Navigation – Plan du site

«Vous êtes tous des gagnants». “Étoile des aînés” et le vieillissement réussi au Québec

“You’re all Winners”. “Senior Star” and Successful Ageing in Quebec
Line Grenier et Fannie Valois-Nadeau
p. 137-156

Résumés

Cet article s’intéresse à “Étoile des aînés”, un concours de musique réservé aux citoyens canadiens de 65 ans. Organisé et commandité par Chartwell, le plus gros réseau de résidences pour personnes âgées au Canada, ce concours vise à « célébrer le talent des retraités ». Fruit d’un projet pilote réalisé sous le mode d’une ethnographie multi-sites, l’étude explore comment “Étoile des aînés”, en tant qu’événement sis à l’intersection de la musique, des médias et du marché en pleine expansion de l’habitation pour aînés, met en évidence des articulations particulières du “bien vieillir” au Québec. Nous proposons qu’ “Étoile des aînés” agit comme une médiation du “vieillissement réussi”, comme une forme distincte du “bien vieillir”, en insistant sur les enjeux que pose la mise à l’épreuve publique du vieillissement. Nous y examinons deux modalités qui confèrent au vieillissement réussi un caractère collectif : l’expérience publique et l’engagement partagé. Ce concours-spectacle est un terrain privilégié pour comprendre les manières dont le vieillissement actif se déploie hors des domaines de la santé et de la sécurité.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

  • 1  Entre 2009 et 2012, le concours a été organisé par Chartwell-Québec, une filiale de Chartwell-Reit (...)
  • 2  Depuis le début, plus de 850 concurrents se sont inscrits dans douze compétitions régionales – une (...)
  • 3  La notion d’effectivité « describes an event’s place in a complex network of effects – its effects (...)

1 Depuis 2009, Chartwell résidences pour retraités1, le plus gros réseau de résidences pour personnes âgées au Canada, organise et commandite “Étoile des aînés”, un concours musical réservé aux personnes âgées de 65 ans et plus, qui vise à « célébrer le talent des retraités » comme le précise le matériel promotionnel. L’entreprise investit d’importantes ressources financières, humaines et techniques pour conférer du prestige à ce concours, l’organiser de manière professionnelle dans ses propres locaux et garantir qu’il attire l’attention des principaux médias de la province. Si l’indéniable popularité du concours2 suggère que les efforts consentis par Chartwell portent leurs fruits, elle signale aussi la résonnance du discours “optimiste” sur la vieillesse développé et entretenu par “Étoile des aînés”. Nous nous proposons d’en examiner les principaux constituants et l’effectivité3.

2 Cet article a pour but d’explorer comment “Étoile des aînés”, en tant qu’événement sis à l’intersection de la musique, des médias et du marché en pleine expansion de l’habitat pour les aînés, met en évidence une articulation particulière du “bien vieillir” au Québec. Ce concours spectacle, l’un des rares consacrés exclusivement aux aînés, constitue un terrain privilégié pour comprendre les manières singulières dont le vieillissement actif, devenu depuis peu partie prenante de l’agenda politique au Québec, se déploie et est mis en œuvre hors des domaines de la santé et de la sécurité qui en sont souvent les espaces de prédilection. Nous proposons qu’au sein d’“Étoile des aînés”, les injonctions au “bien vieillir” se traduisent par des injonctions à la réussite du vieillissement et à la célébration de cette réussite – que celles-ci concernent la performance des concurrents, la mémorisation de la chanson interprétée, le “courage” de monter sur une scène, la présence des résidents comme auditoire actif, l’implication de la famille comme soutien et partenaire, ou la persévérance à poursuivre ses rêves, par exemple. Nous étayons cette proposition par une analyse des façons dont, par et à travers les pratiques culturelles et les processus communicationnels qui informent du concours, le “bon” vieillissement s’avère tributaire d’une “activité” (Katz, 2009 ; Marhankova, 2011) qui se déroule devant un public et dès lors, sans pour autant cesser de constituer une responsabilité personnelle imputée aux aînés (Rozanova, 2010), acquiert un caractère résolument collectif.

  • 4  D’une durée de trois ans, il fait partie des activités de recherche du réseau “Ageing, Communicati (...)
  • 5  Reposant sur la présence simultanée des chercheurs, cette pratique implique une immersion intersub (...)
  • 6  Outre la réalisation de deux entrevues conjointes avec la responsable nationale et le concepteur i (...)
  • 7  « A conjuncture is a description of a social formation as fractured and conflictual, along multipl (...)

3 Très peu de travaux ont jusqu’ici traité du “bien vieillir” en lien avec la culture et la communication, et encore moins avec la musique. Nous souhaitons pallier, ne serait-ce que partiellement, cette absence en proposant une réflexion qui, d’une part, s’inspire des courants anglophones critiques de la gérontologie ainsi que des études culturelles (cultural studies) et, d’autre part, émane d’un projet pilote consacré à “Étoile des aînés”4. Cette réflexion est le fruit d’une ethnographie multisites (Robben, 2012), en cours depuis octobre 2011, mais ayant connu l’une des phases les plus intensives d’avril à juin 2012, moment où les compétitions battaient leur plein ; elle fut réalisée conjointement par trois chercheures travaillant sous le mode de la strong collaboration (Matsutake Worlds Research Group, 2012)5. À cette démarche de terrain6 s’ajoute l’analyse d’une archive composée de documents hétérogènes relatifs à l’existence médiatique du concours (articles de journaux, sites web, émissions de radio et de télé) et au matériel promotionnel conçu par Chartwell (vidéos corporatives, publicité, affiches). Enfin, pour tenter de comprendre “Étoile des aînés” à l’aune de la conjoncture7 à laquelle il participe, le travail empirique interroge aussi le discours social relatif au vieillissement actif et à sa promotion au Québec par le biais d’une analyse de documents produits par différents organismes (para)gouvernementaux, communautaires et privés.

4 L’article s’ouvre sur une esquisse des pourtours d’une problématique du vieillissement réussi en tant que forme spécifique du “bien vieillir”. Nous en évoquons d’abord les ancrages empiriques dans le discours social sur le vieillissement actif au Québec, dans le sillage duquel nous inscrivons “Étoile des aînés”. La présentation d’une généalogie compréhensive du “vieillissement actif” au Québec débordant les limites du présent article, nous nous contentons d’en évoquer certaines des modalités d’intégration récente au vocabulaire courant afin de mettre en lumière les obligations et normes qui accompagnent le discours “positif” ambiant et, plus spécifiquement, le vieillissement réussi. Ceci nous amène à distinguer le vieillissement réussi d’autres formes du “bien vieillir”, en insistant notamment sur les enjeux que pose la mise à l’épreuve publique du vieillissement. Nous poursuivrons ensuite par l’examen critique de deux modalités particulièrement saillantes qui confèrent au vieillissement réussi un caractère collectif à travers “Étoile des aînés” : l’expérience publique et l’engagement partagé.

II. Éléments de problématisation du vieillissement réussi

  • 8  Ce programme vise à rendre les villes plus adéquates et à l’écoute des besoins des aînés en matièr (...)

5 Ce n’est que depuis quelques années que l’usage de l’expression “vieillissement actif” est devenu courant au Québec, notamment grâce aux échos qu’ont eus auprès de la population différentes actions gouvernementales. Sont de ce nombre les consultations publiques sur les conditions de vie des aînés tenues en 2007, la diffusion d’un guide voué à la promotion du vieillissement actif en 2009 et la création du premier programme d’infrastructure “Québec-Municipalités amies des Aînés”8 en 2010. La notion est toutefois particulièrement utilisée dans les médias depuis le lancement, en mai 2012, de la première politique québécoise intégrée sur le vieillissement.

6 Cette politique apparaît comme l’aboutissement de diverses mesures publiques qui, chacune à sa manière, concourent à poser le vieillissement comme un enjeu social d’envergure. Intitulée “Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté, au Québec”, la politique vise particulièrement à promouvoir l’autonomie des aînés, et ce principalement par le maintien à domicile rendu possible par la collaboration et la concertation d’une multitude d’acteurs. Comme tant d’autres initiatives inspirées par la notion de “vieillissement actif”, la politique cherche à contrer une vision de la vieillesse en tant que dépendance ou déprise (Barthes/Clément/Druhle, 1988 ; Clément/Mantovani, 1999) afin de favoriser une approche “positive” (et productive) du vieillissement. Faisant de la participation “constante” dans différents volets de la vie (économique, intellectuelle, civique, culturelle) une condition du “bien vieillir”, cette approche encourage notamment « la pratique de loisirs actifs –qu’il s’agisse de découvrir de nouveaux centres d’intérêt, de pratiquer un sport, de faire des voyages ou d’exercer des activités créatives » (Gouvernement du Québec, 2009 :11), comme chanter ou jouer d’un instrument de musique. La participation y est conçue comme condition à l’inclusion sociale et, dès lors, outil pour lutter contre l’âgisme :

La politique vise à contrer les perceptions négatives par rapport à l’âge dans la société, notamment par l’approche participative et inclusive qu’elle propose. Encourager les personnes âgées à poursuivre leurs projets de vie, selon leurs propres intérêts, favorise l’inclusion sociale (Gouvernement du Québec, 2009 :19).

7 Cet appel à la participation et à l’inclusion sociale trouve d’ailleurs écho dans la façon dont Chartwell présente les objectifs d’ “Étoile des aînés”. Si l’un des buts principaux est d’honorer le talent des retraités, encourager l’appartenance à la communauté par l’entremise du concours semble non moins important :

L’objectif du concours “Étoile des aînés” est de mettre en vedette le talent musical ou de chanteur de nos retraités, mais il est tout aussi important d’avoir du plaisir et de les honorer. Le talent se retrouve dans tous les groupes d’âge. Faire partie de la communauté et avoir un but précis sont des éléments cruciaux pour le bien-être de chacun, mais c’est d’autant plus important pour les retraités (Chartwell, 2012).

8 De tels discours sur le vieillissement revêtent un caractère disciplinaire dans la mesure où ils contribuent à réguler, orienter, sinon même contrôler, les conduites des personnes âgées (Katz, 1996). Tel que le soutient Laliberte Rudman à propos des personnes retraitées, les discours “positifs” sur le vieillissement encouragent certes les sujets qui possèdent les ressources adéquates à combattre les attitudes âgistes et à se libérer des perceptions de corps en pur déclin, mais ils créent aussi « a new set of obligations associated with being autonomous, responsible and active ‘retirees’« (Laliberte Rudman, 2006 :196). Nous proposons qu’au nombre de ces obligations figure celle de réussir son vieillissement ou, à tout le moins, d’orienter les conduites de soi et des autres de manière à tendre vers sa réussite.

  • 9  Outre le vieillissement actif, Chapman inclut dans cette liste les vieillissements sain, productif (...)

9 Dans les milieux nord américains de la recherche gérontologique, l’expression vieillissement réussi (successful ageing) renvoie généralement aux travaux de Rowe et Kahn (1987, 1997, 1999). Leur influent modèle fait de la réduction de la maladie et du handicap, du maintien d’un haut niveau des fonctionnements physique et cognitif ainsi que de l’engagement actif dans la vie, les trois conditions de ce qu’ils jugent être une vieillesse réussie. Dans ce contexte théorique, le vieillissement réussi complémente le vieillissement actif en intégrant au maintien d’une bonne condition de santé physique et psychologique des éléments propres à la réalisation de soi. À l’instar de plusieurs gérontologues d’allégeance critique (Martinson/Minkler, 2006 ; Martinson, 2006 ; Rozanova, 2010 ; Katz, 1996), nous n’utilisons pas cette expression pour référer et encore moins souscrire au projet normatif que fonde et légitime ce modèle qui, dans les termes de Rozanova (2010 :213) consiste à attacher « moral values to busy lifestyles and declare[s] this frenzy of activity as a normative ideal » pour lui attribuer une plus grande valeur morale. Nous l’utilisons plutôt pour désigner une des formes concurrentes du “bien vieillir”9, un objet discursif contingent qui émerge dans la foulée du retrait de l’État providence (Singing/Gray, 2005) et énonce certaines modalités du vieillissement devenu partie intégrante d’une « bio-demographic politics and its enforced ethics of self-care and individual responsability » (Katz, 2009 :19). Nos analyses suggèrent qu’ “Étoile des aînés” participe à configurer de manière singulière le vieillissement réussi puisqu’il y est l’objet d’une mise à l’épreuve devant un public qui médie la formation des collectifs dans lesquels les sujets vieillissants peuvent légitimement être inclus.

10 Il a été démontré que, dans le contexte du néo-libéralisme avancé, le vieillissement paraît découler d’une série de choix personnels raisonnés (Rozanova, 2010) – sans prendre en considération que le fait de prendre les “bonnes” décisions ou faire des choix “appropriés” n’est possible qu’en vertu de la possession (restreinte) ou de l’accès (limité) à certaines ressources (Biggs, 2001) et à certains savoirs (Katz, 1996). Mais, selon nous, il n’a pas été clairement mis en évidence que le caractère plus ou moins “heureux” du “bien vieillir”, en tant que construit culturel (Gullette, 2004), apparaît de quelque manière tributaire d’une évaluation sociale qui s’avère déterminante pour mesurer le résultat atteint et sa reconnaissance par l’individu concerné comme par autrui. C’est ainsi que dans les configurations contemporaines du vieillissement actif, la participation n’autoriserait et ne conditionnerait l’inclusion sociale que dans la mesure où cette participation serait validée, et ses “bénéfices” prouvés. De plus, si comme l’ont notamment démontré Blaikie (1999) et Katz (2009), une éthique de l’affairement (busyness) anime le “bon” sujet vieillissant, le constant engagement dans des activités productives ou créatives nous semble avoir comme corollaire une certaine collectivisation obligée de l’éthique de responsabilité comme condition de réussite. Ainsi, en tant que « subjects of autonomy, equiped with a psychology aspiring to self-fulfilment and actually or potentially running their lives as a kind of enterprise of themselves », comme le propose Rose (2011 :1390), les sujets âgés continuent à assumer la responsabilité individuelle de leur propre vieillissement, mais en voient les résultats plus ou moins “heureux” dépendre des collectifs qui créent les activités dans lesquels ils et elles s’engagent. Penser le vieillissement en termes de réussite signifie en ce sens porter attention aux dispositifs dans et à travers lesquels s’éprouvent par essai sa valeur et ses qualités, attestées par des témoins autorisés – qu’il s’agisse de prix “hommage” remis aux aînés-bénévoles dont un organisme à vocation caritative reconnaît publiquement l’apport ; d’encadrés “célébrités” publiés dans des quotidiens dans lesquels paraissent les photos d’individus ou de couples âgés célébrant un anniversaire dont des amis ou des membres de la famille veulent souligner le caractère remarquable ; ou, comme dans le cas qui nous occupe, d’un concours destiné à célébrer le talent musical des aînés du Québec que révèlent et attestent tout à la fois son commanditaire et ses différents “partenaires” (concurrents, familles et communautés locales, notamment).

11 Ce sont ces dimensions que nous explorons en nous intéressant au concours spectacle en tant que médiation (Hennion, 2007) de la réussite en matière de vieillissement. “Étoile des aînés” mesure et reconnaît l’engagement de la personne par le fait même qu’elle ose poser sa candidature, trouve le courage d’aller au bout de ses rêves en chantant ou jouant d’un instrument sur scène, et montre sa capacité à éblouir, épater ou émouvoir l’auditoire. Le vieillissement réussi y prend la forme d’une victoire sur la déprise, d’un succès obtenu en compétition, d’un exploit réalisé en performance, et d’un tour de force accompli en surmontant des obstacles ou en vainquant ses peurs ou ses craintes. Comme d’autres épreuves musicales populaires (“American Idol”, “Eurovision”, “The Voice”, “The X Factor”), ce concours met sous les projecteurs la présentation de soi d’individus considérés comme vrais, dignes d’estime et crédibles (Stahl, 2004). Mais contrairement à ces épreuves souvent télévisées où téléréalité et concours de talent s’entremêlent, “Étoile des aînés” n’élimine pas de concurrents en cours de route, pas plus qu’il ne les choisit par des auditions diffusées et qui s’avèrent parfois très humiliantes. En ce sens, le dispositif ne fait pas du rêve des aînés et aînées qui s’inscrivent une double construction sous le mode de la « realization for a happy few and […] corresponding failure of thousands of hopeful » (Meizel, 2009 :476). En d’autres termes, la réussite qui s’y produit n’est associée à l’échec d’aucune manière : comme nous l’avons entendu à de multiples reprises lors des compétitions et comme l’ont souligné les acteurs rencontrés, tous les concurrents d’ “Étoile des aînés” sont des gagnants, qu’ils se classent ou non parmi les trois “meilleurs” auxquels sont décernés des prix. C’est donc à un examen sommaire des conditions et modalités de réalisation du concours que nous procéderons en considérant les principales formes de vieillissement réussi que notre analyse d’ “Étoile des aînés” nous a permis d’identifier à ce jour : l’expérience publique et l’engagement partagé.

III. Modalités du vieillissement réussi

A. Une expérience publique

  • 10  Voir le site officiel de l’édition québécoise, adaptée de la version française “Star Academy” : ht (...)
  • 11  Les jurys sont composés de deux personnalités de la musique et des médias des localités où se tien (...)

12 “Étoile des aînés” s’inspire fortement de concours musicaux télévisés, tout particulièrement de “Star Académie”10 dont les concurrents seraient exclus en vertu des limites d’âge qu’imposent les producteurs des nouveaux “supermarchés du divertissement” (Honan, 2006). De tels règlements ne sont guère étonnants compte tenu du biais pro-jeunesse qui, dans les sociétés nord-occidentales notamment, accompagne l’émergence de la culture de consommation (Blaikie, 1999) et marque le développement des musiques populaires depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale (Taylor, 2010). Mais le fait que la forme du concours soit clairement associée par la presse locale à une sorte de “vent de fraîcheur” paraît cohérent avec les standards culturels du “bien vieillir” comme l’antivieillissement et ses injonctions à rester jeune, à masquer son vieillissement, voire à « growing older without ageing » comme le suggère Katz (2009 :17). Dans la mesure où le concours fait de la compétition devant des juges de renom11 et de l’interaction directe avec un auditoire des éléments pivots du dispositif technique, l’effet, sinon la visée, du recours à cette forme particulière est de servir de vitrine, en quelque sorte, à l’expérience publique d’un “bon” vieillissement.

13 Nous utilisons l’expression “expérience publique” pour désigner “Étoile des aînés” en tant qu’événement dont l’expérience est comparable à celle que procurent diverses formes du spectacle live (musical, dans ce cas). Cette expérience gravite en l’occurrence autour d’une interprétation musicale livrée devant et pour un public composé essentiellement d’aînés, dont plusieurs sont des résidents de Chartwell, ainsi que des proches des concurrents, réunis en un même lieu pour l’occasion. Comme nous l’avons constaté, il s’agit d’une expérience à géométrie variable alors que la prestation se déroule devant ou avec le public. Ainsi, lors de la finale provinciale, le concours se déroule à guichet fermé dans une salle d’une capacité de 1200 places. La scène surélevée, les gradins, les projecteurs poursuite et autres équipements participent à établir le lieu d’un spectacle où interprète et public occupent chacun une zone désignée de cet espace et entre lesquels, lors des performances particulièrement appréciées de la foule comme des juges, la distance est vite franchie. Lors des compétitions régionales, la salle à manger (et, dans un cas, la cour intérieure) est réaménagée – petite estrade décorée aux couleurs du concours, chaises pliantes placées en rangées, console en fond de salle pour la sonorisation, table d’honneur pour les juges. La taille de la salle ainsi que la proximité physique entre la scène et le public, jointes à la relative familiarité des échanges entre les juges, les concurrents et la foule, font que la compétition, non moins sérieuse, mais beaucoup moins formelle, tend à prendre les allures d’une fête plus ou moins intime.

14 En parlant d’“expérience publique”, nous voulons aussi évoquer comment le concours, dans les moments de sa matérialisation, devient l’occasion de performances “à découvert”,

out in the open, in the koinos cosmos where discussion with others is possible [...] but also where one is exposed and vulnerable, where one’s limitations and fallibilities are all too apparent (Casey, 2004:25).

15Comme tout événement relevant du domaine des arts de la scène en général et se déroulant “en direct”, “Étoile des aînés” est à la merci de différents problèmes organisationnels (un animateur qui annonce le mauvais concurrent, un juge qui arrive en retard) ou techniques (difficulté de branchement d’un instrument à l’amplificateur, distorsion dans le rendu sonore) qu’une équipe professionnelle a pour mission de solutionner. Dans le cas plus particulier d’un concours présentant des “amateurs”, les candidats ne sont pas à l’abri des effets de l’inexpérience, du trac. Il arrive donc que l’on assiste à des contre-performances ou à des interprétations moins “bonnes” (par exemple, à St-Jean-sur-Richelieu, un candidat peine à respecter la mélodie ; à Sorel, une participante doit s’y reprendre à trois fois parce qu’elle ne parvenait pas à débuter au bon endroit). À chaque fois, la vulnérabilité des concurrents est palpable, tout comme le respect complice du public qui applaudit tout de même chaudement les concurrents. Ces épisodes sont des occasions au cours desquelles les juges, tout en évitant la complaisance, trouvent les mots pour souligner le problème rencontré ou la limite atteinte, mais aussi pour saluer les interprètes. Par exemple, à St-Hyacinthe, la performance d’une candidate, qui n’est parvenue qu’à la toute fin à chanter en synchronie avec la bande sonore est accueillie par des remarques telles que : « On sait toutes les deux que vous avez eu de la difficulté, mais vous avez essayé sans que personne s’en rende compte. Vous êtes restée solide » ; « Dans votre visage, on ne voyait pas la difficulté, vous avez continué de sourire. Bravo pour l’attitude ! » ; « Je sais que c’est plus difficile que de chanter ça juste devant son mari. J’ai noté la difficulté, mais j’ai aussi vu la reprise » (Sorel, 5 juin 2012).

16 Enfin, la compétition est publique dans la mesure où elle est publicisée : sites web de diverses organisations d’aînés ou s’y intéressant, journaux tant locaux que nationaux, émissions de radio et de télé, affiches dans les centres communautaires, sont quelques-uns des supports à travers lesquels “Étoile des aînés” (et dans une certaine mesure Chartwell) prend vie au-delà des seuls espaces-temps des compétitions en résidence, et s’inscrit dans le domaine public au Québec.

17 Ces trois axes distincts, mais inter-reliés, informent sur le vieillissement réussi en tant qu’il se déploie comme expérience publique, montrée, vue et reconnue. Leur prise en compte nous amène à interroger la participation à laquelle le concours invite, mais aussi l’activité par laquelle s’actualise cette participation – les deux nœuds du “bien vieillir”. Qu’en est-il en effet des modalités et formes que prend la participation lorsque celle-ci s’affiche et se montre, devient et parfois même se donne en spectacle et fait l’objet d’une évaluation ? S’ils adjoignent tous les aînés à une participation soutenue, accrue, constante, le discours social comme les politiques publiques ne font guère de cas des conditions mêmes de cette participation. Loin d’être homogène et univoque, faire l’expérience publique du vieillissement en participant à “Étoile des aînés” prend différentes formes. Pour certains concurrents, cela ne signifie rien de plus, rien de moins que de chanter devant d’autres un air qu’on a chanté tant de fois auparavant chez soi, pour soi ou pour ses proches. C’est le cas du gagnant de la finale de Sorel-Tracy qui n’ouvre pour ainsi dire la bouche que pour interpréter “Coucouroucoucou Paloma”, réagissant à peine aux commentaires des juges qui, se référant à ses origines, à sa langue et à son accent français, soulignent pourtant l’altérité de son vieillissement. Pour d’autres, c’est se présenter sous son plus beau jour : à Saint-Jean, une dame toute menue, la plus âgée de tous les concurrents, se présente vêtue d’une robe rouge, un diadème d’argent fixé à sa blanche chevelure pour chanter “L’anneau d’or”, « sobrement », « dignement », comme le relèvent les juges, soulignant unanimement sa force. Enfin, pour plusieurs candidats, c’est une performance en bonne et due forme, un moment planifié, répété, pendant lequel ils prennent littéralement possession de la scène, interpellent la foule, discutent avec les juges, blaguent et badinent, et incarnent par leur voix, comme par leurs corps, une danseuse espagnole, un crooner des années 1950, un cow-boy en quête d’aventures, pour ne nommer que quelques-uns des personnages de scène que nous avons observés.

18 Aux divers niveaux et formes de participation des concurrents s’ajoutent ceux des membres de l’auditoire. Pour certains, la compétition est une instance privilégiée de musique « for seniors, by seniors » (Forman, 2012 :4), un moment de partage, de complicité et de solidarité créé par des pièces ou des répertoires puisés dans les souvenirs individuels et les mémoires culturelles. Pour d’autres, c’est un divertissement : on rit, on frappe des mains, on commente son appréciation à voix haute à sa voisine de banc, on fredonne pour aider le concurrent qui a oublié les paroles, et on approuve de la tête, si ce n’est en paroles, les commentaires des juges. Enfin, il y a aussi des résidents pour qui l’événement constitue un moment parmi d’autres dans une journée – entre la messe, le bingo et le repas du soir, comme le précisait par exemple l’affiche “horaire de la journée” (Gatineau, 16 mai 2012). Certains somnolent, d’autres semblent imperméables à l’événement auquel ils assistent.

19 L’hétérogénéité de l’expérience publique signalée par les différences de niveaux d’investissement et de modes de participation se manifeste aussi par une différenciation au sein des aînés impliqués dans le concours et, plus largement, de tous les aînés de la province – une population que le discours public tend à poser comme homogène. Comme l’a déjà noté Marhankova, participer aux activités organisées par un centre communautaire ou, dans le cas qui nous occupe, une résidence pour retraités, suffit à créer une “communauté” (2011 : 26) qui distingue un nous/actifs versus un eux/non-participants. Lorsque l’injonction à participer devient aussi injonction à réussir publiquement, d’autres divisions opèrent qui sont tributaires de la conjoncture dans laquelle s’inscrivent le concours et ses participants. Par exemple, nous avons relevé des distinctions hiérarchisantes entre les aînés de “chez nous au Québec” et ceux “d’ailleurs” dont les mémoires culturelles diffèrent ; entre les participants qui parlent “avec un accent” n’ayant pas la même “musicalité” ; entre les concurrents dont les juges ont relevé soit la « beauté du voyage intérieur », soit les qualités vocales et la maîtrise technique – sans parler, bien entendu, de la création de la “famille” d’ “Étoile des aînés”, dont les membres ont compris l’importance qu’il y a à rêver et à continuer à rêver, quel que soit leur âge.

  • 12  Nous avons maintes fois observé dans les résidences des affiches au mur présentant l’horaire des a (...)

20 En tant que mise en forme d’une expérience publique, le concours fait aussi réfléchir aux différentes déclinaisons que prennent les activités (Henaff-Pineau, 2009) dans lesquelles les populations de seniors ou de retraités sont invitées à s’engager. On l’a vu, la politique québécoise promeut le “vieillissement actif ” en encourageant les “loisirs actifs”, au nombre desquels figurent les activités créatives. En organisant le concours et en tenant dans ses locaux les compétitions d’ “Étoile des aînés”, Chartwell encourage à son tour de telles activités qui, si elles se veulent “productives” pour les concurrents et les spectateurs qui s’impliquent, le sont éventuellement moins pour certains membres de l’auditoire pourtant invités à prendre part à l’événement. Il serait illusoire de ne pas tenir compte du fait que dans de telles résidences, l’intégration de la musique à des programmes récréatifs répond aussi aux objectifs d’instrumentalisation qui animent, au moins en partie, les services commerciaux de soins aux aînés (Forman, 2012)12.

21 Ici encore, l’appel à l’activité laisse présumer qu’il s’agit de quelque chose d’évident et d’universel par son unicité. Mais « qu’est-ce qu’une activité ? », demande judicieusement Katz (2009 :122) qui, considérant les formes auxquelles se réfèrent les gérontologues, distingue l’activité en tant que mouvement physique, poursuite d’intérêts quotidiens et participation sociale. Comment alors qualifier l’activité à laquelle la compétition invite en tant que moyen pour réussir son vieillissement ? Quels en seraient les attributs particuliers ? D’une certaine manière, “Étoile des aînés” paraît constituer l’activité par excellence puisqu’en plus d’impliquer un “faire” intégré à maints régimes thérapeutiques (et dont quelques concurrents ont d’ailleurs souligné les vertus), il en combine les trois dimensions. Le travail ethnographique réalisé à ce jour nous incite à réfléchir plus avant à l’assemblage singulier des trois dimensions de l’activité en une action significative visible. “Étoile des Aînés” comme expérience publique ne contribuerait-il pas à l’élaboration d’une “scène du visible”, d’un espace d’apparence, suggère Voirol en s’inspirant de Harendt, « où les acteurs se rendent saisissables les uns aux autres, se rencontrent et interagissent » et « où les actions et les paroles sont rendues publiques et reçues par une pluralité d’acteurs non nécessairement présents sur les lieux de leur articulation » (2005 :93, 98) ? Dans cette perspective, réussir son vieillissement consiste à accéder à cette scène, sachant que la visibilité est enjeu de pouvoir, déterminante de l’existence soit aux yeux des autres, les uns pour les autres, soit en marge de l’existence publique, dans l’ombre, dans le silence. Certes, dans l’arène où se déroulent les compétitions, les aînés bénéficient d’une certaine visibilité médiatique, comme l’affirme Denis Lagueux, alors président de Chartwell-Québec :

Plusieurs aînés entretiennent toujours une passion pour la musique et le chant. Or, ils n’ont pas toujours eu l’occasion de réaliser leur rêve. Parce que nous croyons qu’il n’y a pas d’âge pour se réaliser, Chartwell a voulu créer un événement leur permettant de s’épanouir, mais surtout d’être reconnus par leurs pairs. Cette année seulement, plus de 250 personnes ont participé aux 10 compétitions régionales (Chartwell, 2012).

Mais la “scène du visible” à laquelle pourraient aspirer les aînés “actifs” qui réussissent leur vieillissement se résume-t-elle à la scène que leur fournit le concours ?

B. Un engagement partagé

22 Le vieillissement réussi, tel que nous l’entendons, est tributaire d’un processus d’évaluation sociale, du jugement émis par autrui, de la présence nécessaire de tierces personnes qualifiées pour être réalisé. Si le concours se prête particulièrement bien à cette formule, ne serait-ce que par la mise en scène publique de la compétition, cette présence d’autrui ne se limite toutefois pas à l’évaluation des performances musicales des aînés. Tel que mentionné précédemment, même si les juges ont rigoureusement commenté toutes les performances musicales, ne sont pas considérés gagnants les seuls finalistes élus, mais plutôt tous les participants qui ont eu le courage et l’audace de s’inscrire. À partir du moment où la simple participation à “Étoile des aînés” est considérée comme une forme de victoire sur la déprise, le processus d’évaluation, bien qu’au cœur du concours, devient un (ou le ?) critère par lequel cette réussite se mesure et se matérialise.

23 Nous souhaitons interroger comment le fait de réussir “son” et “le” vieillissement (des autres) constitue une forme d’engagement partagé, au-delà du processus méritocratique qui placerait seul l’aîné concerné devant la conscience de son vieillissement. Bien que, selon Rozanova (2010), le vieillissement actif est une responsabilité individuelle imputée aux aînés, nous proposons que réussir “son” et “le” vieillissement dans “Étoile des aînés” relève d’une responsabilité partagée entre aînés, la famille et la communauté – autant de collectifs auxquels peut légitimement accéder le “bon” sujet vieillissant. Que ce soit par les interventions des juges ou celles de l’auditoire du concours, ou encore par les dispositifs techniques et médiatiques instaurés afin de faire valoir le “talent”, nous estimons que, dans ce contexte, la réussite du vieillissement s’opère de manière relationnelle. Cette relationalité par laquelle se conçoit la réussite est d’ailleurs partie prenante du discours social sur le vieillissement. En attribuant un aspect pédagogique à la vieillesse, ce discours fait la promotion de l’importance de la transmission du savoir et de l’héritage des aînés. C’est notamment en qualifiant les aînés de « bâtisseurs de la société québécoise » (Ministère de la Famille et des Aînés, 2012 :15) que la politique québécoise sur le vieillissement promeut leur inclusion sociale et professionnelle, puisqu’elle insiste sur l’expérience que ces personnes ont à transmettre. Le concours fait de même en applaudissant, par exemple, un candidat originaire de Sorel, venu chanter pour montrer ce dont il est capable à ses petits-enfants :

Vous savez que nos jeunes manquent énormément d’exemples. Vous savez, élever des enfants, ce n’est pas leur dire quoi faire, c’est leur montrer quoi faire. Chapeau Monsieur ! (Sorel, 6 juin 2012).

  • 13  Considérée comme ayant une incidence positive sur le “bien vieillir”, la générativité est définie (...)

24 La vieillesse se trouve dès lors construite comme l’occasion de redonner à la communauté la possibilité d’exprimer une générativité du type de celle que l’on attribue souvent aux personnes en milieu de vie13. D’autre part, vieillir étant conçu comme un défi collectif, le discours fait de la participation de chacun, voire d’un engagement mutuel ou du partage d’une responsabilité distribuée, la condition de sa réussite. Cette seconde dimension se manifeste entre autres par des appels répétés à la mobilisation et la conscientisation de tous les intervenants concernés. S’impliquer, s’investir et prendre part sont les mots d’ordre du vieillissement mis en avant par “Étoile des aînés”, soit un projet pour les aînés, mais également pour tous les autres – « un projet politique même, à cause du coût réel ou supposé qu’a ou qu’aurait un ‘mal vieillir’ pour soi et pour la collectivité » (Billé/Martz, 2010 :14).

25 La participation complice de tous les acteurs impliqués dans la compétition se réalise selon différentes modalités. Nous en présentons trois qui rendent saillantes différentes relations d’engagement dans et par le vieillissement. Une première modalité de l’engagement partagé se réalise dans la performance des concurrents. Si le fait de donner une prestation devant un public réalise une forme de vieillissement réussi, le projet dont cette réussite est le fruit relèverait d’un rêve caressé par le concurrent, mais aussi par son entourage. Pour de nombreux compétiteurs, chanter à “Étoile des aînés” devient l’occasion d’exprimer un lien familial, très souvent intergénérationnel. Au cours de la grande finale québécoise du 26 septembre 2012, deux des trois lauréats ont identifié un membre de leur famille comme étant à la base de leur inscription au concours. À maintes reprises, la gagnante a remercié son mari de l’avoir incitée à reprendre ses activités musicales :

Je n’aurais jamais cru pouvoir me rendre à la finale provinciale, a-t-elle confié, et je remercie mon mari pour ses encouragements à reprendre le chant après une trêve de quarante ans. J’ai adoré l’expérience (Chartwell, 2012).

26 Le concours met ainsi l’accent sur cette volonté de réussir pour les autres, mais également, il fait de la performance musicale un moment signifiant dans lequel plusieurs participants démontrent leur engagement envers leur famille. En présentant le participant de Sorel auquel nous faisions allusion plus haut, l’animatrice soulignait que « démontrer à ses enfants, petits-enfants, que l’on peut aller au bout de ses rêves… Wow, c’est beau ! » (Sorel, 6 juin 2012). L’engagement des aînés envers les plus jeunes a aussi été souligné par une autre juge, directrice du collège de Sorel-Tracy :

Moi, j’aimerais ça qu’on puisse montrer aux jeunes que quand on vieillit, on garde non seulement la passion, mais on garde encore le pouvoir, l’habileté, les compétences pour faire passer les émotions et c’est fantastique le message que vous donnez. Je suis d’accord avec Claudette [Dion] : cessons de dire et faisons, et les jeunes vont comprendre. L’intergénérationnel, c’est ce qui se passe aujourd’hui, bravo tout le monde (Sorel, 6 juin 2012).

27 En ce sens, dans le cadre d’ “Étoile des aînés”, le vieillissement réussi s’avère un modèle à suivre pour les générations suivantes. Réussir son vieillissement dans cette optique se réalise par une mixité des âges, un projet dans lequel les personnes âgées seraient impliquées non seulement pour elles-mêmes, mais aussi pour les générations qui suivent.

28 Cet engagement partagé au cours de la performance s’est aussi manifesté entre les participants eux-mêmes. Bien qu’étant en concurrence les uns contre les autres, ils ont démontré tout au long du concours une camaraderie solidaire. Le gagnant du volet de Trois-Rivières et troisième à la finale provinciale de 2011, déclarait :

J’y ai senti une extraordinaire solidarité et même de l’amitié entre les concurrents, en plus de découvrir l’importance d’une approche professionnelle, que j’applique aujourd’hui dans mes diverses activités (Anonyme, 2012).

29 L’épreuve musicale permet de partager une passion commune pour la musique, mais également de vivre cette expérience aux côtés d’autres aînés. Si le but premier n’est pas forcément de remporter la compétition, du moins pas pour tous, il n’empêche que les finalistes, notamment, ont pris goût à la scène et rêvent désormais à un projet de spectacle, comme la grande gagnante d’ “Étoile des aînés” 2012 l’annonçait en entrevue à l’émission “PM” diffusée sur les ondes de la radio publique :

Moi j’ai découvert ça, nous étions dans la loge en arrière, après tout le groupe était là, on parlait, comment dans le temps de Noël, ils vont dans des centres pour aînés et y’en a un qui dit ‘on devrait y aller tous les dix faire un spectacle, le faire ensemble et se trouver une salle’, ça serait extraordinaire. La passion réunie, c’est incroyable (PM, 7 septembre 2012).

30 Une troisième modalité d’engagement partagé est incarnée par le réseau Chartwell qui, depuis le début, conçoit le concours comme un projet destiné à toute la communauté. Remercié à maintes reprises par les participants au cours des compétitions, Chartwell s’impose en quelque sorte comme un créateur de nouvelles possibilités pour la vieillesse – qui s’inscrivent dans la stratégie de branding dont “Étoile des aînés” devient ainsi un pivot. Comme nous le confiait en septembre 2012 le PDG de Chartwell-Québec, Denis Lagueux, le soir de la finale provinciale, l’entreprise est convaincue de l’importance du concours pour tout le Québec et continuera à s’y investir, mais non sans perdre de vue que : « Nous, on n’est pas là pour faire du showbizness. Notre affaire à nous, ce sont les résidences » (Montréal, 26 septembre 2012). Trophées, fleurs, plaques commémoratives, mais aussi photographe professionnel, ingénieur du son et technicien de scène, entre autres, sont présents à chaque compétition et contribuent au climat de respect, de déférence et de professionnalisme dont sont entourés les concurrents. En se présentant comme leader dans le développement d’une scène culturelle accessible à tous les aînés, et le maître d’œuvre d’un concours d’envergure ouvert aux populations de diverses régions, Chartwell agit comme facilitateur pour une vieillesse réussie, tout en en posant les balises. En offrant un tel “cadeau” aux aînés, pour reprendre une expression chère à Claudette Dion, Chartwell consoliderait sa position dans la communauté :

“Étoile des Aînés” valorise nos gens âgés et, surtout, il nous sensibilise tous au bien-être de ce groupe très important de notre société (Anonyme, 2011).

IV. Conclusion

31 L’exploration empirique d’ “Étoile des aînés”, dont cet article est le fruit, a permis de mettre en évidence les caractéristiques d’une certaine manière de vieillir dont le concours assure en quelque sorte la promotion par la participation qu’il propose. Cette compétition musicale constitue un événement où le vieillissement se réussit publiquement puisqu’il est soumis à la présence et au regard des autres. Elle instaure un espace où un “bon” vieillissement est célébré, mais est également produit à travers différents dispositifs spectaculaires qui l’orientent et le constituent en phénomène public. Le vieillissement réussi tel que promu par “Étoile des aînés” fait des sujets aînés le maillon d’un engagement collectif, social, communautaire et familial, dont la réalisation nécessite l’intervention et la collaboration distinctes de différents acteurs. Objet d’appels répétés à l’intergénérationnel et à la responsabilité partagée sur laquelle repose sa réussite, le vieillissement est produit comme un phénomène nécessitant la considération obligatoire par tous.

32 Ces premiers constats soulèvent maintes questions quant aux enjeux constitutifs de la production normative du vieillissement au Québec aujourd’hui. Nous aimerions en partager quelques-unes en guise de conclusion. Elles concernent l’apport des personnes âgées aux dispositifs et aux discours du vieillissement, l’importance accrue du secteur privé comme intervenant investi dans le vieillissement et l’émergence de nouvelles solidarités.

33 Si la réalisation des potentialités des aînés est conditionnelle à la réussite de leur vieillissement, il faut souligner qu’elle se produit toujours à l’intérieur d’un certain cadre institué, d’un lieu déjà organisé dans lequel les aînés ont peu de voix et d’espace pour créer leurs propres conditions de vieillissement réussi – à l’exception du rêve qui les anime et qu’ils matérialiseront par leur participation. Si on se réfère à une idée assez répandue, il semble que les personnes vieillissent dans des conditions qu’en grande partie elles ne contrôlent pas. “Étoile des aînés” offre certes une des rares scènes d’allure professionnelle exclusive aux aînés, mais les lieux, le déroulement et la mise en scène sont décidés et balisés par l’équipe de Chartwell. Ainsi, bien que le vieillissement réussi soit l’affaire de tous, tous n’ont pas le même poids dans la production de l’événement, sa réalisation, et la mise à l’épreuve. Dans quelle mesure les rapports de force constitutifs du vieillissement réussi comme production normative tendraient-ils à exclure les aînés des espaces où est défini ce qui serait “bon pour eux” ?

34 À travers l’engagement témoigné par les membres de l’équipe Chartwell envers les aînés s’observe une transformation du rôle de l’entreprise, qui devient non seulement un fournisseur de soins et de services, mais aussi un citoyen à part entière, avec des droits et devoirs à l’égard de la collectivité (Tracey/Nelson/Haugh, 2005). À Chartwell, cette “redevabilité” envers les aînés de la communauté se matérialise à travers la création de projets culturels, tels “Étoile des aînés”. Une telle initiative permet, bien entendu, d’accroître la visibilité et la légitimité de Chartwell envers les autres résidences pour personnes âgées. Elle contribue aussi à en faire une entreprise qui s’estime partie prenante de la vie sociale, avec des obligations morales à respecter et à incarner, mais également avec une mission sociale à réaliser, à promouvoir. Dans cette optique, comment le vieillissement réussi constitue-t-il un des lieux d’intervention de ces formes d’entreprise socialement responsable articulant des objectifs stratégiques commerciaux et sociaux ?

35 Enfin, comme on l’a vu, “Étoile des aînés” encourage les personnes de plus de 65 ans à poursuivre des rêves dont la réalisation implique l’apport de plusieurs acteurs, collectifs notamment. La manière dont les gens vieillissent continue à être perçue comme le résultat de conduites et de choix personnels ; mais ces conduites et choix sont appuyés, confortés, soutenus par différents collectifs. Dans quelle mesure cet engagement partagé relève-t-il d’une nouvelle solidarité émergente ? Comment imaginer un “vieillissement solidaire” qui serait compatible avec les injonctions à la réussite qui accompagnent de plus en plus le “bien vieillir”, et ce dans une conjoncture néolibérale résolument centrée sur la responsabilité individuelle ?

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, 2011 “Lancement de la deuxième édition du concours ‘Étoile des aînés’ – Une scène unique pour faire découvrir le talent artistique des 65 ans et plus”, Journal en ligne : http://journalenligne.wordpress.com/2011/04/09/lancement-de-la-deuxieme-edition-du-concours-%c2%abetoile-des-aines%c2%bb-une-scene-unique-pour-faire-decouvrir-le-talent-artistique-des-65- ans-et-plus.

Anonyme, 2012 “À la recherche de l’Étoile des aînés”, Granby Express - Portail régional : http://www.granbyexpress.com/Actualites/2012-03-31/article-2998543/A-la-recherche-de l %26rsquoEtoile-des-aines/1.

Barthes J.-F., Clément S., Druhle M., 1988 “Vieillesse ou vieillissement ? Les processus d’organisation des modes de vie chez les personnes âgées”, Les Cahiers de la recherche sur le travail social, 15, pp. 11-31.

Biggs S., 2001 “Toward Critical Narrativity: Stories of Aging in Contemporary Social Policy”, Journal of Aging Studies, 15 (4), doi:10.1016/S0890-4065(01) 00025-1, pp. 303-316.

Billé M., Martz D., 2010 La tyrannie du bien vieillir, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. “Clair & Net”.

Blaikie A., 1999 Ageing and Popular Culture, Cambridge, Cambridge University Press (1st ed.).

Casey E. S., 2004 “Public Memory in Place and Time”, inKendall R. P. (Ed.), Framing Public Memory, Tuscaloosa (AL), University of Alabama Press, pp. 17-43.

Chapman S. A., 2005 “Theorizing about Aging Well: Constructing a Narrative”, Canadian Journal of Aging, 24 (1), doi:10.1353/cja.2005.0004, pp. 3-18.

Chartwell, 2012 Étoile des aînés - Q & R 2012, Chartwell Senior Housing Reit, http://www.chartwellreit.ca/senior_star/senior_star_2009/index_fr.php.

Clément S., Mantovani J., 1999 “Les déprises en fin de parcours de vie”, Gérontologie et société, 90, pp. 95-108.

Forman M., 2012 “ ‘How We Feel the Music’: Popular Music by Elders and for Eiders”, Popular Music, 31 (Special Issue 02), doi:10.1017/S0261143012000037, pp. 245-260.

Gouvernement du Québec, 2009 Favoriser le développement actif au Québec, Ministère de la Famille et des Aînés, http://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/DocReferenceMADA_final.pdf.

Grossberg L., 1992 We Gotta Get Out of This Place: Popular Conservatism and Postmodern Culture, New York, Routledge.

Grossberg L., 2010 Cultural Studies in the Future Tense, Durham (NC), Duke University Press Books.

Gullette M. M., 2004 Aged by Culture, Chicago, University Of Chicago Press (1st ed.).

Heblethwaite S., Norris J., 2011 “Expressions of Generativity through Family Leisure: Experiences of Grandparents and Adult Grandchildren”, Family Relations, 60 (1), pp. 121-133.

Hennion A., 2007 La passion musicale ? Une sociologie de la médiation, Paris, Éditions Métailié (éd. revue et corrigée).

Honan S., 2006 Access All Eras: Tribute Bands and Global Pop Culture, Milton Keynes, The Open University Press.

Katz S., 1996 Disciplining Old Age: The Formation of Gerontological Knowledge, Charlottesville, University of Virginia Press.

Katz S., 2009 Cultural Aging: Life Course, Lifestyle, and Senior Worlds, Toronto, University of Toronto Press (2nd ed.).

Laliberte Rudman D., 2006 “Shaping the Active, Autonomous and Responsible Modern Retiree: An Analysis of Discursive Technologies and their Links with Neo-liberal Political Rationality”, Ageing & Society, 26 (02), doi:10.1017/S0144686X05004253, pp. 181-201.

Marhánkova J. H., 2011 “Leisure in Old Age – Disciplinary Practices Surrounding the Discourse of Active Ageing”, International Journal of Ageing and Later Life, 6 (1), doi:10.3384/ijal.1652-8670.11615, pp. 5-32.

Martinson M., 2006 “Opportunities or Obligations? Civic Engagement and Older Adults”, Generations, 30 (4), pp. 59-65.

Martinson M., Minkler M., 2006 “Civic Engagement and Older Adults: A Critical Perspective”, The Gerontologist, 46 (3), doi:10.1093/geront/46.3.318, pp. 318-324.

Matsutake Worlds Research Group, 2012 “A New Form of Collaboration in Cultural Anthropology: Matsutake Worlds”, inRobben A. C. G. M., Sluka J. A. (Eds.), Ethnographic Fieldwork. An Anthropological Reader, Oxford, Wiley-Blackwell (2nd ed.), pp. 409-439.

Meizel K., 2009 “Making the Dream a Reality (Show): The Celebration of Failure in American Idol”, Popular Music and Society, 32 (4), doi:10.1080/03007760802217725, pp. 475-488.

Ministère de la Famille et des Aînés, 2012 Vieillir et vivre ensemble. Chez soi, dans sa communauté au Québec, Gouvernement du Québec, http://www.mfa.gouv.qc.ca/fr/publication/Documents/politique-vieillir-et-vivre-ensemble.pdf.

Robben A. C. G. M., 2012 “Multi-sited Fielwork. Introduction”, inRobben A. C. G. M., Sluka J. A. (Eds.), Ethnographic Fieldwork. An anthropological Reader, Oxford, Wiley-Blackwell (2nd ed.), pp. 367-373.

Rose N., 2011 “Identity, Genealogy, History”, inHall S., du Guay P. (Eds.), Questions of Cultural Identity, London, Sage, pp. 128-150.

Rowe J. W., Kahn R. L., 1987 “Human Aging: Usual and Successful”, Science, 237 (4811), doi:10.1126/science.3299702, pp. 143-149 .

Rowe J. W., Kahn R. L., 1997 “Successful Aging”, The Gerontologist, 37 (4), doi:10.1093/geront/37.4.433., pp. 433-440.

Rowe J. W., Kahn R. L., 1999 Successful Aging, New York, Dell.

Rozanova J., 2010 “Discourse of Successful Aging in The Globe & Mail: Insights from Critical Gerontology”, Journal of ageing studies, 24, pp. 213-222.

Singing C., Gray R., 2005 “Active Aging — Spunky Survivorship? Discourses and Experiences of the Years beyond Breast Cancer”, Journal of Aging Studies, 19, pp. 147-161.

Stahl M., 2004 “A Moment like This. American Idol and Narratives of Meritocracy”, inWashburne C. J., Derno M. (Eds.), Bad Music: The Music We Love to Hate, New York, Routledge, pp. 212-232.

Taylor J., 2010 “Queer Temporalities and the Significance of ‘Music Scene’ Participation in the Social Identities of Middle-aged Queers”, Sociology, 44 (5), doi:10.1177/0038038510375735, pp. 893-907.

Tracey P., Nelson P., Haugh H., 2005 “Beyong Philanthopy: Community Enterprise as a Basis for Corporate Citizenship”, Journal of Business Ethics, 58, pp. 327-344.

Voirol O., 2005 “Les luttes pour la visibilité. Esquisse d’une problématique”, Réseaux, 1 (129-130), pp. 89-121.

Haut de page

Annexe

Résumé long

Chartwell, le plus gros réseau de résidences pour personnes âgées au Canada, organise et commandite depuis 2009 “Étoile des aînés”, un concours musical réservé aux 65 ans et plus. Visant à “célébrer le talent des retraités”, ce concours spectacle est l’un des rares qui soit exclusivement dédiés aux aînés. Cet article a pour but d’explorer comment “Étoile des aînés”, en tant qu’événement sis à l’intersection de la musique, des médias et du marché en pleine expansion de l’habitat pour les aînés, met en évidence une articulation particulière du “bien vieillir” au Québec. Nous arguons qu’au sein d’ “Étoile des aînés”, les injonctions au “bien vieillir” se traduisent par des injonctions à la réussite du vieillissement et à la célébration de cette réussite. Nous proposons qu’ “Étoile des aînés” participe à configurer de manière singulière la réussite du vieillissement puisqu’il y est l’objet d’une mise à l’épreuve devant un public, un jury et une scène. “Étoile des aînés” constitue donc un terrain privilégié pour comprendre les manières singulières dont les discours sur le vieillissement se déploient et sont mis en œuvre hors des domaines de la santé et de la sécurité qui en sont souvent les espaces de prédilection.

Très peu de travaux ont jusqu’ici traité du “bien vieillir” en lien avec la culture et la communication, et encore moins avec la musique. Nous souhaitons pallier, ne serait-ce que partiellement, à cette absence en proposant une réflexion qui, d’une part, s’inspire des courants anglophones critiques de la gérontologie (tels ceux de Katz, 2009 et de Rozanova, 2010) ainsi que des études culturelles (cultural studies), où la démarche de contextualisation occupe une place prépondérante. Plus précisément, à l’instar de ces auteurs, nous envisageons le vieillissement réussi comme un discours qui s’inscrit et prend forme dans le contexte actuel néolibéral, où les sujets âgés doivent assumer la responsabilité individuelle de leur propre vieillissement. Nous proposons qu’au nombre de ces obligations figure celle de réussir son vieillissement ou, à tout le moins, d’orienter les conduites de soi et des autres de manière à tendre vers sa réussite.

L’exploration empirique de cet article émane d’un projet pilote consacré à “Étoile des aînés”. Cette réflexion est le fruit d’une ethnographie multisites (Robben, 2012), en cours depuis octobre 2011. Elle fut réalisée conjointement par trois chercheures travaillant sous le mode de la strong collaboration (Matsutake Worlds Research Group, 2012), une pratique qui implique une immersion intersubjective et qui repose sur la présence simultanée des chercheurs. À cette démarche de terrain s’ajoute l’analyse d’une archive composée de documents hétérogènes relatifs à l’existence médiatique du concours et au matériel promotionnel conçu par Chartwell.

 C’est donc à un examen sommaire des conditions et modalités de réalisation du concours que nous procédons en considérant les principales formes de vieillissement réussi que notre analyse d’ “Étoile des aînés” nous a permis d’identifier à ce jour : l’expérience publique et l’engagement partagé. D’abord, loin d’être homogène et univoque, faire l’expérience publique du vieillissement en participant à “Étoile des aînés” prend différentes formes, que ce soit pour les participants, l’auditoire ou les membres de l’organisation. Nous interrogeons ensuite comment le fait de réussir “son” et “le” vieillissement (des autres) constitue une forme d’engagement partagé, au-delà du processus méritocratique qui placerait seul l’aîné concerné devant la conscience de son vieillissement. Que ce soit par les interventions des juges ou celles de l’auditoire du concours, ou encore par les dispositifs techniques et médiatiques instaurés afin de faire valoir le “talent”, nous estimons que, dans ce contexte, la réussite du vieillissement s’opère de manière relationnelle. L’exploration empirique d’ “Étoile des aînés”, a permis de mettre en évidence les caractéristiques d’une certaine manière de vieillir dont le concours assure en quelque sorte la promotion par la participation qu’il propose.

Long summary

Since 2009, Chartwell, the largest network of residences for the elderly in Canada, has been organizing and sponsoring “Senior Star”, a musical contest reserved to those 65 and over. Aimed at « celebrating the talent of retirees », this contest show is a rare exception in being exclusively dedicated to the elderly. The purpose of this article is to explore how “Senior Star”, as an event situated at the crossroads of music, medias and the booming elderly housing market, highlights a particular articulation of “aging well” in Quebec. We argue that within “Senior Star”, injunctions to “aging well” take the form of injunctions to success in ageing and the celebration of that success. We suggest that “Senior Star” participates in configuring success in ageing in a singular way since it is the object of a test before a public, a jury and on stage. Hence “Senior Star” represents an ideal terrain for understanding the singular ways in which discourses on ageing are deployed and implemented outside the fields of health and security – which are often their spaces of predilection.

Very few works have until now dealt with “aging well” in connection with culture and communication, and even fewer in connection with music. We hope to mitigate, be it only partially, this absence in proposing a reflection which, on the one hand, takes its inspiration from critical anglophone currents of gerontology (such as those of Katz, 2009 and Rozanova, 2010) as well as cultural studies, where the contextualisation procedure plays a preponderant role. More precisely, following these authors, we consider successful ageing as a discourse fitting into and taking form in the current neo-liberal context, where aged subjects must assume individual responsibility for their own ageing. We suggest that among these obligations figures that of making a success of one’s ageing or, at the very least, of orienting one’s conduct and that of others so as to strive after its success.

This article’s empirical exploration results from a pilot project dedicated to “Senior Star”. Our reflection is the fruit of a multi-site ethnography (Robben, 2012), in progress since October 2011. It was carried out jointly by three (female) researchers working in a strong collaboration mode (Matsutake Worlds Research Group, 2012), a practice involving an inter-subjective immersion and relying on the researchers’ simultaneous presence. To this field procedure is added analysis of a file containing heterogeneous documents relating to the contest’s media existence and the advertising material designed by Chartwell.

We thus proceed to a summary examination of the conditions and means of producing the contest in considering the principal forms of successful ageing that our analysis of “Senior Star” has enabled us to identify to date: public experience and shared engagement. First of all, far from being homogeneous and univocal, going through the public experience of ageing while taking part in “Senior Star” takes on various forms, whether we are dealing with the participants, the audience or the organization members. We then question how the fact of succeeding “one’s” ageing and ageing “as such” (others’) constitutes a form of shared engagement, beyond a meritocratic process which only brings the elderly person concerned face to face with a consciousness of his ageing. Whether it be through the judges’ interventions or those of the contest audience, or, further, through the technical and media devices installed in order to feature the “talent”, we consider that in this context the success of ageing takes place in a relational manner. Empirical exploration of “Senior Star” has led to our highlighting the characteristics of a certain way of ageing, the promotion of which the contest in some sort ensures, by the participation it proposes.

Haut de page

Notes

1  Entre 2009 et 2012, le concours a été organisé par Chartwell-Québec, une filiale de Chartwell-Reit. En janvier 2013, dans la foulée d’importants changements organisationnels, dont l’acquisition d’une quarantaine de résidences au Québec, l’entreprise a changé de nom et de logo. http://www.chartwell.com/about/welcome/index.php.

2  Depuis le début, plus de 850 concurrents se sont inscrits dans douze compétitions régionales – une treizième est prévue pour l’édition 2013 – tenues chacune devant environ 250 personnes (Notes d’entretien avec la coordonnatrice pour le Québec, juin 2012).

3  La notion d’effectivité « describes an event’s place in a complex network of effects – its effects elsewhere on other events, as well as their effects on it; it describes the possibilities of the practice for effectuating changes or differences in the world. Such a description then asks how something comes to exists in its singularity (what Foucault calls its ‘rarity’) and how it functions » (Grossberg L., 1992, p. 50).

4  D’une durée de trois ans, il fait partie des activités de recherche du réseau “Ageing, Communication and Culture” (a-c-m.ca) financées par le programme de développement de partenariat du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (2011-2014).

5  Reposant sur la présence simultanée des chercheurs, cette pratique implique une immersion intersubjective « in which explicit attention to the process is part of the project » (Matsutake Worlds Research Group, 2012, p. 141).

6  Outre la réalisation de deux entrevues conjointes avec la responsable nationale et le concepteur initial du concours (de la maison mère de Toronto), elle est centrée sur l’observation de huit compétitions (six régionales, deux nationales) tenues dans sept villes (dont six au Québec). L’observation implique la prise de notes et de photos, l’enregistrement vidéo partiel des prestations et des commentaires des juges, la réalisation d’une vingtaine d’entretiens libres avec la coordinatrice québécoise (surtout sur le site des concours, mais quelques-uns au téléphone), plusieurs autres avec des organisateurs, des bénévoles locaux et la juge de tournée (systématiquement après chaque compétition), des échanges avec deux participants et autant de spectateurs, ainsi qu’une conversation avec le président de Chartwell-Québec (lors de la finale nationale).

7  « A conjuncture is a description of a social formation as fractured and conflictual, along multiple axes, planes, and scales, constantly in search of temporary balances or structural stabilities through a variety of practices and processes of struggle and negotiations » (Grossberg L., 2010, p. 41).

8  Ce programme vise à rendre les villes plus adéquates et à l’écoute des besoins des aînés en matière de logement, de mobilité et d’insertion sociale, notamment. Voir http://www.vadaquebec.ca.

9  Outre le vieillissement actif, Chapman inclut dans cette liste les vieillissements sain, productif et optimal (Chapman S. A., 2005, p. 10).

10  Voir le site officiel de l’édition québécoise, adaptée de la version française “Star Academy” : http://www.staracademie.ca.

11  Les jurys sont composés de deux personnalités de la musique et des médias des localités où se tiennent les compétitions régionales ainsi que de la porte-parole et juge de tournée, Claudette Dion, chanteuse populaire et sœur de Céline Dion.

12  Nous avons maintes fois observé dans les résidences des affiches au mur présentant l’horaire des activités de la journée où “Étoile des aînés” figurait juste avant le repas du soir et après une cérémonie religieuse ou un bingo. Les multiples déambulateurs alignés dans le corridor attenant à la “salle de spectacle” sont un autre signe que la compétition “occupe” bien des résidents à mobilité réduite.

13  Considérée comme ayant une incidence positive sur le “bien vieillir”, la générativité est définie comme « a psychological construct that reflects the midlife concern for, and care of, future generations as a legacy of the self. This is most obviously reflected in the act of parenting, but may also be manifested in other pursuits such as teaching, mentoring, religious involvement, and civic or political engagement » (Hebblethwaite S., Norris J., 2011, p. 122).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Line Grenier et Fannie Valois-Nadeau, « «Vous êtes tous des gagnants». “Étoile des aînés” et le vieillissement réussi au Québec », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-1 | 2013, 137-156.

Référence électronique

Line Grenier et Fannie Valois-Nadeau, « «Vous êtes tous des gagnants». “Étoile des aînés” et le vieillissement réussi au Québec », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rsa.revues.org/951 ; DOI : 10.4000/rsa.951

Haut de page

Auteurs

Line Grenier

Département de communication, Université de Montréal

Fannie Valois-Nadeau

Département de communication, Université de Montréal

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org