Navigation – Plan du site

Sociologie de la mondialisation

Au-delà des globalistes et des sceptiques
Geoffrey Pleyers
p. 105-123

Texte intégral

De toutes parts, l’idée de mondialisation, comme réalité historique concrète est ou bien critiquée, ou bien présentée comme bien plus complexe que celle qui la réduit à un essor sans précédent du capitalisme financier, balayant les obstacles et se jouant des états-nations et de leurs frontières (Wieviorka, 2008 :77).

Une sociologie rigoureuse ne peut être pour ou contre la mondialisation (Albrow, 2009 :np).

I. Introduction

1 Au crépuscule de sa vie, Norbert Elias décrivait avec un certain enthousiasme ce que nous appelons aujourd’hui la mondialisation : «Il est tout à fait réaliste de parler aujourd’hui de l’humanité comme unité suprême de survie. Mais l’habitus des individus, leur identification à des groupes restreints – et surtout aux États nationaux – restent en retard sur cette réalité» (Elias, 1991 :300). Il y voyait «la dernière étape d’un très long processus d’évolution sociale non programmée qui a toujours systématiquement conduit […] d’unités sociales plus petites et moins différenciées, vers des unités sociales de taille plus importantes, plus différenciées et plus complexes» (Elias, 1991 :221). Au cours des deux dernières décennies, cette mondialisation a été associée à une série de processus qui ont profondément transformé la vie des habitants de la planète, tels que la diffusion des nouvelles technologies de la communication, le développement rapide du libre-échange et de la finance internationale, les migrations, le réchauffement climatique, l’émergence de la Chine, de l’Inde et du Brésil comme grandes puissances. Elle implique des reconfigurations à l'échelle des individus, des collectivités et des institutions (De Munck, 1999). Les global studies constituent dès lors un espace de débat étroitement lié à la sociologie générale et un champ particulier auquel est consacré un nombre croissant de revues (Globalizations, Globality Studies Journal, Global Policy, etc.).

  • 1  Plusieurs auteurs ont proposé des distinctions heuristiques entre les termes de “mondialisation” e (...)
  • 2  “Esprit du temps”.

2 Les sociologues se sont emparés du débat autour de la “mondialisation”1 au début des années 1990. Le terme était jusque-là essentiellement utilisé en sciences économiques. Au cours du congrès de l'Association internationale de sociologie de 1990, à Madrid, l’ouvrage collectif Mondialisation, Savoir et Société (Albrow/King, 1990) fut distribué aux 4.000 participants. Ce n’est que dans la seconde moitié des années 1990 que le concept de mondialisation commence à être utilisé dans Recherches sociologiques. La revue a ensuite reflété l’intérêt croissant des sciences sociales pour ce thème à partir de l’an 2000, comme en atteste l’organisation à l’UCL, en mars 2001, d’un important colloque Les défis de la mondialisation. Babel ou Pentecôte ? (Delcourt/de Wood, 2001). Si la mondialisation est évoquée dans de nombreux articles de RS&A, aucun numéro n'y est spécifiquement consacré et peu d’articles s’attardent sur la discussion conceptuelle de ce terme. Si cela peut constituer une lacune, elle souligne a contrario que les acteurs de RS&A n’ont ni fétichisé le concept de mondialisation ni cédé aux principaux excès des global studies. Dans les sciences sociales anglophones, le terme global est devenu d’un usage si ample et si vaste qu’on peut se demander s’il n’a pas perdu sa portée heuristique. Les analyses d’articles académiques et de discours politiques menées par S. Selchow (2008 :232) montrent que l’usage qui est fait de ce terme se réfère «bien plus à l’expression d’un Zeitgeist2 qu’à un concept robuste». Il en a été largement de même pour le terme de mondialisation. A. Gid­dens (1999) va jusqu’à le définir comme «la manière dont nous vivons aujourd'hui, […] la manière dont la vie sociale s’organise dans l’espace et dans le temps». Pour les sociologues et anthropologues qui ont contribué à RS&A, il s’agissait moins de discourir sur la nature et la définition de la mondialisation que d'intégrer l’échelle internationale ou globale dans leurs analyses.

  • 3  Voir, par exemple, à ce sujet la vaste littérature sur la transition chinoise (Zhang L., 2007) et (...)

3 Les multiples positions des chercheurs en sciences sociales face à la mondialisation ont notamment été classées selon qu’elles mettent en exergue ou, au contraire, questionnent l’importance et la spécificité des transformations sociales récentes que l’on regroupe sous le terme de “mondialisation” (voir, par exemple, Held/McGrew, 1999). Les globalistes estiment que la mondialisation a transformé la vie des habitants de la planète à une vitesse qui a peu d’équivalent dans l’histoire3. La chute du Mur de Berlin a apporté une première théâtralisation à cette nouvelle période. Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont connu un développement fulgurant, notamment avec internet ou les téléphones portables qui étaient presque inconnus au début des années 1990. La décennie qui a suivi fut également celle des accords de libre échange et de l'ouverture des frontières commerciales qui culminera en 2001 avec l'entrée de la Chine dans l'Organisation mondiale du commerce (OMC). La première décennie du XXIe siècle restera marquée par une “guerre globale contre le terrorisme” des États-Unis et par l’avènement de la Chine, de l’Inde et du Brésil au rang de grandes puissances géopolitiques, économiques, démographiques, mais aussi communicationnelles. Les transformations liées à la mondialisation depuis les années 1980 sont telles qu’elles ouvrent une “nouvelle époque” qualifiée d’«âge global» (Albrow, 1996), de «société informationnelle» (Castells, 1998, 1999), de «modernité tardive» ou «réflexive» (Beck/Giddens/Lash, 1996).

4 Les “sceptiques” relativisent au contraire l’importance de cette mondialisation. Nous examinerons successivement trois arguments de théoriciens qui, sans s’y référer explicitement, peuvent être rattachés à ce courant “sceptique” des global studies. Le premier nie la préséance heuristique du global et insiste sur le fait que le global n’existe pas en tant que tel et qu’il s’agit d’arrangements nationaux, de connexions entre plusieurs espaces locaux ou de constructions sociales qui s’opèrent dans des interactions. Ils considèrent que c’est aux niveaux local et national qu’est créée et vécue la mondialisation et que s’organisent la vie des citoyens, les lois et la démocratie. Selon le second argument, la mondialisation actuelle ne fait que prolonger certaines dynamiques bien antérieures qui puisent leurs racines dans les origines de la modernité, voire dans celles de l’humanité. Le troisième ensemble d’arguments dénonce le caractère idéologique des discours sur la mondialisation, qui masquent la domination économique et culturelle de classes ou d’élites “cosmopolites” et ne reflètent pas la réalité de l’expérience quotidienne d’une majorité de la population. Chacun de ces arguments vient contrebalancer certains excès des théories et visions du monde des globalistes.

  • 4  L'objectif de cet article n'est pas de dresser un panorama des théories de la mondialisation. À ce (...)

5 En s'appuyant sur les analyses publiées dans Recherches sociologiques et anthropologiques, cet article plaide pour un dépassement de trois oppositions paradigmatiques qui continuent de marquer les global studies et que l’on peut sommairement renvoyer aux débats entre les “globalistes” et les “sceptiques” autour de l’importance accordée, au niveau global, à la nouveauté de la mondialisation actuelle et à son caractère idéologique. Prendre en compte les arguments des sceptiques et des globalistes sans céder aux excès de ces deux postures permet de poser les bases d’une démarche qui fait de la mondialisation un cadre stimulant pour penser le monde d'aujourd'hui. Dans la dernière section de cet article, nous montrerons que la mondialisation conduit à reprendre sous un nouvel angle l’un des débats fondamentaux de la sociologie : l’ampleur de la liberté des acteurs sociaux et de leur capacité d’agir face au système4.

II. De la domination du global à l’articulation des échelles

6 M. Wieviorka (2008) invite les sociologues à entreprendre un «grand écart analytique» en centrant leurs analyses sur deux niveaux qui prennent une importance croissante : le sujet individuel et le global. Il poursuit et développe ainsi la perspective d’A. Giddens (1991) selon lequel l’une des «caractéristiques distinctives de la modernité est une interconnexion croissante entre les deux “extrêmes” de l'extensionalité et de l'intentionnalité : les influences de la mondialisation d'une part et les dispositions personnelles d'autre part» (Giddens, 1991 :1, cité par Chaumont/Marquet, 2000 :18). À dix ans d’intervalle, cette approche théorique a inspiré deux numéros particulièrement stimulants de RS&A intitulés Entre régulations globales et exigence réflexive (2000/1, sous la direction de J. Marquet) et Les dynamiques de soin transnationales : entre émotions et considérations économiques (2010/1, sous la direction de L. Merla et L. Baldassar).

7 Sur la base d’une recherche empirique dans différentes parties du monde, L. Merla (2010) montre que, pour comprendre la migration, il faut bien sûr donner toute leur importance aux dynamiques globales, mais aussi prêter attention à la subjectivité des individus. Comprendre l’expérience migratoire exige d’opérer un grand écart entre la mondialisation économique et les émotions, entre les connexions globales et le sens des devoirs familiaux. La subjectivité et la créativité individuelle et les enjeux globaux sont également au cœur de pratiques d’engagement (Cultiaux/Vendramin, 2010) et des mouvements sociaux contemporains (Wieviorka, 2012 ; McDonald, 2006 ; Pleyers, 2010a). Pour lier ces deux pôles, K. McDonald (2006, 2007) place les concepts de “mouvements globaux ” et de “subjectivité” au cœur de son analyse alors que, dans la lignée de M. Castells (1998), J. Juris (2007) s’appuie davantage sur le concept de “réseaux”, des formes organisationnelles souples et plus horizontales.

  • 5  Pour une discussion critique, voir Warnier J.-P., 1999.

8 Intégrer l’échelle globale dans l’analyse s’avère souvent très stimulant. D. Martuccelli (2007) met cependant en garde contre l’idée en vogue selon laquelle “tout est global”, qu’il dénonce vigoureusement. Les partisans de positions “sceptiques” ne manquent pas de souligner qu’«il n’y a de [bonne] sociologie de la globalisation que localisée» (Martuccelli, 2007 :31), que le global n'existe concrètement que dans des relations sociales toujours ancrées dans une réalité locale (Burawoy, 2001 ; Tsing, 2005). Contre les paradigmes de l’abstraction et les généralités qui ont un temps dominé la sociologie de la mondialisation, la nécessité de ne pas oublier l’ancrage contextuel de phénomènes ou d’acteurs qui ont une dimension internationale raisonne comme un leitmotiv dans les articles et dossiers de RS&A. Les études de cas d’A. M. Vuillemenot en Ouzbékistan (2006) et de F. Dassetto et P. J. Laurent au Burkina Faso (2006) montrent toute la diversité de l'islam et s’inscrivent à l’encontre des théories qui réduisent cette religion à un bloc culturel homogène (Huntington, 1999) ou qui ont trop rapidement identifié mondialisation et homogénéisation culturelle5. Comme le suggère J. Urry (2003), il s’agit d’explorer la mondialisation comme un monde pluriel et d’une plus grande complexité (Friedman/Randeria, 2004).

9 Une société plus “globalisée” n’est pas “délocalisée” pour autant. Le maintien de spécificités locales et nationales et de dynamiques essentiellement liées à ces cadres est mis en exergue dans la plupart des recherches, même dans celles qui portent sur la mise en œuvre de programmes internationaux. Le dossier consacré à la gestion des entreprises dans la mondialisation (2009, sous la direction de J. L. Metzger) montre certes que cette dernière bouleverse certaines pratiques, par exemple par l’imposition de normes comptables internationales et d'une ouverture commerciale. Le contexte local reste cependant prédominant et préside à la manière dont les normes internationales seront appliquées (Longuenesse, 2009). Les différentes contributions de ce dossier invitent dès lors à reformuler les modèles de diffusion des normes et règles économiques internationales pour mieux tenir compte des contextes locaux.

10 U. Beck (1997, 2006) a développé des plaidoyers convainquants contre le “nationalisme méthodologique”, le fait que les États demeurent le “cadre d’analyse dominant” en sciences sociales alors que cela ne correspond plus à une réalité qui est plus globale et plus locale. Cependant, entre le point de vue d’I. Wallerstein (1999 :19), qui estime que «dans la transition en cours, il est efficace de travailler aussi bien au niveau local que global, mais [qu’] il est désormais d’un intérêt relativement limité de travailler au niveau des États Nations», et celui de politologues, qui analysent même les acteurs les plus globaux en se basant (presque) uniquement sur le cadre national (Agrikoliansky/Fillieule/Mayer, 2005), une démarche stimulante consiste à considérer que l’échelle nationale se révèle indispensable pour comprendre la réalité contemporaine (Reis, 2004) pour autant que l’analyse ne s’y limite pas et qu’elle l’inscrive dans la perspective d’une articulation avec d’autres niveaux. Dans sa trilogie très “globaliste” consacrée à l’ère de l’information, M. Castells (1998 :127) souligne d’ailleurs que «seules les théories simplistes de la mondialisation ignorent la persistance de l’État Nation et le rôle essentiel des gouvernements dans l’orientation de la structure et de la dynamique de l’économie nouvelle». Plus récemment, S. Sassen (2006) a montré comment le global est construit par des lois et des agencements essentiellement nationaux et par une participation active des États au renforcement du pouvoir et de la légitimité d’autorités transnationales. Cela conduit à la construction d’une échelle globale qui développe ses propres logiques dans laquelle les États demeurent des acteurs majeurs.

11 Davantage qu’à une perspective micro ou macro, locale ou globale, ces recherches invitent à articuler les échelles. «L'articulation entre des réalités locales et des processus de mondialisation» est le fil conducteur du numéro de RS&A consacré à l’islam (Dassetto, 2006 :1). Dans l’introduction, F. Dassetto souligne qu’«on ne peut comprendre ces acteurs sans prendre en compte l'articulation des dimensions locales aux nouvelles réalités mondiales» (Dassetto, 2006 :1). Les travaux de B. Maréchal sur les Frères musulmans en Europe (2006) en constituent une excellente illustration. En Europe, cette confrérie possède d’importantes dimensions transnationales : elle s’est constituée à partir d'une diaspora et demeure profondément imprégnée d'une identité globale liée à l'islam, l'Oumma . Cela ne l’empêche pas de développer également de profonds ancrages locaux, puisque les groupes sont orientés par des solidarités et des besoins exprimés localement. Entre ces deux dimensions, l'État Nation est loin d'avoir disparu. Les Frères sont même plutôt binationaux : ils créent des associations nationales dans leurs pays d'accueil et s'impliquent dans les débats nationaux (par exemple sur la question du voile) tout en continuant à porter un grand intérêt à leurs pays d'origine. Comme le montre B. Maréchal, ces «multiples paliers de l'action renvoient l'un à l'autre et se renforcent l'un l'autre» (Maréchal, 2006 :33). Dans le même numéro de RS&A, F. Dassetto et P. J. Laurent (2006) analysent la double dynamique qui traverse les Ramatoulayes, une confrérie du Burkina Faso, l’une liée à la mondialisation (l’émergence de tensions avec d'autres lectures de l'islam), l’autre au profond enracinement local de ce mouvement et aux confrontations avec l’État. Ils concluent en rappelant que le “local” est loin d'être figé. Il se transforme et se déplace, notamment avec les migrations.

12 Les échelles locale, nationale et internationale ont été trop longtemps pensées comme exclusives alors que c’est précisément leur emboîtement et leur articulation qui ouvrent des voies stimulantes à une meilleure compréhension de la réalité contemporaine (Sassen, 2007 ; Friedman, 2005). L’action et l’analyse doivent se porter simultanément à différents niveaux. Au slogan écologiste des années 1980 “Penser global, agir local”, les altermondialistes des débuts des années 2000 préfèrent d’ailleurs “Penser du local au global, agir du local au global”.

13 Cette nécessité de combiner différentes échelles, dans l'analyse comme dans l'action, ne doit cependant pas masquer certaines inégalités entre ces échelles. La capacité de certaines élites à agir et à développer leurs discours au niveau global donne davantage de poids à leurs idées et une position dominante face à ceux qui ne peuvent compter que sur leur ancrage local (Metzger/Pierre, 2003). S’appuyant sur R. Reich (1993) et Z. Bauman (1999), J. L. Metzger et P. Pierre (2003 :110) estiment ainsi que «le local se dévalue au profit du global», notamment lorsque «les habitudes de la citoyenneté ne semblent pas suffisamment fermes pour résister aux forces centrifuges de l'économie mondiale». C'est également dans ce cadre que l'on peut placer l’influence croissante d’élites globales qui se couple à une perte de responsabilité en raison de leur mobilité. Bauman souligne par exemple que «La mobilité dont bénéficient [les gens qui investissent] entraîne un désengagement à l'égard de toute obligation. […] En un mot, on assiste à la fin du devoir de contribuer à la vie quotidienne de la communauté et à sa perpétuation» (Bauman, 1999 :20). La base nationale des systèmes fiscaux et l’État social financé par ces derniers sont mis à mal par l’internationalisation de l’investissement, de la production et de la consommation.

III. Réalité nouvelle ou dynamique pluriséculaire ?

14 Contrairement aux “globalistes” qui considèrent la mondialisation contemporaine comme un phénomène spécifique à notre époque, les “sceptiques” n’y voient que le prolongement d'un processus pluriséculaire. Certains remontent jusqu'à la préhistoire, arguant que la tendance de l'espèce humaine à se répandre sur l'ensemble de la surface du globe existait dès cette époque : «La mondialisation fait tout simplement partie depuis toujours de l’histoire humaine. La diversité des cultures rend irrépressibles dès l’origine les apports et les emprunts croisés entre les civilisations» (Cohen, 2004 :36). Les thèses les plus stimulantes renvoient l’origine des mécanismes et phénomènes aujourd’hui associés à la mondialisation dans celles de la modernité et du capitalisme. La (re)découverte des Amériques par Christophe Colomb offre une “théâtralisation” (Laïdi, 1997) à une époque marquée par d’importants changements technologiques, économiques, culturels et politiques. S. Gruzinsky (2004) montre à quel point la mondialisation est multipolaire dès la fin du XVIe siècle. La circulation des idées et des objets entre les «quatre parties du monde» y avait profondément transformé l’économie et conduisait certains membres des élites religieuses, commerçantes et/ou administratives des empires espagnols et portugais à développer une vision du monde globale (Gruzinsky, 2004 :282-285). Au XIXe siècle, K. Marx et F. Engels s’inquiétaient de voir les États dépassés par un marché devenu mondial. Ils soulignaient le «caractère cosmopolite [de] la production et [de] la consommation de tous les pays» et considéraient que la tendance à créer le marché mondial faisait partie intégrante du concept de capital (Marx/Engels, 1998 :32). Les analyses de R. Hilferding (1910 ; confer Durand, 2010) sont souvent évoquées pour rappeler que le taux d’internationalisation de la finance et les investissements de la fin du XIXe siècle n'ont été atteints qu’à la fin des années 1990. De même, la migration internationale a transformé l’Europe du XIXe siècle en terres d’accueil de ces émigrants.

15 I. Wallerstein ne cache pas son scepticisme quant à la portée heuristique du concept de mondialisation qu’il considère comme «un concept analytique inutile» (Wallerstein, 2000 :28). Il envisage les évolutions contemporaines comme une intensification des connexions, des échanges et des mécanismes systémiques de l’économie-monde à l’œuvre depuis un demi-millénaire. Poursuivant l’œuvre de F. Braudel, il définit l’économie-monde comme une zone géographique de grande extension où existent une division du travail et des flux de travail et de capital (confer Wallerstein, 1996). Cette économie-monde s’étend aujourd’hui à l’ensemble de la planète. Cependant, dès le XVIe siècle, l’économie-monde centrée sur les Pays-Bas s’étend déjà à des zones importantes de l’Afrique (notamment dans le cadre du commerce triangulaire et de la traite des esclaves), des Amériques et d’Asie (Wallerstein, 1974). La fresque historique que vient d’achever I. Wallerstein (2011) met en perspective d’importantes évolutions au cours des siècles, mais aussi la permanence de certains mécanismes structurels du fonctionnement des économies-mondes mis au jour dans son analyse du système-monde des XVIe et XVIIe siècles. C’est notamment le cas de la division du travail entre différentes régions du monde, de l’inadéquation des unités de décisions politiques et économiques et des orientations protectionnistes dans certaines phases du développement économique d’un pays.

  • 6  Comme d’autres auteurs des global studies, S. Sassen estime que la mondialisation conduit à une re (...)

16 I. Wallerstein (1974, 1996) met ainsi en évidence l’organisation de l’économie-monde en trois zones ayant chacune des fonctions spécifiques : un centre, une semi-périphérie et une périphérie. Le centre accumule les surplus de capitaux et concentre les tâches à haute valeur ajoutée et les innovations technologiques. La périphérie a pour fonction principale de procurer au centre des matières premières et une main-d’œuvre à bas prix, comme en atteste aujourd’hui le pillage des ressources naturelles de l’Afrique ou de l’Amérique latine (Ornelas, 2003), la surexploitation des travailleurs dans les usines du Sud et l’importance des travailleurs migrants dans les économies américaine et européenne. La semi-périphérie sert de zone tampon qui réduit les tensions entre le centre et la périphérie. Elle regroupe des pays qui connaissent une phase ascendante et pourraient accéder au centre (comme c’est aujourd’hui le cas du Brésil) ou, à l’inverse, des pays ou régions qui étaient intégrés au centre, mais se trouvent dans une phase de déclin (ce pourrait être le cas d’une partie de l’Europe)6.

17 Deuxièmement, alors que l’économie s’organise au niveau du système-monde et que les règles et décisions dans ce domaine dépendent de cette échelle, l’organisation politique reste ancrée dans des unités plus restreintes disposant de l’autorité légale, à savoir les États qui composent l’économie-monde. Cette fragmentation politique limite la capacité régulatrice des pouvoirs politiques sur les enjeux économiques et pousse les États du centre, comme ceux de la périphérie et de la semi-périphérie, à une concurrence pour accaparer les ressources liées à leur position. C’est l’une des causes structurelles de la prévalence de l’économie sur le politique, puisque cette première fonctionne au niveau global tandis que la seconde a bien du mal à s’émanciper du cadre national, même au sein de blocs régionaux comme l’Union européenne. On peut y lire une cause structurelle des limites de la régulation de l’économie et de la finance internationale qui a engendré de nombreuses crises économiques dont celle que nous traversons actuellement (Kalinowski, 2009).

  • 7  Voir, par exemple, le numéro spécial de China Daily du 16 décembre 2011, consacré à la célébration (...)

18 Troisièmement, l’analyse historique des politiques commerciales qui ont présidé à l’avènement des Provinces Unies (Wallerstein, 1974) puis du Royaume-Uni (Wallerstein, 1980) comme puissance dominante de l’économie-monde brise le mythe néolibéral de l’ouverture commerciale comme base du développement d’un pays. Appuyés sur leur flotte commerciale, les Hollandais furent de grands hérauts de l’ouverture commerciale. Pourtant, Amsterdam avait auparavant poursuivi une politique protectionniste qu’elle n’a d’ailleurs jamais totalement abandonnée, notamment au niveau des villes. Une fois parvenue au cœur de l’économie-monde, l’Angleterre fut également un grand défenseur de l’ouverture des frontières commerciales. Ces industries naissantes n’ont pourtant pu se développer que grâce à des politiques qui les protégeaient de la concurrence internationale. Une fois ces industries devenues compétitives, elles ont requis de nouveaux débouchés. L’empire britannique n’a alors pas hésité à recourir à la force pour diminuer ou annuler les barrières douanières de ses partenaires commerciaux tout en maintenant certaines mesures protectionnistes favorisant les industries anglaises, allant jusqu’à interdire le filage du coton dans la colonie indienne. Les théories économiques qui font de l’ouverture commerciale et du libre-échange le cœur des politiques de développement des pays moins avancés ne résistent pas à cette analyse historique. À l’inverse, l’adoption de mesures protectionnistes dans une première phase de développement industriel a constitué l’un des facteurs du succès économique des dragons asiatiques dans les dernières décennies du XXe siècle et, plus récemment, de la Chine. Aujourd’hui grand héraut de l’ouverture commerciale7, la Chine n’a rejoint l’Organisation mondiale du commerce qu’en décembre 2001 et maintient des règles protectionnistes face à certains investissements étrangers. Les analyses historiques d’I. Wallerstein (2011) et d’E. Hobsbawm (1997) montrent également que, lorsqu’il devient un obstacle à la perpétuation de la domination, le libre-échange ne dure guère.

19 Les travaux de Wallerstein illustrent la fécondité d’une analyse de la mondialisation contemporaine à l’aune d’une histoire économique pluriséculaire. L’ancien président de l’Association internationale de sociologie aime à répéter que «les événements ne prennent sens que si nous les insérons dans les rythmes et les conjonctures des tendances de longue durée» (Wallerstein, 1999 :17). Faut-il pour autant nier certaines spécificités des transformations contemporaines ? Les nouvelles technologies de l’information et de la communication, les enjeux environnementaux liés au changement climatique et à l’épuisement des ressources, ou l’émergence de la Chine comme grande puissance peuvent-ils se résumer à un prolongement de tendances et mécanismes pluriséculaires ? Plutôt que de céder aux débats peu féconds autour de l’ampleur de la nouveauté de la mondialisation contemporaine, une démarche stimulante consiste à combiner une perspective historique qui permet de mettre au jour des mécanismes structurels et des conséquences de l’extension de l’économie-monde avec une analyse de certaines spécificités de l’époque contemporaine, marquée à la fois par l’instantanéité du temps mondial, l’usage intensif des nouvelles technologies de l’information et de la communication, une réorganisation de la division du travail, l’émergence de nouvelles puissances économiques et politiques ou une prégnance croissante des enjeux globaux.

IV. La mondialisation : réalité ou idéologie ?

20 Certains analystes fustigent le caractère idéologique des discours et études relatifs à la mondialisation autour de deux arguments souvent entremêlés. Le premier voit dans la mondialisation une idéologie qui privilégie le message doctrinaire de l’élite transnationale, parfois qualifiée de «cosmopolite» (Friedman, 1999). Le second dénonce l’imposition d’une vision du monde dominée par les impératifs d’une mondialisation économique néolibérale.

21 Face à l’anthropologie globaliste d’A. Appadurai (2001) où les acteurs circulants et les cultures transnationales tiennent le haut du pavé et les identités se déconnectent des territoires pour devenir des ethnoscapes, J. Friedman (2005) dénonce la mondialisation comme un discours privilégiant le message idéologique d’une élite transnationale qui détient le pouvoir économique et dénigre l’attachement au local (voir aussi Wallerstein, 2000 ; Sklair, 2001). Il voit dans les discours de la mondialisation «le reflet d’une époque qui ne parvient plus à se penser dans les catégories du matérialisme» (Abélès, 2007 :32) et la volonté d’imposer l'idée d'une transformation radicale des sociétés en décalage avec la réalité historique. Dans Recherches sociologiques, J. L. Metzger et P. Pierre (2003) soulignent également le rôle de ces élites transnationales qui ne peuvent être ignorées dans l’analyse de la mondialisation contemporaine. Certaines composantes des élites cosmopolites ont eu avantage à promouvoir cette vision du monde, que ce soit pour imposer des règles du commerce international, qui leur étaient plus favorables (traités de libre échange, mise en concurrence des travailleurs, déconstruction de l’État social, etc.), ou pour échapper aux contraintes imposées par des acteurs nationaux, notamment dans le domaine fiscal (Kohonen/Mestrum, 2010).

22 Certains chercheurs ont alors identifié la mondialisation à l’imposition de politiques économiques néolibérales et à la domination du consensus économique de Washington (Held, 2007). E. Cohen (2001 :75), économiste et proche conseiller du directeur général de l’OMC, définit la mondialisation comme «la loi économique commune». U. Beck définit le «globalisme» comme «l’idéologie néolibérale de la domination du marché mondial» (1997 :52). A. Touraine (2003) a lui aussi considéré que «sous le nom de mondialisation, on a assisté à une nouvelle et puissante offensive de ce qu’il est plus simple et plus classique d’appeler le capitalisme». Dans Pourrons-nous vivre ensemble ?, il définit la mondialisation comme «une idéologie qui masque les rapports de domination économique en introduisant l’image d’un ensemble économique mondial autorégulé ou hors d’atteinte de l’intervention des centres de décision» (Touraine, 1997 :55). L’enjeu de la sociologie est alors de dépasser ces idéologies pour mettre en exergue les conflits entre des acteurs ou mouvements sociaux autour de la définition et de la mise en œuvre d’un projet modernisateur qu’a incarné la mondialisation.

23 L’influence des idéologies et des discours promus par certains acteurs transnationaux sur le cours de la mondialisation ne peut être ignorée. Pour autant, la mondialisation n’est-elle que discours et domination ? La réalité objective de certaines transformations qu’elle a engendrées peut difficilement être niée. Ces débats souvent chargés d’idéologie peuvent être dépassés si l’on pense la mondialisation comme une réalité à la fois objective et subjective, ce qui permet de poser les bases de recherches empiriques.

24 La dimension objective de la mondialisation regroupe la plupart des dynamiques que F. Dassetto (2006 :4) rassemble sous le terme de «planétarisation» : l’accroissement des échanges mondiaux, la circulation des personnes, les nouvelles technologies, les mutations de la gouvernance globale et ses imbrications institutionnelles, les transformations dans le monde de la production devenu «postfordiste» (Castells, 1998) ou l'importance croissante de l'économie immatérielle (Cohen, 2004).

25 La réalité de la mondialisation est également subjective. Elle est une vision du monde (Weltanschauung), marquée par un bouleversement de notre conception de l'espace et du temps (Harvey, 1990). Les nouvelles technologies ont transformé notre manière de voir le monde. La multiplication des événements globaux (le 11 septembre, le tsunami asiatique, la chute de Lehmann Brothers ou celle de DSK) renforce l’impression de vivre dans un «temps mondial» (Laïdi, 1997). Notre “monde” d’aujourd’hui est la Terre. Il est certes plus vaste que le monde dans lequel vivaient nos prédécesseurs, mais il est aussi, et pour la première fois, un monde limite. L’émergence de dangers mondiaux (nucléaire, changement climatique) contribue à la prise de conscience d’une communauté de destin de l’humanité (Albrow, 1996).

  • 8  ConferAlbrow M., 2007 ; Metzger J.-L., Pierre Ph., 2003 ; Ornelas R., 2011.

26 Cette distinction heuristique entre dimensions objectives et subjectives de la mondialisation permet d’éclairer deux champs de recherche et de débats intellectuels. Premièrement, si la mondialisation est une vision du monde, cette dernière est l'enjeu de luttes entre différents acteurs sociaux pour imposer leur manière de concevoir la mondialisation à l’ensemble des acteurs sociaux. A. Gramsci a souligné toute l’importance de ces luttes pour conquérir l’hégémonie idéologique (Robinson, 2005 ; Massicotte, 2009). Des acteurs économiques et politiques transnationaux (entreprises multinationales, organisations internationales, leaders politiques ou gouvernements nationaux, comme celui des États-Unis) s'en sont emparés8 et ont imposé leur vision des choses. La domination de l’idéologie néolibérale et l’imposition de cette vision de la mondialisation entre la chute du Mur de Berlin et la crise économique et financière actuelle ont favorisé des politiques d’ouverture des marchés et la remise en cause des États sociaux.

27 Les décalages entre les dimensions objectives et subjectives de la mondialisation offrent un autre champ d’analyse particulièrement fertile. Dans certains cas, les visions du monde semblent plus mondialisées que ne l’est la réalité. La mondialisation est accusée de tous les maux, même de ceux qui trouvent leurs origines dans les choix politiques nationaux (Randeria, 2007) ou dans les usages locaux (Assayag, 2006, chap. 9). À l’inverse, N. Elias (1991 :230) pointait un «retard de l’habitus» des acteurs sociaux face au caractère global de notre monde. Ce décalage de l’habitus affecte également des mouvements sociaux qui continuent souvent de se mobiliser dans des cadres nationaux alors que les solutions à leurs problèmes se situent parfois essentiellement à une échelle internationale, continentale ou globale. Comme le souligne R. Reich (1993, cité par Metzger/Pierre, 2003 :110), cela peut conduire à une mauvaise compréhension des mécanismes en jeu et à une vision périmée des rapports de force. Il en résulte une diminution de l’influence et de la capacité d’agir (social agency) de ces acteurs (Pleyers, 2010b). L’une des missions attribuées aux sciences sociales, aux intellectuels et à des acteurs sociaux comme le mouvement altermondialiste consiste dès lors à contribuer à renforcer la conscience de la «condition globale» (Albrow, 1996) des acteurs sociaux, afin de renforcer leur capacité d’agir et de leur permettre de peser sur les décisions qui auront un impact sur leur vie (Held, 2007).

V. Une mondialisation sans acteurs ?

  • 9  Pour D. Cohen, «La mondialisation d’aujourd'hui se distingue radicalement des précédentes sur un p (...)

28 Les discours affirmant que la mondialisation est principalement, ou même uniquement, un phénomène économique se couplent généralement avec l’assertion de son inéluctabilité : les États, et a fortiori les citoyens, n’auraient d’autre choix que de s’adapter aux règles de l’économie globale et de se lancer dans une concurrence internationale pour tenter d’en tirer le meilleur profit. «There is no alternative» disait M. Thatcher. La mondialisation serait-elle une fatalité9, un processus inévitable sur lequel l’agir humain n’a guère de poids et qui semble requérir une ouverture commerciale et un renforcement de la domination des marchés ?

29 Ce discours conduit à sous-estimer les possibilités de réglementation et d’action des gouvernements (Thompson, 1999 ; Sassen, 2006 ; Randeria, 2007). S. Sassen montre clairement que la mondialisation n’est pas une dérégulation. Elle est au contraire produite et encadrée par de nombreuses normes et règles adoptées au niveau national. La sociologue indienne S. Randeria (2007, 2009) démontre par de multiples études de cas que l’incapacité d’agir et les impositions de la mondialisation ou d’institutions internationales sont souvent invoquées par les gouvernements des “états rusés” (cunning states) pour imposer des décisions politiques impopulaires. Ses études de cas soulignent, par exemple, que l’État indien n’utilise que rarement les procédures disponibles pour contester certaines normes internationales face auxquelles il se dit impuissant, et ce alors même que des ONG qui défendent les paysans indiens obtiennent gain de cause devant des tribunaux internationaux (Randeria, 2006). À l’inverse, sur certains dossiers, les gouvernements se montrent très récalcitrants à appliquer les normes internationales et imposent leur volonté face aux institutions internationales. Ces “états rusés” se montrent ainsi “stratégiquement faibles et sélectivement forts”, suivant les thèmes, les alliances, les intérêts du gouvernement ou de ceux dont ils défendent les intérêts.

30 Quelques-uns des leviers du changement social sur lesquels se sont appuyés les acteurs sociaux au cours du XXe siècle ont perdu de leur efficacité (sans avoir disparu pour autant). C'est par exemple le cas des actions qui visaient les gouvernements nationaux. Ces derniers demeurent cependant des acteurs influents, mais ne sont plus seuls au centre du jeu. Dans bien des domaines (régulation financière, fiscalité, bioéthique, protection de l'environnement, etc.), un changement de politique dans un pays est devenu soit impossible, soit insuffisant, tant les circulations, les niveaux d'interdépendances et les interconnexions se sont accrus. Réguler les transactions financières à l'échelle d'un pays est inutile. Imposer des règlementations plus drastiques pour protéger l'environnement conduit à favoriser les importations. Les mécanismes de la démocratie représentative et le système d'institutions internationales semblent insuffisants face à certains défis globaux (Held, 2007, 2010). Lorsqu'il s'agit de passer d'une volonté collective à une mise en pratique, nous semblons avoir moins de contrôle sur notre société que par le passé, comme l’illustre l'hiatus entre le large consensus sur la nécessité de réduire l'impact humain sur le changement climatique et la difficulté de parvenir à des accords internationaux dans ce domaine.

31 Loin d’être un “système sans acteurs”, la mondialisation conduit à une profonde reconfiguration des capacités d’agir. Elle «réinterroge les fondements et les usages du politique tant dans l’épreuve de la transformation historique des institutions que dans celle des rapports à la technologie, Internet pouvant servir de support ou être constitutif d’une galaxie de réseaux» (Francq, 2007 :7). Elle représente un défi pour les acteurs économiques, politiques et sociaux, mais offre également de nouvelles opportunités. Dans l’article qu’elle a publié dans Recherches sociologiques et anthropologiques, M. Kaldor (2007) retrace, par exemple, l’émergence et le renforcement d’une société civile globale, soulignant son importance dans la résolution de conflits et dans le soutien à des mouvements de démocratisation. Les connexions transnationales ont par exemple été un élément essentiel du succès des révolutions qui ont transformé les destins de l’Égypte et de la Tunisie en 2011. F. Dassetto (2006) montre que certains acteurs de l’islam ont fait preuve d’une grande capacité à saisir les opportunités liées à la reconfiguration du monde contemporain.

VI. Conclusion

32 La mondialisation conduit à revisiter la question du changement social et de la capacité d'agir des acteurs sociaux. Entre l’idée selon laquelle la mondialisation incarne un système sans acteur ou, au contraire, la domination d’une élite qui l’aurait planifiée, concilier l’acteur et le système et assigner à chacun sa juste place demeure un défi fondamental de la sociologie. Comme la sociogenèse de l’État qu’analysait N. Elias, la mondialisation peut elle aussi être considérée comme «un phénomène que personne n’a explicitement voulu ou programmé, mais qui découle néanmoins des ambitions et actions d’un grand nombre d’individus. Il n’obéit pas à un plan concerté, mais résulte de la logique interne de la division des fonctions» (Elias, 1975 :98). Loin d’être chaotique, cette transformation «est soumise à un ordre spécifique» (Elias, 1975 :182). S. Sassen (2006) rend ainsi compte de la mondialisation comme d’une production humaine. Si elle paraît impersonnelle, ce n’est pas du fait de la rationalité du marché, mais de son ampleur collective, de la taille des populations qu’elle englobe et de la complexité des opérations en jeu. Cela ne signifie pas qu’il n’existe pas d’alternative, «mais que les conséquences qu’on en tire, les institutions qu’on bâtit et les pratiques que nous mettons en place, doivent respecter cette échelle» (Albrow, 2009 :np).

33 Le vif succès rencontré par le concept de mondialisation dans les sciences sociales a engendré des positions tranchées et souvent excessives, tant de la part de ses partisans que de ses détracteurs, et des débats lourdement chargés d’idéologie. Il fut si largement utilisé et a généré tant de passions et de débats qu’il en a parfois perdu toute portée heuristique. Pourtant, comme le rappelle M. Albrow (2009 :np), «une sociologie rigoureuse ne peut être pour ou contre la mondialisation». Ne céder ni aux excès du globalisme ni à ceux des sceptiques permet de poser les bases d’une démarche qui fait de la mondialisation un cadre stimulant pour penser les enjeux, acteurs et défis du monde d'aujourd'hui.

Haut de page

Bibliographie

Abélès M., 2007, Anthropologie de la globalisation, Paris, Payot.

Agrikoliansky E., Fillieule O., Mayer N., 2005, L’altermondialisme en France, Paris, Flammarion.

Albrow M., 1996, The global age, Cambridge, Polity Press.

Albrow M., 2007, “A New Decade of the Global Age, 1996-2006”, Globality Studies Journal, 8, pp.1-26.

Albrow M., 2009, “La mondialisation déconstruite par la sociologie. À propos de Saskia Sassen ‘A sociology of globalization’ ”, La Vie des idées, [En ligne] http://laviedesidees.fr/La-mondialisation-deconstruite-par.html.

Albrow M., King E., 1990, Globalization, Knowledge and Society, London, Sage.

Appadurai A., 2001, Les conséquences culturelles de la mondialisation, Paris, Payot [1996].

Assayag J., 2006, La mondialisation vue d’ailleurs, Paris, Seuil.

Assayag J., Fuller C. (Eds.), 2005, Globalizing India, London, Anthem.

Bauman Z., 1999, Globalization, Cambridge, Polity Press.

Beck U., 1997, Was ist Globalisierung, Francfort, Suhrkamp.

Beck U., 2006, Cosmopolitan Vision, Cambridge, Polity Press.

Beck U., Giddens A., Lash S., 1996 Reflexive Modernity, Cambridge, Polity Press.

Burawoy M., 2001  “Manufacturing the global”, Ethnography, 2 (2), pp.147-159.

Castells M., 1998 L’ère de l’information, 3 vol., Paris, Fayard [1998-1999].

Chaumont J.-M., Marquet J., 2000 “Entre régulations globales et exigence réflexive”, Recherches sociologiques, 31 (1), pp.17-26.

Cohen D., 2004 La mondialisation et ses ennemis, Paris, Hachette.

Cohen E., 2001 L'ordre économique mondial, Paris, Fayard.

Cultiaux J., Vendramin P., 2010 Militer au quotidien, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

Dassetto F., 2006 “Islams locaux et globalisation islamique : éléments pour un questionnement théorique”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 37/2, pp.3-18.

Dassetto F., Laurent P.-J., 2006 “Ramatoullaye : une confrérie musulmane en transition”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 37/2, pp.51-62.

Delcourt J., Wood P. (de) (Dir.), 2001 Les défis de la globalisation : Babel ou Pentecôte ?, Louvain-la-Neuve, Presses universitaires de Louvain.

De Munck J., 1999 L’institution sociale de l’esprit, Paris, Presses universitaires de France.

Durand C., 2011 Le capitalisme est-il indépassable, Paris, Textuel.

Elias N., 1975 La dynamique de l’Occident, Paris, Fayard.

Elias N., 1991 La société des individus, Paris, Fayard.

Francq B., Pleyers G., 2007 “Trois thèses en guise de contribution à une sociologie de la globalisation”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 38 (1), pp.1-11.

Freitag M., 2010 “L’avenir de la société : globalisation ou mondialisation ? ”, SociologieS, [En ligne] : http://sociologies.revues.org/3379, consulté le 19 décembre 2011.

Friedman J., 1999 “Indigenous Struggles and the Discreet Charm of the Bourgeoisie”, Journal of World-Systems Research, 2, pp.391-411.

Friedman J., 2005 “Globalization”, inEdelman M., Haugerud A. (Eds.), The Anthropology of Development and Globalization, Malden, Blackwell, pp.179-197.

Friedman J., Randeria S. (Eds.), 2004 Worlds on the Move : Globalization, Migration, and Cultural Security, London, Tauris.

Giddens A., 1984 The Constitution of Society, Berkeley (CA), University of California Press.

Giddens A., 1991 Modernity and Self-Identity, Cambridge, Polity Press.

Giddens A., 1999 “Globalization” (BBC Reith Lectures, London), Globalization Research, New York, Springer, pp.397-436.

Gruzinsky S., 2004 Les quatre parties du monde, Paris, La Martinière.

Harvey D., 1990 The Condition of Post-modernity, Cambridge, Blackwell.

Held D.,2007 “De l’urgente nécessité de réformer la gouvernance globale”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 38 (1), pp.65-88.

Held D., 2010 Cosmopolitanism, Cambridge, Polity Press.

Held D., McGrew A., 2007 Globalization Theory, Cambridge, Polity Press.

Held D., McGrew A., Goldblatt D., Perraton D., 1999 Global Transformations, Cambridge, Polity Press.

Hilferding R., 1910 Le capital financier, (trad. fr. 1970), [En ligne] : www.marxists.org/francais/hilferding/1910/lcp/index.htm

Hobsbawm E., 1997 L’ère des empires, Paris, Hachette.

Huntington S., 1999 Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob.

Juris J., 2007 “A New Way of Doing Politics ? Global Justice Movements and the Cultural Logic of Networking”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 38 (1), pp.127-142.

Kaldor M., 2007 “L’idée de société civile internationale”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 38 (1), pp.89-108.

Kalinowski W. (Ed.), 2009 Looking for Solutions to the Crisis, Paris, International Initiative for Rethinking the Economy.

Kohonen M., Mestrum F., 2010 Tax Justice, London, Verso.

Laïdi Z., 1997 Le temps mondial, Paris, Éditions Complexes.

Longuenesse E., 2009 “Le Liban dans la mondialisation. Profession comptable et modernisation de l'entreprise”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 40 (2), pp.77-95.

Maréchal B., 2006 “Les Frères musulmans européens, ou la construction des processus locaux et globaux”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 37 (2), pp.19-34.

Martuccelli D., 2007 “Les épreuves de l’individu dans la globalisation”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 38 (1), pp.13-32.

Marx K., Engels F., 1998 Le manifeste du parti communiste, Paris, Librio [1848].

Massicotte M. J., 2009 “Transborder Activism in the Americas”, Globalizations, 6 (4), pp.411-431.

McDonald K., 2006 Global Movements, London, Routledge.

McDonald K., 2007 “De la solidarité à la fluidarité”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 38 (1), pp.49-63.

Merla L., 2010 “La gestion des émotions dans le cadre du devoir filial”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 41 (1), pp.39-58.

Metzger J.-L., 2009 “Gestion et mondialisation”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 40 (2), pp.1-10.

Metzger J.-L., Pierre Ph., 2003 “En quoi le concept d’élite peut-il aider à analyser le processus de mondialisation ? ”, Recherches sociologiques, 34 (1), pp.95-115.

Ornelas R., 2003 “América latina : Territorio de construcción de la hegemonía”, Revista Venezolana de Economía y Ciencias sociales, 9 (2), pp.117-135.

Ornelas R., 2011 “La hegemonía mundial y su disputa”, in Arancibia Córdova J. (Dir.), Capital, crisis y desigualdad en América Latina 3, México, DF, UNAM, pp.195-209.

Pleyers G., 2010a Alter-Globalization. Becoming Actors in the Global Age, Cambridge, Polity Press.

Pleyers G., 2010b “El altermundismo en México”, inBizberg I., Zapata F., Los grandes problemas de México. 6 : Movimientos sociales, Mexico, El Colegio de Mexico, pp.361-396.

Randeria S., 2007 “State of Globalization : Legal Plurality, Overlapping Sovereignties and Ambiguous Alliances between Civil Society and the Cunning State in India”, Theory, Culture & Society, 24, pp.1-33.

Randeria S., 2009 “Transnationalisierung des Rechts und der ‘listige Staat’ in Indien”, inRanderia S., Eckert A. (Eds.), Vom Imperialismus zum Empire : Nicht-westliche Perspektiven auf Globalisierung, Francfort, Suhrkamp Verlag, pp.211-236.

Reich R., 1993 L'économie mondialisée, Paris, Dunod.

Reis E., 2004 “The Lasting Marriage between Nation and State Despite Globalization”, International Political Science Review, 25, pp.251-257.

Robinson W., 2005 “Gransci and Globalization”, Critical Review of International Social and Political Philosophy, 8 (4), pp.1-16.

Robinson W., 2011 “Globalization and the Sociology of Immanuel Wallerstein”, International Sociology, 26 (6), pp.723-745.

Rossi I. (Ed.), 2007 Frontiers of Globalization Research, New York, Springer.

Sassen S., 2006 Territory, Authority, Rights : From Medieval to Global Assemblages, Princeton (NJ), Princeton University Press.

Sassen S.,  2007 A Sociology of Globalization, New York, Norton.

Selchow S., 2008 “Language and the ‘global’ politics”, inAlbrow M., Anheier H., Glasius M., Price M., Kaldor M. (Eds.), Global Civil Society, Yearbook 2007/8, London, Sage, pp.224-243.

Sklair L., 2001 The Transnational Capitalist Class, Oxford, Blackwell.

Thompson G., 1999 “Situer la mondialisation”, Revue internationale des sciences sociales, 160, pp.159-173.

Touraine A., 1997 Pourrons-nous vivre ensemble ?, Paris, Fayard.

Touraine A., 2003 “De la globalisation économique à la guerre religieuse”, Fulvio Guerrini Lecture, Turin, le 12 mai.

Tsing A., 2005 Friction : An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University Press.

Urry J., 2003 Global complexity, Cambridge, Polity Press.

Vuillemenot A.-M., 2006 “L’islam populaire kazakh et ouzbek : enracinements locaux et mondialisations”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 37 (2), pp.63-78.

Wallerstein I., 1974 The Modern World-System, Vol. I : Capitalist Agriculture and the Prigins of European World Economy in the 16th Century, New York, Academic Press.

Wallerstein I.,  1980 The Modern World-System, Vol. II : Mercantilism and the Consolidation of the European World Economy, 1600-1750, New York, Academic Press.

Wallerstein I., 1996 Le capitalisme historique, Paris, La découverte.

Wallerstein I., 1999 L'après libéralisme, Paris, Aube.

Wallerstein I., 2000 “From Sociology to Historical Social Sciences”, British Journal of Sociology, 51 (1), pp.25-35.

Wallerstein I., 2011 The Modern World-System, Vol. IV : Centrist Liberalism Triumphant, 1789–1914, Berkeley (CA), University of California Press.

Warnier J.-P., 1999 La mondialisation de la culture, Paris, La découverte.

Wieviorka M., 2008 Neuf leçons de sociologie, Paris, Laffont. à par. Le retour des mouvements sociaux.

Zhang L., 2007 “Changement social et mouvements sociaux”, Cahiers internationaux de sociologie, Vol.122, 2007/1, pp.7-33.

Haut de page

Notes

1  Plusieurs auteurs ont proposé des distinctions heuristiques entre les termes de “mondialisation” et “globalisation” (voir, par exemple, Freitag M., 2010). Une telle distinction nous apparaît cependant peu opératoire pour trois raisons. Premièrement, aucune définition spécifique de ces deux termes n’est parvenue à s’imposer dans la littérature au point de devenir une référence commune à ce champ. Deux­ièmement, la distinction qui peut être opérée dans les langues latines n’a pas d’équivalent direct dans d’autres langues, ce qui pose problème pour un débat international. Troisièmement, ces termes sont trop proches sémantiquement pour éviter toute confusion du lecteur.

2  “Esprit du temps”.

3  Voir, par exemple, à ce sujet la vaste littérature sur la transition chinoise (Zhang L., 2007) et la «mondialisation de l’Inde» (Assayag J.,Fuller C., 2005).

4  L'objectif de cet article n'est pas de dresser un panorama des théories de la mondialisation. À ce sujet, voir par exemple Held D., McGrew A., Goldblatt D., Perraton D., 1999 ; Held A., McGrew D., 2007 ; Rossi I., 2007.

5  Pour une discussion critique, voir Warnier J.-P., 1999.

6  Comme d’autres auteurs des global studies, S. Sassen estime que la mondialisation conduit à une reconfiguration structurelle des centres et de leurs marges qui est particulièrement visible dans les villes globales (Sassen S., 2007, p.111).

7  Voir, par exemple, le numéro spécial de China Daily du 16 décembre 2011, consacré à la célébration du dixième anniversaire de l’entrée de la Chine dans l’OMC.

8  ConferAlbrow M., 2007 ; Metzger J.-L., Pierre Ph., 2003 ; Ornelas R., 2011.

9  Pour D. Cohen, «La mondialisation d’aujourd'hui se distingue radicalement des précédentes sur un point essentiel. Elle rend difficile d’en devenir acteur et facile d’en être spectateur» (Cohen D., 2004, p.17).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geoffrey Pleyers, « Sociologie de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques, HS | 2012, 105-123.

Référence électronique

Geoffrey Pleyers, « Sociologie de la mondialisation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], HS | 2012, mis en ligne le 02 avril 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/893 ; DOI : 10.4000/rsa.893

Haut de page

Auteur

Geoffrey Pleyers

UCL/ESPO-PSAD-IACS.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org