Navigation – Plan du site

Que pourrait-être une sociologie de la mondialisation ?

Jean-Luc Metzger
p. 87-103

Texte intégral

I. La mondialisation : entre discours idéologique et hégémonie de l'économisme

1Depuis près de vingt ans, les univers sociaux de nombreux pays sont baignés de discours relatifs à la “mondialisation” nous persuadant, ne serait-ce que par leur répétition, que l'économie, les firmes, la finance seraient globalisées et que, sous l’effet de cette globalisation, émergerait une société mondiale en réseaux nous précipitant, sans recours, dans le choc des civilisations et la compétition généralisée.

2Certes, la marchandisation croissante des activités sociales – et tout particulièrement son versant médiatique – contribue à renforcer le sentiment que les transformations cumulées depuis plusieurs décennies tendent à homogénéiser les pratiques et les aspirations à travers le monde, consacrant ainsi la victoire du mode de production capitaliste et de l'idéologie néolibérale – quel que soit le régime politique adopté. Il est d'autant plus tentant d'adhérer à cette vision que les mêmes supports matériels de nombreuses activités (productives, ludiques, éducatives, etc.), les mêmes dispositifs techniques de communication et de traitement de l'information, sont utilisés par un nombre croissant d'organisations et d'individus sur tous les continents. Et cet emploi massif des techniques d’information et de communication (TIC) – fortement contraint dans les univers professionnels – est lui-même accompagné d'un métadiscours (communication marketing sur les usages supposés des outils de communication) donnant à voir une planète connectée où chaque terrien peut s'adresser à tous sans intermédiaire.

3Un faisceau de représentations dominantes semble ainsi converger pour donner corps au projet d'une société d'individus autonomes, responsables de leurs actes de citoyens émancipés et de consommateurs avertis, décidant seuls de l'optimisation de leurs capitaux (financiers, sociaux, cognitifs, scolaires, de santé, etc.) grâce à l'analyse raisonnée des nombreuses informations dorénavant “accessibles” et portant sur des univers socioéconomiques devenus transparents.

4Pourtant, une telle façon de se représenter les changements affectant les sociétés contemporaines n'est pas sans présenter de risques. Risque, tout d'abord, d'admettre qu'il existe un phénomène d'emblée global, en surplomb, exogène – la mondialisation –, phénomène sur lequel nul n'aurait prise et vis-à-vis duquel nous n'aurions d'autre choix que de nous adapter, si possible avant les autres nations, les autres groupes sociaux, les autres individus. Ce qui doit être expliqué – l'objet “mondialisation” – devient, par simple retournement, le facteur explicatif, la cause des innombrables bouleversements considérés, sans examen approfondi, comme globaux et convergents.

  • 1  É. Durkheim parlait d'agrégation de sociétés de même espèce (Durkheim E., 1975). M. Weber comparai (...)

5Risque, ensuite, d'aligner toutes les perspectives scientifiques – et plus généralement cognitives – sur celles développées par les analyses des économistes et des spécialistes des relations internationales, tout particulièrement ceux qui sont les plus médiatisés. Rappelons pourtant qu'une relecture des travaux fondateurs de la sociologie montre la pertinence, pour cette discipline, d’aborder de front l’objet même que constituerait la “mondialisation” et d’en proposer des modes spécifiques d’analyse1.

  • 2  Voir Lebaron F., Weber L., 2010.

6Risque, enfin, de ne pas pouvoir penser l'action politique en dehors de ce cadre économico-centré. Telle est, par exemple, la posture comptable qui consiste à mettre exclusivement l’accent sur les “crises financières” et l’ampleur des “dettes” publiques : elle conduit de nombreux gouvernements à “piloter” les sociétés comme le feraient des chefs d’entreprise. Ce faisant, ils évitent d’interroger les origines privées de ces désordres (paris pris par certains professionnels de la finance dans certains pays)2, se privent de la possibilité de tirer les leçons d’erreurs politiques passées et n’élaborent aucun projet d’émancipation sociale. Pourtant, si l'agir politique doit nécessairement tenir compte de l'inscription des sociétés dans des relations internationales, sa spécificité n'est-elle pas, précisément, d'articuler avec subtilité volonté de développement local et maîtrise des influences transnationales, tout en envisageant les sociétés dans leur totalité et les peuples dans leurs dimensions vécues ?

II. Vers une approche proprement sociologique des changements transnationaux

7C'est pourquoi il est important de proposer un cadre de problématiques qui, sans nier les changements multiples affectant un grand nombre de sociétés de par le monde et sans minimiser leurs dimensions économico-financières, ne prendrait pas pour point de départ l'existence d'un objet appelé mondialisation ou globalisation, mais chercherait à en préciser les contours empiriques, à en expliquer la genèse et à en identifier les dynamiques à venir.

  • 3  L'examen de certains de ces indicateurs ne permet-il pas, par exemple, à certains experts d'organi (...)

8Dès lors, il convient de prendre quelque distance vis-à-vis de certaines attitudes dominantes. Ainsi, raisonner en termes de mondialisation revient souvent à considérer que, sous l'effet des transformations propres aux sphères financières et économiques, non seulement les marges de manœuvre des dirigeants politiques vont en se réduisant, mais les différences nationales concernant la plupart des phénomènes sociaux sont en train de s'atténuer. C'est ce dont témoignerait l'examen de quelques indicateurs macrosociaux devenus hégémoniques, au point d'apparaître comme éclairant naturellement la connaissance objective du monde3.

  • 4  F. Lebaron montre que, malgré les effets massivement déstabilisateurs de la crise économique ouver (...)

9À l'encontre de la thèse de la convergence, certains auteurs soulignent au contraire que ce qui tend à être commun dans la plupart des sociétés, c'est la confrontation entre tenants des pratiques locales – associées plus ou moins implicitement au conservatisme, à l'archaïsme – et promoteurs des orientations économiques néolibérales – associées à l'unique et incontournable vecteur de la modernité4. L'observateur peut d'ailleurs être tenté de penser que les transformations n'ont en commun que leur contemporanéité et ne débouchent ni systématiquement ni partout sur des convergences, mais plutôt sur un aménagement et une recomposition des dynamiques de différenciation. La globalisation serait alors le nom donné aux effets de fragmentations sociale, identitaire, territoriale, constatés dans de nombreux pays (“développés” et “en voie de développement”), accentuant les inégalités dans des proportions inouïes, générant des crises déstabilisatrices et porteurs d'un avenir profondément chaotique fait de la confrontation violente entre des archipels d'abondance et des océans d'exclusion.

  • 5  Une telle différenciation est particulièrement nette dans le cas des centres d'appels dont Batt et (...)

10Une troisième voie d'analyse consiste à rappeler que des discours et des dispositifs semblables peuvent s'accompagner de différences notables dans leur mise en œuvre réelle, notamment du fait de la médiation des cadres institutionnels. Ainsi, les dispositifs de rationalisation technico-gestionnaires que les multinationales et les institutions internationales contribuent à généraliser dans la plupart des pays ne donnent pas nécessairement lieu à une homogénéisation des pratiques de management ou de conditions de travail5. Ce point de vue conduit à soutenir que ce qui caractériserait les phénomènes de mondialisation (contemporains, mais aussi passés) réside dans l'obligation dans laquelle se trouvent la plupart des membres des sociétés de composer avec des injonctions venues d'ailleurs (règles de droit ou normalisations internationales, idéologies, valeurs, croyances, aspirations, etc.), certaines catégories d'acteurs y trouvant des ressources pour de nouvelles perspectives, d'autres voyant se renforcer leur exclusion par la dévaluation de leurs capitaux (cognitifs, sociaux, scolaires, etc.). La montée des sectarismes et des replis identitaires, un peu partout dans le monde, pourraient trouver sa source dans cette confrontation disqualifiante.

11Toutes ces perspectives ne sont d'ailleurs pas forcément incompatibles. Elles peuvent être envisagées comme un premier ensemble d'hypothèses portées sur les univers sociaux contemporains, avec le souci de toujours dépasser les cadres stato-centrés. Nous pouvons ici nous référer aux réflexions de M. Mauss pour qui l'attrait pour les questions internationales permet de développer une certaine conception du social où celui-ci, même lorsqu’on ne le considère que d’un point de vue strictement local, résulte d’« un état de perméation et de dépendance mutuelle croissante» (1969 :606). En d’autres termes, pour comprendre les évolutions observées localement, empiriquement, il faut prendre en compte les relations avec le global et les transformations du contexte macrosocial. « Ce sont précisément ces relations entre sociétés qui sont explicatives de bien des phénomènes de la vie intérieure des sociétés». Ainsi, « maintenant, l’oekoumène forme un monde, […] la suite des événements va dans le sens d’une multiplication croissante des emprunts, des échanges, des identifications, jusque dans le détail de la vie morale et matérielle» (1969 :625).

  • 6  En particulier, voir Dardot P., Laval C., 2009.
  • 7  Voir les travaux de F. Lebaron sur les mécanismes d'élaboration et de résistance de cette idéologi (...)

12Ce n'est donc pas tant l'étude de l'émergence d'une “société internationale” ou d'une “société mondiale” qui doit constituer l'horizon de la sociologie de la mondialisation, mais plutôt l'identification des situations de changement résultant de l'action conjuguée : « du système interétatique, de l’économie mondiale (ou du marché mondial ou du système économique mondial), des phénomènes transnationaux et supranationaux» (Aron, 1984 :8). Par ailleurs, comme nous l'évoquions plus haut, la mondialisation ne doit pas être réduite à sa dimension économico-financière ni aux relations entre États. Comme il est devenu banal de le mentionner depuis Durkheim, l'économique et les relations entre États sont des dimensions du social ; ils sont “encastrés” dans les relations, les valeurs, les stratégies, les croyances, et, donc, dans l'histoire. Et cela est bien entendu vrai aussi des réflexions à conduire autour de l'objet mondialisation : la sociologie de la mondialisation doit examiner l'ensemble des processus qui ont permis l'autonomisation du champ économique6 – et du discours dominant sur la mondialisation –, ainsi que les effets de cette autonomisation des représentations sur les prises de décision des acteurs7.

III. La sociologie de la mondialisation comme analyse des interdépendances transnationales

13C'est pourquoi il est intéressant de chercher à faire cohabiter ces réflexions dans un corps de problématiques communes, qui les engloberait et leur donnerait un sens renouvelé. Dans cette perspective, nous proposons une démarche en sept points.

141) Tout d’abord, la sociologie de la mondialisation pourrait consister à étudier des transformations internationales et, plus précisément, à identifier celles qui s'expliqueraient, de façon structurante, par des interdépendances transnationales. Par exemple, l'émergence, puis la prégnance, un peu partout dans le monde, d'un discours médiatique et politique sur la montée de l'insécurité, peuvent être considérées comme des transformations internationales ; elles sont communes à de très nombreux pays. Mais peut-on les expliquer par la mise en œuvre de directives internationales et de dispositifs d'évaluation des systèmes nationaux au moyen d'indicateurs largement diffusés – ce seraient les interdépendances transnationales ? Cette hypothèse n'aurait d'ailleurs rien de saugrenu, car l'on peut raisonnablement penser qu'à force de vanter les bienfaits de la compétition généralisée et de la marchandisation de toutes les activités, cette pratique a fragilisé les institutions sociales et contribué à ce que chacun se sente menacé en permanence.

152) Ces transformations transnationales peuvent se situer sur trois niveaux structurants ou, plus exactement sans doute, dans trois registres de configuration :

    • 8  C’est à ce niveau-là que se situent les recherches d’I. Wallerstein ou bien celles de M. S. Sfia ((...)

     le niveau supranational (ou le registre des configurations supranationales) où se prennent les décisions de politique macroéconomique et géostratégique ayant des incidences internationales fortes8 ;

    • 9  Sur ce niveau, se situent, par exemple, les travaux de F. Braudel ou ceux de R. Fossaert sur les « (...)

     le registre des configurations intermédiaires, que l'on peut qualifier de transnationales, où ces décisions sont mises en œuvre, appliquées, interprétées, pour tenir compte à la fois des stratégies locales et des exigences globales. Ce niveau, ce registre joue également un rôle dans la production des décisions et des actions du niveau supranational, notamment, en élaborant une partie des données, en forgeant des catégories d'analyse, mobilisées dans les configurations supranationales9 ;

  •  enfin, le niveau des réalités locales où se concentrent les individus et les collectifs ne disposant pas de ressources suffisantes pour agir aux niveaux transnational et supranational, mais connaissant néanmoins des évolutions, en partie du fait de la confrontation avec des discours, des acteurs, des dispositifs des autres niveaux.

16Pour déterminer si des transformations survenues sur ces différents registres de configuration sont liées à des interdépendances transnationales, il faut se livrer à des comparaisons, intertemporelles et internationales.

173) Dans cette perspective, on cherchera à établir des constats différents selon les niveaux.

18Au niveau supranational, l'étude portera sur l’identification empirique de l’existence de phénomènes d’emblée globaux. Parmi les transformations supranationales, certaines apparaissent-elles comme distinctes d’une simple agrégation de données stato-centrées ? On pense ici à toutes les réalités qui se présentent comme ayant une portée globale (institutions internationales, organismes de normalisation, de notation, firmes globales, organisations criminelles, ONG, etc.). Il s'agit moins de décrire ces organismes que de déterminer dans quelle mesure leur mode de fonctionnement et la manière dont ils influencent les (évolutions des) réalités locales sont indépendants des enjeux nationaux et s'avèrent ainsi proprement globaux.

19L'une des retombées de cette sociologie de la mondialisation pourrait être de circonscrire de façon détaillée les entités qui peuvent prétendre au statut de phénomènes d'emblée globaux, en permettant de se déprendre d'expressions comme “les marchés”, les “flux financiers internationaux”, les “institutions internationales”. Les réalités d'emblée globales, à supposer qu'elles puissent être empiriquement établies, ne sont-elles pas transverses à ces différents organismes et n'agissent-elles pas en interaction très forte avec les membres d'élites nationales ?

  • 10  Méthodologiquement, il faudrait préciser ce que signifie « de nombreux pays». À titre provisoire, (...)

20Au niveau local, l’étude comparative d’un même phénomène (par exemple, la féminisation des postes de direction dans les grandes entreprises) dans de “nombreux pays”10 montre l’existence d'évolutions convergentes et d’interdépendances croissantes : pour ce phénomène, on pourra parler de mondialisation partielle.

21Il convient ici de s'arrêter sur les différentes manières d'envisager la convergence. Celle-ci peut être considérée comme l'existence d'évolutions de même sens (le taux de féminisation augmente dans tous les pays). Dans ce cas, les différences entre pays vont être conservées. Mais la convergence peut être aussi envisagée sous l'angle de la réduction des écarts, ce qui peut correspondre à des évolutions de sens différent (le taux de féminisation augmente dans les pays où il était le plus faible et stagne ou régresse dans les pays où il était le plus élevé).

22Cette perspective rejoint les travaux visant à mesurer des degrés dans l’extension de phénomènes ou de dynamiques de globalisation. Toutefois, on peut s'interroger sur les instruments de mesure les plus appropriés. Des indicateurs exclusivement quantitatifs sont non seulement réducteurs, mais ils ne permettent guère de sortir des représentations dominantes selon lesquelles les transformations du monde peuvent être décrites par des taux d'évolution. L’une des avancées que pourrait permettre la sociologie de la mondialisation serait précisément de remettre en cause l'hégémonie des indicateurs macroéconomiques. Cela pourrait consister à inventer, non pas tant des indicateurs alternatifs, que des modalités d’utilisation des indicateurs plus attentives aux vécus des individus et des collectifs, ou bien encore, à substituer, au moins partiellement, aux indicateurs chiffrés des modes d’appréciations plus qualitatifs.

23Au niveau intermédiaire, la sociologie de la mondialisation étudierait l’articulation entre phénomènes d’emblée globaux et phénomènes de mondialisation partielle. Il est alors nécessaire de tenir compte des hiérarchies entre niveaux et entre catégories d'acteurs en prenant pour perspective l'accès aux transformations transnationales. Tous les groupes sociaux, toutes les classes sociales, toutes les organisations ne disposent pas des ressources pertinentes pour agir dans le champ du pouvoir transnational.

24Le tableau ci-dessous résume ces considérations.

Registre des configurations supranationales

Transformations transnationales présentant les caractéristiques de phénomènes d'emblée globaux

Registre des configurations transnationales

Transformations locales communes à de nombreuses aires géographiques s'expliquant par les interdépendances transnationales

Registre des configurations locales

Transformations locales semblables dans de nombreux pays et convergentes

25Ainsi précisée, la sociologie de la mondialisation permettrait de dépasser l'opposition local/global, car elle mettrait en évidence la part réelle des initiatives locales en les replaçant dans les cadres des contraintes et des ressources transnationales que les acteurs doivent nécessairement prendre en compte. Symétriquement, cette façon d'envisager les choses présente l'avantage de ne pas considérer la mondialisation comme inaccessible, mais bien comme résultant de l'accumulation de décisions et d'actions forcément locales, mais interagissant ‒ certaines avec bien plus de poids que d'autres ‒ sur les pratiques d'acteurs distants.

26Les appellations “local” et “global” sont souvent employées sans discernement. Notons simplement qu'une décision prise dans un organisme international (commission européenne, agence de notation, etc.) peut aussi être considérée comme une décision locale. Le local sera alors la configuration que forment les acteurs de la décision. Par contre, ce qui rend leurs décisions globales, c'est la structure du champ du pouvoir : les règlements européens doivent être appliqués dans toute l'Europe, les acteurs des marchés du monde entier vont examiner les notes distribuées par l'agence de notation, etc. Bien entendu, les différents acteurs des organismes internationaux sont aussi pris dans des réseaux d'interdépendance transnationaux où s'exercent des rapports de domination entre pays ; en sorte que ce qui apparaît comme des normes, des règles, des décisions “internationales”, est aussi le reflet de ces rapports, même si celles-ci peuvent parfois chercher à les faire évoluer.

274) La sociologie de la mondialisation accorderait une place centrale à la compréhension des acteurs intermédiaires. En effet, si les décisions prises dans des configurations d'envergure globale ont des retentissements sur les transformations locales, c'est grâce à l'action, l'implication, la volonté d'un sous-ensemble de collectifs, d'institutions, d'individus qui va mettre en œuvre les stratégies propres à ces collectifs et ainsi médier les rencontres entre le macrosocial et les interactions situées. Comprendre ces dynamiques, c'est identifier les catégories d'acteurs qui peuvent jouer un rôle d'intermédiaire entre dominants et dominés, du fait de certaines de leurs propriétés. Parmi ces propriétés, on peut imaginer l'aptitude à se saisir des opportunités offertes par le changement lui-même ou, si l'on préfère, les capacités à contrôler les interdépendances transnationales. En cela, on peut dire qu'il s'agit d'acteurs “mobiles”.

  • 11 Capron M., 2005.

28On peut faire l'hypothèse que les acteurs du phénomène gestionnaire (dirigeants d'entreprises, managers d'organismes publics, experts des organismes internationaux et des think tanks, etc.), situés à l'interface entre la définition des cadres d'action macroéconomiques et de leur mise en œuvre au sein des organisations, jouent un rôle majeur dans la forme que prend “la mondialisation”. On pense aussi bien aux effets sur le travail des comparaisons entre États-nations effectuées par des organismes internationaux, publics ou privés (agences de notation, par exemple), qu'ils s'adressent aux “marchés financiers” ou aux décideurs politiques, mais aussi aux activités de normalisation de la comptabilité internationale11 ou de certification internationale (ISO 26000) réalisées par des cabinets privés.

  • 12 Foucault M., 1975, p.258.

29Ces réflexions rappellent que, plus que jamais sans doute, demeurent prégnantes les hiérarchies structurelles au sein de chaque niveau. La notion d’interdépendances transnationales n’est pas synonyme “d’univers plat” ; elle prend en compte les « dissymétries insurmontables»12 toujours à l’œuvre au sein des sociétés et entre sociétés. Ces hiérarchies peuvent évoluer et se recomposer dans la dynamique même des transformations transnationales, mais elles n'en demeurent pas moins essentielles dans le contrôle des changements constituant la “mondialisation”.

30Voilà quelles pourraient être les grandes familles de problématiques. Ces premières phases de la démarche permettent de mettre à distance les représentations dominantes et d'établir l'ampleur empirique ainsi que les caractéristiques de phénomènes de changement pouvant prétendre au statut d'objet mondialisation. La démarche se prolonge par deux autres phases.

315) Il faut en effet reconstituer la genèse de ces phénomènes empiriques, identifier leurs différentes étapes ainsi que les catégories d'acteurs impliqués, leurs ressources, leurs intentions, leurs enjeux et stratégies, et ce, en distinguant, ce qui est de l’ordre des dynamiques locales et ce qui émerge sous l'effet des interdépendances transnationales. Cette généalogie permet, notamment, de comprendre le caractère souvent régionalisé des transformations internationales et d’apprécier la portée réelle des interdépendances transnationales.

32Ainsi, on peut constater la similitude existant entre de nombreuses décisions de politique macroéconomique prises depuis une vingtaine d'années dans la plupart des pays du monde pour libéraliser les échanges commerciaux et faciliter la financiarisation des économies. Mais cela ne préjuge pas des causes multiples d'une telle convergence (qui s’apparente à un phénomène d'emblée global), pas plus que cela ne laisse augurer de la manière dont toutes les économies vont mettre en œuvre concrètement ces décisions. C'est pourquoi il est important de procéder à une généalogie des décisions et stratégies d'acteurs locaux, et de leur intrication avec les stratégies d'acteurs transnationaux, etc. Ainsi, les gouvernements de la Chine, de l'Inde, du Brésil, de la Russie, de l'Union européenne, semblent avoir pris des orientations très proches (en matière d’ouverture des marchés, de privatisation, de transparence de l’information économique, etc.) alors qu'en réalité les différents dirigeants ne visent pas les mêmes objectifs et n'appliquent pas avec le même zèle l'engagement dans le néolibéralisme.

336) Il faut également établir le degré d'émancipation ou, au contraire, d'assujettissement auquel conduisent ces interdépendances. C’est ce que va permettre un examen détaillé des différents types possibles de changements internationaux et des processus de changement à une échelle transnationale. Cette précision est importante car, selon le type de changement, selon la forme du processus, les mondialisations partielles ou les phénomènes d’emblée globaux seront ou non porteurs d’autonomisation et d’intégration sociale ou, au contraire, de résignation, de polarisation et d’exclusion.

34Pour illustrer notre propos, nous pouvons imaginer de distinguer au moins trois types de changements transnationaux :

    • 13 Martin D., 1998.

    a) des changements de type “modernisation”13 caractérisés par une rationalisation généralisée des modes de domination tout en inscrivant les évolutions dans une dynamique d’émancipation du plus grand nombre ;

    • 14 Arendt H., 1982.

    b) des changements de type “impérialistes”14 où le moteur des transformations (communes à de nombreuses aires géographiques) réside dans la recherche exclusive de nouveaux territoires, de nouveaux marchés, au détriment des significations locales ;

    • 15 Metzger J.-L., 2012.

    c) des changements de type fragmentation territoriale et de polarisation des trajectoires entre classes, catégories, groupes15.

35Les réalités empiriques résultent sans doute d'une combinaison de ces idéaux-types.

367) Précisons que toutes ces opérations nécessitent la définition préalable de l'entité pertinente d'observation et de comparaison des transformations. En effet, selon les phénomènes sociaux étudiés, les données comparées pourront être recueillies au niveau d'un État, d'un groupe d'États, ou d'une ville, d'un quartier, d'une région, d'une entreprise, d'une branche d'activité. La maille d'analyse empirique dépend du choix d'une problématique et d'un objet précis.

  • 16  En effet, plusieurs auteurs nous rappellent que d'autres mondialisations ont précédé la situation (...)

37Le plus souvent, lorsque la mondialisation est évoquée, c’est pour désigner la “mondialisation libérale” (actuelle16) envisagée comme la possibilité (menaçante) d’être concurrencé, en chaque point du globe, par les produits et les salariés des multinationales les plus performantes. Pour rendre compte du phénomène, les entités pertinentes sont alors l’individu, qui consomme, et l’entreprise (ses actionnaires), qui investit, délocalise, restructure. La mondialisation est un fait dont on examine les effets sur la rationalité des acteurs. Mais on peut y voir également la succession de “décisions” prises pendant plusieurs décennies par des États et des institutions internationales, décisions contribuant intentionnellement à une extension de la marchandisation des activités sociales ainsi qu’à un accroissement des échanges internationaux. Dans cette perspective, les entités pertinentes sont les dirigeants (États, institutions internationales, firmes transnationales) et l’analyse porte tout autant sur la genèse de ces décisions convergentes que sur leurs effets, qui ne se cantonnent pas aux seuls champs économiques et financiers.

38Ce modèle d’analyse peut être mobilisé pour comprendre les évolutions contemporaines de toutes les sphères d’activité, depuis les transformations du travail jusqu'à l’émergence d’élites mondialisées, en passant par l'évolution des rapports sociaux de genre et de leurs effets sur les dynamiques sociales.

IV. Vers une société-monde acclamatoire ?

  • 17  Notons qu'il tient à la fois de la connaissance sociologique (société) et de la géographie (le mon (...)
  • 18  Metzger J.-L., 2007, 2009.

39Une question très générale peut être considérée comme emblématique de la démarche : qu'ils résultent de volontés réformatrices identifiables ou qu'ils émergent des pratiques, les nombreux changements que l'on constate à la surface du globe contribuent-ils à façonner une société-monde ? Au-delà des difficultés théoriques et méthodologiques soulevées par la définition d'un tel objet17, cette éventuelle évolution (qu'il ne faudrait pas réduire à, ni même approcher par la seule comparaison internationale de taux de croissance d'indicateurs économiques) signifie-t-elle l'émancipation croissante des peuples et des individus ou manifeste-t-elle, au contraire, la mainmise grandissante d'une élite globale (en formation) sur le destin du plus grand nombre ? À moins que l'on ne constate la concomitance entre, d'une part, un mouvement vers une société-monde rendue manifeste par la consolidation d'organismes de contrôle et de réglementations d'envergure globale et, d'autre part, une tendance, tout aussi générale, au délitement accentué des univers sociaux ? Une telle hypothèse n'a d'ailleurs rien d'improbable tant de nombreuses données montrent l'existence d'une polarisation entre les instaurateurs du changement permanent dans les univers de travail et ceux que cette pratique exclut18.

40C'est pourquoi il est important qu'une partie des analyses porte également sur l'identification d’éventuelles formes alternatives de changements d’ampleur transnationale. L'étude empirique peut-elle mettre en avant l'existence de mouvements sociaux convergents à l’échelle planétaire et susceptibles de contrôler (ou, à tout le moins, d'agir sur le contrôle) de certaines des décisions structurantes ? En effet, après une fin de millénaire où l’on a vu se multiplier les initiatives spectaculaires, habilement relayées par de nombreux médias, le mouvement altermondialiste semble aphone, désabusé ou trop sérieusement divisé pour agir de concert. Et l’on a bien du mal à croire que les seuls contestataires durablement organisés puissent se structurer autour du nouveau prolétariat des pays émergents. Mais, si aucune contre-élite politique mondiale ne semble se profiler, peut-on repérer une alternative (crédible et à la hauteur des enjeux) dans l’action des organisations internationales de travailleurs ? Et même si l'étude montrait l'existence de convergences (entre mouvements sociaux et organisations internationales de travailleurs, par exemple), dans quelle mesure seraient-elles porteuses de transformations transnationales émancipatrices pour le plus grand nombre ?

41Pour répondre à ces questions, il est important de prendre en compte la configuration intermédiaire constituée des nouvelles scènes médiatiques et de comprendre les enjeux liés à leur maîtrise. Ce sera l’occasion de prendre du recul par rapport aux discours dominants sur l’épanouissement d’une société en réseaux et d’une modernité informationnelle dû au déploiement sans entrave des technologies de l’information et de la communication, et à leurs usages. En effet, pour de nombreux observateurs, la constitution de “communautés” d’internautes en ligne, les bloggeurs, et la production d’une contre-information critique, sont les gages d’une saine émulation libérale et d’une participation plus active à la vie de la cité “mondiale”.

  • 19  Craipeau S., Metzger J.-L., 2011.

42Une lecture plus attentive des phénomènes contemporains permet de souligner que, si les scènes médiatiques sont devenues des composantes structurelles de la mondialisation, leur maîtrise exige un certain nombre de ressources et de compétences inégalitairement distribuées qui ne font que déplacer les lieux et les modalités de la domination. Cette inégale distribution des capacités d’agir sur les nouvelles scènes communicationnelles permet à certains collectifs de construire des cadres de représentation contribuant sans doute à rendre plus délicate la critique de fond des processus contemporains, comme cela est particulièrement prégnant à propos des pratiques gestionnaires19.

  • 20  Substituant ainsi la publicité à l’espace public (Habermas J., 1992).
  • 21  Ou les « masses acclamantes», selon l’expression de Habermas J., 1992.

43En effet, n’est-ce pas en contrôlant les contenus des scènes médiatiques (sans hésiter d’ailleurs à orchestrer sa propre autocritique) et en imposant les formats dérivés, le plus souvent, de l’industrie publicitaire20 qu’une élite proprement communicationnelle (groupes de presse, agences de presse et de “communication”, journalistes, etc.) fabrique les cadres d’une réalité planétaire ? Et plutôt que d’éveiller la prise de recul et la réflexion distanciée, facteurs d'émancipation, le champ médiatique globalisé semble entretenir des comportements de foules acclamatoires21 tout en portant l’impératif d’être électroniquement “connecté” à la sphère communicationnelle. On peut dès lors se demander dans quelle mesure le succès des scènes médiatiques globalisées ne tiendrait pas au fait qu’elles répondent à une demande de croyance, de sens et de protection que la rationalisation technico-gestionnaire et le déploiement des relations marchandes sont bien incapables de satisfaire.

44L’analyse du champ communicationnel et médiatique permet également de faire remarquer qu’agir à l’échelle globale peut précisément passer par une absence totale d’apparition sur la scène globale. La véritable compétence des organisations efficaces (comme le crime organisé sans frontières) et des collectifs aspirant à profiter de la mondialisation dans leur seul intérêt n’est-elle finalement pas celle de parvenir à être totalement opaque, invisible, inaudible, quitte d’ailleurs à s’abriter derrière un masque familier ?

45Voici, rapidement esquissés, les quelques axes de réflexion qui pourraient être envisagés à propos de la production de la sphère médiatique dans le cadre d'une sociologie de la mondialisation dont nous avons décrit la démarche.

V. Conclusion

46L’une des retombées de cette approche devrait être d'enrichir systématiquement les regards portés sur les différents objets sociologiques. En effet, le plus souvent, ces objets, et les problématiques qui leur sont associées, sont envisagés à partir des réalités empiriques locales connues par les chercheurs (par exemple, le travail est d'abord envisagé à partir du travail industrialisé dans les pays développés). Or, comparer les évolutions de phénomènes transnationaux oblige à s'intéresser aux multiples caractéristiques empiriques que prennent les objets sociologiques dans le monde (par exemple, dès lors que l’on s’intéresse aux pays en développement, le travail apparaît beaucoup plus sous ses aspects informel, préindustriel, faiblement mécanisé ou marqué par le népotisme et la corruption). La conséquence devrait être de repenser le travail en tant que généralité : n'est-il pas indissociablement traversé de mouvements vers plus de mécanisation et de formalisation, articulés avec des mouvements opposés de destruction de tissus industriels ; ou bien encore, malgré l'existence d'une législation du travail très élaborée, les pays les plus développés ne connaissent-ils pas, et peut-être de façon plus structurelle qu'on ne l'a jusqu'ici considéré, des pratiques de corruption, de favoritisme, de préférence communautaire et de recours à une main d’œuvre au statut d’emploi précaire ?

47L’un des intérêts de ces réflexions est aussi de pointer l'importance d’une posture de décentrement systématique pour apprendre à appréhender le monde, décentrement qui tiendrait compte de la variété des perspectives adoptées à l’échelle du globe. Il paraît vraisemblable que cette capacité à se placer simultanément “hors du monde” et “dans toutes ses entités pertinentes” émergera plus facilement d’un collectif de chercheurs appartenant à différentes nationalités, à condition toutefois de prendre en compte les rapports de domination entre nations, tels qu'ils se traduisent dans la sphère des sciences sociales. Car la constitution d’une communauté scientifique mondiale peut se heurter au reproche “d'incompatibilité culturelle”, voire de volonté de colonisation des esprits.

  • 22  Europe (Russie comprise), États-Unis et Amérique du Sud.

48La question n'est pas nouvelle. En recensant les « études sociologiques dans les différents pays»22, G. Gurvitch (1947) donnait les moyens d'apprécier le degré d'échange et d'interdépendance de cette communauté scientifique internationale encore fort disparate. Dans la décennie suivante, R. Aron soulignait que « les concepts de la sociologie américaine, en passe de devenir ceux de la sociologie mondiale […], s’appliquent à l’homme social en tant que tel, quelle que soit son activité, quelle que soit l’organisation à laquelle il appartient» (1969 :6). Trente ans plus tard, A. Appadurai (1999 :259) note que l’internationalisation des sciences sociales consiste à « améliorer la façon dont les autres appliquent nos préceptes», ce qui creuse l’écart entre cette conception de la recherche et « les traditions plus générales de critique et de discussion en matière sociale». Mais, comme l’évoque S. N. Eisenstadt (2004), l’Occident n’a pas le monopole de l’ethnocentrisme : par exemple, il existe au Japon un orientalisme inversé (nihonjinron) soutenant que seules les catégories japonaises peuvent expliquer la société nippone.

49La question semble alors être : à l’échelle mondiale, comment favoriser une confrontation des interprétations qui ne puisse être soupçonnée d’être culturellement biaisée ? Certains auteurs nous suggèrent des réponses. A. Akiwowo (1999) puise dans la poésie traditionnelle yoruba (Nigéria) des concepts permettant à la fois de transposer localement les principes d'explication du social développés en Occident et d'enrichir la sociologie mondiale. Park et Chang (1999) relatent la genèse de la maturation (par “désaméricanisation”) de la sociologie coréenne, laquelle considère dorénavant l'Occident comme objet d'étude, ne serait-ce que pour tester la pertinence de ses propres théories.

  • 23  Schnapper D., 1998, pp. 18, 28.

50Il ne faudrait toutefois pas réduire cette interrogation à une question d'interculturalité : au sein de chaque collectivité nationale, les chercheurs et les “paradigmes” n'accèdent déjà pas tous au même degré de reconnaissance, sans parler de l’extrême fragmentation du champ des sciences sociales. Aussi, faut-il se référer à « un projet de connaissance scientifique de la société, […] une ambition d'analyse systématique et critique [qui, certes] est une invention et une entreprise des pays démocratiques modernes réfléchissant sur leur propre société». Mais, « l'universalisme n'est pas seulement français et n'a pas pour unique fonction et unique signification de masquer et, en conséquence, de justifier les inégalités de l'ordre social et les rapports de pouvoir»23.

51En tant que capacité de prise de distance par rapport à sa propre culture et à sa propre histoire (c’est-à-dire prise de conscience du contexte dans lequel nous pensons et que nous n'avons pas choisi), cette conception sociologique de l'universalisme permet non seulement de n'exclure aucune expérience ni aucune modalité de socialisation, mais surtout elle nous rappelle la puissance des principes originaux de la sociologie pour comprendre le monde, fût-il mondialisé.

52Ce qui précède souligne l'exigence de se doter de dispositifs méthodologiques permettant de se déprendre des représentations issues de traditions nationales (et pas seulement des traditions occidentales).

Haut de page

Bibliographie

Akiwowo A.,1999, “Indigenous Sociologies. Extending the Scope of the Argument”, International Sociology, 14 (2), pp. 115-138.

Apaza C., 2008, “La pertinence des ‘indicateurs mondiaux de la gouvernance’ : un débat scientifique en cours ”, Revue française d'administration publique, 2008/3, 127, pp. 591-599.

Appadurai A., 1999, “Mondialisation, recherche, imagination”, Revue internationale des sciences sociales, juin, n° 160, pp. 257-267.

Arendt H., 1982, Les origines du totalitarisme. L’impérialisme, Paris, Fayard [1951].

Aron R., 1962, Paix et guerre entre les nations, Paris, Calman-Lévy.

Aron R., 1963“Une sociologie des relations internationales”, Revue Française de sociologie, 4 (3), pp. 307-320.

1969Les désillusions du progrès, Paris, Calman-Lévy, [1965].

Batt R., Holman D., Holtgrewe U., 2009, “The Globalization of Service Work : Comparative Institutional Perspectives on Call Centers”, Industrial and Labor Relations Review, 62 (4), pp. 453-488.

Benaroya F., Bourcieu E., 2003, “Mondialisation des grands groupes : de nouveaux indicateurs”, Économie et statistiques, 363-364-365, pp. 145-160.

Berger S., 2003, Notre première mondialisation, Paris, Seuil.

Braudel F., 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme XVe-XVIIIe siècles. Tome 2 : Les jeux de l'échange, Paris, A. Colin.

Capron M. (Dir.), 2005, Les normes internationales, instruments du capitalisme financier, Paris, La Découverte.

Craipeau S., Metzger J.-L., 2011, “La gestionnarisation de la société : de la volonté de maîtrise à la déréalisation”, Mana. Revue de sociologie et d’anthropologie, n° 17-18 (numéro spécial sur l’extension du domaine du management. Néo-management et néolibéralisme), mai, p.23-40.

Dardot P., Laval C., 2009, La nouvelle raison du monde. Essai sur la société néolibérale, Paris, La Découverte.

Durkheim É., 1975, Textes. Tome 3 : Fonctions sociales et institutions, Paris, Minuit [1887-1917].

Eisenstadt S. N., 2004, “La modernité multiple comme défi à la sociologie”, Revue du MAUSS, 2e semestre, 24, pp. 189-204.

Fossaert R., 2003, “Le système mondial, vu des débuts du XXIe siècle”, Hérodote, 108, pp. 7-42.

Foucault M., 1975, Surveiller et punir. Naissance de la prison, Paris, Éditions Gallimard.

Gaulejac V. (de), 2005, La société malade de sa gestion. Idéologie gestionnaire, pouvoir managérial et harcèlement moral, Paris, Seuil.

Généreux J., 2010, La dissociété, Paris, Seuil.

Gurvitch G., 1947, La sociologie au XXe siècle. Tome II, Paris, Presses universitaires de France.

Gurvitch G., 1968, La vocation actuelle de la sociologie (2 tomes), Paris, Presses universitaires de France [1950].

Habermas J., 1992, L'espace public, Paris, Payot [1962].

Lebaron F., 2010, La crise de la croyance économique, Bellecombes-en-Bauge, éditions du Croquant.

Lebaron F., Weber L. (coord.), 2010, “La crise, la fausse sortie”, Savoir/agir, n° 13, septembre.

Lévy J. (Dir.), 2008, L'invention du monde, Paris, Presses de Sciences Po.

Martin D., 1998, “La modernisation dans la crise : de Talcott Parsons à Jürgen Habermas”, in Martin D. (Dir.), Effets et méfaits de la modernisation des entreprises dans la crise, Paris, Desclée de Brouwer, pp. 17-46.

Martin D., Metzger J.-L., Pierre P., 2003, Les métamorphoses du monde. Sociologie de la mondialisation, Paris, Seuil.

Mauss M., 1969, Œuvres. Tome III, Paris, Minuit.

Mercure D. (Dir.), 2001, Une société-monde ? Les dynamiques sociales de la mondialisation, Bruxelles/Québec, De Boeck Université/Presses universitaires de Laval.

Metzger J.-L., 2003, “Pour une sociologie de l'objet-mondialisation”, Revue européenne de sciences sociales, XLI (127), pp. 173-192.

Metzger J.-L., 2009, “La gestion des entreprises dans un contexte mondialisé : colonisation, invention ou métissage ?”, Recherches sociologiques et anthropologiques, XXXX (2), pp. 1-11.

Metzger J.-L., 2012, “Le changement perpétuel au cœur des rapports de domination”, SociologieS [En ligne], Théories et recherches, mis en ligne le 09 mai 2012, URL : http://sociologies.revues.org/3942

OCDE, 2010, Perspectives du développement mondial 2010 : Le basculement de la richesse, Éditions OCDE.

Park M.-K., Chang K.-S., 1999, “Sociology between Western Theory and Korean Reality”, International Sociology, 14 (2), pp. 139-156.

Schnapper D., 1998, La relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard.

Sfia M. S., 1971, “Notes pour une analyse du système mondial”, Sociologie et société, III (2), pp. 151-174.

Sombart W., 1932, L’apogée du capitalisme. Tome II, Paris, Payot [1921].

Stiglitz J.-E., 2006, Un autre monde. Contre le fanatisme de marché, Paris, Fayard.

Wallerstein I., 2006, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte [2004].

Weber M., 1991, Histoire économique. Esquisse d’une histoire universelle de l’économie et de la société, Paris, Gallimard [1923].

Haut de page

Notes

1  É. Durkheim parlait d'agrégation de sociétés de même espèce (Durkheim E., 1975). M. Weber comparait l'évolution des sociétés à travers le temps et l'espace comme si ces dernières constituaient les dif­férentes esquisses d'une réalité en devenir (Weber M., 1991). W. Sombart s'intéressait à l'internationalisation des firmes sous l'effet conjoint de la concentration financière et de l'intervention d'un État entrepreneur (Sombart W., 1932). M. Mauss parlait d'absorption illimitée des groupes sociaux dans des sociétés de plus en plus vastes (Mauss M., 1969). R. Aron évoquait « la société internationale telle que l’a faite la modernité» (Aron R., 1963, 1984), tandis que G. Gurvitch analysait la lutte entre les différents types de structures globales (Gurvitch G., 1947, 1968). Pour plus de précisions, voir la lecture qui en est proposée dans Martin D., Metzger J.-L., Pierre P., 2003 et Metzger J.-L., 2003.

2  Voir Lebaron F., Weber L., 2010.

3  L'examen de certains de ces indicateurs ne permet-il pas, par exemple, à certains experts d'organisations internationales d'affirmer que la pauvreté absolue a régressé grâce à la mondialisation (OCDE, 2010) ? Certaines agences de notation ne classent-elles pas les pays et les firmes selon leur degré de mondialisation (Apaza C., 2008 ; Benaroya F., Bourcieu E., 2003 ; Gaulejac V., 2005) ?

4  F. Lebaron montre que, malgré les effets massivement déstabilisateurs de la crise économique ouverte depuis 2007, les croyances économiques demeurent prégnantes parmi les élites dirigeantes (Lebaron F., 2010).

5  Une telle différenciation est particulièrement nette dans le cas des centres d'appels dont Batt et al. ont étudié la variété des modes de fonctionnement dans quinze pays (Batt R. et al., 2009). Voir aussi Metzger J.-L., 2009.

6  En particulier, voir Dardot P., Laval C., 2009.

7  Voir les travaux de F. Lebaron sur les mécanismes d'élaboration et de résistance de cette idéologie (Lebaron F., 2010). Voir aussi les critiques de J. Stiglitz et celles de J. Généreux vis-à-vis des mesures concrètes prises au nom de cette idéologie (Stiglitz J., 2006 ; Généreux J., 2010).

8  C’est à ce niveau-là que se situent les recherches d’I. Wallerstein ou bien celles de M. S. Sfia (Wallerstein I., 2006 ; Sfia M. S., 1971).

9  Sur ce niveau, se situent, par exemple, les travaux de F. Braudel ou ceux de R. Fossaert sur les « économies mondes», centrées sur « un morceau de la planète économiquement autonome, capable pour l'essentiel de se suffire à lui-même et auquel ses liaisons et ses échanges intérieurs infèrent une certaine unité organique» (Braudel F., 1979, tome 3, p.12 ; Fossaert R., 2003).

10  Méthodologiquement, il faudrait préciser ce que signifie « de nombreux pays». À titre provisoire, on peut suggérer qu'il s'agit d'inclure tous les continents, toutes les aires d'influence (économique, culturelle et stratégique), toutes les catégories d'États, au vu des classements actuels, en privilégiant les pays démographiquement les plus importants.

11 Capron M., 2005.

12 Foucault M., 1975, p.258.

13 Martin D., 1998.

14 Arendt H., 1982.

15 Metzger J.-L., 2012.

16  En effet, plusieurs auteurs nous rappellent que d'autres mondialisations ont précédé la situation présente, notamment en termes d'extraversion des économies (Berger S., 2003 ; Wallerstein I., 2006).

17  Notons qu'il tient à la fois de la connaissance sociologique (société) et de la géographie (le monde comme territoire). Voir les réflexions de Mercure D., 2001 et Lévy J., 2008.

18  Metzger J.-L., 2007, 2009.

19  Craipeau S., Metzger J.-L., 2011.

20  Substituant ainsi la publicité à l’espace public (Habermas J., 1992).

21  Ou les « masses acclamantes», selon l’expression de Habermas J., 1992.

22  Europe (Russie comprise), États-Unis et Amérique du Sud.

23  Schnapper D., 1998, pp. 18, 28.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Metzger, « Que pourrait-être une sociologie de la mondialisation ? », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 87-103.

Référence électronique

Jean-Luc Metzger, « Que pourrait-être une sociologie de la mondialisation ? », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/892 ; DOI : 10.4000/rsa.892

Haut de page

Auteur

Jean-Luc Metzger

Sociologue, chercheur associé au Centre Pierre Naville (université d’Evry) et au CNAM-LISE

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org