Navigation – Plan du site

Présentation

Thibauld Moulaert et Jean-Philippe Viriot Durandal
p. 1-7

Texte intégral

  • 1  Nous nous limitons à ces deux entités culturelles tout en étant conscients qu’elles sont bien trop (...)

1À l’heure où la sociologie française s’interroge sur les “dominations” (thème du 5e congrès de l’Association française de sociologie), la revue Recherches sociologiques et anthropologiques (RS&A) a accepté de relever un double défi. D’une part, en tant que coordinateurs, nous lui avons proposé un dossier complet sur le vieillissement alors que cet objet apparait pour le moment à la marge de la sociologie francophone contrairement à des thèmes plus “installés” dans le champ disciplinaire. En effet, au-delà des revues pluridisciplinaires spécialisées comme Retraite et Société ou Gérontologie et Société en France, Ageing and Society au Royaume-Uni ou The Gerontologist aux États-Unis, rares sont les revues de sociologie et/ou d’anthropologie à s’intéresser au vieillissement. D’autre part, nous voulions faire se rencontrer deux mondes qui, selon nos propres expériences des réseaux scientifiques internationaux, ne se rencontrent pas fréquemment sur la base d’une égalité dans les langues utilisées pour l’échange scientifique. Il s’agissait donc aussi de favoriser une interconnaissance qui reste encore souvent à parfaire mutuellement entre francophones et anglophones (Moulaert, 2012a)1. Ce second pari a trouvé un écho favorable dans la volonté de RS&A d’encourager depuis quelques années la lecture croisée d’articles issus de ces deux aires linguistiques dans ses colonnes.

  • 2  Citons seulement deux symposiums : le premier a été organisé par Simon Biggs et Thibauld Moulaert (...)

2 Notre appel à communications a rassemblé 20 propositions de chercheurs issus de 12 pays différents ; grâce à l’implication du comité de rédaction de RS&A et de 20 évaluateurs internationaux, à qui va toute notre gratitude, cette livraison regroupe au final 7 articles et 1 étude de cas provenant de 7 pays. Ce résultat illustre un long travail d’intelligence collective transnationale qui vient parachever une série de rencontres et d’échanges2 entre les coordinateurs du dossier et un ensemble de chercheurs participant notamment aux courants de la critical gerontology.

  • 3  En France, ce terme a été utilisé dans plusieurs plans d’action gouvernementaux en faveur de l’act (...)

3 Tout au long de ce numéro dédié à la production des normes contemporaines du vieillissement, nous avons tenté de saisir les différentes déclinaisons construites autour de ce substantif : “actif”, “productif”, “réussi”, mais aussi “vieillissement en santé”, “optimal”, “positif” ou “bien vieillir”3. Ces variations singularisent un phénomène à la fois biologique et social tout en cherchant à le qualifier et à le normer. Pour certains (Fernández-Ballesteros, 2008), ces expressions sont équivalentes car elles ambitionnent toutes de transformer les représentations délétères du vieillissement comme déclin au profit d’une vision positive. Et si, en fin de compte, elles ne révélaient qu’une forme implicite d’occultation du vieillissement par la production d’une expertise très extérieure au vécu des personnes elles-mêmes face à leurs pertes, leurs souffrances, mais aussi leurs arrangements quotidiens et leurs stratégies face à la vie et à la mort ? On rejoint ici d’emblée les débats qui animent la sociologie du vieillissement depuis sa prime jeunesse et qui voient s’affronter les approches structuro-fonctionnalistes et utilitaristes où le vieillissement est appréhendé par les fonctions, les rôles, les statuts – gagnés ou perdus – dans des modèles de vieillissement parfois antagonistes (théorie du désengagement/de l’activité), aux tenants d’une sociologie défendant une étude fine des parcours de vie et des représentations à partir des vécus subjectifs.

4 L’entreprise sociologique, dans ses fondements critiques, met à l’épreuve ces approches du vieillissement en soulignant l’ambiguïté de la notion d’activité (Katz, 2000 ; Boudiny, 2012). Tout en prétendant décliner le vieillissement dans la complexité de ses processus tout au long du parcours de vie, les modèles de vieillissement actif se révèlent en définitive fortement centrés sur le travail et les “jeunes vieux”, excluant ainsi une partie non négligeable des personnes âgées (Boudiny, 2012 ; Moulaert/Biggs, 2013). Le travail de lecture des modèles dominants d’ordonnancement du vieillissement fait apparaitre également une forte valorisation de la responsabilité individuelle et une exhortation au pouvoir sur soi (Hummel, 2002 ; Holstein/Minkler, 2003 ; Moulaert, 2012b). Malgré ces critiques communes, on identifie des différences qui font que ces termes, pour normatifs qu’ils soient, n’ont pas tous la même portée.

5 L’enjeu de la réflexion sur les déclinaisons du vieillissement à travers ce qui qualifie ce substantif n’est pas mince. À travers ces expressions a priori anodines, qui excluent ou intègrent, se forgent ainsi des référentiels de politiques publiques (Moulaert/Viriot Durandal, ce numéro) mais aussi des formes d’intervention sociale et de pratique professionnelle qui régissent le quotidien des personnes (Couturier/Gagnon/Belzile, ce numéro). Au-delà de l’action des sociétés sur elles-mêmes par la médiation politique et les logiques d’intervention publique, ce sont jusqu’à des formes de gouvernementalité de soi qui sont en jeu dans les modèles culturels dominants qui organisent les conduites individuelles et s’imposent aux corps et aux modes de vie (van Dyk/Lessenich/Denninger/Richter, ce numéro).

6 Ce dossier adresse au moins trois enjeux qui se traduisent en autant de questions : à quelles conditions peut-on étudier sociologiquement les différentes déclinaisons d’un “bien vieillir” ? Que nous dit la confrontation des injonctions des différents modèles face à l’expérience ? Enfin, à travers l’invitation à observer les intermédiaires du “bien vieillir”, peut-on dépasser cette mise en parallèle des discours et de l’expérience ? Chacune de ces questions permet de résumer la portée des articles que nous avons organisés en trois temps.

7 En premier lieu, nous posons quelques balises et enjeux épistémologiques pour appréhender ces notions normatives que sont le “vieillissement actif” (Moulaert/Viriot Durandal, ce numéro) ou le successful ageing (Katz). Les chercheurs Anglo-Saxons ont appréhendé cette question depuis les travaux fondateurs d’Havighurst (1954) sur les théories de l’activité publiés dans l’American Journal of Sociology. De nombreux travaux se réclament toujours de cette perspective, tandis que d’autres, relativement plus récents (Katz, 1996 ; Biggs, 2001 ; Estes et al., 2003 ; Laliberte Rudman, 2006 ; Walker, 2009), ont commencé à déconstruire ces approches. Dans son article, Katz propose une lecture de ces constructions en revisitant Simmel, Weber, Bourdieu et Giddens autour d’une réflexion originale sur le style de vie qu’elles induisent. L’intérêt réside dans un certain regard porté sur la production des modèles de vieillissement interrogés à partir des limites des injonctions qu’ils adressent à des publics âgés inégaux dans leurs ressources matérielles (économiques mais aussi physiques) et immatérielles (capital social, niveau d’information, rapport à l’entretien et à la transformation du corps, exposition au changement, etc.). Or, ces modèles produisent des prescriptions non seulement en termes de conduites personnelles (activité physique, choix d’alimentation, maintien et développement de la participation sociale, etc.) mais aussi d’aménagements (ergonomie domestique pour la prévention des chutes, sécurisation du logement, équipement informatique, etc.), ces deniers étant fortement conditionnés par les niveaux de ressources.

  • 4  C’est ainsi que Lien social et Politiques mettait à l’épreuve en 2009 le “bien vieillir” en distin (...)

8 Dans un deuxième temps, nous empruntons une démarche relativement classique en sciences sociales qui consiste à mesurer la pertinence d’un cadre, d’une règle générale ou d’une norme à l’aune de sa pratique vécue4, cette dernière devant, in fine, révéler le sens véritable et la portée réelle du vieillir. Si cette intention se retrouve dans les trois articles qui illustrent cette approche, par contre ils se distinguent de la démarche de la revue Lien social et politiques (LSP) sur trois points. Ici, l’enjeu consiste à réexaminer les propositions contenues (ou sous-entendues) par les référentiels. La portée internationale de ce numéro dépasse une lecture francophone, par ailleurs déjà fort pertinente. En outre, l’approche de l’expérience présente des démarches qualitatives (Balard, ce numéro ; van Dyk/Lessenich/Denninger/Richter, ce numéro) mais aussi quantitatives (Fagerström/Aartsen, ce numéro). Menée dans une perspective longitudinale de 14 ans, l’étude de Fagerström et Aartsen démontre que l’évaluation du “vieillissement réussi” à l’aune de critères médicaux et fonctionnels (absence de maladie ou handicap physiques ou psychique, activité physique, participation sociale, etc.) trouve ses limites face à l’auto-évaluation de la qualité de vie par la personne âgée elle-même. La qualité de vie renvoie à des formes beaucoup plus subjectives et complexes de rapports à l’existence et de processus d’adaptation ou de recomposition des activités et des attentes de l’individu par différents moyens (stratégies de coping, déprise, etc.). L’avancée en âge peut donc parfaitement s’accommoder de pertes ou de limitations sans atteindre mécaniquement la qualité de vie (voir aussi l’étude de cas de Ruth proposée par de Meideros dans ce numéro). Enfin au-delà d’une perspective donnant la priorité à l’expérience, l’article de van Dyk, Lessenich, Denninger et Richter vise à asseoir une théorie pratique de la gouvernementalité appliquée au vieillissement. En cela, il prend part à un débat transnational puisque, s’il confirme l’intérêt d’une approche foucaldienne en gérontologie (Powell, 2001), il en soulève aussi une limite structurelle à travers son assimilation trop rapide entre discours et expérience. En cela, van Dyk et ses collègues établissent des propositions générales qui font clairement écho à des pistes théoriques et pratiques validées ailleurs (Moulaert, 2012b). Bref, l’enjeu scientifique consiste ici à faire avancer la recherche sur le vieillissement à partir d’un regard réflexif des chercheurs qui s’inspirent de cette approche critique au plan international.

9 Le troisième temps concrétise une piste de recherche que nous avions initialement résumée en termes “d’intermédiaires du vieillissement actif” (Moulaert, 2012a). En effet, il ne suffit pas de postuler que l’expérience (une approche par le bas) offre un meilleur accès à la connaissance du vieillissement que le référentiel (une approche par le haut), ou vice et versa, mais de constater que pour que l’un et l’autre “tiennent”, il faut être capable d’identifier des dispositifs, des agencements humains et matériels qui vont se mettre “entre” (inter-esse) ces deux niveaux et les “intéresser”, en référence à la terminologie de Callon et ses collègues. Ici, l’enjeu est heuristique : en quoi l’approche par les intermédiaires permet-elle de mieux décrire les formes d’interactions dans la production du vieillissement ? Dans leur article, Couturier Gagnon et Belzile démontrent ainsi que le “gestionnaire de cas” au Québec est appelé à faire entrer la vie des personnes âgées en perte d’autonomie dans les canons d’une gestion publique organisée par des perspectives managériales. Quant à elles, Grenier et Valois proposent un article sur un intermédiaire original – un télécrochet à l’attention des personnes âgées – qui articule la promotion d’un vieillissement actif et réussi et l’expérience de ce vieillissement qui est littéralement performé individuellement mais devant un public. En ce sens, la démarche devient éminemment sociale.

  • 5  En 2008, le Journal of Aging Studies, fer de lance des approches critiques dans le domaine du viei (...)

10 Ce dossier souligne que les frontières disciplinaires sont plus poreuses qu’il n’y parait entre sociologie (francophone) du vieillissement et critical gerontology. Ce qui unirait l’une et l’autre serait in fine la capacité des chercheurs qui s’en inspirent à produire un travail critique et continu de déconstruction du vieillissement, mais aussi du discours sur l’avancée en âge, en ce compris le discours scientifique. Si l’on peut s’interroger aujourd’hui pour savoir si la critical gerontology rassemble encore des réseaux et des chercheurs bien identifiés5, la sociologie francophone du vieillissement est elle aussi appelée à se questionner. Comment va-t-elle appréhender les processus de construction des notions et des référentiels qui s’imposent aux personnes âgées ? En quoi s’intéressera-t-elle au partage du pouvoir lors de l’élaboration de ces normes, qu’elles soient coproduites à l’échelon des interactions quotidiennes entre les personnes âgées et une myriade d’acteurs (famille, professionnels, dispositifs et organisations) ou à celui des mécanismes d’élaboration collective de la règle commune (lois, directives européennes, référentiels internationaux de politique publique) ? On comprend mieux l’intérêt d’étudier les différentes dimensions du pouvoir gris pour saisir le vieillissement (Viriot Durandal, 2003) et on constate que des réflexions collectives autour de l’empowerment telles que celles récemment formulées dans Gérontologie et Société (Viriot Durandal, 2012) pourraient parfaitement s’adresser à l’ensemble de la société.

11 Partant de ces débats, on doit se demander si la sociologie française va continuer à négliger la sociologie du vieillissement et lui préférer les sociologies de l’action publique, du travail et de l’emploi ou encore de la santé ? Et, inversement, on est en droit de s’interroger pour savoir si la sociologie du vieillissement pourra mobiliser les ressources théoriques, empiriques et épistémologiques pour avancer des propositions originales à la sociologie générale ? Depuis que l’approche bourdieusienne a déconstruit de manière extrêmement radicale le 3e âge (Lenoir, 1979) et dénoncé ceux qui en étaient les tenants comme autant de défenseurs d’une “bonne cause” (Lenoir, 1984), les sociologies française et francophone ont-t-elles le pouvoir d’affronter les défis que produisent et que relaient des acteurs comme les institutions européennes ou l’Organisation mondiale de la santé ? Participeront-elles à ce que les sciences humaines et sociales ont à dire face à la société prolongéviste ? Répondront-t-elles aux appels des différents acteurs de cette société ? En faisant le pari d’une recherche fondamentalement transnationale, ce dossier lance une série de pistes. Reste aux chercheurs à s’en saisir.

12 Pour l’heure, ce numéro s’ouvre sur un hommage au colloque singulier et intime entre une chercheuse et son “sujet d’études” en donnant à voir deux femmes face à face, Kate de Medeiros et Ruth ; confrontation intense entre un regard scientifique et le récit à la fois subjectif et sublime de la vie qui passe.

Haut de page

Bibliographie

Biggs S., 2001 “Toward Critical Narrativity: Stories of Aging in Contemporary Social Policy”, Journal of Aging Studies, vol. 15, n° 4, pp. 303-316.

Estes C., Biggs S., Phillipson C., 2003 Social Theory, Social Policy and Ageing: A Critical Introduction, London, Open University Press.

Fernández-Ballesteros R., 2008 Active Aging: The Contribution of Psychology, Ashland, Hogrefe & Huber Publishers.

Havighurst R. J., 1954 “Flexibility and the Social Roles of the Retired”, The American Journal of Sociology, vol. 59, n° 4, pp. 309-311.

Henaff-Pineau P-C., 2012 “Le senior sportif, une nouvelle figure du bien vieillir ?”, Les politiques sociales, vol. 72, n° 1-2, pp. 101-112.

Holstein M., Minkler M., 2003 “Self, Society, and the ‘New Gerontology’ ”, Gerontologist, vol. 43, pp. 787-796.

Hummel C., 2002 “Les paradigmes de recherche aux prises avec leurs effets secondaires”, Gérontologie et Société, n° 102, 2002/3, pp. 41-52.

Katz S., 1996 Disciplining Old Age : The Formation of Gerontological Knowledge, Charlottesville and London, The University Press of Virginia.

Katz S., 2000 “Busy Bodies : Activity, Aging, and the Management of Everyday Life”, Journal of Aging Studies, vol. 14, n° 2, pp. 135-152.

Laliberte Rudman D., 2006 “Shaping the Active, Autonomous and Responsible Modern Retiree : an Analysis of Discursive Technologies and their Links with Neo-Liberal Political Rationality”, Ageing & Society, vol. 26, pp. 181-201.

Lenoir R., 1979 “L’invention du ‘troisième âge’”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 26-27, pp. 57-82.

Lenoir R., 1984 “Une bonne cause. Les assises des retraités et des personnes âgées”, Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 52-53, pp. 80-87.

Moulaert T., 2012a “Pourquoi les francophones préfèrent-ils la sociologie du vieillissement à la gérontologie critique ? ”, Gérontologie et Société, n° 142, 2012/3, pp. 81-99.

Moulaert T., 2012b Gouverner les fins de carrière à distance. Outplacement et vieillissement actif en emploi, Bruxelles, PIE Peter Lang, vol. 9.

Moulaert T., Biggs S., 2013 “International and European Policy on Work and Retirement : Reinventing Critical Perspectives on Active Ageing and Mature Subjectivity”, Human Relations, vol. 66, n° 1, http://dx.doi.org/10.1177/0018726711435180, pp. 23-43.

Moulaert T., Viriot Durandal J.-Ph., 2012 “Le ‘vieillissement actif’ sur la scène internationale : perspectives méthodologiques pour l’étude d’un référentiel polymorphe”, Les politiques sociales, vol. 72, n° 1-2, pp. 10-21.

Powell J., 2001 “Theorizing Gerontology : The Case of Old Age, Professional Power, and Social Policy in the United Kingdom”, Journal of Aging and Identity, vol. 6, n° 3, pp. 117-135.

Viriot Durandal J.-Ph., 2003 Le pouvoir gris : sociologie des groupes de pression de retraités, Paris, PUF.

Viriot Durandal J.-Ph., 2012 “Le pouvoir gris. Du lobbying au pouvoir sur soi”, Gérontologie et Société, n° 143, 2012/4, pp. 23-38.

Walker A., 2009 “Commentary : The Emergence and Application of Active Aging in Europe”, Journal of Aging & Social Policy, vol. 21, n° 1, pp. 75-93.

Haut de page

Notes

1  Nous nous limitons à ces deux entités culturelles tout en étant conscients qu’elles sont bien trop englobantes (il faudrait prendre en compte d’autres aires linguistiques et culturelles comme par exemple l’espace hispanophone comme le fait le réseau REIACTIS – Réseau de recherche International sur l’Age, la CitoyenneTé et l’Insertion Socio-économique) qui a choisi l’espagnol comme troisième langue de travail pour ses rencontres scientifiques, intégrant ainsi l’espace hispanophone d’Amérique du Sud.

2  Citons seulement deux symposiums : le premier a été organisé par Simon Biggs et Thibauld Moulaert en avril 2011 au Congrès Européen de l’Association Internationale de Gérontologie et Gériatrie à Bologne (“Critical gerontology meets la gérontologie critique : comparing perspectives in the search for new directions”) ; le second, organisé par Thibauld Moulaert en janvier 2012, a donné lieu à une séance semi-plénière au Colloque international du REIACTIS autour d’échanges entre chercheurs Anglais (Simon Biggs, Alan Walker) et Français (Vincent Caradec, Bernard Ennuyer). Ces rencontres ont donné lieu à une série de publications (notamment : Moulaert T., Viriot Durandal J-P., 2012 ; Moulaert T., Biggs S., 2013).

3  En France, ce terme a été utilisé dans plusieurs plans d’action gouvernementaux en faveur de l’activité physique dans une perspective biomédicale du vieillissement (Hennaff-Pineau P-C., 2012). Lorsqu’il est utilisé ici, on suit plutôt l’approche anglophone du ageing well qui se veut beaucoup plus large.

4  C’est ainsi que Lien social et Politiques mettait à l’épreuve en 2009 le “bien vieillir” en distinguant les « injonctions publiques et les pratiques individuelles ».

5  En 2008, le Journal of Aging Studies, fer de lance des approches critiques dans le domaine du vieillissement, a édité un numéro présentant les principaux tenants de la critical gerontology. Cet inventaire était-il complet et fait-il toujours sens à ce jour ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thibauld Moulaert et Jean-Philippe Viriot Durandal, « Présentation », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-1 | 2013, 1-7.

Référence électronique

Thibauld Moulaert et Jean-Philippe Viriot Durandal, « Présentation », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/899 ; DOI : 10.4000/rsa.899

Haut de page

Auteurs

Thibauld Moulaert

Chargé de recherches FRS-FNRS, Université catholique de Louvain, Belgique

Articles du même auteur

Jean-Philippe Viriot Durandal

Maître de Conférences HDR, Université de Franche Comté, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org