Navigation – Plan du site

“Bien vieillir” et “faire bonne vieillesse”. Perspective anthropologique et paroles de centenaires

“Ageing Well” and “Growing old Gracefully”. An Anthropological Perspective and the Words of Centenarians
Frédéric Balard
p. 75-95

Résumés

Cet article interroge le concept de “bien vieillir” en mettant en perspective les représentations scientifiques dominantes du successful aging avec les représentations de la vieillesse et du vieillissement exprimées par des nonagénaires et centenaires français. L’approche anthropologique interculturelle permet une remise en question du modèle scientifique porté par les sociétés postindustrielles pour lequel “bien vieillir” reviendrait à ne pas vieillir. À l’inverse, lorsque le vieillissement n’est pas pensé via le prisme de la sénescence, vieillir signifie un changement pouvant être positif pour l’individu à condition que sa culture le permette. Les personnes très âgées établissent une distinction entre vieillir et la vieillesse ; en conséquence, les stratégies pour “bien vieillir” et “faire bonne vieillesse” sont différentes. Il s’agit d’abord de lutter puis de s’adapter en dépassant ses pertes.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1 La notion de “bien vieillir” implique de problématiser le “vieillir”, le vieillissement et la vieillesse et de s’interroger sur le sens à donner à la mesure de ce “bien” vieillir. La littérature scientifique internationale fait état de travaux sur ces thématiques et concepts depuis plus de cinquante ans et l’on retrouve des traces de l’idée de “bien vieillir” chez Cicéron dans De Senectute il y a 2000 ans. Avant cela, Platon puis Aristote s’opposèrent sur l’idée d’une vieillesse positive pour l’un et négative pour l’autre.

  • 1  « Le groupe des personnes âgées de 60 ans il y a deux siècles, à la fin du xixe et aujourd’hui, es (...)

2 Pour autant, le champ des sciences humaines et sociales en France ne s’était, jusqu’à présent, que très peu investi dans ces débats. Deux raisons majeures nous semblent l’expliquer. La première tient vraisemblablement à une volonté d’indépendance des sciences humaines et sociales à l’égard des autres sciences telles que la gériatrie ou l’épidémiologie, voire même la psychologie (dans sa dimension expérimentale). La seconde vient d’une focalisation spécifique de la sociologie dite “de la vieillesse” sur la population senior qui a non seulement laissé peu de place aux travaux sur le grand âge (Lalive d’Épinay/Spini, 2007 ; Balard, 2010), mais a probablement contribué à interroger le “bien vieillir” auprès d’une population (les 55-75 ans) dont on pourrait discuter l’appartenance à la catégorie “personnes âgées” si l’on se réfère à ce que Bourdelais (1993) nomme la « réalité de l’âge »1.

  • 2  INSEE au 1er janvier 2012.

3 Aujourd’hui, la sociologie française est rattrapée par la réalité démographique. En 2012, la France compte 17 087 centenaires et 561 646 nonagénaires2 et ces “personnes très âgées” ne peuvent plus être considérées comme des exceptions statistiques (ce qu’elles étaient en 1950, puisque les centenaires et les nonagénaires étaient respectivement 200 et 35 000). Ce point est primordial, car non seulement la catégorie “personnes âgées” est une « réification des individus » (Ennuyer, 2011), mais par ailleurs, elle conduit à problématiser le “bien vieillir” en minorant les effets d’âge et de génération.

4 En France, la question du “bien vieillir” est aujourd’hui présentée par l’épidémiologie et la démographie comme un enjeu de santé publique. Depuis plus d’un demi-siècle, l’espérance de vie à la naissance est en progression constante de trois mois par an, ce qui interroge la manière dont sont vécues ces années de vie. Précisons que pour les pays post industriels, cette progression de l’espérance de vie globale est principalement due à des gains d’espérance de vie dans le grand âge (Berr et al., 2012). En d’autres termes, les dernières années de la vie se prolongent et l’on s’interroge pour savoir si ces années de vie gagnées valent la peine d’être vécues.

5 Si le concept de “bien vieillir” constitue un enjeu scientifique, social et politique, il demeure aujourd’hui un certain flou autour du sens à lui donner. Nous commencerons par questionner la notion de “vieillir” et montrerons en quoi elle ne peut être pensée de manière objective, mais qu’elle subit de fait les jugements de valeur de ceux qui l’emploient. Ceci permettra ainsi d’aborder les modèles scientifiques dominants qui, en substituant le concept de successful aging (Havighurst, 1961) au “bien vieillir”, créent une confusion entre l’avancée en âge et la sénescence. Afin de sortir de ce paradigme, nous verrons en quoi le vieillissement doit également être conceptualisé comme une succession de changements dans le parcours de vie. Pour cela, nous nous appuierons sur la comparaison des représentations culturelles de l’âge dans une perspective ethnologique. Considérant que l’influence culturelle sur les représentations de l’âge et du “bien vieillir” n’est pas uniquement ethnique, mais aussi générationnelle, nous recentrerons le propos sur l’expérience vécue des personnes très âgées. Cela permettra de questionner le lien que ces personnes établissent entre le “bien vieillir” et le fait d’être “comme tout le monde”. Il s’agira aussi de discuter du concept de “bonne vieillesse” qui émerge dans les représentations propres à cette génération.

II. “Bien vieillir”, une lutte contre le vieillissement ?

A. Influence du modèle biologique sur les représentations scientifiques du vieillissement

  • 3  Telle que celle de la radioactivité dans le test au carbone 14.

6 Avant de déterminer ce qui constitue le “bien vieillir”, il s’agit de s’interroger sur ce que signifie vieillir. L’emploi du verbe “vieillir” nous conduit à penser en termes de dynamique, de processus et, donc, d’interroger la notion de vieillissement. Cela s’avère difficile dans la mesure où penser le vieillissement ne se fait pas (ou presque) sans jugement de valeur à moins d’en référer à une définition propre à la physique en considérant que le vieillissement serait l’action du temps sur l’objet considéré. Néanmoins, cette formule n’est pas complètement neutre dans la mesure où elle peut induire l’idée d’usure et de dégradation3.

7 En passant de la physique à la biologie (Klarsfeld/Revah, 2000) et de l’objet à l’organisme vivant, le vieillissement devient synonyme de sénescence. Dès que notre organisme a terminé sa croissance, il commence à lutter contre son vieillissement. La compréhension des mécanismes biologiques et génétiques du vieillissement constitue à ce titre un pan de recherche majeur4.

8 “Lutter contre le vieillissement”, l’expression n’est pas anodine ; on ne lutte pas contre ce qui est positif ! La médiatisation de chercheurs tels que Miroslaw Radman (2011) ou Aubrey De Grey5 montre à quel point cette “lutte” fait écho à l’angoisse existentielle de l’homme face à la mort et à sa quête d’immortalité (Boia, 1998).

9 Cette assimilation du vieillissement à la sénescence n’est pas réellement remise en cause par les épidémiologistes et les gériatres :

Le vieillissement est un processus qui s’engage très tôt dans la vie et a la particularité d’affecter l’ensemble de l’individu (Berr et al., 2012 :282).

La recherche en gérontologie associe au “bien vieillir” (aging well), les concepts de “vieillissement réussi”, “en santé”, “actif”, “vital”, “productif”, etc. Cependant, ainsi que le montrent Fernández-Ballesteros et al. (à paraître) :

The meaning of all of these verbal labels refers to their respective antonyms or opposite terms, which are commonly considered as characteristics of aging: bad, sick, unfortunate, incompetent, passive, unproductive.

Un constat que Fry et al. (2009:99) avaient déjà formulé ainsi:

When humans are involved, however, good and old are less comfortably combined. Our experience with old people who are frail and experiencing difficulties suggests that “a good old age” might be an oxymoron.

B. Le vieillissement réussi : un concept dominant en gérontologie

10 Dans la littérature scientifique, le terme “Successful aging” se substitue souvent à celui du “bien vieillir”, même si celui-ci fait état d’une grande variété de définitions (Moody, 2009). Les chercheurs qualifient ainsi le vieillissement réussi en s’appuyant sur le recueil de données que leur discipline (et les représentations et valeurs qui lui sont propres) considère comme fondamentales, à commencer par la santé, l’autonomie et la productivité (Hank, 2011).

11 Dans cette optique, la conception du vieillissement réussi est portée par le modèle théorique de l’activity theory qui pourrait se résumer en la préservation du mode de vie de personnes d’âge moyen. Les travaux d’Havighurst (1961) et de Rowe et Kahn (1987) sont certainement ceux qui ont le plus influencé ce modèle. Pour réussir son vieillissement, il s’agit d’éviter (ou de repousser) les maladies et le handicap, de maintenir un bon fonctionnement physique et mental et de continuer à être socialement engagé.

12 Fernández-Ballesteros et al. (à par.) confirment que ce modèle est toujours heuristique :

  • 6  ADL = Activities of Daily Living (en français, “Activités de la vie quotidienne”). Elles sont au n (...)

Health maintenance and ADL6 preservation; high physical and cognitive functioning; positive affect and control, and social participation and engagement seem to be the most accepted domains.

13En s’appuyant sur une enquête réalisée auprès de 1189 individus issus de cinq pays latins (Brésil, Chili, Cuba, Équateur et Uruguay) et trois pays européens (Grèce, Portugal et Espagne), les auteurs affirment que ces indicateurs sont valables quelle que soit la culture considérée.

14 Santé et autonomie apparaissent ainsi être des notions centrales. Il devient alors possible de comparer à l’échelle internationale les gains d’espérance de vie et ceux d’espérance de vie en santé (mesurée ou perçue), sans incapacité ou sans limitation fonctionnelle (Jagger et al., 2008). Cela fait d’ailleurs l’objet de la Joint-action européenne EHLEIS7.

15 Cependant, les indicateurs (santé, autonomie, fonctionnements physique et cognitif) retenus induisent l’idée que pour “bien vieillir”, il s’agit de ne pas vieillir, d’être cognitivement et physiquement apte pour ne pas dire intact et socialement actif. Dans ce cadre, l’un des aspects de la recherche gériatrique est de trouver et de mettre en œuvre les moyens de lutter et de prévenir le vieillissement pathologique (Blain/Jeandel, 2003), voire de soigner le vieillissement (Chu et al., 2010).

16 L’avancée en âge apparaît ainsi conçue comme une affection qu’il faut ralentir ou repousser pour réussir son vieillissement. En rappelant que le vieillissement du plus grand nombre est un vieillissement avec pathologies et restrictions d’activités, Rowe et Khan (1987) préfèrent l’expression usual aging à celle de “vieillissement pathologique”.

17 Cette limite fluctuante en fonction des recherches et des populations ciblées est donnée par des critères méthodologiquement objectifs, mais néanmoins “construits” par les chercheurs, et ne correspondant pas forcément à ce que se représentent (ni même vivent) les individus concernés. Rappelons à ce titre la mise en garde de Singleton (2003 :3) :

Ces concepts scientifiques sont créateurs de leurs objets respectifs qui, d’un point de vue épistémologique, sont tout aussi culturellement conditionnés que les idées du sens commun.

18 Pris dans cette acception, le modèle du vieillissement réussi est avant tout un outil classificatoire ou de catégorisation pour distinguer les personnes âgées entre elles avec l’idée sous-jacente que celles qui vieillissent bien sont d’une certaine façon celles qui ne vieillissent pas. Penser le vieillissement comme un processus, mais prôner un modèle de vieillissement réussi dont les principales dimensions valorisent un état stationnaire rend complexe la possibilité de s’y conformer.

19 Selon Tornstam (1992), le concept et les variantes du successful aging dépendent pour beaucoup de l’origine culturelle des auteurs, de leur appartenance disciplinaire et de la population (âge, culture) sur laquelle ils focalisent leurs résultats et théories. Il critique ainsi le paradigme de la recherche en gérontologie comme un débordement inconscient des valeurs propres aux hommes blancs occidentaux d’âge moyen, telles la productivité, l’efficacité et l’indépendance. Il invite ainsi à inverser le paradigme scientifique et à remplacer les concepts et théories conventionnelles par le point de vue des personnes âgées elles-mêmes. C’est ce que nous nous efforcerons de faire plus loin dans cet article, mais avant cela, voyons ce qu’implique de penser le vieillissement en termes de changement dans le parcours de vie et en s’appuyant sur les représentations culturelles de l’âge en vigueur dans des sociétés non occidentales.

III. Devenir un autre pour “bien vieillir”

A. Vieillir dans le parcours de vie : perspective interculturelle

20 La sociologie et l’anthropologie conceptualisent l’âge dans sa dimension sociale avant de (ou sans) considérer la dimension biologique. Pour la sociologie (Caradec, 1998), l’individu avance en âge par le franchissement de différentes étapes venant jalonner son parcours de vie. Ainsi, il est possible de distinguer des moments charnières tels la retraite, la démotorisation, le relogement, etc. comme autant d’étapes du “vieillir”. Dans une posture plus anthropologique, nous nous focalisons sur les changements de statuts et de rôles de l’individu dans son parcours de vie en conformité avec la définition de la life course de Cattell et Albert (2009 :116) :

A patterned sequence of stages, defined by successive roles and statuses, through which individuals move during their life-times.

Cette approche implique une posture émique nécessaire pour recontextualiser le vieillir et le “bien vieillir”. Ainsi, la détermination des rôles et statuts est donnée par la culture considérée (Ikels/Beall, 2001). Selon Sokolovsky (2009:3),

The conception of being “old” is a near [en italique dans le texte] human universal and is differentially entered by a variety of measure.

21Cette conception du “vieillir” remet en question l’idée selon laquelle le vieillir peut être mesuré de la même façon quelles que soient les cultures. Les travaux de Glascock et Feinman (1980) sur un échantillon aléatoire de soixante sociétés révèlent trois moyens basiques d’identifier la catégorie “âgé” : un changement dans le rôle social/économique, la chronologie et un changement dans les capacités physiques. Ces travaux montrent qu’environ la moitié des sociétés considérées utilisent une définition multiple de ce que signifie être âgé. Pour les sociétés faisant état d’une seule définition de l’âge, 71 % le font à partir de l’idée d’un changement de rôle, 19 % en fonction de la chronologie, 10 % en fonction d’un changement des capacités physiques. Pour celles avec une définition multiple, 46 % retiennent l’idée de changement, 34 % celle de chronologie et 20 % celle d’un changement des capacités physiques.

22 Les critères de santé et d’autonomie, proches du concept de “capacités physiques”, n’apparaissent pas aussi fondamentaux que dans les représentations scientifiques. Le poids que revêt le changement de rôle social dans les représentations du “vieillir” est fondamental dans la mesure où cela implique un changement de paradigme. Penser le vieillir à travers la notion de changement permet de sortir d’une représentation linéaire et négative du vieillissement. Le changement relatif à l’avancée en âge peut être connoté positivement ou négativement. Cela dépend des représentations culturelles de l’âge et de la personne âgée en vigueur dans la société considérée et de la manière dont l’individu s’y conforme et s’y confronte.

23 Pour se projeter dans cette conception du “vieillir” et du “bien vieillir”, il convient de prendre en considération l’influence de la culture sur les modes de penser. Si, comme nous l’avons vu, Sokolovsky fait preuve de prudence en disant que la conception de l’âge est presque universelle, c’est parce qu’en fonction de la culture considérée, les notions d’âge et d’avancée en âge peuvent prendre des formes très diverses.

24 Singleton (2003 :5) prend l’exemple des Wakonongo de Tanzanie :

Dans l’Afrique que j’ai connue, mzee traduit pourtant par “vieux”, voulait dire non pas tant ancien qu’aîné, voire tout simplement notable, respectable, responsable… d’où le fait qu’en dépit de mes vingt ans, on me traitait de “vieux/mzee”.

B. Pour “bien vieillir”, il faut devenir vieux

25 Cet exemple souligne une donnée fondamentale mise en avant par de nombreux ethnologues qui touche à la fois à la représentation de l’âge et à la place de la personne âgée dans certaines sociétés traditionnelles : vieillir, c’est-à-dire changer de rôle social peut être positif, voire même être considéré comme l’objectif ultime de la vie (Willcox et al., 2009).

26 Ainsi, certains chercheurs (Press/McKool, 1972 ; Cowgill, 1974) exposent les éléments qui définissent l’individu âgé et lui donnent sa place dans la société tels que l’importance qu’il revêt dans l’organisation de la vie publique du groupe, son contrôle sur les ressources matérielles et immatérielles, etc. Ce constat se retrouve dans les travaux de Thomas (1998 :362) :

Chez les Aranda d’Australie, le savoir des grisonnants coïncide avec la possession d’un pouvoir magique : l’un et l’autre grandissent avec l’âge. […] Ce sont les gens âgés qui dirigent la vie religieuse et elle recouvre toute la vie sociale.

27 Une telle conception de l’âge et de la personne âgée va à l’encontre du modèle scientifique dans la mesure où pour “bien vieillir”, il faut vieillir. Vieillir est ce par quoi l’individu se détache de tout ce qui l’empêche de se distinguer des autres membres du groupe. Ainsi, il ne s’agit plus d’évaluer la personne âgée à travers ses capacités physiques, psychiques ou sociales à rester la même ou à faire figure de jeune. Ceci est sans intérêt, ce n’est pas constitutif de ce modèle du “bien vieillir”.

28 Ce modèle du “vieillir” et du “bien vieillir” implique un basculement identitaire de l’individu dans son parcours de vie. Le moment (chronologique) et les facteurs (socioculturels) relatifs à ce basculement dépendent de la culture considérée. Il peut intervenir très tôt – c’est le cas chez les Wakonongo – lorsque l’individu a acquis suffisamment de savoirs ou pouvoirs, ou très tard, comme à Okinawa (Willcox et al., 2009), où l’on n’accède à l’étape ultime de l’existence qu’à 97 ans.

  • 8  La Ballade de Narayama est un film japonais de Shōhei Imamura sorti en 1983. Ce film a obtenu la P (...)
  • 9  Le terme meurtre est inapproprié dans ce contexte.
  • 10  La traduction n’est pas adéquate.

29 Ce changement de rôle peut être aussi le fait d’une incapacité à continuer les activités qui sont reconnues comme propres à tout membre adulte du groupe. Or, dans les sociétés les plus pauvres, lorsque l’individu arrive à ce stade de son parcours de vie, la question du “vieillir” ne se pose plus dans la mesure où le seul changement qui s’offre à l’individu est la mort (Thomas, 1998). Glascock (2009) a particulièrement étudié ces “comportements visant à hâter la mort” (death-hastening behavior) des personnes âgées, montrant par là même que La ballade de Narayama8, fiction cinématographique, trouve des fondements ethnographiques. Il distingue ainsi trois types de comportement : le fait de tuer9 (killing), l’abandon (abandoning), l’oubli10 (forsaking). Il semble que dans certaines sociétés, comme chez les Chuckchee de Sibérie, le basculement identitaire qui détermine la mort de l’individu âgé tienne autant de la représentation du groupe que du ressenti individuel. Il apparaît en outre culturellement accepté et acceptable, y compris pour l’individu qui “quitte” le groupe, que la mort est le devenir logique. Si on ne peut pas affirmer que le “vieillir” n’est pas conceptualisé, il semble en tout cas que la frontière culturelle qui permet de désigner le vieux qui va mourir soit basée sur l’impossibilité de se conformer au rôle social attendu de l’adulte.

IV. “Faire bonne vieillesse” : paroles de centenaires

A. “Se sentir vieillir” et “être vieux”

30 Après avoir montré que les représentations de l’âge et du “bien vieillir” sont influencées par la culture propre à la société considérée, voyons maintenant en quoi le décalage générationnel constitue également une forme de décentrement culturel.

  • 11  Les nonagénaires et centenaires ont été rencontrés dans le cadre des projets “European Challenge f (...)

31 L’un des axes majeurs de mes recherches consacrées aux nonagénaires et centenaires français (Balard, 2010) consistait à saisir leurs représentations du “vieillir”. Entre 2003 et 2008, j’ai rencontré plus d’une centaine de personnes de grand âge et suivi douze d’entre elles11 au moyen d’entretiens compréhensifs et semi-directifs. D’une certaine façon, aller à la rencontre de ces individus, nés entre 1905 et 1915, impliquait pour moi une forme de décentrement semblable à celui éprouvé par un ethnologue sur un terrain éloigné. En effet, les soixante-dix années et plus qui nous séparaient créaient une sorte de décalage culturel que mes informateurs verbalisaient en opposant “leur temps” à “aujourd’hui”. Très rapidement, leurs mots faisaient tomber les primo-conceptions généralement associées à des individus présentant un tel âge chronologique puisque plusieurs d’entre eux m’affirmaient avec force « Je ne suis pas vieux » (Balard, 2011). L’analyse de leurs représentations de l’âge nous éclaire sur le sens d’une telle affirmation. En effet, leurs représentations révèlent un hiatus entre le processus de vieillissement qu’ils expriment en disant « je me sens vieillir » et la vieillesse, conceptualisée à travers l’image du “vieux” (confer schéma ci-dessous).

Schéma présentant la distinction opérée entre le processus du vieillissement et l’état de vieillesse dans les représentations des « personnes très âgées »

Schéma présentant la distinction opérée entre le processus du vieillissement et l’état de vieillesse dans les représentations des « personnes très âgées »

32 Dans la description qu’ils produisaient de leur ressenti du “vieillir”, mes informateurs expliquaient éprouver une dégradation physique et sensorielle qu’ils verbalisaient en disant « Je n’entends pas très bien », « Je vois mal », « J’ai de la peine à lire ». La fatigue était une notion récurrente dans leurs discours pour justifier un changement de leur état général. Si certains expliquaient ressentir une fatigue importante lors d’activités autrefois anodines comme une courte marche ou un repas de famille, d’autres, à l’instar de M. Émile (94 ans) disaient « Même en ne faisant rien, on se sent fatigué ». Plusieurs d’entre eux expliquaient également que « Depuis quelque temps », ils constataient que leur santé n’allait plus de soi et qu’ils étaient touchés par des « petits ennuis » de santé. Il ne s’agissait pas forcément de maladies graves ou incapacitantes, mais cela était pour eux révélateur du fait qu’ils vieillissaient. L’autre élément révélateur était pour eux l’apparition d’un sentiment de vulnérabilité exprimé par l’expression « Maintenant, il faut que je fasse attention ». Selon eux, vieillir, c’est devoir faire attention à tout ! Pour certains, il s’agissait de faire « attention de ne pas tomber » (Mme Germaine, 98 ans), d’autres craignaient de « prendre froid » (M. Léon, 99 ans), d’autres encore disaient devoir « faire attention aux autres ». C’est le cas d’une informatrice qui se sentait vulnérable face au risque d’agression ou même de malversation qu’elle pourrait subir. Enfin, la marche était perçue par eux comme une sorte d’étalon de mesure de leur vieillissement. Le fait de devoir réduire le temps ou la distance des habituelles promenades était un élément de ce vieillissement perçu, tout comme le fait de devoir interrompre la marche par des moments de repos. Pour Mme Anna (96 ans), ce raisonnement était également mis en œuvre en rapport à sa capacité à effectuer les tâches ménagères.

33 On constate certaines correspondances entre cette représentation du “vieillir” et l’évaluation scientifique du “bien vieillir” que nous avons exposée plus haut. Les notions de “santé”, de “fonctionnement physique” et de “fragilité” (Fried et al., 2001 ; Balard/Somme, 2011) sont présentes même si elles sont exprimées et évaluées différemment.

34 L’intérêt majeur de l’analyse des représentations des personnes très âgées se révèle dans leur définition de la vieillesse qui, dans leurs conceptions, se situe hors du processus de vieillissement et constitue davantage un état figé, une identité. Il convient sur ce point d’être précis sur le sens du discours de mes informateurs. Pour eux, le “vieux” est celui à qui il ne faut pas ressembler parce qu’il est celui qui ne peut plus lutter (nous y reviendrons) contre le vieillissement, car les éléments qu’ils jugent constitutifs de l’état de vieillesse (ou de l’identité de vieux) sont irréversibles. Le vieux “qui ne marche plus” et “qui perd la tête” est pour eux un stigmatisé au sens où l’entend Goffman (1963). Les mots dépréciatifs de M. Pierre (98 ans) à l’égard de la maison de retraite dans laquelle il vit l’illustrent :

Ici, ça a changé, ils font entrer de plus en plus de vieux… vous voyez des personnes en fauteuil roulant.

35 En ce sens, il est important pour mes informateurs de se distinguer de cette identité de vieux. C’est ce que cherche à faire M. Léon (99 ans) lorsqu’il affirme : « Ça (la tête), ça va, ne vous inquiétez pas, ça et les jambes, ça marche ». Dans cette optique, plusieurs de mes informateurs ont employé une phrase similaire à celle de Mme Berthe (92 ans) : « Je n’aimerais pas (de)venir vieille ». Or, si l’on en croit Mme Anna, on le devient « lorsque l’on est dans une maison [de retraite] et qu’on est à la merci de tout le monde ». Il s’agit là d’une conception culturelle propre à sa génération de ce qu’est la dépendance puisqu’elle explique que tant que l’on reçoit l’aide des enfants « on n’est pas âgé ». Ainsi, ce n’est pas l’incapacité physique qui fait devenir vieux, mais plutôt le fait de ne pas avoir de proches sur qui compter et de perdre par là même sa capacité à faire ses choix, autrement dit, son autonomie décisionnelle. Enfin, et c’est sans doute cela le plus important, le vieux est « celui qui est inutile et que l’on écoute plus ». Les personnes très âgées ont une représentation éminemment sociale des changements qui font basculer un individu dans la vieillesse. Le “vieux” inutile et que l’on n’écoute plus est celui que le groupe met à l’écart. Dans cette optique, on ne devient pas vieux uniquement pour des raisons physiologiques, on le devient aussi (et surtout !) lorsque le groupe social nous désigne, même indirectement, comme tel en ne nous considérant plus comme un individu “comme les autres”. Les personnes âgées sont très attachées à cette expression. Interrogés sur leur vécu au quotidien, Mme Anna et d’autres revendiquaient de vivre “comme tout le monde”.

36 Cette analyse des représentations du “vieillir” des personnes très âgées révèle que celles-ci intègrent dans leurs représentations à la fois une dimension physiologique correspondant plutôt à ce qu’elles désignent par « se sentir vieillir » et une dimension sociale correspondant au “vieux”. Dans cette optique, comment “bien vieillir” ?

37 Conformément aux représentations scientifiques du vieillissement réussi, il s’agit tout d’abord de lutter pour se préserver de la vieillesse. Mes informateurs développent ainsi des stratégies multiples qui s’orientent dans deux dimensions : repousser les marqueurs physiologiques de la vieillesse et se mettre en scène comme quelqu’un qui n’est pas vieux.

38 Mme Germaine se targue de « marcher encore » alors que son médecin lui a dit de ne plus « compter sur [ses] jambes ». Il en est de même pour M. Léon et M. Henri qui tiennent à marcher quotidiennement comme si cela les tenait à distance de la vieillesse. Si marcher est important, prouver que l’on marche, que l’on a sa tête et, surtout, que l’on est utile, l’est plus encore. Les personnes très âgées ne semblent pas se faire d’illusion sur la réduction de leurs capacités qu’elles constatent quasi quotidiennement. Pour autant, il est important pour elles de sauver les apparences quitte à jouer un rôle. C’est pourquoi, mes informateurs s’efforcent de montrer que leur expérience est encore utile à leurs proches. M. Georges (95 ans) explique qu’il a conseillé à son petit-fils de faucher le terrain pour éviter les incendies et que celui-ci a suivi ses conseils alors qu’il n’y aurait pas forcément pensé spontanément :

Si je ne lui avais pas dit, je ne sais pas s’il l’aurait fait, voyez. […] J’ai l’expérience de choses qui peuvent arriver et dont je ne doute pas, des choses qui me sont arrivées...

39 Certains se mettent en scène comme M. Léon lorsqu’il annonce devant sa famille « Si je m’écoutais, je ferais de la bicyclette » ou qu’il « lit le journal sans lunettes ». Il est également très fier de dire qu’il marche 2 km par jour, et comme la majorité de mes informateurs, il explique « qu’il n’a pas besoin d’aide et qu’il se débrouille ». En croisant le discours de mes informateurs avec celui de leurs proches, il apparait un décalage entre ce que les personnes âgées affirment et la “réalité” décrite par les proches.

B. “Faire bonne vieillesse”

40 Néanmoins, cette capacité des personnes très âgées à lutter contre “ce” qui fait vieillir n’est pas sans limite. La possibilité que j’ai eue de les suivre pendant quatre ans m’a permis d’observer le basculement de certains dans la vieillesse. Les causes de ce basculement étaient diverses en fonction des individus et je n’ai pas toujours pu saisir ce qui l’avait déclenché. Chez M. Aimé (95 ans), il semble que ce basculement ait eu lieu lorsque celui-ci a dû se résoudre à « abandonner [son] jardin ». L’identité sociale revendiquée par M. Aimé était toute entière tournée vers le travail. Il insistait sur le fait qu’il avait commencé à travailler très jeune, ne comptant ni ses heures ni sa peine. Avec l’avancée en âge, le jardinage était ce par quoi il avait lutté contre le vieillissement. Les fruits et légumes, produits de son travail, qu’il distribuait à son entourage lui permettaient de repousser la vieillesse. Or, les chutes fréquentes, les difficultés à manier ses outils et les injonctions de sa fille ont eu raison de ce qui donnait du sens à sa vie dans le grand âge, si bien que celui-ci m’a confié :

Je ne peux même plus mettre mon motoculteur en marche. […] Quand on est inapte et donc inutile, il vaut mieux mourir. Maintenant que je suis vieux, ça ne me ferait rien de mourir.

41 Pour M. Léon, il semble que le basculement dans la vieillesse se soit fait lorsque celui-ci a atteint l’âge symbolique de 100 ans. Quelques jours à peine après son anniversaire, il disait « Maintenant, je suis trop vieux, j’arrive à la fin », alors qu’à peine quelques mois auparavant, il refusait qu’on emploie le terme “vieux” à son égard.

42 Ces exemples laissent à penser que lorsqu’il n’est plus possible de lutter, que l’on a basculé dans la vieillesse, la seule alternative possible est la mort. Il n’y aurait donc pas de bonne vieillesse possible ?

43 Un regard porté sur les taux de suicide des personnes âgées nous pousserait presque à penser que, comme dans les sociétés étudiées par Glascock, le seul devenir possible de ceux qui atteignent la vieillesse est la mort. En effet, les travaux de Josiane Andrian (1999) montrent que le taux de suicide des hommes de 85 ans et plus est de 134,7/100 000, contre 28,3/100 000 en moyenne en France. L’auteur précise qu’à plus de 85 ans, les hommes se suicident 6,5 fois plus que les femmes. À ce titre, les entretiens menés avec mes informateurs révèlent que le suicide était, pour certains, perçu comme une alternative à la vieillesse. Après la mort (non provoquée) de M. Aimé, sa fille expliquait :

Il avait toujours dit que s’il se voyait… il déciderait d’en finir. […] On pense qu’il a caché la carabine au cas où il aurait voulu…

Pourtant, à en croire d’autres de mes informateurs – il s’agit surtout d’informatrices –, il semble qu’il soit possible de faire “bonne vieillesse”.

1. “Se laisser vivre” pour “faire bonne vieillesse”

44 Si pour “bien vieillir”, il convient de lutter contre les éléments qui font vieillir, les propos de mes informateurs montrent que pour faire “bonne vieillesse”, il s’agit au contraire de se détacher de ces éléments. C’est ce qu’expliquent plusieurs de mes informatrices lorsqu’elles disent « maintenant, je me laisse vivre ».

45 Ainsi, les personnes qui parviennent à “faire bonne vieillesse” sont celles qui arrivent à ne plus se focaliser sur ce qu’elles considèrent désormais sans importance. Pour des raisons culturelles (Balard et al., 2011), les femmes semblent avoir une capacité supérieure aux hommes à y parvenir. À l’inverse de M. Aimé, qui s’efforçait de jardiner encore et de sauver les apparences pour préserver son identité de travailleur et de chef de famille respecté, mes informatrices avaient une capacité à se détacher de ce qui comptait pour ne pas être confrontées à l’échec. La passation de tests physiques et cognitifs dans le cadre du projet GEHA (Skytthe et al., 2011) en est révélatrice. Alors que les hommes étaient très attachés à les réussir, les femmes n’y accordaient pas la même importance. De même, lorsque j’évoquais avec elles leurs difficultés de mémoire, à se situer dans le temps ou encore leurs problèmes de mobilité, plusieurs d’entre elles m’ont répondu la phrase suivante : « Tout ça, vous savez, maintenant, ça ne compte plus ».

46 Mme Émilia, qui disait ressentir une forme d’appréhension à l’idée qu’elle serait désormais aidée pour prendre sa douche, expliquait quelques mois après : « Finalement, ça ne me gêne pas, je le vis bien ». De la même manière, alors que mes informateurs ont toujours été des personnes très actives, se levant tôt le matin, plusieurs d’entre eux ont su adapter leur rythme de vie. Ainsi, M. Léon expliquait que ça ne le dérangeait pas de rester plus longtemps au lit le matin. M. Georges confiait même qu’il y trouvait un certain plaisir : « Je reste jusqu’à dix heures au lit, je suis bien ».

47 “Se laisser vivre”, c’est apprendre à se détacher de ce qui coûte trop (d’énergie) et compte finalement peu dans le grand âge. Cela permet de se recentrer sur les activités qui ont du sens. Pour la plupart de mes informateurs, ce qui fait sens au grand âge est de recevoir la visite de ses proches, de passer du temps avec eux. Cette aptitude trouve un écho dans ce que les psychologues nomment la disengagement theory. Selon Gondo et al. (à paraître):

The disengagement theory suggested that gradual disengagement from social life and focus on the inner self was a naturalistic process of human aging, because physical and mental decline is inevitable.

48Dans cette perspective théorique du vieillissement réussi, les travaux de Paul Baltes et de ses collègues font figure de référence avec le modèle “Selection, Optimization, Compensation” (SOC) (Baltes, 1997 ; Freund/Baltes, 2002). Ce modèle soutient que les personnes âgées n’acceptent pas passivement leurs pertes, mais développent des stratégies d’adaptations (coping) en sélectionnant les objectifs qui comptent, en optimisant ou en ajustant leurs aptitudes à leurs aspirations, et en compensant avec des stratégies nouvelles. D’autre travaux (Carstensen, 2006 ; Scheibe/Carstensen, 2010), tenant de la “Socioemotional Selectivity Theory” (SST), se focalisent davantage sur l’aspect émotionnel mettant en avant l’idée que certaines personnes âgées, confrontées à la vieillesse, auraient une aptitude à développer une forme d’euthymie pour continuer à vivre malgré leur dégradation physiologique. Il semble que ce phénomène trouve du sens dans ce qui suit.

2. La réminiscence et l’imaginaire pour “faire bonne vieillesse”

49 Si je n’ai pas eu la chance de rencontrer Jeanne Calment, les ouvrages qui lui ont été consacrés (Allard et al., 1994) nous renseignent sur la manière dont elle a vécu les dernières années de sa vie. À plus de 110 ans, la doyenne de l’Humanité avait perdu la vue, elle ne pouvait plus marcher et son audition était très amoindrie. Elle continuait pourtant à vivre et c’est sans doute ce que Michel Allard nomme son « gigantesque passé » qui lui permettait de conserver des facultés mentales très peu altérées et une capacité d’évasion étonnante. Elle disait : « Je vis dans mes rêves, dans mes souvenirs, des beaux souvenirs… » (Allard et al., 1994 :124).

50 Mme Anna (95 ans) me tenait des propos similaires :

J’y pense souvent au passé, pas souvent, tout le temps, mais c’est pas seulement d’y penser, c’est que je le revis, je m’ennuie jamais. Je le revis le passé, surtout en voyant tout ça [les paysages de son village d’enfance]. Je revois mon enfance.

51 Si du point de vue de l’observateur extérieur, l’enfance d’une centenaire et son présent apparaissent inconciliables, ils ne le sont pas dans l’esprit des personnes âgées. Au contraire, le passé s’invite dans le présent et contribue à recréer l’unité de l’identité de la personne. Mes informateurs sont toujours les enfants qu’ils ont été. Ils n’ont pas fait le deuil de leur passé, ni des proches qu’ils ont perdus dans la mesure où ces personnes-là vivent dans leur mémoire, donnent du sens à leur vie et à leur vieillesse. On pourrait même aller plus loin et faire échos aux travaux ethnologiques (Pons, 2002 ; Cattell/Albert, 2009 ; Thomas, 1998) montrant que les personnes âgées entretiennent une forme de “coprésence” avec les défunts. C’est en tout cas ce que semblait me dire M. Henri :

Je viens de perdre mon épouse. Et vous savez, je suis avec elle chaque nuit. Elle me parle. Elle me touche […] Puis, c’est terminé, je l’entends plus. Ça me réveille et je comprends que c’est elle. Quand je me réveille, je comprends que ça a été un songe. Un songe visuel, presque, parce qu’elle est en ma présence. Elle est plus que dans mon cœur, elle est en chair et en os. Je la touche.

52 J’ai rencontré Mme Émilia lorsqu’elle avait 98 ans et nous sommes restés en contact jusqu’à son décès à 102 ans. Elle vivait en maison de retraite et, les deux dernières années de sa vie, elle était devenue aveugle et ne pouvait plus se déplacer seule. Elle ne sortait plus de sa chambre. Si elle regrettait de ne plus pouvoir lire, ce qui avait toujours constitué son loisir favori, elle disait ne jamais s’ennuyer, « ne pas languir » :

Je ne souffre pas de la solitude. Je me raconte mes histoires à moi-même… Je fais des châteaux en Espagne. J’invente des histoires dans ma tête avec des personnages. Certains sont des personnes que je connais. Je me remémore le passé.

53 Elle expliquait ainsi qu’elle se plaisait à se remémorer, à se réinventer des évènements passés qu’elle avait vécus ou dont elle avait entendu parler. Les souvenirs deviennent ainsi le lieu de tous les possibles et la “réécriture” du passé constitue un moment d’évasion. En inventant des histoires et des personnages à partir de rien, mon informatrice trouvait dans l’imaginaire un lieu de secondarité propice au répit. Ce monde imaginaire et les personnages qui le peuplent sont pour elle une opportunité de reprise de pouvoir tandis que son emprise sur le monde matériel s’amenuise.

54 À 92 ans, Mme Berthe est décrite par le personnel soignant comme une personne qui souffre d’un déficit cognitif dû à l’âge. Pour autant, elle n’a pas été exclue de mon groupe d’informateurs car la voix des personnes âgées, y compris celles atteintes de démence, doit être entendue tant pour des raisons scientifiques qu’éthiques (Hellström et al., 2007). Les entretiens menés avec Mme Berthe révèlent que si celle-ci apparaît coupée du monde dans la mesure où elle parle peu à ses proches, au personnel soignant et moins encore à ses corésidents, son esprit est néanmoins actif. Incapable de lire un livre dans son intégralité, elle relit sans cesse des passages de son livre favori. Les entretiens menés avec elle montrent qu’elle mêle ses souvenirs personnels et la vie de l’héroïne, réécrivant ainsi l’ouvrage, mais également sa vie. Elle semble trouver dans cette “activité” une forme d’apaisement.

  • 12  Projet en cours.

55 Si je n’irai pas jusqu’à défendre l’idée que la démence peut être une solution pour bien vivre sa vieillesse ou du moins pour s’en échapper (Maisondieu, 1999), mon expérience dans le cadre d’un nouveau projet de recherche auprès de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer12 me pousse à croire que nous n’avons pas suffisamment exploré à quel point l’imaginaire et la réminiscence (peut-être faut-il les qualifier autrement) sont des adjuvants à une vieillesse réussie.

V. Discussion et conclusion

56 La conception du “bien vieillir” par le modèle scientifique dominant s’inscrit dans le paradigme de l’“activity theory”. Elle implique pour l’individu de lutter pour préserver sa santé, sa fonctionnalité et son engagement social. Une telle perspective, fortement véhiculée par les programmes de prévention destinés aux adultes et aux seniors, s’avère extrêmement focalisée sur le vieillissement biologique et la responsabilité individuelle.

57 L’analyse des représentations de l’âge produites par les personnes très âgées indique que celles-ci s’efforcent, à leur manière et avec leurs propres ressources, de s’y conformer. La force des représentations médicales et des messages de prévention à l’égard des personnes âgées tend à produire une représentation bipolaire de l’âge et des personnes âgées. D’un côté, se trouveraient ceux qui vieillissent bien (ou pas !) et de l’autre, les vieux qui vieillissent mal et sont stigmatisés. C’est pourquoi les personnes très âgées s’efforcent de montrer qu’elles sont “comme tout le monde”.

58 Ce refus d’être considéré comme un “vieux” révèle toute la dimension sociale du vieillissement qui ne peut être réduit à un processus biologique continu. L’analyse des représentations culturelles, qu’il s’agisse de celles des vieillards français ou de celles des sociétés traditionnelles, montre que vieillir c’est aussi changer de statut, d’identité sociale. Or, comme le montrent les exemples ethnologiques choisis, ce changement n’est pas uniquement lié à des facteurs individuels et biologiques. C’est dans son rapport aux autres et en fonction des représentations culturelles en vigueur qu’un individu vieillit.

59 L’analyse du discours des personnes très âgées que j’ai rencontrées montre que survient un moment dans leur parcours de vie où la lutte contre le vieillissement cesse, soit que l’individu ne se sente plus en capacité de lutter pour préserver les éléments majeurs de son identité sociale (par exemple faire le jardin), soit que le groupe lui renvoie l’image d’un vieux (en ne l’écoutant plus). La vieillesse apparaît ainsi comme un état irréversible qui se définit comme le fait de ne plus être comme les autres membres du groupe.

60 Dans certaines sociétés, cet état peut être valorisant et valorisé par le groupe. L’individu accède alors à un statut privilégié le plaçant au-dessus, voire au-delà des autres membres du groupe. À l’inverse, d’autres sociétés assimilent la vieillesse au fait que l’individu est arrivé à la fin de sa vie. L’euthanasie ou le suicide assisté sont alors mis en œuvre.

61 L’absence, la perte ou la dissolution de repères culturels relatifs à cette étape de l’existence conduisent les personnes très âgées à élaborer leurs propres “arrangements”. Cela est d’autant plus vrai que ces individus sont les premiers de l’histoire à voir cette phase de la vie se prolonger dans le temps du fait de la progression de l’espérance de vie aux grands âges. Les statistiques et le discours de certains informateurs masculins montrent que quelques hommes optent pour le suicide. Les autres semblent chercher le sens de cette ultime étape de l’existence dans le passé, la réminiscence, voire l’imaginaire. Il semble que ce soit la voie que choisissent les personnes très âgées pour “faire bonne vieillesse”. Si ce comportement se réalise avant tout dans une posture mentale qui fait écho au paradigme du disengagement theory développé par les psychologues, c’est sans doute parce que notre société n’offre aucune opportunité culturelle et sociale de “faire bonne vieillesse”.

62 Ce constat remet complètement en question l’idéologie en vigueur, qui consiste à faire de la lutte contre le vieillissement biologique la voie principale vers le “bien vieillir”, et la réponse à la problématique du vieillissement de la population. Une telle conception du “vieillir” s’avère encore bien trop emprunte d’un déni de vieillesse. Il y a là une forme d’utopie que l’on retrouve dans les représentations collectives de la bonne “fin de vie” qui consisterait à mourir après une longue vie, mais sans avoir à passer par le stade de la vieillesse, c’est-à-dire en pleine possession (ou presque) de ses moyens. Or, pour que le paradigme du “bien vieillir” puisse conduire à une amélioration de la vie des personnes âgées, il est nécessaire qu’il ne s’inscrive pas dans la négation de la vieillesse, mais qu’il interroge la place, le rôle et le statut de l’individu vieux dans la société. Cette question, déjà posée par le rapport Laroque (1962), il y a plus de cinquante ans, ne pourra trouver de réponse dans une conception exclusivement biologique et médicale du “vieillir” contribuant à faire de la vieillesse un repoussoir.

Haut de page

Bibliographie

Allard M., Lebre V., Robine J.-M., 1994 Les 120 ans de Jeanne Calment, Paris, Le Cherche Midi.

Andrian J., 1999 “Suicide des personnes âgées”, Gérontologie et société, 90, pp. 49-69.

Balard F., 2010 Les plus âgés des âgés, une culture vivante aux portes de la mort, Sarrebruck, Éditions universitaires européennes.

Balard F., 2011 “Vivre et dire la vieillesse à plus de 90 ans. Se sentir vieillir mais ne pas être vieux. Ambivalence des représentations du grand âge par les personnes très âgées”, Gérontologie et Société, 138, pp. 231-244.

Balard F., Beluche I., Romieu I., Willcox C., Robine J.-M., 2011 “The Oak and Reed: A Behavior Hypothesis to Explain the Gender Paradox of the French Centenarians”, Journal of Aging Research, [en ligne] http://www.hindawi.com/journals/jar/2011/371039/ (20/02/2013).

Balard F., Somme D., 2011 “Les fragilités vécues et ressenties par les personnes âgées”, Cahiers de l’Année gérontologique, 25, pp. 39-42.

Baltes P., 1997 “On the Incomplete Architecture of Human Ontogeny. Selection, Optimization, and Compensation as Foundation of Developmental Theory”, The American Psychologist, 52 (4), pp. 366-380.

Berr C., Balard F., Blain H., Robine J.-M., 2012 “Vieillissement, l’émergence d’une nouvelle population”, Médecine/Sciences, 28 (3), pp. 281-287.

Blain H., Jeandel C., 2003 “Vieillissement normal : aspects biologiques, fonctionnels et relationnels. Données épidémiologiques et sociologiques. Prévention du vieillissement pathologique”, Revue du Praticien, 53, pp. 97-106.

Boia L., 1998 Pour vivre 200 ans. Essai sur le mythe de la longévité, Paris, Réflexion du temps présent.

Bourdelais P., 1993 L’âge de la vieillesse, Paris, Odile Jacob.

Caradec V., 1998 “Les transitions biographiques, étapes du vieillissement”, Prévenir, 35, pp. 131-137.

Carstensen L. L., 2006 “The Influence of a Sense of Time on Human Development”, Science, 312 (5782), pp. 1913-1915.

Cattell M., Albert S., 2009 “Elders Ancient, Ancestors and the Modern Life Course”, inSokolovsky J. (Ed.), The Cultural Context of Aging: Worldwide Perspective, London, Praeger, pp. 115-134.

Chu M., Alagiakrishnan K., Sadowski C., 2010 “The Cure of Ageing: Vitamin D – Magic or Myth?”, Postgraduate Medicine Journal, 86, pp. 608-616.

Cowgill D., 1974 “The Aging of Population and Society”, Annals of the American Academy of Political and Social Sciences, 415, pp. 1-18.

Ennuyer B., 2011 “À quel âge est-on vieux ? La catégorisation des âges : ségrégation sociale et réification des individus”, Gérontologie et société, 138, pp. 127-142.

Fernández-Ballesteros R., García L., Blanc D., Efklides A., Kornfeld R., Lerma A., Mendoza V., Mendoza N., Orosa T., Paul C., Patricia S., 2008 “Lay Concept of Aging Well: Cross-cultural Comparisons”, Journal of the American Geriatrics Society, 56 (5), pp. 950-952.

Fernández-Ballesteros R., Molina M., Schettini R., Santacreu M., à par. “The Semantic Network of Aging Well”, inRobine J.-M., Jagger C., Crimmins E. (Eds.), Healthy Longevity, Annual Review of Gerontology and Geriatrics, vol. 33.

Freund A., Baltes P., 2002 “Life-management Strategies of Selection, Optimization, and Compensation: Measurement by Self-report and Construct Validity”, Journal of Personality and Social Psychology, 82 (4), pp. 642-662.

Fried L., Tangen C., Walston J., Newman A., Hirsch C., Gottdiener J., Seeman T., Tracy R., Kop W. J., Burke G., Mcburnie M., 2001 “Frailty in Older Adults: Evidence for a Phenotype”, Journal of Gerontology. A Biology Sciences, 56 (3), pp. 146-156.

Fry C., Dickerson-Putman J., Draper P., Ikels C., Keith J, Aanthony P., Glascock A., Harpending H., 2009 “Culture and the Meaning of a Good Old Age”, inSokolovsky J. (Ed.), The Cultural Context of Aging, Worldwide Perspective, London, Praeger, pp. 99-123.

Goffman E., 1963 Stigmate. Les usages sociaux des handicaps, Paris, Éditions de Minuit.

Hank K., 2011 “How Successful Do Older European Age? Finding from SHARE”, Journal of Gerontology, B Social Sciences, 66 (2), pp. 230-36.

Haut Comité Consultatif de la population et de la famille, 1962 Politique de la vieillesse, rapport de la commission d’études des problèmes de la vieillesse présidée par P. Laroque, Paris, La Documentation française.

Havighurst R., 1961 “Successful aging”, The Gerontologist, 1, pp. 8-13.

Hellström I., Nolan M., Nordenfelt L., Lundh U., 2007 “Ethical and Methodological Issues in Interviewing Persons with Dementia”, Nursing Ethics, 14, pp. 608-618.

Ikels C., Beall C., 2001 “Age, Aging and Anthropology”, inBinsctock R., George L. (Eds.), Handbook of aging and social sciences, San Diego, Academic Press, pp. 125-139.

Klarsfeld A., Revah F., 2000 Biologie de la mort, Paris, Odile Jacob.

Glascock A., 2009 “Is Killing Necessarily Murder? Moral Questions Surrounding Assisted Suicide and Death”, inSokolovsky J. (Ed.), The Cultural Context of Aging, Worldwide Perspective, London, Praeger, pp. 77-93.

Glascock A., Feinman S., 1980 “A Holocultural Analysis of Old Age”, Comparative Social Research, 3, pp. 311-333.

Gondo Y., Nakagawa T., Masui Y., à p. “A New Concept of Successful Aging in the Oldest Old”, inRobine J.-M., Jagger C., Crimmins E. (Eds.), Healthy Longevity. Annual Review of Gerontology and Geriatrics, vol. 33.

Jagger C., Gillies C., Mascone F., Cambois E, Van Oyen H., Nusselder W., Robine J.-M., Ehleis Team, 2008 “Inequalities in Healthy Life Years in the 25 Countries of the European Union in 2005: A Cross- national Meta-regression Analysis”, The Lancet, 372 (9656), pp. 2124-2131.

Lalive d’epinay C., Spini D., 2007 Les années fragiles. La vie au-delà de 80 ans, Québec, Presses de l’Université Laval.

Maisondieu J., 1999 “Fin de vie : démence ou suicide ? La fin de la vie”, Gérontologie et Société, 90, pp. 35-49.

Moody H., 2009 “From Successful Aging to Conscious Aging”, inSokolovsky J. (Ed.), The Cultural Context of Aging, Worldwide Perspective, London, Praeger, pp. 67-76.

Pons C., 2002 “Réseaux de vivants, solidarités de morts”, Terrain, 38, pp. 127-140.

Press I., Mckool M., 1972 “Social Structure and Status of the Aged toward Some Valid Cross Cultural Generalizations”, Aging and Human Development, 3 (4), pp. 297-306.

Radman M., 2011 Au-delà de nos limites biologiques, Paris, Plon.

Rowe J, Kahn R., 1987 “Human Aging: Usual and Successful”, Science, 237 (4811), pp. 143-149.

Scheibe S., Carstensen L., 2010 “Emotional Aging: Recent Findings and Future Trends”, The Journals of Gerontology. Series B, Psychological Sciences and Social Sciences, 65B (2), pp. 135-144.

Singleton M., 2003 Devenir vieux – ailleurs et autrement, Gêne, Erga Edizioni.

Skytthe A., Valensin S., Jeune B., Cevenini E., Balard F. et al., 2011 “Design, Recruitment, Logistics, and Data Management of the GEHA (Genetics of Healthy Ageing) Project”, Experimental Gerontology, 46 (11), pp. 934-945.

Sokolovsky J., 2009 “A Global Vision of Aging, Cultural and Context”, inSokolovsky J. (Eds.), The Cultural Context of Aging, Worldwide Perspective, London, Praeger, pp. 3-6.

Thomas L.-V., 1998 Anthropologie de la mort, Paris, Payot.

Tornstam L., 1992 “The Quo Vadis of Gerontology: On the Scientific Paradigm of Gerontology”, The Gerontologist, 32 (3), pp. 318-326.

Willcox C., Willcox B., Rosenbaum M., Sokolovsky J., Suzuki M., 2009 “Exceptional Longevity and the Quest for Healthy Aging: Insights from the Okinawa Centenarian Study”, inSokolovsky J. (Eds.), The Cultural Context of Aging. Worldwide Perspective, London, Praeger pp. 505-533.

Haut de page

Annexe

Résumé long

Objet : Cet article interroge le concept de “bien vieillir” en mettant en perspective les représentations scientifiques du successful aging et les représentations du vieillissement et de la vieillesse exprimées par les personnes très âgées françaises.

Théorie : En s’appuyant sur un paradigme anthropologique, cet article tend à démontrer que le “bien vieillir” d’un individu se réalise dans ses opportunités à se conformer à l’injonction sociale du modèle de vieillissement sociétal dominant.

Méthode : Deux types de méthodes sont mobilisés dans cet article. La première partie du texte s’appuie sur une analyse de la littérature scientifique en mettant en perspective les modèles biologique et anthropologique du vieillissement. La seconde partie du texte s’appuie sur l’analyse d’entretiens compréhensifs et semi-directifs réalisés auprès de nonagénaires et centenaires français. Plus d’une centaine de personnes très âgées ont été rencontrées et douze informateurs ont été suivis de manière intensive pendant quatre ans.

Résultats : L’analyse de la littérature montre que le modèle biologique du vieillissement conduit à penser l’avancée en âge comme une dégradation voire une affection de l’individu. En corolaire, “bien vieillir” revient à ne pas vieillir ou à “vieillir jeune”, c’est-à-dire en conservant toutes les capacités physiologiques d’un adulte d’âge moyen. Les recherches anthropologiques visant à saisir les formes élémentaires de l’âge montrent que si la diminution des capacités physiques est effectivement un élément que de nombreuses sociétés retiennent pour appréhender l’avancée en âge, le changement de rôle social est encore plus fondamental pour percevoir le vieillissement des individus. Or, les modes du “devenir autre” dans l’avancée en âge dépendent de la culture considérée. Dans certaines sociétés, lutter contre le vieillissement serait antinomique avec l’idée même de bien vieillir. La dichotomie entre “bien vieillir” et “faire bonne vieillesse” qui ressort de l’analyse des représentations des personnes âgées françaises confirme que la lutte contre les manifestations du vieillissement physiologique ne peut être que temporaire et qu’il convient de dépasser cette lutte pour bien vivre sa vieillesse.

Brève discussion des résultats : L’influence dominante des sciences médicales dans la construction des représentations sociales de l’âge dans les sociétés post industrielles induit l’idée que pour bien vieillir, il faut être en bonne santé, autonome et actif aussi bien socialement que physiquement. Ce défi proposé par la société aux individus vieillissant peut être profitable pendant un temps limité dans la mesure où il peut conduire à plus de vigilance à l’égard de sa santé. En revanche, il peut s’avérer contre-productif dans la mesure où il est constitutif d’un déni de vieillesse véhiculant l’idée que le “vieux” dont la santé et l’autonomie sont dégradées ne peut que mal vieillir. En outre, il induit l’idée d’une responsabilité individuelle du “bien vieillir” alors que l’individu vieillit bien ou mal en fonction du modèle sociétal qui lui est opposé.

Long summary

Subject: This article questions the concept “ageing well” by placing scientific representations of successful ageing and the representations of ageing and old age expressed by very old Frenchwomen into perspective.

Theory: In basing itself on an anthropological paradigm, this article suggests that in “ageing well” an individual realizes his potentials in conforming to the social injunction of the dominant societal model of ageing.

Method: Two types of methods are used in this article. The text’s first part is based on an analysis of the scientific literature in placing the biological and anthropological models of ageing in perspective. The text’s second part is based on the analysis of comprehensive and semi-directed interviews carried out with French nonagenarians and centenarians. Over one hundred very old people were met and twelve informers were followed in an intensive manner for four years.

Results: Analysis of the literature shows that the biological model of ageing leads us to think of advancing in age as a reduction or even an affliction of the individual. In corollary, “ageing well” amounts to not ageing or to “ageing young”, i.e. in preserving all the physiological capacities of a middle aged adult. Anthropological research aimed at grasping the elementary forms of age shows that if a reduction in physical capacities is indeed an element that many societies retain in understanding advancing in age, change in the social role is even more fundamental for perceiving the ageing of individuals. However, ways of “becoming other” while advancing in age depend on the culture considered. In certain societies, struggling against ageing would be diametrically opposed to the very idea of ageing well. The dichotomy between “ageing well” and “growing old gracefully” which emerges in analysing the representations of the French elderly confirms that the struggle against manifestations of physiological ageing can only be temporary and that it is advisable to go beyond that struggle in living one’s old age well.

Short discussion of the results: The dominant influence of medical sciences in the construction of social representations of age in post-industrial societies suggests the idea that to age well, you have to be in good health, autonomous and socially, as well as physically, active. This challenge society lays down for individuals growing old may be advantageous during a limited time insofar as it may lead to more vigilance with regard to one’s health. On the other hand, it may prove counter-productive to the extent that it amounts to a denial of old age conveying the idea that the “old” whose health and autonomy are degraded can only age poorly. Moreover, it suggests the idea of an individual responsibility for “ageing well” whereas the individual ages well or poorly depending on the societal model he encounters.

Haut de page

Notes

1  « Le groupe des personnes âgées de 60 ans il y a deux siècles, à la fin du xixe et aujourd’hui, est constitué d’individus que tout sépare : leur rareté relative dans la population, l’espoir de survivre, l’état de santé, le rôle familial » (Bourdelais P., 1993, p. 215).

2  INSEE au 1er janvier 2012.

3  Telle que celle de la radioactivité dans le test au carbone 14.

4  http://www.geha.unibo.it/. Le projet GEnetics of Healthy Aging, financé par le 6e programme cadre de l’Union européenne regroupait 25 équipes de recherches issues de 11 pays européen plus une équipe chinoise. Son objectif était l’étude des facteurs familiaux de longévité en bonne santé.

5  Voir SENS Foundation : http://www.sens.org/users/aubrey-de-grey.

6  ADL = Activities of Daily Living (en français, “Activités de la vie quotidienne”). Elles sont au nombre de cinq : se nourrir, aller aux toilettes, prendre une douche/un bain, s’habiller/se déshabiller, se lever.

7  http://www.eurohex.eu/.

8  La Ballade de Narayama est un film japonais de Shōhei Imamura sorti en 1983. Ce film a obtenu la Palme d’or au festival de Cannes 1983 : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Ballade_de_Narayama_(film,_1983), page consultée le 31/01/2013.

9  Le terme meurtre est inapproprié dans ce contexte.

10  La traduction n’est pas adéquate.

11  Les nonagénaires et centenaires ont été rencontrés dans le cadre des projets “European Challenge for Healthy Aging” et “GEnetics for Healthy Aging”. Le groupe d’informateurs suivi pendant quatre ans se composait de cinq femmes et sept hommes, de 90 à 110 ans, vivant en EPHAD, en maison individuelle ou en situation de cohabitation familiale. Ces individus faisaient état d’une grande hétérogénéité que ce soit en termes de santé, de statut social (profession antérieure exercée et niveau d’études) ou de liens sociaux. Pour chacun d’eux, des entretiens complémentaires ont été menés avec un ou deux membres de la famille, généralement la fille ou le fils ainsi que certaines belles-filles. Des entretiens informels avec les soignants en EPHAD ou à domicile ont également été réalisés.

12  Projet en cours.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Schéma présentant la distinction opérée entre le processus du vieillissement et l’état de vieillesse dans les représentations des « personnes très âgées »
URL http://rsa.revues.org/docannexe/image/925/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Balard, « “Bien vieillir” et “faire bonne vieillesse”. Perspective anthropologique et paroles de centenaires », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-1 | 2013, 75-95.

Référence électronique

Frédéric Balard, « “Bien vieillir” et “faire bonne vieillesse”. Perspective anthropologique et paroles de centenaires », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rsa.revues.org/925 ; DOI : 10.4000/rsa.925

Haut de page

Auteur

Frédéric Balard

Anthropologue post doctorant, Epsylon (Université de Montpellier), INSERM U 710

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org