ou, de manière plus circonscrite, M. Hilgers et F. Dassetto (2012) pour Recherches sociologiques et anthropologiques. À travers ces travaux, c’est plus que l’histoire d’une poignée de sociologues qui est donnée à voir. C’est plus fondamentalement un fait social (la manière de produire et de diffuser collectivement des connaissances sur le monde social) qui est soumis à examen. Preuve, s’il en fallait encore une, que la réflexivité reste un des plus beaux atouts de la pratique sociologique.

Haut de page

Bibliographie

Becker H., Rau W., 1992, “Sociology in the 1990s”, Society, 30 (1), pp. 70-74.

Bloor D., 1976 Knowledge and Social Imagery, London, Routledge & Kegan Paul.

Borzeix A., Rot G., 2010, Genèse d’une discipline, naissance d’une revue. Sociologie du travail, Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest.

Boudon R., 2010 La sociologie comme science, Paris, La découverte.

Bourdieu P., 1976, “Le champ scientifique”, Actes de la recherche en sciences sociales, 2, pp. 88-104.

Collins R.,1986, “Is 1980s Sociology in the Doldrums?”, American Journal of Sociology, 91 (6), pp. 1336-1355.

Drouard A., 1982, “Réflexions sur une chronologie : le développement des sciences sociales en France de 1945 à la fin des années soixante”, Revue française de sociologie, XXIII (1), pp. 55-85.

Feyerabend P., 2003, La science en tant qu’art, Paris, Albin Michel [1984].

Foucault M., 1966, Les mots et les choses. Une archéologie des sciences humaines, Paris, Gallimard.

Hilgers M., Dassetto F., 2012, “Appréhender les transformations d’une discipline à travers la trajectoire d’une revue”, Recherches sociologiques et anthropologiques, Hors série, pp. 19-37.

Horkheime M., 1978, Théorie critique, Paris, Payot.

Hubert H., Mauss M., 1929, “Étude sommaire de la représentation du temps dans la religion et la magie”, in Hubert H., Mauss M. (Dir.), Mélanges d’histoire des religions, Paris, Alcan, pp. 189-229.

Kuhn T., 1983, La structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion [1962].

Kuhn T., 1990, La tension essentielle. Tradition et changement dans les sciences, Paris, Gallimard.

Lallement M., 2001, “L’emploi des sociologues”, in Pouchet A. (Dir.), Sociologies du travail : 40 ans après, Paris, Elsevier, pp. 174-190.

Lallement M., 2008, “Sociologies du travail à la française : des paradigmes aux styles”, communication au séminaire Modys-CNRS, Lyon, 13 juin 2008, miméo, 12 pages.

Haut de page

Notes

1  Tel qu’il a été forgé et utilisé par T. Kuhn dans son livre sur la structure des révolutions scientifiques, le terme de paradigme véhicule une multiplicité de significations (Kuhn T., 1983). Comme le rapporte T. Kuhn lui-même, un de ses commentateurs a recensé dans ce livre « vingt-deux usages différents allant de la “découverte scientifique véritable” à un “ensemble caractéristique de croyances et d’idées préconçues”, ce dernier sens regroupant des adhésions instrumentales, théoriques et métaphysiques » (Kuhn T., 1990, p. 392). Dans la suite de ce texte, je retiendrai une acception aussi large qu’usuelle, à savoir le paradigme entendu comme ensemble de schémas et de dispositifs qu’utilise une communauté de chercheurs pour décrypter, analyser et expliquer le monde.

2  Cela n’est pas le cas en revanche, comme l’indiquent M. Hilgers et F. Dassetto, de certaines figures dominantes de la sociologie française des années 1980 (Raymond Boudon, Pierre Bourdieu ou Alain Touraine, pour ne citer que les auteurs les plus reconnus).

3  Certaines de ces revues ont aujourd’hui disparu.

4  Si R. Boudon fait sienne la théorie du spectateur impartial, l’application de cette dernière au cas des revues n’est pas de son fait. Ici, comme dans les sections qui suivent, il me revient de prolonger le raisonnement pour en tirer quelques conséquences sur le lien entre conceptions de la sociologie, statuts des paradigmes et rôles des revues.

5  Le fait d’adopter un unique point de vue paradigmatique n’interdit pas bien évidemment l’exploration d’objets et de thématiques variés. Dans la mesure cependant où un paradigme définit un ensemble d’in­terrogations jugées pertinentes, une telle option limite l’étendue des territoires qu’une communauté estime intéressants d’investiguer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Lallement, « Paradigmes et revues », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://rsa.revues.org/885 ; DOI : 10.4000/rsa.885

Haut de page

Auteur

Michel Lallement

Lise, Cnam-CNRS (Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org