Navigation – Plan du site
Articles isolés

Une vie sociale encore bien normée. L’exemple d’un campus universitaire français

Social Life is Still Quite Norm-Governed. The Example of a French University Campus
Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé
p. 157-169

Résumés

À partir d’un questionnaire distribué à un échantillon raisonné d’étudiants, d’enseignants et de membres du personnel administratif et de service d’un campus universitaire français, nous avons rendu visibles des registres normatifs communs au fondement de la vie sociale. Ce constat invite à relativiser la thèse selon laquelle l’ensemble de la vie sociale, plus particulièrement en milieu urbain, serait aujourd’hui dans un état de “liquidité” généralisée synonyme de brouillage des repères collectifs et de dissolution des cadres normatifs. En d’autres termes, l’article montre qu’un territoire urbain institutionnel comme l’université s’apparente encore à un monde durkheimo-goffmanien, c’est-à-dire un monde structuré autour de manières d’être consolidées.

Haut de page

Entrées d’index

Index de mots-clés :

incivilité, ordre public, rituels, université

Index by keyword :

incivility, law and order, ritual, university
Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Dans une large mesure, il est aujourd’hui admis par les chercheurs en sciences sociales que nous sommes entrés dans l’ère de la société en réseau (Castells, 1998) avec pour caractéristiques la fluidité, le mouvement ou encore la vitesse (Giddens, 1994). En d’autres termes, nous assisterions à la fin d’un monde marqué par la stabilité des repères de sens au point que certains auteurs, à la manière de John Urry (2005), proposent d’abandonner le concept même de société, accusé de figer les phénomènes sociaux. Pour comprendre ce nouvel état du social, vu comme profondément instable et incertain (Beck, 2001), la sociologie devrait ainsi opérer ce qui s’apparente à une véritable rupture épistémologique. C’en serait fini des cadres culturels solidifiés, cristallisés et durcis, tout serait devenu “liquide” pour reprendre la terminologie de Zygmunt Bauman (2005). Émile Durkheim et Erving Goffman ne seraient donc plus très utiles pour comprendre la vie sociale actuelle, eux qui ont tant mis en évidence les bases morales au fondement de la vie collective. En un mot, nous serions passés d’un monde solide à un monde liquide, organisé autour de flux planétaires et de villes globales, confronté à l’émergence continue de réseaux réticulaires au niveau mondial et engagé dans une hybridation universelle des cultures (Hannerz, 1992).

  • 1  Ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers de service.

2À n’en pas douter, notre société, engagée dans un processus d’urbanisation mondiale sans précédent, est gagnée par le mouvement ainsi que par le rétrécissement du temps et de l’espace. De même, il semble incontestable qu’il se produit un brouillage de l’autrui généralisé avec pour corollaire une diversification des répertoires culturels (Bourdin, 2005). Pour autant, affirmer que l’ensemble de la vie sociale, notamment en milieu urbain, est devenue dynamique au point de ne voir le monde contemporain qu’à travers le prisme de la fluidité et de la dissolution des références collectives, semble radical. Nous avons cherché à savoir ce qu’il en est de ce soi-disant état de “liquidité” généralisée dans un territoire urbain institutionnel : l’université. Autrement dit, nous avons voulu mettre à l’épreuve cette hypothèse de la fluidité généralisée dans une institution vieille de huit siècles, théâtre d’évolutions et de changements. Notre intérêt s’est porté sur un campus universitaire français qui peut à bien des égards être comparé à une micro-société en raison de la démocratisation de l’enseignement universitaire. En outre, la globalisation des échanges a pour conséquence d’ouvrir les universités à des étudiants étrangers, ce qui en fait un univers de plus en plus multiculturel. Par ailleurs, il faut compter avec ceux qui y travaillent quotidiennement : enseignants et membres du personnel IATOS1. L’université peut de ce point de vue être considérée comme un laboratoire social urbain tout à fait intéressant à observer.

3Afin de voir si la vie sociale à l’université s’organise autour de fondements moraux communément admis, nous avons privilégié une approche par les incivilités. En effet, nous sommes partis de l’hypothèse suivante : si des incivilités sont identifiées et dénoncées en tant que telles, c’est que, d’une façon ou d’une autre, il existe (encore) des registres normatifs suffisamment partagés par le plus grand nombre, ou du moins par un certain nombre d’individus, pour porter un jugement moral quant à des actes, des comportements ou des attitudes qui dérangent, agacent, voire insupportent. Mais d’un autre côté, les incivilités seraient également un révélateur d’une nouvelle forme de lien social fondée sur la proximité nécessaire d’individus n’ayant, à bien y regarder, qu’assez peu de points en commun. En effet, l’attention prêtée aux règles de civilité, et par voie de conséquence aux incivilités, pourrait résulter de l’augmentation sensible des relations que nous entretenons avec des inconnus qui ne partagent pas les mêmes logiques normatives (plus particulièrement en milieu urbain). Qu’en est-il au juste ? Les incivilités sont-elles révélatrices de registres normatifs consolidés ou d’une dispersion, voire d’une dissolution de ces derniers ?

4D’abord connoté politiquement en désignant des règles de comportement dans la cité, le terme d’incivilité se voit chargé de sens moral et social dès le XVIe siècle à partir du moment où de nombreux traités de courtoisie et de savoir-vivre formalisent les “bonnes manières” de vivre en société censées permettre une intégration de chacun à la vie sociale. C’est dire si le mot véhiculera pendant plusieurs siècles une volonté de prescrire des conduites avant de tomber en désuétude. C’est à la criminologie de langue anglaise, notamment aux travaux de John Conklin (1975) et de James Q. Wilson et George L. Kelling (1982), que l’on doit sa réapparition dans le vocabulaire français au moment où les acteurs politiques font, au milieu des années 1990, de la sécurité une nouvelle priorité d’action. Ici ce n’est pas la dimension politique du vocable qui nous intéresse, mais bien sa dimension morale et sociale. Dans ce sens, on peut retenir l’acception selon laquelle les incivilités sont définies comme des désordres généralement mineurs qui n’entrent pas dans le champ pénal car ne faisant, la plupart du temps, pas de victimes. Elles sont considérées comme perturbant l’ordre public au sens où Goffman (1993) l’appréhende dans ses recherches sur les rituels de la vie quotidienne : elles menacent les personnes parce qu’il y a refus d’appliquer les rituels interpersonnels (d’accès, de confirmation, d’évitement, de réparation, etc.) communément déployés pour maintenir l’équilibre interactionnel. C’est ainsi que l’ordre public fonctionne lorsque les rituels de civilité sont respectés dans les situations d’interaction. Sébastian Roché (1996) note à ce titre que les incivilités sont des atteintes aux rituels sociaux et qu’elles affectent la tranquillité, plus largement les règles d’usage des lieux de vie publics.

  • 2  Notre étude a été réalisée juste avant que ne paraisse le décret du 1er février 2007 interdisant l (...)

5Partant de l’idée que mettre en évidence des registres normatifs communément admis nécessite d’insister aussi bien sur la formation de consensus normatifs (accords) que sur l’émergence de dissensus (désaccords), nous avons analysé la vie universitaire à travers cinq scénarios susceptibles de révéler l’existence ou non de références morales communes. C’est en considérant la consommation de tabac, l’utilisation du téléphone portable, l’inscription de graffitis, l’abandon de déchets et l’application des règles de politesse que cette analyse de la vie collective au sein d’un campus universitaire a été réalisée. À partir d’une étude croisée des territoires (salles de cours, salles de réunions, cafétérias, couloirs, etc.), des situations (présence de fumeurs dans des espaces où la cigarette est interdite2, dégradation de biens publics, etc.) et des publics (étudiants, enseignants, secrétaires, agents d’entretien, etc.), notre dessein sera d’abord de rendre visibles des positions normatives communes au centre de la vie universitaire. Ensuite, il s’agira de comprendre la relative passivité consensuelle des individus en dépit de la prégnance collective de certaines normes. Enfin, il sera question d’expliquer les engagements normatifs des individus en considérant leurs caractéristiques socio-culturelles. Dans ce sens, il apparaîtra nécessaire de cerner tout au long de notre propos tantôt les raisons pour lesquelles les individus agissent de telle ou telle manière, tantôt les causes sociales (statut, âge, position occupée, fonction exercée) à l’origine de certains de leurs comportements.

6Notre étude s’appuie sur la méthode du questionnaire-scénario afin de toucher un nombre important de personnes. En effet, seul cet outil d’investigation empirique semble en mesure de rendre (éventuellement) visibles des références collectives structurant avec plus ou moins de force les interactions. Il ne s’agit donc pas ici de rendre compte de la pluralité des régimes normatifs chez des individus pris isolément, mais de chercher à voir s’il est possible de repérer des cadres moraux significatifs dans le quotidien universitaire. En proposant différents scénarios relatifs à des scènes de la vie ordinaire, nous sommes conscients que nous participons, d’une façon ou d’une autre, à l’affirmation de cadres normatifs, tant il est vrai que toute recension et description des normes présuppose un engagement théorique sur ce qu’elles sont : il ne peut en effet exister de neutralité axiologique absolue dès lors qu’il s’agit d’évaluer les comportements des individus. Autrement dit, les catégories statistiques ne prétendent pas refléter une réalité objective (Desrosières, 1993) : ici, elles participent d’une représentation du “normal” historiquement et géographiquement situé. Mais si les catégories statistiques véhiculent en l’occurrence une définition légitime de l’ordre public, il reste qu’elles sont un moyen privilégié d’objectivation de tendances collectives qui, sans le recours à un tel outil, demeureraient inintelligibles. Comment mettre en évidence des registres normatifs collectivement partagés si on ne se donne pas les moyens de les mesurer, ou du moins de les rendre visibles à partir d’enquêtes statistiques portant sur de larges échantillons ? Précisons en outre que les scénarios proposés ici correspondent à des scènes ordinaires de la vie universitaire, si bien que l’on peut raisonnablement faire l’hypothèse qu’ils font sens pour les individus et que l’on ne mesure pas des dimensions de la vie sociale insignifiantes aux yeux des répondants.

7Notre questionnaire-scénario porte sur un échantillon raisonné de 1 264 étudiants, de 120 IATOS et de 410 enseignants-chercheurs. Sur les 1 794 questionnaires distribués, 1 425 sont exploitables, soit plus de 79 % de notre échantillon. Ce pourcentage élevé s’explique par la méthode de passation des questionnaires utilisée auprès des étudiants. Ces derniers recevaient effectivement le questionnaire en début de cours et le rendaient aux enquêteurs aussitôt complété. Aussi avons-nous un taux de réponse chez les étudiants proche de 100 %. En revanche, les taux de réponse des enseignants-chercheurs et du personnel IATOS, auxquels nous avons fait parvenir le questionnaire par courrier, sont nettement moins conséquents : 112 enseignants sur un effectif de 410 ont répondu, soit 27 % ; 49 IATOS sur un total de 120 ont rempli le questionnaire, soit 41 %.

La population observée

Les caractéristiques générales

Plus de 78 % de la population est constituée de femmes très jeunes, âgées en moyenne de 23,4 ans. Cette relative jeunesse de l’échantillon s’explique par le poids important des étudiants (1 264) par rapport aux enseignants-chercheurs et aux IATOS (représentant ensemble 169 personnes). À cet égard, il n’y a rien d’étonnant à ce que nous soyons en présence d’une population majoritairement célibataire (57,4 % des individus vivent seuls). L’université étant implantée au coeur d’une agglomération urbaine de l’est de la France dépassant les 300 000 habitants, il n’est pas surprenant de constater que les personnes enquêtées résident dans une large majorité en ville. Nous pouvons aussi noter qu’une grande partie de notre échantillon a une origine sociale modeste dans la mesure où près de la moitié des mères et des pères appartiennent au monde des ouvriers et des employés. Cette surreprésentation des catégories populaires est due au fait que nous avons interrogé essentiellement des étudiants inscrits en licence. En effet, les statistiques de l’Éducation nationale confirment que c’est en premier cycle que les étudiants issus des couches sociales modestes sont proportionnellement les plus nombreux.

Les caractéristiques démographiques et structurelles de la population étudiante, enseignante et IATOS

De façon plus précise, notre population estudiantine (1 264) se compose d’une très large majorité de filles (1 015) âgées pour la plupart de 17 à 25 ans. Les étudiants proviennent par nombre décroissant des disciplines suivantes : 248 de psychologie, 191 de sciences de l’éducation, 190 de sciences du langage, 138 de sociologie, 134 d’histoire, 101 de médiation culturelle et communication, 99 d’anglais, 84 de lettres, 50 de géographie, 21 de langues étrangères appliquées, 8 de philosophie. Parmi tous ceux-ci, 1 169 sont inscrits en licence et 95 en master. Nous dénombrons par ailleurs 1 195 étudiants de nationalité française, représentant près de 95 % de notre échantillon.

La population enseignante, mariée dans plus de 50 % des cas (63 sur 112), est constituée à parts égales d’hommes et de femmes se situant majoritairement dans la tranche d’âge 36-55 ans (64 sur 112). Les populations IATOS (49) se composent très majoritairement de femmes (85 %) dont l’âge est le plus souvent compris entre 36 et 55 ans.

II. Des registres normatifs partagés

8L’observation des mises en situation des publics fréquentant le campus universitaire, lequel accueillait au moment de l’étude un peu plus de 7 000 étudiants, montre que sur un certain nombre de points les réactions convergent, laissant apparaître des jugements, des attitudes et des comportements communs. En effet, quel que soit le scénario proposé, les individus partagent des façons de se comporter et de réagir face à des actes aujourd’hui perçus comme incivils par le plus grand nombre. Aussi différents soient-ils, les mondes sociaux qui se côtoient à l’université parviennent d’une manière générale à trouver des formes d’accord constitutives de la vie collective.

9Ainsi en est-il des réactions relatives à la consommation de tabac dans les espaces où celle-ci est interdite. Dans l’ascenseur, par exemple, qu’elles soient personnel IATOS, enseignants ou étudiants, les personnes désapprouvent dans une très large majorité (90 %) la fumée de tabac. Elles se disent même, pour près de 70 % d’entre elles, prêtes à réagir face à un fumeur dans une telle situation, soit en faisant un signe désapprobateur, soit en faisant de l’ironie ou une remontrance. Même dans un lieu plus ouvert comme un couloir, force est de constater que là encore près de sept personnes sur dix sont dérangées par la présence de fumeurs. En revanche, les réactions de désapprobation sont moins nombreuses que dans l’ascenseur, ce qui s’explique certainement par le fait que les couloirs sont des espaces ouverts et plus grands. En d’autres termes, la nature de la situation proposée décide en partie du rapport que l’on entretient avec l’acte de fumer dans un espace où ce n’est pas autorisé. En outre, lorsque les personnes fument dans un amphithéâtre ou une salle de cours, dans lequel il est habituellement interdit de fumer et où se déroule une manifestation exceptionnelle (politique, syndicale ou culturelle), plus de 93 % des individus pensent qu’un tel comportement n’est pas acceptable. Enfin, quel que soit le statut de celle ou de celui qui fume dans une zone non-fumeur, les personnes présentes trouvent cela “pas du tout acceptable” (64 %), voire “peu acceptable” (29 %).

10Un tel consensus normatif est également repérable chez des personnes dont le téléphone portable retentit dans un lieu où l’attention est nécessaire (salle de cours, secrétariat, salle de réunion, etc.). Il ressort effectivement qu’une forte majorité des enquêtés (86 %) éprouvent de la gêne, voire beaucoup de gêne lorsque la sonnerie de leur téléphone vient interrompre, ou du moins perturber le cours normal d’une telle situation. Par ailleurs, quels que soient le sexe, l’âge, le statut, la situation matrimoniale, le lieu de vie ou encore l’origine sociale du père et de la mère, dès lors que la sonnerie de leur téléphone contrarie le déroulement d’un cours ou d’une réunion, une très large majorité des individus enquêtés éteignent aussitôt leur appareil. Parallèlement, si lors d’une réunion professionnelle la sonnerie d’un téléphone cellulaire retentit, les enseignants et le personnel IATOS présents ne trouvent pas cela amusant dans plus de 85 % des cas et 70 % d’entre eux se déclarent agacés.

11Le scénario dans lequel on invitait les enquêtés à imaginer quelqu’un apposer un graffiti sur un mur a montré combien là aussi un fond commun normatif se dégageait. En effet, près de 70 % des personnes enquêtées se disent énervées à la vue d’un graffeur en action et 91 % d’entre elles qualifient une telle situation de “peu normale” ou de “pas du tout normale”. Et même si une analyse plus fine de nos données statistiques laisse apparaître que 100 % des membres du personnel IATOS considèrent l’inscription de graffitis, où qu’elle soit, comme un acte, sinon “anormal”, du moins “peu normal”, il n’en demeure pas moins que les étudiants sont eux aussi 91 % à réprouver l’action des graffeurs.

12Une autre dimension de la vie universitaire a été appréhendée dans le questionnaire-scénario que nous avons construit : les enquêtés ont été amenés à s’exprimer sur la propreté des lieux. Là encore, un large consensus se dessine dans la mesure où plus de 93 % des personnes se disent énervées lorsqu’elles constatent que quelqu’un vient de jeter un papier par terre ou de laisser les restes d’un repas sur une table de la cafétéria ; et ce chiffre atteint même 98 % parmi le personnel IATOS. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que la quasi-totalité de notre échantillon qualifie un tel acte d’ “anormal”, et ce, qu’il se produise à l’intérieur ou à l’extérieur des bâtiments. L’autre mise en situation relative aux déchets confirme le consensus normatif observé. En effet, 93 % des personnes interrogées pensent que partir en laissant ses restes de repas sur une table de la cafétéria est peu acceptable, voire pas du tout acceptable.

13Le dernier scénario suggéré consistait à s’interroger sur les règles de politesse. Dans le cas où nous-mêmes oublions de retenir la porte pour la personne qui nous suit, nous sommes en moyenne, quel que soit notre statut, 93 % à nous excuser de notre comportement. De façon plus précise, si ce sont les enseignants-chercheurs qui disent s’excuser le plus (99 %) dans une telle situation, il n’en reste pas moins que les étudiants déclarent présenter des excuses dans 87 % des cas ; les membres du personnel IATOS, quant à eux, seraient 92 % à le faire. En outre, si l’on regarde les réactions des personnes à qui l’on n’a pas retenu la porte, il apparaît que non seulement les jeunes et les personnes âgées ne se montrent pas du tout indifférents dans une telle situation, mais également ceux et celles issues de milieux sociaux modestes, moyens ou supérieurs : près de 70 % d’entre elles affirment être dérangées. Quand on demande aux enquêtés de s’exprimer sur la situation d’un enseignant arrivant fréquemment en retard à ses cours, 87 % pensent que c’est peu ou pas du tout acceptable ; ce chiffre s’élève à plus de 90 % lorsque les enseignants donnent leur avis sur un collègue éventuellement concerné.

14Les consensus normatifs observés montrent à quel point des normes de vie collective pré-existent et permettent aux individus de s’engager dans des interactions au cours desquelles il est possible de prévoir les comportements d’autrui. La réduction des incertitudes inhérentes aux relations sociales est, comme le fait remarquer Goffman (1991), la condition sine qua non à l’instauration d’un ordre public. Mais n’oublions pas que ce dernier, à son tour, rend possible une certaine harmonie interactionnelle. D’une façon générale, il est important de préciser combien il faut être prudent, dès lors que l’on insiste sur le caractère construit des manières de vivre ensemble, de ne pas verser dans un relativisme radical qui postule à tort une réinvention de la réalité normative à chaque nouvelle situation interactionnelle. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre l’insistance de Goffman à dénoncer le “situationnalisme rampant” (Goffman, 1988 :196-197), lequel consiste effectivement à adopter une position peu encline à accepter l’existence de cadres normatifs préexistant aux rencontres sociales, ce qui revient à nier l’importance des rites d’interaction définis comme des manières de vivre ensemble culturellement consolidées.

15De façon plus précise, nos investigations au sein d’une université accueillant des étudiants d’origines socio-culturelles diverses soulignent combien il existe encore des manières d’être ensemble dans notre société. Même si celle-ci tend, d’une part à voir ses institutions perdre de leur portée (Dubet, 2002), et d’autre part à s’inscrire dans des processus d’urbanisation et de globalisation des échanges, et donc à se complexifier et à se différencier, il reste que nous continuons dans une large mesure ici, à l’université, à vivre dans un “monde goffmanien”, i.e. dans un univers structuré par des registres normatifs renvoyant à un fonds culturel assez largement partagé. Ce n’est pas parce que nous nous définissons aujourd’hui à partir de multiples ressources identitaires et que nous sommes socialisés dans un espace social pluriel que nous ne partageons pas des valeurs, des normes et des représentations communes du monde et d’autrui. Par ailleurs, notre recherche montre à quel point les normes implicites régulent, assez souvent semble-t-il, plus efficacement l’ordre social que les règles établies institutionnellement.

III. Juger négativement ne veut pas dire agir

16Si notre étude a révélé des formes de consensus normatif, elle n’a pas permis en revanche d’établir une corrélation significative entre le fait de qualifier un acte d’ “anormal” ou d’ “inacceptable” et celui de manifester sa désapprobation. Autrement dit, ce n’est pas parce qu’un acte est pensé comme incivil par la majorité des individus qu’il y a une intervention de leur part en vue de signifier un désaccord et d’imposer si possible une lecture spécifique de la situation. Bien que les personnes enquêtées soient nombreuses à être dérangées par la fumée de tabac dans les couloirs, elles sont une minorité à réagir dans une telle situation (en faisant une remarque par exemple ou un signe désapprobateur). En effet, 63 % des personnes constituant notre population statistique ne vont pas, in fine, exprimer leur dérangement ou même leur opposition. De même, lorsque les personnes remarquent des graffeurs en action, 60 % d’entre elles ne se permettent pas d’intervenir sous quelque forme que ce soit. Se dessinent donc ici des formes de passivité consensuelle, lesquelles ne sont pas forcément antinomiques avec les consensus normatifs dégagés précédemment.

17Il semble difficile de comprendre la passivité des individus dans certaines situations si nous oublions de prendre en compte les différentes positions occupées au sein de l’institution universitaire, et notamment le statut. Ainsi remarque-t-on dans le cas où un enseignant arrive fréquemment en retard à ses cours, que les étudiants se montrent peu enclins à intervenir, soit en faisant une remarque, soit en alertant d’une manière ou d’une autre les responsables de l’université : plus de 60 % d’entre eux déclarent effectivement ne rien faire, et ils sont une infime minorité (3 %) à dire qu’ils adresseraient une réclamation. La passivité trouve ici en partie son origine dans l’asymétrie de la relation qui existe entre un étudiant et un enseignant. D’une façon plus générale, il n’est pas aisé, face à des comportements perturbant le bon fonctionnement de la vie universitaire, d’intervenir quand on se trouve dans une position subalterne, et à plus forte raison lorsque l’on est étudiant et que l’on occupe alors une situation de sujétion vis-à-vis de l’autorité pédagogique.

18La passivité s’explique aussi par le fait que les consensus normatifs que nous avons repérés ne concernent jamais la totalité de notre échantillon. Comme le notait à juste titre Durkheim dans Les règles de la méthode sociologique (1995), il existe toujours et nécessairement dans toute société des individus qui véhiculent des logiques normatives ne s’inscrivant pas dans ce qui apparaît normal aux yeux du plus grand nombre. Cela tient notamment à ce que

le milieu physique immédiat dans lequel chacun de nous est placé, les antécédents héréditaires, les influences sociales dont nous dépendons varient d’un individu à l’autre et, par suite, diversifient les consciences (Ibid. :69).

Autrement dit, il apparaît normal qu’il existe de l’anormalité, et ce d’autant plus au sein d’un territoire urbain, aussi institutionnel soit-il, où se côtoient des individus différenciés. Au regard de cette nécessaire hétérogénéité normative, qui apparaît toutefois ici assez limitée eu égard aux consensus normatifs mis en évidence précédemment, nous comprenons mieux les fondements de cette passivité consensuelle observée lors de notre étude. Comme le soulignait Stanley Milgram (1974) à la suite de ses expériences sur l’autorité, l’inaction tend à s’imposer et à devenir la norme collective dès lors qu’il n’existe pas une définition unanime des situations constitutives de la vie publique et plus précisément des normes et des valeurs la régulant. Dans ce sens, la passivité devant des situations jugées le plus souvent comme anormales rend visible l’inévitable diversité des manières de cadrer, de définir et d’interpréter les règles et les normes de la vie collective, en dépit des consensus normatifs pouvant être repérés, comme c’est le cas à l’université.

  • 3  Il serait très intéressant de mener la même enquête dans des universités étrangères pour voir si u (...)

19Par ailleurs, sont également ici à l’oeuvre des enjeux relatifs à ce que Goffman (1993) conceptualisait sous le vocable de “face”, i.e. la partie la plus visible de notre individualité mais aussi et surtout la plus sacrée à nos yeux. En effet, intervenir afin de réprimander ou de manifester sa désapprobation par un geste ou de l’ironie, consiste dans une large mesure à instaurer un ordre de l’interaction où les rituels de la vie collective, censés permettre à chacun de “sauver la face”, se trouvent bousculés, voire ignorés. Dans ces conditions, les interactions sont non seulement en proie à une incertitude habituellement réduite grâce aux rites relationnels communément admis, mais risquent également de devenir le théâtre d’offenses identitaires (tutoiement, vocabulaire familier, proximité corporelle, stigmatisation), voire d’affrontements directs (insultes). D’où l’attitude, largement observée lors de notre étude, de respecter autant que possible la “face” de l’autre en s’abstenant d’intervenir, quand bien même celui-ci contrevient de façon explicite aux règles de civilité partagées par une majorité d’individus. D’une façon plus générale, notre étude montre à quel point la norme destinée à protéger la partie la plus sacrée d’autrui fait sens pour une écrasante majorité de personnes engagées dans la vie universitaire. Là encore, il semble bien qu’en dépit de la complexification de la vie sociale contemporaine, ne pas attenter à la “face” de l’autre corresponde à ce que Durkheim appelait une manière d’être collective “consolidée” (Durkheim, 1993). Autrement dit, au coeur même de l’hétérogénéité socio-culturelle, se loge une façon commune d’appréhender autrui suffisamment durcie pour susciter des consensus normatifs tacitement déclinés au quotidien3.

IV. L’importance relative des positions occupées

20Nous aimerions ici affiner notre analyse afin de prendre en compte des variables telles que le sexe, l’âge, le statut ou encore la fonction exercée qui donnent en effet l’occasion de préciser les points de vue sur les situations déclinées dans les scénarios.

  • 4  Professions, catégories sociales, anciennement Catégories socio-professionnelles (CSP).

21L’origine sociale de la mère et du père, contrairement à ce à quoi l’on aurait pu s’attendre, exerce une influence relativement mineure dans la lecture des situations proposées. En particulier, les PCS4 jouent un rôle significatif uniquement dans le cas où les individus se retrouvent dans l’ascenseur avec un fumeur. Les personnes issues des PCS inférieures et moyennes se montrent effectivement d’une manière générale plus tolérantes que les personnes ayant leur mère ou leur père appartenant aux PCS supérieures : alors que ces dernières sont presque 100 % à se dire dérangées, les autres affirment l’être dans environ 80 % des cas. Hormis cet exemple, nos observations n’ont pas révélé d’autres situations où l’origine sociale avait une influence assez significative pour être retenue. En revanche, il n’en est pas de même en ce qui concerne le statut occupé et la fonction exercée.

22Nos données empiriques montrent que dans le cadre d’une réunion professionnelle, ce sont les membres du personnel IATOS qui éprouvent le plus de gêne lorsque la sonnerie de leur téléphone portable retentit (60 %). À l’inverse, les enseignants-chercheurs ne sont que 36 % à éprouver de la gêne dans une telle situation. Les étudiants se situent dans une position intermédiaire ne ressentant de la gêne que dans 50 % des cas. Une autre situation met là encore en évidence à quel point les statuts occupés et les fonctions exercées tempèrent quelque peu la thèse précédemment avancée de l’homogénéisation normative. Ainsi, lorsque la personne qui précède ne retient pas la porte, deux groupes distincts parmi les membres du personnel de l’université émergent : un premier groupe, composé des membres du personnel d’entretien qui se disent relativement dérangés quand la personne qui précède ne retient pas la porte (67 %) ; un second groupe, constitué des membres du personnel administratif, des cadres techniques et des enseignants, qui se disent fortement contrariés, quant à eux, devant une telle conduite (plus de 80 %). Dans ce cas précis, il semblerait que plus le statut social et professionnel est élevé au sein de la hiérarchie universitaire au sens large du terme, moins on accepte les manquements aux règles de politesse basiques, d’autant plus quand ils sont susceptibles d’égratigner l’image de la personne qui se sent offensée. Autrement dit, plus on occupe une place reconnue dans l’échelle de prestige social, plus on est enclin à exiger du respect et une réparation de l’offense ressentie.

  • 5  Toute la question est alors de savoir si ces réactions émotionnelles sont identiques d’un individu (...)

23La variable “statut” joue encore de façon plus marquée dans le cadre du scénario sur les graffitis. Si le personnel d’entretien intervient de façon unanime dans une telle situation en faisant entre autres une remontrance ou un signe désapprobateur à la vue d’un graffeur, ce n’est pas le cas pour le personnel administratif, les cadres techniques et le corps enseignant qui en moyenne réagissent de la même manière dans 80 % des cas. Ici, la fonction exercée au sein de l’université semble bien être ce qui explique les différents rapports aux normes et donc aux incivilités. La coexistence d’une diversité de membres du personnel inscrits dans des logiques normatives plus ou moins distinctes est susceptible de générer des tensions quant à ce qui est normal ou anormal. Celles et ceux qui ont en charge l’entretien des locaux sont, comme on le voit, les plus prompts à rappeler les règles. En effet, eux qui n’ont pas les fonctions et les statuts les plus valorisés, qui font en d’autres termes le “sale travail” (Hughes, 1996) au sein de l’institution universitaire, s’octroient une légitimité pour intervenir et s’assurer du bon fonctionnement de l’université fondée sur la nature même de leurs tâches. Tout se passe comme si le personnel d’entretien se dotait d’un pouvoir d’intervention sur la vie réelle du campus à défaut d’avoir une emprise sur les décisions. Ses membres assument de la sorte un rôle de garants de l’ordre public et assurent ainsi une fonction d’ “entrepreneurs de morale” pour reprendre la terminologie d’Howard S. Becker (1985). Ils fondent leur pouvoir dans la matérialité de leur quotidien à défaut de pouvoir l’inscrire dans la sphère décisionnelle. Il s’agit pour eux de s’aménager un espace dans lequel il leur est possible de revendiquer et de projeter leur propre catégorie de perception de la réalité, non seulement à travers leurs activités d’entretien de l’environnement physique (Douglas, 2001), mais aussi en raison de leur proximité avec le monde estudiantin. En effet, d’un certain point de vue, le “sale boulot” les oblige à être continûment immergés dans la foule solitaire que représentent les étudiants, si bien qu’ils sont les mieux placés pour remarquer les marques d’irrespect à l’égard de leur travail. Leur célérité et leur audace à intervenir auprès des étudiants incivils résident également dans le fait qu’ils ne veulent pas paraître à la disposition ou au service d’étudiants peu scrupuleux. Ces logiques ont été observées, mutatis mutandis, pour des métiers également en charge de “sales besognes” (entretien de parties communes notamment). Nous pensons plus particulièrement aux gardiens-concierges de l’habitat social en France qui effectivement sont eux aussi prompts à intervenir lorsqu’ils voient un locataire contrevenir aux règlements de la cité d’habitat social (jet d’ordures par les fenêtres, vidange d’une voiture sur le parking, dépôt de sacs poubelles sur les paliers, etc.). À travers ces rappels à l’ordre, ils mettent un point d’honneur à ne pas être considérés comme des “larbins” par les locataires (Marchal, 2006a ; Stébé, 2005). À cet égard, il semble que nous soyons ici en présence d’une caractéristique humaine qui est de ressentir effectivement des émotions typiques (communes) à partir du moment où il faut réaliser des activités avilissantes, du moins dégradantes en présence d’autrui. Autrement dit, il est nécessaire ici de compter avec cette prédisposition naturelle, présente chez tout un chacun (ou presque), à éprouver certains sentiments associés à des situations précises de la vie sociale5.

24La variable “âge” est apparue tout au long de l’analyse comme significative dans de multiples scénarios. Par exemple, plus les personnes avancent en âge, plus elles interviennent lorsqu’elles voient quelqu’un apposer un graffiti sur les murs des bâtiments (en faisant entre autres une remontrance ou un signe désapprobateur). En effet, elles n’expriment pas leur mécontentement dans seulement 12 % des cas quand elles sont âgées de 56 ans et plus, contre 64 % lorsqu’elles ont entre 17 et 25 ans. Notons également que si les 26/35 ans sont 55 % à être passifs dans une telle situation, les 36/55 ans ne sont plus que 18,5 % à l’être. De même, plus les personnes sont âgées, plus elles sont enclines à présenter des excuses dès lors qu’elles ont oublié de retenir la porte pour la personne qui suit. En d’autres termes, sont ici à l’œuvre, de façon assez nette, ce que nous pouvons appeler des effets générationnels qui nous rappellent que les règles et les normes véhiculées par les générations les plus anciennes ne font pas forcément écho parmi des populations plus jeunes proposant d’autres définitions du “normal”, même s’il faut tenir compte des différences de statut qui peuvent, comme le montrent les recherches de Theodor M. Newcomb et Richard Flacks (1963) réalisées au sein d’établissements scolaires, susciter l’adhésion comportementale à une norme sociale pas nécessairement dominante.

25Dans tous les scénarios proposés, se dégage au sein même de la génération des jeunes, i.e. des étudiants de notre échantillon âgés de moins de 25 ans, un petit groupe, variant de 6 à 12 % selon les scénarios, qui propose d’autres modes de lecture des règles et des normes relatives à la vie sociale. Ainsi en est-il de leur réaction face à un graffeur en action : si la majorité s’y oppose, il reste que 8,3 % considèrent comme tout à fait normal l’inscription de graffitis ; dans le même sens, 6 % trouvent tout à fait acceptable que quelqu’un parte de la cafétéria sans débarrasser sa table ; enfin, 141 étudiants sur 1 264 (soit 11,1 %) ne disent rien lorsqu’ils s’aperçoivent qu’ils n’ont pas retenu la porte pour la personne qui les suit. Cela étant précisé, rien ne nous permet d’affirmer qu’il s’agit au fil des scénarios du même groupe d’étudiants. C’est pourquoi il serait imprudent d’invoquer l’existence d’une sorte de noyau déviant en décalage constant avec les règles et les normes communément partagées par la majorité des individus de notre corpus.

V. Conclusion

26En réalité, il apparaît qu’aucun groupe social présent sur le campus n’est doté d’une homogénéité parfaite. Si c’est vrai des étudiants, comme nous venons de le noter, ce l’est aussi des enseignants et des membres du personnel IATOS qui pour certains d’entre eux véhiculent, parallèlement à la majorité des individus s’inscrivant dans un cadre largement partagé, d’autres manières de saisir, d’analyser et de définir la réalité sociale. La vie collective à l’université n’échappe donc pas, à l’image de ce qui se passe dans toute société, à cette tension sûrement universelle entre un fonds culturel commun réducteur d’incertitude plus ou moins solidifié, et des logiques normatives plus fluides, en chantier, empêchant valeurs, normes, règles et autres principes de se cristalliser une fois pour toutes.

27Force est de constater que la vie universitaire est loin de se traduire par une forte dispersion des jugements normatifs. Au-delà des différentes positions occupées et de la nécessaire hétérogénéité observée au sein de chaque monde social, la vie sociale à l’université n’est pas en proie à une forte incertitude et à une grande instabilité. Même si chacun appréhende autrui de façon plus ou moins différenciée, il reste que le vivre ensemble continue, de façon assez nette sur un territoire urbain institutionnalisé comme l’université, à s’articuler autour de normes morales largement partagées. Cela ne veut pas dire que les individus se conduisent toujours selon de tels schémas normatifs, mais cela montre qu’il ne faut pas tomber dans l’excès qui consiste à affirmer que l’ensemble de notre société est engagée dans une diversification exacerbée des répertoires normatifs. Certains espaces, tel un campus universitaire, s’apparentent encore à un monde “durkheimo-goffmanien” dans lequel des normes et des valeurs sont suffisamment partagées pour faire sens aux yeux du plus grand nombre.

28D’une façon plus générale, si la vie sociale se caractérise à n’en pas douter par un mouvement continu, il reste qu’elle s’articule également autour de manières de vivre partagées (relevant de l’analyse morphologique selon Durkheim), ou de ce que nous avons appelé des consensus normatifs. En réalité, les versants statiques et dynamiques de la vie collective apparaissent comme des défis mutuels : l’un n’existe que par rapport à l’autre dans une tension jamais résolue et plus ou moins équilibrée selon les situations. C’est dire qu’en dépit des accords normatifs observés, il n’existe pas de définition substantielle – figée une fois pour toutes – des incivilités et des normes. Autrement dit, il est assez peu probable qu’il se produise de véritables “chocs” entre les mondes sociaux constitutifs de la vie universitaire. En raison de leur homogénéité plus ou moins relative, les différents univers sociaux concernés ici ne peuvent être considérés comme des “choses” susceptibles de se heurter à l’instar de plaques tectoniques. L’image est simpliste et trompeuse dans la mesure où elle laisse entendre à tort que chaque univers social partagerait de manière mécanique un même regard sur le monde. Or il n’en est rien.

29Cela étant précisé, il faut compter avec deux caractéristiques de notre terrain d’investigation. En effet, il ressort que sur le campus universitaire observé, se situant au sein d’une métropole régionale d’un peu plus de 300 000 habitants, la diversité socio-culturelle du monde estudiantin apparaît limitée : d’une part, seulement 5 % des étudiants consultés sont d’origine étrangère ; d’autre part, la majorité des étudiants interrogés sont issus de catégories sociales plutôt modestes (parents ouvriers ou employés). Ces deux remarques ne doivent pas faire oublier la spécificité du campus observé et de son environnement, spécificité qui n’est pas sans effets sur les résultats de la recherche.

30Pour autant, les scénarios que nous avons proposés aux différents publics de facto intégrés dans la vie universitaire montrent combien derrière la catégorie IATOS, pour ne prendre que cet exemple, ne se cache pas une “identité” essentielle ou réelle (Marchal, 2006b) qui harmoniserait comme par magie les consciences individuelles. La vie collective à l’université, envisagée sous l’angle de pratiques généralement perçues comme des incivilités, s’articule autour de règles et de normes dont la robustesse est sans cesse mise à l’épreuve par des individus pluriels irréductibles au monde universitaire auquel ils appartiennent objectivement. C’est pourquoi, si la vie universitaire s’organise effectivement à partir de registres normatifs solidifiés, il reste qu’elle se caractérise aussi, et non moins nécessairement, par une certaine fluidité dans les manières de vivre ensemble. Mais cette fluidité ne signifie pas pour autant que tout se liquéfie comme si nous pouvions changer de normes à chaque situation au gré des circonstances.

Haut de page

Bibliographie

Bauman Z., 2004 La vie liquide, Rodez, Le Rouergue/Chambon.

Beck U., 2001 La société du risque, Paris, Flammarion.

Becker H. S., 1985 Outsiders. Etudes de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

Bourdin A., 2005 La métropole des individus, La Tour d’Aigues, Éd. De l’Aube.

Castells M., 1998 La société en réseaux : l’ère de l’information, Paris, Fayard.

Conklin J. E., 1975 The Impact of Crime, New York, Mac Millan.

Desrosières A., 1993 La politique des grands nombres. Histoire de la raison statistique, Paris, La Découverte.

Douglas M., 2001 De la souillure. Essai sur les notions de pollution et de tabou, Paris, La Découverte.

Dubet F., 2002 Le déclin des institutions, Paris, Seuil.

Durkheim É., 1995 Les règles de la méthode sociologique, Paris, PUF.

Giddens A., 1994 Les conséquences de la modernité, Paris, L’Harmattan.

Goffman E., 1988 “L’ordre de l’interaction”, in Goffman E., Les moments et leurs hommes, Paris, Seuil/Minuit, (Textes recueillis et présentés par Y. Winkin), pp. 186-230.

Goffman E., 1991 Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit.

Goffman E., 1993 Les rites d’interaction, Paris, Minuit.

Hannerz U., 1992 Cultural Complexity. Studies in the Social Organization of Meaning, New York, Columbia University Press.

Hughes E., 1996 Le regard sociologique, Paris, EHESS (textes réunis par J.-M. Chapoulie).

Marchal H., 2006a Le petit monde des gardiens-concierges, Paris, L’Harmattan.

Marchal H., 2006b L’identité en question. Paris, Ellipses.

Milgram S., 1974 Soumission à l’autorité. Un point de vue expérimental, Paris, Calmann Lévy.

Newcomb T. M., Flacks R., 1963 Deviant Subcultures on a College Campus, Ann Arbor, University of Michigan.

Pareto V., 1968 Traité de sociologie générale, Genève, Droz.

Roché S., 1996 La société incivile, Paris, Seuil.

Stébé J.-M., 2005 La médiation dans les banlieues sensibles, Paris, PUF.

Urry J., 2005 Sociologie des mobilités. Une nouvelle frontière pour la sociologie, Paris, Armand Colin.

Wilson J. Q., Kelling G. L., 1982 “Broken Windows. The Police and Neighborhood Safety”, Atlantic Monthly, March, pp. 29-38.

Haut de page

Annexe

Résumé long

Dans cet article, nous entendons mettre à l’épreuve l’idée selon laquelle la société contemporaine serait dépourvue de règles et de normes partagées relatives aux incivilités. Dans cet objectif, notre intérêt s’est porté sur un campus universitaire français qui peut à bien des égards être comparé à une micro-société en raison de la diversité des mondes sociaux qui y coexistent (étudiants, enseignants, personnels de service).

Afin de voir si la vie sociale à l’université s’organise autour de fondements moraux communément admis, nous avons privilégié une approche par les incivilités. En effet, nous sommes partis de l’hypothèse suivante : si des incivilités sont identifiées et dénoncées en tant que telles, c’est que d’une façon ou d’une autre il existe (encore) des registres normatifs suffisamment partagés par le plus grand nombre.

Pour mettre en évidence de tels registres normatifs, nous avons analysé la vie universitaire à travers cinq scénarios susceptibles de révéler l’existence ou non de références morales communes. C’est en considérant la consommation de tabac, l’utilisation du téléphone portable, l’inscription de graffitis, l’abandon de déchets et l’application des règles de politesse que cette analyse de la vie collective au sein d’un campus universitaire a été réalisée. À partir d’une étude croisée des territoires (salles de cours, salles de réunions, cafétérias, couloirs, etc.), des situations (présence de fumeurs dans des espaces où la cigarette est interdite, dégradation de biens publics, etc.) et des publics (étudiants, enseignants, secrétaires, agents d’entretien, etc.), notre dessein était de rendre visibles des positions normatives communes au centre de la vie universitaire.

Notre étude s’appuie plus précisément sur la méthode du questionnaire-scénario afin de toucher un nombre important de personnes. En effet, seul cet outil d’investigation empirique, proposant un retour réflexif sur des situations de la vie ordinaire, permet d’identifier la pluralité des cadres moraux significatifs dans le quotidien universitaire.

Les questionnaires-scénarios, portant sur un échantillon raisonné de 1 264 étudiants, de 120 membres du personnel administratif et technique et de 410 enseignants-chercheurs, ont permis de montrer que, quel que soit le scénario proposé, les individus partagent des façons de se comporter et de réagir face à des actes aujourd’hui perçus comme incivils par la grande majorité. Aussi différents soient-ils, les mondes sociaux qui se côtoient à l’université parviennent d’une manière générale à trouver des formes d’accord constitutives de la vie collective.

D’une façon générale, nos investigations au sein d’une université soulignent combien il existe encore des manières d’être ensemble dans notre société. Aussi continuons-nous à vivre ici dans un univers structuré par des registres normatifs renvoyant à un fonds culturel assez largement partagé. Notre recherche laisse également apparaître à quel point les normes implicites régulent, assez souvent semble-t-il, plus efficacement l’ordre social que les règles établies institutionnellement.

Pour mieux apprécier la portée mais aussi les limites de l’analyse, il faut avoir à l’esprit que le campus universitaire observé se situe au sein d’une métropole régionale d’un peu plus de 300 000 habitants et connaît une diversité socio-culturelle plutôt limitée, la majorité des étudiants interrogés étant en effet issus de catégories sociales plutôt modestes.

Long summary

In this article, we intend to put to the test the idea contending that contemporary society is deprived of rules and shared standards relating to incivilities. With this goal in mind, we turned our attention to a French university campus which may, in many regards, be compared to a micro-society because of the diversity of the social worlds which coexist there (students, teachers, service personnel).

In order to see whether social life at the university is organized around commonly admitted moral foundations, we chose an approach focussing on incivilities. Indeed, we began with the following hypothesis: if incivilities are identified and denounced as such, it is because, in one way or another, normative standards sufficiently shared by the greatest number still exist.

To highlight such normative standards, we have analysed university life via five scenarios likely to reveal the existence or lack of common moral references. This analysis of collective life on a university campus was carried out in considering: cigarette smoking, mobile phone use, writing graffiti, littering and observing the rules of courtesy. Based on a crossover study of territories (classrooms, meeting rooms, cafeterias, corridors, etc.), and situations (the presence of smokers in places where smoking is prohibited, degradation of public property, etc.) and of publics (students, teachers, secretaries, maintenance workers, etc.), our intention was to illustrate the common normative positions at the centre of university life.

More precisely, our study is based on the “scenario-questionnaire method” in order to contact as many people as possible. In fact, it is the only empirical investigatory tool proposing a reflection on ordinary life situations, allowing us to identify the multiplicity of significant moral reference frames in daily university life.

Used with a selected sample of 1,264 students, 120 administrative and technique staff members and 410 teacher-researchers, the scenario-questionnaires allowed us to show that, whatever the scenario suggested, the individuals share ways of behaving and reacting vis-à-vis acts perceived as uncivil today by the great majority. However different they might be, the social worlds mixing with one another at the university generally manage to find forms of agreement constitutive of collective life.

Generally speaking, our investigations in a university underline the extent to which there exist still manners of being together in our society. Hence here we continue to live in a universe structured by normative standards referring to a rather broadly shared cultural base. Our research also reveals the extent to which implicit standards – rather frequently, so it seems – regulate the social order more effectively than rules established institutionally.

For a better appreciation of the range as well as the limits of the analysis, it should be noted that the university campus observed is located within a regional metropolis of slightly over 300,000 inhabitants and has a somewhat limited socio-cultural diversity, with most of the students questioned in fact issuing from rather modest social categories.

Haut de page

Notes

1  Ingénieurs, administratifs, techniciens, ouvriers de service.

2  Notre étude a été réalisée juste avant que ne paraisse le décret du 1er février 2007 interdisant la consommation de tabac dans tous les lieux publics.

3  Il serait très intéressant de mener la même enquête dans des universités étrangères pour voir si une telle logique normative est mondialisée.

4  Professions, catégories sociales, anciennement Catégories socio-professionnelles (CSP).

5  Toute la question est alors de savoir si ces réactions émotionnelles sont identiques d’un individu à l’autre, ou si elles sont divergentes comme le pensait Vilfredo Pareto (1968).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, « Une vie sociale encore bien normée. L’exemple d’un campus universitaire français », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-1 | 2013, 157-169.

Référence électronique

Hervé Marchal et Jean-Marc Stébé, « Une vie sociale encore bien normée. L’exemple d’un campus universitaire français », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/961 ; DOI : 10.4000/rsa.961

Haut de page

Auteurs

Hervé Marchal

Maître de conférences-HDR, Université de Lorraine

Jean-Marc Stébé

Professeur des universités, Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org