Navigation – Plan du site

Discussion autour de perspectives programmatiques en sociologie de la mondialisation

Philippe Scieur
p. 81-85

Texte intégral

1 Dans nombre de recherches anthropologiques ou sociologiques, l’inté­gration de la dimension heuristique de la mondialisation semble aujour­d’hui tant une évidence épistémologique qu’une nécessité compréhensive. Les contributions de J.-L. Metzger et de G. Pleyers en attestent. Elles proposent cependant deux approches distinctes : la première, celle de J.-L. Metzger, érige la mondialisation comme un objet sociologique spécifi­que, susceptible de stimuler un programme de recherche original ; la seconde, celle de G. Pleyers, considère la manière dont la mondialisation est posée en facteur d’intelligibilité dans le champ des sciences sociales, au travers de productions écrites de la revue Recherches sociologiques & anthropologiques. Ces deux orientations ne sont pourtant pas antinomiques : elles possèdent des fondements analogues et s’inscrivent dans une logique de complémentarité analytique qui permet d’élargir le spectre de la connaissance de cette problématique. Examinons donc et interrogeons le socle commun de ces deux articles ainsi que ce qui les distingue.

  • 1  « La globalisation a réduit la distance entre les élites, modifié les relations fondamentales entr (...)

2 La mondialisation apparaît clairement à la fois comme un concept, mais aussi comme un discours. Comme concept, la mondialisation est une information sur le monde, un cadre structurant pour comprendre les transformations du monde et le changement social, dans le registre de l’abstrac­tion certes, mais avec un ancrage empirique indispensable. Celui-ci n’a pas pour seule fonction d’enraciner le concept dans sa réalité ; il opère aussi comme un outil de validation épistémique et de veille des évolutions et des mutations sociales, et ce au plus près des acteurs et des situations. Comme discours, la mondialisation fait l’objet d’une rhétorique qui nécessite chez le chercheur la mobilisation d’une posture critique située pratiquement et temporellement en amont de l’exercice effectif de production de savoirs. Fondamentalement associée à l’idéologie néolibérale, la mondialisation peut apparaître comme un phénomène inéluctable et donc déterminant. Y sont associées des notions aux accents de prescription et donc de “vérité absolue” comme, notamment, le réseau et le développement des technologies de l’information, la compétition économique généralisée (le libre-échange, l’internationalisation de la finance, la standardisation des pratiques de consommation et des aspirations individuelles, etc.), les nouveaux rapports culturels1 aux territoires (via les migrations), au temps et à la distance (notamment via les TIC).

  • 2  Notamment la montée des inégalités et la dualisation.

3 Dès lors, pour le chercheur en sciences sociales, il convient de clarifier l’usage du terme “mondialisation” et surtout des postulats (parfois masqués d’ailleurs) qui l’accompagnent. Ainsi, la perspective globaliste envisage la transformation réelle de la vie des individus par la mondialisation, clairement manifeste depuis les dernières décennies du XXe siècle. Il est d’ailleurs intéressant de se replonger dans certains ouvrages du début des années 1990, notamment celui de M. Savy et P. Veltz (1993 :5) dont l’in­troduction évoque la genèse de ce processus économique et social et ses premiers effets2 :

  • 3  C’est nous qui soulignons.

Le nouvel espace des entreprises, c’est d’abord le monde : le passage d’une économie “internationale” à une économie “globale”, qui s’est accéléré dans les années quatre-vingt, impose de repenser le rapport entre les entités territoriales nationales, les stratégies et les organisations des firmes en voie de mondialisation3.

4 Le phénomène s’est accru et de nombreux auteurs (Z. Bauman, U. Beck, M. Castells, A. Giddens, etc.) l’ont intégré et conceptualisé pour comprendre la transformation du monde. Ainsi, la mondialisation acquiert un statut explicatif structurant indiscutable. Ce point de vue n’est pourtant pas partagé par tous, J.-L. Metzger et G. Pleyers nous le rappellent. Une position critique évoque le piège d’une idéologie qui propose un discours fort prisé dans le champ économique, mais qui ne correspondrait pas à l’expérience quotidienne d’une majorité de la population. D’ailleurs, au-delà de ce discours sur la mondialisation, un enjeu politique et social majeur se repère (et est dénoncé), qui affirme l’autonomisation et la primeur, sur les autres sphères de la vie sociétale, de la logique d’échanges marchands. Ainsi, la mondialisation se place au niveau d’un système indépendant de toute influence d’acteurs.

5 Un autre point de vue, dubitatif celui-là, refuse la perception de la mondialisation comme une mise en perspective systémique récente d’éléments nouveaux, en relation, et situés à des échelons spatiaux différents. Pour les tenants de cette thèse empreinte de scepticisme (Hobsbawm, Wallerstein, etc.), les processus d’actions conjuguées des systèmes organisationnels de connexions interétatiques, de l’internationalisation des marchés et des modes nationaux et locaux d’arrangements, sont certes intensifiés aujour­d’hui, mais ne constituent en soi que la prolongation d’un processus historique multiséculaire d’échanges et d’extension de territoires physiques, économiques, politiques, sociaux et culturels. Cette perspective évolutionniste du changement social, qui s’oppose radicalement à la mondialisation comme phénomène majeur explicatif de la transformation du monde et des ruptures y afférentes, considère finalement que ce concept ne détient aucune portée heuristique particulière.

  • 4  La perspective analytique globale du travail et de sa relation nord-sud, par exemple.

6 S’il n’est pas défini par le chercheur tant dans son acception que dans son positionnement explicatif au cœur du raisonnement proposé, le concept de “mondialisation” peut donc constituer un piège à la recherche. Soulignons que les deux auteurs s’attachent à éviter cet écueil en mobilisant une posture critique qu’ils considèrent (manifestement) inhérente à la sociologie. Outre cette nécessité épistémologique de clarification conceptuelle d’emblée, dans la démarche heuristique, de l’objet d’étude et du paradigme dans lequel il s’inscrit, relevons cinq éléments structurant l’essai de fondation d’une sociologie de la mondialisation. Le premier élément porte sur la relation entre une perspective globaliste et une perspective localiste. Ce rapport analytique, souvent “structuralisé” dans les discours, c’est-à-dire proposé en opposition, est perçu plutôt dans une visée dialogi­que (Morin, 2006). Ainsi, envisager ces deux logiques concurrentes et antagonistes sous forme de lien et d’unité participe à la compréhension de la complexité du phénomène. Le deuxième élément est le souci d’une démarche scientifique empirique. Il importe de fonder sa théorisation sur des réalités analysées – qui se situent notamment au cœur d’actions collectives organisées à diverses échelles (mondiales, nationales, locales, etc.) – et configurées diversement, ou encore au sein de perceptions et de motivations subjectives. L’élément suivant est dérivé du précédent. L’acteur a une place dans le programme, qu’il soit acteur intermédiaire (institutionnel, par exemple), collectif (l’alter-mondialisme, le mouvement social, etc.) ou individuel (comme le salarié) : il n’est jamais ni totalement libre ni complètement déterminé. D’ailleurs, la nature du lien politique de l’ac­teur avec le système constitue un postulat majeur des deux auteurs. Ce lien relationnel se base sur le principe d’interdépendance, mais aussi sur le principe d’interaction. Ainsi, par exemple, les rapports sociaux (comme la domination, le contrôle) ou le succès des scènes médiatiques et des technologies de l’information ne sont pas éludés dans le raisonnement : ils sont posés comme des cadres contextuels d’action en tension étroite avec les individus et les collectifs concernés, parfois sur des territoires très étendus4.

  • 5  Cela n’exclut nullement d’autres éléments à prendre en compte.

7 Ces principes induisent (et c’est le quatrième élément) que la compréhension du phénomène passe par l’observation du social au travers des changements qui le parcourent et les dynamiques qui s’y déploient. Ces transformations peuvent se marquer par la modernisation des sociétés, des formes particulières d’impérialisme, des fragmentations spatiales et des polarisations sociales, l’émergence de groupes d’action en mouvements, etc. Le dernier élément de transversalité que nous avons relevé5 interroge la diachronie et la pertinence de l’échelle d’application du concept de mondialisation pour faire sens explicatif du phénomène de la mondialisation. Autrement dit, existe-t-il une société monde et quelle influence celle-ci a-t-elle sur les réalités locales ? Les deux auteurs semblent convergents sur la réponse. La mondialisation fait partie de l’histoire humaine et, aujourd’hui, constitue un paramètre à prendre absolument en compte pour la compréhension du monde. Ils nous incitent cependant à prendre de la distance avec certains usages médiatiques, idéologiques ou encore scientifi­ques du concept, qui l’instrumentalisent et le simplifient par la référence à une causalité linéaire et déterministe.

  • 6  Pour une analyse des différentes acceptions du concept de logique d’action, voir Scieur Ph., 2011, (...)
  • 7  Selon D. Martuccelli, le propre de l’être ensemble est l’ontologie de la vie sociale (Martuccelli (...)

8 Les deux contributions, ici brièvement mises en perspective, nous invitent à envisager le social à partir des logiques d’action6. D’une part, ces dernières sont envisagées sous l’angle de leur niveau de référence (société, organisation, acteur, sujet, etc.) et des principes qui orientent les comportements et attitudes des groupes et des individus (Karpik, 1972). D’autre part, elles révèlent que la consistance de la vie sociale, variable et imprécise, provoque une interprétation de l’action qui peut révéler des parcours opérationnels différents selon les contextes sociaux (Martucelli, 2001). Ainsi, la société se fonde sur ce que nous appelons la polynomie (Scieur, 2008), une multirationalité générée par l’action collective organisée pour répondre stratégiquement et culturellement à la question des incertitudes et des contingences. Plus largement, la problématique de la mondialisation interroge – fondamentalement – le principe d’une société commune, globale et internationale, parce que chaque situation, à chaque échelle géogra­phique avec des niveaux de référence interagissant, est susceptible de cré­ation d’une réalité propre (d’un être ensemble7) et d’un sens collectif spécifique. Le changement social s’y repère et c’est là que réside un des intérêts majeurs des programmes féconds en sociologie de la mondialisation que nous proposent J.-L. Metzger et G. Pleyers.

Haut de page

Bibliographie

Appadurai A., 2005, Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot & Rivages [1996].

Karpik L., 1972 “, Les politiques et les logiques d’action de la grande entreprise industrielle”, Sociologie du travail, 14 (1), pp. 82-105.

Martuccelli D., 2001, Dominations ordinaires, Paris, Balland.

Martuccelli D., 2010, “Programme et promesse d’une sociologie de l’intermonde”, in Tahon M.-B. (dir.), Sociologie de l’intermonde. La vie sociale après l’idée de société, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain, pp. 9-46.

Morin E., 2006, La méthode (6 vol. ) - Éthique (t. 6), Paris, Seuil, coll. Points [2004].

Savy M., Veltz P. (dir.), 1993, Les nouveaux espaces de l’entreprise, La Tour d’Aigues, Datar/Éditions de l’Aube.

Scieur Ph., 2008 , “Essai de conceptualisation du désarroi dans un contexte de procéduralisation institutionnelle”, in Vrancken D., Dubois C., Schoenaers F. (dir.), Penser la négociation. Mélanges en hommage à Olgierd Kuty, Bruxelles, De Boeck, coll. Ouvertures sociologiques, pp. 207-216.

Scieur Ph., 2011, Sociologie des organisations. Introduction à l’analyse de l’action collective organisée, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Notes

1  « La globalisation a réduit la distance entre les élites, modifié les relations fondamentales entre producteurs et consommateurs, brisé de nombreux liens entre le travail, la vie de famille, et brouillé l’ancrage provisoire dans un endroit et l’attachement imaginaire à la nation » (Appadurai A., 2005, p. 40).

2  Notamment la montée des inégalités et la dualisation.

3  C’est nous qui soulignons.

4  La perspective analytique globale du travail et de sa relation nord-sud, par exemple.

5  Cela n’exclut nullement d’autres éléments à prendre en compte.

6  Pour une analyse des différentes acceptions du concept de logique d’action, voir Scieur Ph., 2011, pp. 160-184.

7  Selon D. Martuccelli, le propre de l’être ensemble est l’ontologie de la vie sociale (Martuccelli D., 2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Scieur, « Discussion autour de perspectives programmatiques en sociologie de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 81-85.

Référence électronique

Philippe Scieur, « Discussion autour de perspectives programmatiques en sociologie de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rsa.revues.org/890 ; DOI : 10.4000/rsa.890

Haut de page

Auteur

Philippe Scieur

Sociologue, Professeur à l’UCL-Mons, chercheur au Centre de recherches interdisciplinaires Démocratie, Institutions, Subjectivité (CriDIS) ; philippe.scieur@uclouvain-mons.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org