Navigation – Plan du site

D’une théorie de l’espace à la politique de la ville

Bernard Francq
p. 53-59

Texte intégral

1 Quelle a été la place occupée par la ville, l’urbain depuis la création de Recherches sociologiques et anthropologiques ? Que s’est-il passé entre le premier article consacré à la “Décision politique en matière d’aménage­ment du territoire” par G. Van Istendael (n°2 de 1972) et l'un des derniers, celui de S. Botton s’inscrivant dans la perspective de la gestion urbaine dans une grande métropole comme Buenos Aires (volume 40, n°2 de 2009) ?

I. Un décompte, une périodisation

2 Entre 1970 et 2010, ce sont quelques 88 articles qui ont concerné de près ou de loin la question urbaine – et rurale – ; huit numéros spéciaux portant directement sur l’espace ou la ville ont été réalisés, soit 7,6% de l’ensemble des numéros de la revue (105). Si on utilise l’index thémati­que, le terme “espace” revient vingt fois et celui de “ville” dix-neuf. Parfait équilibrage qui ne rend pas compte des différences et des variations des contributions qui ont marqué la présence d’une problématique comme l’espace – urbain – dans la revue. Il est dès lors nécessaire de dépasser ce décompte pour adopter un mode de lecture qui privilégie la périodisation. Car c’est bien de cette manière que l’on peut mieux percevoir les efforts que différents contributeurs ont consacrés à rendre compte des interrogations, des mises en perspective programmatique, des résultats de recherches.

3 On peut dégager trois périodes marquées par des apports très déséquilibrés. La première – de 1973 à 1980 – peut être définie comme “programmatique” dans la mesure où elle est marquée par la publication de quatre numéros dirigés par J. Remy et qui tous sont consacrés à énoncer les différentes facettes du paradigme de l’espace. La deuxième période – de 1981 à 1999 – est plus disparate, les numéros thématiques étant la publication des actes de colloques ; de 1989 à 1999, cette période se caractérise aussi par peu de publications puisque seuls trois articles sont consacrés à la dimension spatiale. Une troisième période – de 1999 à 2005 – est plus marquée par le compte-rendu de recherches de terrain développées au sein de l’Unité d’anthropologie et de sociologie à l’UCL. Depuis 2006, le thème de l’espace redevient erratique dans la mesure où on ne compte que deux articles où la ville est interrogée comme contexte – celui de C. Deschamps sur “Ville et prostitution : rivales ou riveraines ?” (n°1 de 2008) et celui déjà cité de S. Botton sur “Les dispositifs de gestion d'un contexte à l'autre : métissages, ruptures, innovations ? Les groupes français de services d'eau et d'électricité dans les bidonvilles de Buenos Aires”.

4 Reprenons l’essentiel des apports pour chacune des périodes.

II. La phase programmatique : 1973-1980

5 Quatre numéros dirigés par J. Remy permettent à celui-ci de préciser la manière originale qu’il a de développer une analyse de l’espace. En 1974, avec L. Voyé, il va publier La ville et l’urbanisation qui propose une première typologie des situations urbanisées. Le numéro 1 de 1973 est consacré aux Modèles culturels et pratique sociale où, à travers six contributions, il est loisible de repérer la formation d’une équipe de recherche qui interroge le concept de modèle culturel, tant dans le sens à accorder à la dichotomie privé/public dans l’usage courant, que dans le rapport entre maîtrise de l'espace et propriété du pouvoir. D’autres contributions plus méthodologiques réinterrogent des expériences de pédagogie institutionnelle ou énoncent des éléments pour l'observation et l’analyse de performances culturelles.

6 C’est cependant le n° 3 publié en 1975 qui énonce le plus clairement la manière dont l’équipe réunie autour de J. Remy envisage le rapport entre espace et théorie sociologique. Dans l’introduction de ce numéro, Remy définit ce rapport par une problématique de recherche à double déten­te puisqu’il s’agit de donner à l’espace un statut théorique à partir d’une double démarche. D’abord, en cherchant à le construire comme concept sociologique à partir de trois dimensions : comme support physique, comme code culturel et comme déterminant du champ des possibles. Ensuite, il s’agit d’isoler le concept d’espace comme facteur spécifique d’ex­plication à travers quatre interrogations : l’espace comme variable explicative non autonome, son ambiguïté, son lien à la matérialité, les logiques d’appropriation et de production qui le caractérisent. Enfin, l’espace est aussi défini comme exemple de concept explicatif à travers la notion d’effets de milieu (comme espace social et espace d’action). Les contributions qui constituent ce numéro sont autant d’illustrations de cette appro­che programmatique : scénarios de vie sociale développant une analyse des effets de milieu au centre-ville ; rapport à l'espace, rapport au corps et intégration sociale ; étude monographique brève d'un bistrot bruxellois ; vie quotidienne, utilisation du logement et pratiques éducatives ; gestion de l'espace et théorie des systèmes ; espace comme enjeu de revendication interrogeant le rapport entre projet explicite et logique objective. Seule la contribution de M. Castells – “La fonction sociale de la planification urbaine à partir du cas de la région de Dunkerque” – donne une autre lecture de l’espace à travers la formation du capital monopolistique et les rapports de classes qui en découlent.

7 En 1978, le n°1 intitulé Rapport social, rapport de sens et transaction marque l’entrée en scène du concept de transaction entendu à cette époque comme analyse des positions sociales et de leur mode de transaction réciproque. Il s’agit d’accorder une importance certaine à la recherche de processus intermédiaires qui «sont constitutifs des positions et de leurs transformations» (p.3 de l’introduction au numéro). Dit autrement, les contributions dans ce numéro veulent s’éloigner des interprétations radicales en termes de rapport de classes et «expliciter divers processus intermédiaires qui sont partiellement autonomes, et dont la connaissance est indispensa­ble à une plus grande maîtrise dans l’action», soit encore interroger «la manière dont le structurel et le structural, le rapport social et le rapport au sens interfèrent pour constituer les diverses positions et pour déterminer leurs possibilités transactionnelles» (Ibid.). Cinq articles s’essaient à développer cet angle d’attaque : “L'espace rural comme enjeu social” (M. Mormont) ; “Distance spatiale, distance sociale” (L. Voyé, J. Remy) ; “La production des formes de l'habitat” (C. Feltz) ; “Identité, pouvoir et appropriation de l'espace” (J. Remy, A. Ganty, J.-P. Hiernaux) ; enfin, une contribution plus théorique qui réinterroge rapport de sens et rapport social en cherchant à cerner les éléments pour une problématique et une per­spective d'observation (J.-P. Hiernaux). Il est à noter qu’il faudra attendre 2009, dans son numéro 2, pour que la revue réinterroge – à partir des contributions de B. Fusulier, N. Marquis, C. Maroy, M. Blanc – le concept de transaction entendu soit comme processus de régulation des échanges, soit comme processus de socialisation de l’ajustement à autrui.

8 Le dernier numéro de cette période, publié en 1980 (n°3), revient sur les rapports – à l’espace, au social, au sens – en cherchant à intégrer maîtrise du temps et conquête de l’espace. Le numéro reprend les contributions de cinq sociologues français (A. Bourdin, B. Poche, A. Ferrand, M. Maffeso­li, P. Sansot) invités par le Centre de sociologie urbaine et rurale que dirigent J. Remy et L. Voyé dans le cadre de la Chaire J. Leclercq. Y sont abordés des thèmes aussi variés que la réhabilitation des vieux quartiers et les nouveaux modes de vie qu’on peut y repérer (A. Bourdin), les mouvements régionaux et le rapport à la localité (B. Poche), les étapes du cycle de vie et le rapport à l'espace (A. Ferrand), la socialité telle que l’entend M. Maffesoli, et une interrogation sur les relations entre imaginaire, vécu des pratiques et représentations développées par P. Sansot. Soit un contenu assez disparate qui ne reflète pas vrai­ment les travaux développés par le Centre de sociologie urbaine et rurale, mais qui se veut en phase avec un mode d’interrogation phénoménologi­que des rapports multiples à l’espace. Ce numéro clôture d’ailleurs cette période ; plus aucun numéro programmatique provenant de ce centre ne fera l’objet d’une publication dans la revue. C’est sans doute – comme M. Lallement l’a relevé dans ce numéro – que la revue est à situer par rapport à d’autres pistes éditoriales : J. Remy devient le directeur de la revue Espaces et sociétés, qui verra nombre d’articles de chercheurs proches de “l’esprit Remy” être publiés dans celle-ci, alors même que L. Voyé s’in­vestit dans l’AISLF (Association internationale des sociologues de langue française). La revue Recher­ches sociologiques sera l’outil qui servira à publier les actes de différents colloques, et ce pas seulement sur la place de l’espace.

III. Une période creuse : 1981-1999

9 Cette période comprend la publication de quatre numéros thématiques où la place de la ville et de l’urbain fait partie de tableaux d’ensemble qui concernent l’architecture, la vie quotidienne, l’utopie, la sociologie rurale.

10 Le n°3 de l’année 1983 est consacré au thème Architecture et sciences humaines. Thème peu abordé à l’époque, ce qui en fait un numéro particulier auquel il est utile de se référer pour voir comment se déclinaient les approches et les questionnements : le milieu urbain bâti devrait-il être influencé par la connaissance scientifique ? (N. Pressman, J. Tennyson) ; quels phases et rôles de la participation des sciences humaines à l'élaboration de projets ? (D. Canter) ; quelle est la nature du désir de construire et son image publicitaire ? (J.-G. Simon) ; en quoi consiste le discours social de l'architecture ? (B. Poche). J. Remy participe à ce numéro en abordant la question du retour aux quartiers anciens au centre-ville comme une mode ou comme un retournement de tendance. Remy privilégie cette dernière hypothèse dans la mesure où s’est développé un mouvement critique vis-à-vis de l’architecture rationnelle qui aurait échoué à promouvoir des supports de vie collective alors que se fait jour une tendance à stimuler la coexistence en ville. Thématique récurrente dans les articles que Remy publiera par la suite.

11 Le numéro 1 de 1986 est consacré à la publication des actes d’un collo­que de l’AISLF sur la sociologie de la vie quotidienne ; n’y figurent que deux articles en relation avec la problématique urbaine, celui de K. Noschis sur “Comportement et architecture : approche globale et approche partielle” et celui de R.-J. Lawrence sur “L'espace domestique et la régulation de la vie quotidienne”.

12 La publication des actes d’un colloque de l’Association des sociologues belges de langue française tenu en 1985 sur l’utopie – n°1, 1990 – est l’oc­casion pour J. Remy de travailler les relations entre urbanisme et utopie alors que l’année précédente, en 1989, la revue publie (n°3) les actes d’un important colloque qui s’est tenu à Louvain-la-Neuve sur les différentes facettes de la sociologie rurale où est questionné le statut de l’espa­ce dans la formation des acteurs sociaux (J. Remy) et la problématique de l’espace dans la sociologie consacrée au phénomène rural (A. de Barros, B. Jean, M. Mormont, C. Mougenot). À noter l’apport d’A. Doutreloux : son “Amorce d’une anthropologie rurale” cherche à situer la source des difficultés de vie et de survie des milieux ruraux par rapport à l’État moderne et à la ville. C’est une des seules manifestations de l’anthropologie dans la revue dans cette période sous inventaire.

13 Entre 1990 et 1999, trois articles seulement intéressent cet inventaire : en 1991, dans un numéro consacré à l’actualité de Durkheim, dans le cadre de l’AISLF (n°3), J. Remy revient sur le statut de l’espace chez Dur­kheim en envisageant la manière dont morphologie sociale et représentations collectives posent une fois encore la question des effets de milieu. Les deux articles qui ont trait à la question urbaine sont ceux de P. Simon, “Les représentations des relations interethniques dans un quartier cosmopolite” (n°2, 1997), et de B. Montulet qui cherche à “Appréhender la dimension économique par une sociologie de l'espace-temps” (n°1, 1998), annonçant ainsi une des dimensions de la thèse de doctorat qu’il présentera à Louvain.

IV. La période 1999-2005 : un retour à l’exposé des recherches

14 Une nouvelle ligne éditoriale pour la revue, adoptée en 1996, cherchait à mieux rendre compte des travaux développés par les équipes de recher­che de l’Unité d’anthropologie et de sociologie de l’UCL. C’est par rapport à cette ligne éditoriale que la problématique urbaine refait surface, soit sous forme de deux numéros thématiques – Sociologie de la ville (n°1, 1999), Espace et mobilité (n°3, 2002) –, soit en positionnant celle-ci par rapport à des numéros spéciaux sur la mise en place d’un observatoire sociopolitique en Belgique (n°1, 2000), sur l’anthropologie prospective (n°1, 2001), sur la domination (n°2, 2003) ou encore sur les relations économie, culture et société (n°2-3, 2005).

15 C’est sans doute le numéro consacré à la sociologie de la ville (n°1, 1999) qui représente le mieux l’effort fait pour réunir un ensemble de contributions des sociologues de Louvain qui développent un travail de terrain sur la ville. B. Francq s’efforce de réaliser un état des publications qui, depuis 1960, ont de près ou de loin abordé, analysé les différents phénomènes urbains (plus de 300 titres) tout en proposant de rendre compte des recherches qui sont en train de se faire. Les articles de X. Leloup (“Distan­ce et différence entre nationalités : la ségrégation résidentielle des populations étrangères dans un contexte urbain”), de J. Piérart (“Quartier Léopold : temporalités et action urbaine. Modeste contribution à la recherche du sens de la ville”), de J.-É. Charlier, F. Moens et S. Nahon (“Ville et pa­roisse d’élection : des églises et des pratiques catholiques à quarante ans d'écart”), de B. Montulet (“Mobilités : propositions théoriques pour la prise en compte du vécu des comportements dans la décision politique”), de C. Hubert (“Intégration, nationalité, citoyenneté : les stratégies d'action au sein de l’immigration aujourd'hui en Belgique”) reflètent ce mouvement. Le numéro se clôture par une mise en débat entre J. Remy et Y. Grafmeyer sur le sens à donner à la coexistence en milieu urbain et à l’interdépendance conceptuelle entre les notions d’échange, de conflit et de transaction. Le deuxième numéro thématique, consacré à Espace et mobilité (n°3, 2002), verra se prolonger ce compte-rendu des recherches en cours autour de la thématique “Regis­tres de relation à l’autre et espace d’expression” : enquête sur la coexistence urbaine (X. Leloup), perspectives d'études sociologiques sur la mobilité résidentielle en Belgique (F. Bodeux), émergence du concept d'installation dans la sociologie urbaine de langue française (P. Meyfroidt), mise en scène épidémiologique dans une ville abandonnée comme La Louvière (J. Piérart), analyse du phénomène sans-abrisme sous le registre égalité et différence (B. Francq).

16 À ces numéros thématiques il faut ajouter un ensemble d’articles signés par X. Leloup et B. Francq qui attestent de la construction analytique d’un programme de recherches : “La ville : savoirs urbains, normes et citoyenneté” (B. Francq, n°1, 2000), “Isolement résidentiel et normativité sociale dans les quartiers urbains. Le jeune isolé comme figure de la modernité” (X. Leloup, n°1, 2000), “Pour une socio-anthropologie urbaine… prospective” (B. Francq, X. Leloup, n°1, 2001), “Politique de la ville et sécurité” (B. Francq, n°2, 2003), “Dilemmes de la gouvernance urbaine” (B. Francq, n°2-3, 2005). La revue sert clairement à laisser des traces des avancées des recherches entamées en 1996 autour d’un constat : la ville est incertaine dans ses frontières, dans son rapport aux politiques publi­ques, dans la construction du rapport à l’autre. Deux apports ont concrétisé cette posture : l’un réalisé par X. Leloup dans sa thèse (La ville de l’Autre, 2003) qui, au-delà de l’intention d’inventorier des usages de la ville qui ne se limitent pas à la simple consommation d’espaces, a rendu compte des différentes façons dont le rapport à l'autre est constamment traversé par des formes d'ambivalence qui alternent reconnaissance positi­ve et production d'une négativité d'un groupe vis-à-vis de l'autre. L’autre, réalisé par B. Francq qui, avec La ville incertaine (2003), aborde la question de la coexistence dans la différence dans des contextes urbains relevant de nouvelles luttes et problématiques – centrées sur le dégagement de l’acteur par rapport aux institutions – qui seraient portées par le Sujet personnel dans sa tentative incessante pour rallier les aspects instrumentalisés de la modernité et les identités décomposées – ou radicalisées – des communautés primaires. Et ce jusqu’aux enjeux politiques du développement urbain dans le cadre du “retour des villes” comme acteurs politiques essentiels dans le cadre de l’Europe.

17 Pour compléter ce panorama, il faut encore signaler la publication des résultats d’une recherche sur les élites locales sous la direction de F. Das­setto et B. Trivelin (n°1, 2003), une des seules recherches sur ce sujet assez négligé par les sciences politiques en Belgique alors que chacun sait que les enjeux locaux sont souvent déterminants au niveau de la cohésion sociale. De manière plus métaphorique – Le sociologue dans la cité –, le numéro 1 de 2006 abordera en fait les différentes facettes de l’engagement du sociologue et de l’anthropologue par rapport à la seconde modernité.

V. Conclusion

18 Que conclure de ce passage en revue de la présence du thème de l’es­pace ou de la ville dans la revue ? Trois choses. D’abord, un ensemble de numéros spéciaux thématiques alternent avec des contributions dans d’autres numéros spéciaux pour assurer une permanence de la problémati­que de l’urbain. Ensuite, une faible, voire quasi inexistante, politique éditoriale explique les trous (entre 1989 et 1999) qui donnent à la revue son caractère dominant “publications aléatoires” avec des pointes constituées par des énoncés programmatiques. Enfin, la publication des numéros thématiques a été le reflet de deux équipes de recherche qui ont fait un usage différencié de la revue : un usage programmatique chez J. Remy, un usage de diffusion des recherches en cours chez B. Francq. Mais, à chaque fois, cet usage a débouché sur la publication de livres qui attestent de la présence d’une sensibilité singulière à la problématique urbaine.

Haut de page

Bibliographie

Francq B., 2003, La ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant, coll. Sciences et enjeux.

Leloup X., 1999, La ségrégation résidentielle. Le cas d’une commune bruxelloise, Paris, L’Harmattan, coll. Villes et entreprises.

Leloup X., 2003, La ville de l’autre, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Montulet B., 1998, Les enjeux spatio-temporels du social. Mobilités, Paris, L’Harmattan, coll. Villes et entreprises.

Remy J., 1998, Sociologie urbaine et rurale. L’espace et l’agir (entretiens et textes présentés par É. Leclercq), Paris, L’Harmattan, coll. Théorie sociale contemporaine.

Remy J., Voyé L., 1974, La ville et l’urbanisation, Gembloux, Duculot, coll. Sociologie nouvelle - théories.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bernard Francq, « D’une théorie de l’espace à la politique de la ville », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 53-59.

Référence électronique

Bernard Francq, « D’une théorie de l’espace à la politique de la ville », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/887 ; DOI : 10.4000/rsa.887

Haut de page

Auteur

Bernard Francq

Professeur ordinaire, CriDIS, IACCHOS, UCL ; CADIS/EHESS, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org