Navigation – Plan du site
Articles isolés

Création d’entreprise en situation d’immigration. Les Chinois de Paris, Bruxelles et Montréal

Creating a Company in an Immigratory Situation. The Chinese of Paris, Brussels and Montréal
Alexander Nicholls
p. 171-185

Résumés

Dans de nombreux pays, les immigrés chinois et leurs descendants sont réputés pour leur propension à l’entrepreneuriat. Privilégiant une approche interactive et multifactorielle inspirée du modèle de Waldinger, nous analysons, à partir de soixante entretiens de Chinois ethniques de Paris, Bruxelles et Mont réal, l’étape de la création d’entreprise. Pour ce faire, nous nous basons sur les caractéristiques personnelles de nos répondants, les motivations avancées par ceux-ci et les moyens mis en œuvre afin de mobiliser les ressources financières nécessaires à l’ouverture de l’entreprise. Nous établissons ensuite des profils d’entrepreneurs à partir de trois oppositions de caractéristiques observées, à savoir entre l’entrepreneur transplanté et le néo-entrepreneur, entre l’entrepreneur par défaut et par choix, entre l’entrepreneur communautaire et individualiste. La diversité des profils et des parcours observés dans les trois villes, lesquels se rapprochent tantôt d’un modèle explicatif tantôt d’un autre, confirme la pertinence d’une perspective théorique multifactorielle, qui mérite toutefois d’être affinée selon le cas, et d’une approche constructiviste du phénomène.

Haut de page

Texte intégral

I. Introduction

1Devenir entrepreneur en situation d’immigration est le choix posé par de nombreux Chinois ethniques. Light et Karageorgis (1994) les citent parmi les groupes d’immigrés pratiquant l’auto-emploi à un taux plus élevé que la moyenne nationale, et ceci dans plusieurs pays. C’est ce phénomène que nous analyserons sur base de soixante entretiens qualitatifs d’immigrés issus de la République populaire de Chine, de Taïwan et d’Asie du Sud-Est, pour la plupart.

2Après avoir présenté l’enquête sur laquelle s’appuie ce travail, nous passerons en revue les différentes théories expliquant l’importance de l’entrepreneuriat chez les minorités ethniques, ainsi que l’approche interactive et multifactorielle qui sera la nôtre dans le cadre d’une perspective constructiviste de l’ethnicité. Nous nous intéresserons ensuite à l’entrepreneuriat comme choix de carrière, ce que nous analyserons via les caractéristiques des entrepreneurs interrogés et les motivations avancées, ainsi qu’à la concrétisation du projet par la mobilisation de ressources financières, le tout selon un angle comparatif. Nous dégagerons, enfin, quelques profils types d’entrepreneurs qui nous sont apparus lors de notre analyse et la répartition de ceux-ci dans les trois villes.

II. Présentation de l’enquête et approche théorique

3Dans le cadre de notre dissertation doctorale interrogeant le processus d’ethnicisation des rapports sociaux observés dans le phénomène de l’entrepreneuriat (Nicholls, 2011), nous avons procédé à l’analyse qualitative de soixante entretiens semi-directifs de personnes impliquées dans un commerce et se reconnaissant une ethnicité chinoise. Le terme “Chinois” est donc ici utilisé dans une acceptation ethnique, selon le sens de Barth (1995) et Juteau (1983, 1996), soit comme une construction autour de frontières internes et externes. Dans la sélection de personnes à interroger, nous avons pris le parti de nous en référer à leur autodéfinition en tant que Chinois, qu’ils soient originaires de la République populaire de Chine, de Taïwan ou d’Asie du Sud-Est, tout en gardant à l’esprit la diversité de leurs parcours. S’ils se reconnaissent des ancêtres communs issus de Chine, nous ne pouvons perdre de vue le phénomène de saillance ou la mise en relief d’un élément identitaire selon le contexte (Poutignat/Streiff-Fenart, 1995), en l’occurrence une relation d’enquête avec un chercheur non-chinois, membre du groupe majoritaire dans le sens que lui donne Wirth (1945). Néanmoins, nos répondants ont insisté dans leurs discours sur l’importance pour les Chinois de conserver une cohésion en situation d’immigration, notamment via la création d’associations et d’écoles de langue chinoise ou à travers le maintien de certaines traditions culturelles et religieuses (Nicholls, 2011, 2012).

4Afin de réunir ces entretiens, nous avons procédé selon deux méthodes. Élaborée à partir d’associations et de personnes-ressources, la première a favorisé un taux d’acceptation élevé et l’instauration d’un climat de confiance propice à des entretiens riches en informations. La seconde, reposant sur du porte-à-porte effectué dans les zones de regroupement de commerces, a permis de varier les profils et de mieux appréhender ces quartiers commerçants. Dans une optique comparative, nous avons sélectionné trois terrains d’enquête : Paris (dix-huit entretiens), Bruxelles (dix-sept entretiens) et Montréal (vingt-cinq entretiens). Les personnes interrogées sont immigrées ou descendantes d’immigrés, sont impliquées ou ont été impliquées dans un commerce ; il s’agit pour la plupart de patrons, parfois d’enfants adultes travaillant dans le commerce familial et répondant pour leurs parents (quarante-trois cas), ainsi que de quelques employés sans lien de parenté (dix-sept cas). Dans le cadre de cet article, nous nous baserons essentiellement sur ces premiers. Sans prétendre à la représentativité, notre échantillon est varié du point de vue de plusieurs caractéristiques (âge, sexe, dialecte, nationalité). Ces personnes ont immigré entre les années 1950 et 2000 et se situent à différents moments de leurs activités commerçantes, de la première année suivant la création de l’entreprise à la retraite. Leurs entreprises sont variées (restaurants, boutiques, médecine chinoise, agence de voyage, etc.), de petite taille et emploient peu de personnes. La plupart peuvent être qualifiées de TPE (très petites entreprises), car comprenant moins de vingt employés. Seules deux entreprises montréalaises entrent dans la catégorie des PME (petites et moyennes entreprises) : un restaurant et une pâtisserie industrielle employant respectivement une vingtaine et une cinquantaine de personnes.

5Comme nous l’avons souligné, certaines minorités ethniques ont davantage tendance à s’investir dans le commerce. Afin d’expliquer ce phénomène, plusieurs théories ont été avancées. Les culturalistes évoquent le labeur, la persévérance et l’ingéniosité plus développés, selon eux, dans certains groupes (Berger, 1991 ; Redding, 1991), tandis que les théoriciens de la mobilité bloquée insistent sur les différentes barrières auxquelles ces minorités sont confrontées, telles la méconnaissance de la langue, le manque d’éducation et la discrimination vécue au quotidien (Li, 1993 ; Auster/Aldrich, 1984). La théorie des minorités intermédiaires souligne, quant à elle, la position de non-membres dans la société de certains groupes ethniques se concentrant dans des occupations intermédiaires entre l’élite et les masses ; ces non-membres sont caractérisés par leur espoir de retour au pays, la création d’enclave et une solidarité interne (Bonacich, 1973). Selon la théorie de l’économie enclavée, l’aspect communautaire est essentiel : pour réussir, l’entrepreneur met en place un réseau de relations. L’enclave ethnique lui fournit un marché protégé et permet la propagation rapide d’informations relatives au commerce. Le succès de l’entreprise dépend largement du réseau et de la communauté lui fournissant une clientèle et une main-d’œuvre (Salaff et al., 2003 ; Dyer/Ross, 2000). Dans cette lignée, nous retenons également la notion de capital social telle que définie par Bourdieu, soit : « l’ensemble des ressources actuelles ou potentielles [...] liées à la possession d’un réseau durable de relations plus ou moins institutionnalisées d’interconnaissance et d’interreconnaissance » (Bourdieu, 2006 :31).

6Celui-ci permet à certains individus, pour un capital économique ou culturel équivalent, d’en obtenir un rendement inégal selon leur capacité à mobiliser le capital d’un groupe (Ibid.). Nous nous aidons aussi des apports de Granovetter (1973, 1985, 2006) sur l’encastrement de la sphère économique dans le social et sur l’importance respective des liens forts et des liens faibles.

7La rencontre de ces thèses a donné lieu à des interprétations tenant compte de différents facteurs, économiques, structurels et culturels, essentiels à la compréhension de ce phénomène complexe (Volery, 2007 ; Juteau/Daviau-Guay/Moallem, 1999). De ces théories multifactorielles, nous retenons en particulier le modèle interactif de Waldinger et al. (1990) selon lequel le développement du commerce dépend d’interactions complexes entre les stratégies de l’acteur, les structures économiques et les ressources du groupe. Si les entrepreneurs sont influencés par les structures économiques dans le choix d’un secteur ou d’un emplacement, ils possèdent des caractéristiques les prédisposant à l’entrepreneuriat telles que le manque de capital humain (langues, instruction), qui les rendent peu intéressants sur le marché de l’emploi, et un capital social ethnique aisément mobilisable leur donnant accès aux informations, au capital économique, à la main-d’œuvre bon marché et à la clientèle (Waldinger et al., 1990 ; Juteau et al., 1999).

III. Immigration et entrepreneuriat selon un angle comparatif

A. Politiques d’immigration des villes étudiées

8Dans une optique comparative, nous avons sélectionné trois terrains d’enquête, Paris, Bruxelles et Montréal, trois grandes villes occidentales et multiculturelles localisées dans des pays qui gèrent différemment leurs diversités ethnique et culturelle. La France, attachée au principe de l’universalisme, réserve à la sphère privée les questions liées aux diversités culturelle et religieuse (Schnapper, 1994 ; Noiriel, 2001). Le Canada, quant à lui, mène une politique de multiculturalisme basée sur l’égalité des cultures tandis que l’interculturalisme québécois encourage les échanges dans un contexte francophone (Taylor, 1994 ; Kymlicka, 1995). La Belgique, enfin, se distingue par une approche de compromis entre les courants laïques et religieux d’une part, entre les communautés linguistiques d’autre part, tandis que des “communautés culturelles” sont parfois reconnues dans le cadre d’infra-politiques inspirées du multiculturalisme (Bastenier, 1992 ; Martiniello, 1993). Quelques éléments de ces politiques ont des effets immédiats sur l’immigration, comme la possibilité de s’établir au Canada sur base de ses études, de son expérience professionnelle ou en tant qu’investisseur (Li, 1988), et le contrôle strict des flux migratoires qui prévaut en France et en Belgique depuis 1974 (Milza, 1985 ; Hullebroek, 1992). Ces différences dans les politiques se reflètent dans les chiffres. Le Canada recense plus de 1 200 000 habitants se déclarant d’ethnicité chinoise, soit 3,5 % de la population globale ; 72 000 d’entre eux résident dans le grand Montréal (Statistique Canada, 2006). La France, d’après l’Ambassade de Chine, comprend une population chinoise ethnique de 300 000 personnes (Yun/Poisson, 2005) ; il s’agit de 0,5 % de la population, la moitié habitant l’agglomération parisienne, dont deux tiers dans Paris intramuros (Ma Mung, 2000). Des chiffres non officiels font état, en Belgique, de 23 000 Chinois, soit 0,2 % de la population globale, dont un peu moins du tiers résideraient à Bruxelles (Pang, 2002 ; CECLR, 2005).

9Considérant l’État comme un acteur ethnique légitimant la culture des majoritaires et gérant la diversité du pays (Bastenier, 2004), nous pouvons légitimement nous attendre à découvrir une influence du contexte national sur les comportements des minorités ethniques.

B. L’entrepreneuriat comme choix de carrière

10Selon Waldinger et al. (1990), la capacité à prendre des risques est propre aux immigrés volontaires et serait l’un des facteurs explicatifs à l’entrepreneuriat. Exception faite des réfugiés pour lesquels d’autres facteurs explicatifs seront à apporter, nos répondants ont, pour la plupart, pris le risque d’abandonner une situation d’employé ou de commerçant pour se lancer dans l’aventure de l’immigration. Leur discours quant à cette décision implique toujours une possibilité de vie meilleure ; le pays de destination (France, Belgique ou Canada) permettrait de jouir d’un niveau de vie plus élevé et de davantage de libertés. L’immigration à visée entrepreneuriale est un phénomène exceptionnel, absent de nos échantillons parisien et bruxellois, marginal dans notre échantillon montréalais malgré une politique nationale favorisant les investisseurs.

1. Caractéristiques personnelles et entrepreneuriat

11Différents facteurs sont susceptibles d’influencer le comportement entrepreneurial de nos répondants. Certains sont apparus indépendamment du terrain d’enquête tandis que d’autres semblaient plus spécifiques à l’un ou l’autre terrain.

a. Facteurs indépendants de la ville

12Ces facteurs, dont l’influence est indépendante de la ville dans laquelle les répondants sont situés, sont l’âge au moment de l’immigration, la situation familiale, ainsi que les rapports de genre, étroitement liés à cette dernière.

13L’âge au moment de l’immigration joue un rôle primordial dans la vie professionnelle des immigrés. Nos entrepreneurs sont, pour la plupart, de première génération et arrivés dans la vingtaine ou la trentaine. Ils ont sacrifié à l’immigration les possibilités de carrière que leur offrait leur diplôme ou leur expérience. La notion de sacrifice est surtout présente lorsqu’ils ont des enfants à charge ; ils s’investissent pour que ces derniers connaissent une réussite personnelle et professionnelle dans la société d’accueil :

Ils pensent pour plus tard, pour la génération d’après, pour leurs enfants. Ils recommencent au complet. Parce qu’un Asiatique qui arrive ici à 25 ou à 30 ans, je m’excuse mais c’est fini pour lui. [...] Il y en a certains, 10 %, ils vont refaire des études, ils vont recommencer leur vie, mais pour les 90 %, c’est pas pour eux autres, c’est pour les enfants. Ils vont penser qu’à travailler, économiser et nourrir les enfants, qui vont devenir grands, qui vont aller à l’école et travailler (M. Guan, 30 ans, Montréal).

14De fait, l’immigration s’accompagne souvent d’une descente dans l’échelle sociale, comme l’illustrent ces trois ingénieurs devenus petits commerçants que nous avons rencontrés. Quelques privilégiés, principalement jeunes et sans enfant, ont toutefois repris des études. D’autres émigrent à un âge relativement avancé ; les années d’expérience dans le pays d’origine sont alors perdues, car déconsidérées par les employeurs nationaux. Le cas de l’immigration choisie tardive est exceptionnel et nous n’avons rencontré que deux personnes dans cette situation. Dans tous les cas, les nouveaux venus sont presque toujours confrontés à un choix : repartir pour la Chine, accepter un déclassement professionnel ou se lancer dans l’aventure de l’entrepreneuriat.

15La situation familiale constitue un autre facteur, auquel sont liés les rapports de genre. Sur les quarante-trois entreprises, vingt et une ont été créées par un couple, dix-sept par une personne seule et cinq par des personnes associées. Le couple favorise la création d’entreprise via la mise en commun de deux patrimoines. En effet, selon le schéma le plus classique, les époux travaillent tous deux pour des co-ethniques avant de créer leur commerce sur base de fonds communs. Le mari endosse alors presque toujours le rôle du patron, assisté par l’épouse. En ce qui concerne les dix-sept patronnes de notre échantillon, seules deux sont assistées par leur mari ; dans les autres cas, le mari est soit employé par des nationaux, soit patron de son propre commerce. C’est donc en dehors d’un schéma familial, demeuré traditionnel, que les femmes se lancent dans la création d’entreprise. Cela se répercute sur la taille de leurs commerces, généralement plus petits que ceux des hommes et comprenant moins d’employés.

b. Facteurs variant selon la ville

16Le capital culturel des répondants varie selon la ville. Nous retenons ici la connaissance des langues et le niveau d’instruction.

17Le bilinguisme de deux des trois villes peut être un facteur favorisant ou défavorisant les immigrés chinois de première génération. À Montréal, ville officiellement francophone mais bilingue dans les faits, la connaissance de l’anglais pallie parfois celle du français. Le parcours des immigrés s’exprimant préférentiellement en français ou en anglais diffère. Les premiers font souvent part d’une connaissance préalable du français qui a favorisé l’acceptation de leur candidature à l’immigration par la province du Québec. Les seconds ont, pour certains, connu une première expérience migratoire en dehors du Québec ; c’est le cas de M. et Mme Wong, ayant immigré à Toronto avant de lui préférer Montréal. À Bruxelles, le néerlandais constitue un obstacle supplémentaire à l’emploi ; exception faite d’un patron ayant une première expérience migratoire aux Pays-Bas, nos répondants ont privilégié l’apprentissage du français et méconnaissent le néerlandais. À Paris, enfin, nous différencions les commerçants des XIIIe et IIIe arrondissements. Les premiers, principalement des réfugiés de dialecte Teochiu, s’expriment dans un français courant, tandis que les seconds, issus de la filière Wenzhou, en ont souvent une connaissance limitée, voire rudimentaire. Hormis ces particularités, la connaissance des langues est citée dans les trois villes parmi les obstacles majeurs à l’insertion dans le marché général du travail. Quelques éléments nous incitent à nuancer la portée de la barrière linguistique. Ainsi, nos répondants de première génération s’exprimaient pour la plupart dans un français courant. De plus, selon une étude québécoise, la connaissance préalable du français et de l’anglais n’a pas d’influence sur l’emploi, mais offre l’accès à de meilleures positions, une situation qui s’équilibre au cours des premières années pour les immigrés profitant des formations en français offertes par la province. L’auteur conclut à une importance très relative de cet élément (Godin, 2005).

18Concernant le niveau d’instruction, celui-ci est varié chez les patrons des trois villes, allant des études primaires au doctorat. Les Chinois de Paris se sont révélés les moins diplômés, en particulier le groupe Wenzhou, tandis que ceux de Bruxelles et surtout de Montréal étaient davantage éduqués. En ce qui concerne Bruxelles, cela s’explique par la proportion importante d’étudiants issus de Chine et du Vietnam au regard d’un nombre peu élevé de Chinois dans la ville. À Montréal, cela se comprend par la sélection des immigrés par le gouvernement du Canada, l’un des critères étant les études. La mobilité bloquée explique en partie la présence de ces personnes diplômées dans le secteur du petit commerce. Certains ont vu leur diplôme universitaire non reconnu par le pays d’accueil ou déconsidéré par les recruteurs nationaux. C’est ainsi que cinq répondantes se sont réorientées par une formation technique (stylisme, bijouterie, cuisine) en vue d’ouvrir une petite entreprise.

2. Causes invoquées par les entrepreneurs interrogés

19S’il existe, sur un plan macrosociologique, différentes forces favorisant la création d’entreprise, il est important de se pencher, dans une perspective actionnaliste et constructiviste, sur les motivations qui sous-tendent l’entrepreneuriat. En analysant les discours, les raisons de la création d’entreprise apparaissent diverses et multiples. Nous avons regroupé les réponses obtenues en huit catégories non exclusives.

20Dix-neuf patrons invoquent l’échec à trouver un emploi satisfaisant dans le marché du travail général ; l’absence d’un diplôme reconnu et la méconnaissance de la langue du pays sont présentées comme des facteurs ayant indirectement entraîné la création de l’entreprise. Quatorze répondants ont, quant à eux, fait part d’un projet, d’une passion ou d’une opportunité à exploiter. Onze réponses évoquent une évolution au sein du “marché du travail ethnique”, celui-ci concernant l’ensemble des entreprises dans lesquelles employeurs et employés potentiels partagent une même origine ethnique, ici chinoise. Ces réponses mettent en lumière la situation des primo-arrivants dans un pays dont ils connaissent peu les structures, et où ils dépendent d’une communauté de co-ethniques dans laquelle ils sont amenés à s’intégrer professionnellement. Dix personnes ont cité les avantages à travailler à leur compte, comme le fait de profiter directement de leur travail et de choisir leurs horaires. Sept reprennent le commerce parental ; bien qu’assimilés à la société d’accueil, ils y sont incités par la réussite dudit commerce et l’habitude d’y travailler. Sept ont évoqué une situation de commerçant dans le pays d’origine et leur projet de continuer sur cette voie en bénéficiant d’un meilleur cadre de vie. Enfin, certains parlent de hasard et de circonstances de la vie (quatre) ou d’un effet de la mentalité chinoise (un seul). Cette énumération ne doit pas faire perdre de vue qu’il y a rarement une cause unique à un choix de profession. Voici ce que nous en dit une styliste, propriétaire d’un magasin de vêtements :

Ma grande passion c’est la mode ! Je suis styliste et j’aime bien faire mes propres vêtements… Mais aussi, trouver du travail ici quand on est immigré, qu’on ne connaît pas assez bien la langue et tout ça, c’est très difficile… Alors avec mes études en stylisme et en gestion [à Paris], créer le commerce de vêtements, c’était vraiment ce qu’il y avait de mieux pour moi (Mme Shu, 36 ans, Bruxelles).

21L’alliance, dans cet exemple, d’une passion, d’une continuité par rapport à la situation professionnelle dans le pays d’origine (elle tenait un commerce similaire à Hong Kong) et d’une expérience de mobilité bloquée, est révélatrice de la multicausalité de l’esprit d’entreprise observé chez les immigrés chinois. Ceci nous amène à concevoir les théories de l’entrepreneuriat comme se complétant plutôt que s’opposant, chacune apportant un éclairage particulier.

22Quelques différences ont été observées entre les villes : davantage de reprises du commerce parental à Paris, de cas de mobilité bloquée à Bruxelles et de manifestations de l’esprit d’entreprise à Montréal, lequel semble particulièrement développé.

C. La création d’entreprise, la concrétisation d’un projet

23Entre la décision de créer une entreprise et sa concrétisation, une phase de préparation est nécessaire afin de collecter des informations, étudier le marché, réunir les fonds nécessaires, trouver un local, remplir diverses formalités, établir des liens avec des partenaires économiques et, éventuellement, embaucher des employés. Plusieurs auteurs (Coleman, 1988 ; Salaff et al., 2003 ; Dyer/Ross, 2000 ; Madoui, 2006) ont souligné l’importance des réseaux sociaux, fondés sur l’appartenance au groupe ethnique, et des relations de confiance au cours de cette étape indispensable. Comme nous l’explique Mme Feng (59 ans, Bruxelles), la participation à des événements culturels et festifs proposés par les associations est l’occasion de faire connaissance avec les membres de la communauté et d’établir des liens potentiellement intéressants pour le commerce.

24La diversité des situations se manifeste également au niveau du financement de la création d’entreprises. La plus fréquente est la création d’une entreprise par ses propres moyens ; c’est le cas pour deux tiers de nos répondants bruxellois, un peu plus de la moitié de nos répondants montréalais et de moins d’un tiers de nos répondants parisiens. Dans certains cas, il s’agit de personnes socialement privilégiées possédant un capital de départ à investir ; à Montréal, la sélection des candidats à l’immigration augmente la probabilité de cette situation. Dans d’autres cas, cette somme personnelle est le fruit de plusieurs années de labeur dans le pays d’accueil. Nous rejoignons Volery (2007) selon lequel les entrepreneurs issus de groupes minoritaires accumulent souvent par eux-mêmes le capital de départ, acceptant des emplois subalternes, mal rémunérés et endurant des années de privation. L’aide de la famille sous forme de prêt est la deuxième situation en termes de fréquence et concerne un quart des patrons interrogés. Elle est exceptionnelle à Paris (un seul cas), rare à Bruxelles (trois cas), mais plus fréquente à Montréal (sept cas). Ces patrons sont presque toujours de deuxième génération et l’emprunt se fait au sein de la famille nucléaire. Les parents commerçants paraissent plus enclins à aider leurs enfants lorsque ceux-ci se lancent dans la création d’une entreprise, démontrant ainsi l’importance des liens forts et la dimension familiale du capital social. La tontine (ou hui), quant à elle, forme d’emprunt à faible taux d’intérêt de tradition en Asie, a permis à cinq patrons de réunir la somme nécessaire à la création de leur entreprise. Le hui consiste à réunir des personnes de la famille élargie et des amis en vue de la constitution d’une caisse commune qui sera prêtée à l’organisateur. Tous les mois, une portion de la somme sera rendue à l’un des participants, selon une enchère sous pli scellé, jusqu’à ce que le débiteur principal ait remboursé sa dette (Light, 1972 ; Hassoun, 1993). Pour Coleman (1988), ce système illustre le capital social sous la forme de rapports de confiance engendrant des obligations et attentes réciproques. Ces relations sont de type rationnel : si l’un des contractants venait à trahir sa parole, il serait sanctionné par une mauvaise réputation lui interdisant toute transaction ultérieure au sein de sa communauté (Ma Mung, 2000). Les cinq entrepreneurs de notre échantillon ayant utilisé cette méthode présentent un profil similaire : des hommes d’un certain âge, en couple, ayant plusieurs années de travail pour des co-ethniques à leur actif. Quatre d’entre eux sont de Paris. Relevons, enfin, quelques cas marginaux : deux emprunts à la banque, un héritage, l’aide d’un ami chinois et l’aide d’un ami non chinois. L’emprunt à la banque, pratique privilégiée par les nationaux, demeure un phénomène exceptionnel chez les immigrés chinois.

IV. Profils-type des entrepreneurs rencontrés

25Plusieurs tendances ou profils-type se dégagent. Nous avons opéré trois subdivisions, selon que l’entrepreneur ait ou non une expérience d’entrepreneur avant l’immigration, selon qu’il présente sa situation comme la résultante d’un choix ou d’un défaut de choix, selon que sa perspective comprenne ou non l’insertion et l’adhésion à une économie communautaire.

A. Entrepreneur transplanté ou néo-entrepreneur

26Pour les immigrés de première génération, l’expérience professionnelle acquise dans le pays d’origine nous éclaire en partie sur le phénomène de la création d’entreprise. En effet, une proportion non négligeable d’entre eux possédait un commerce dans le pays d’origine. À Montréal, le parcours des Chinois de première génération semble corrélé à une expérience d’entrepreneuriat ou d’auto-emploi dans le pays d’origine : sur les neuf patrons de première génération, cinq possédaient un commerce (dont quatre un commerce similaire) et une était indépendante. De même, sur trois patrons de Paris de première génération, deux étaient commerçants, vivant une situation de “minorité intermédiaire” en Asie du Sud-Est (Raulin, 2000). Le lien n’apparaît pas à Bruxelles : sur onze patrons de première génération, deux seulement étaient commerçants. Parmi les cas d’entrepreneurs transplantés, Mme Shu (36 ans, Bruxelles) tenait, à Hong Kong, un magasin de vêtements. À l’approche de la trentaine, elle part à Paris où elle étudie la gestion. Elle y rencontre un Belge qu’elle rejoint à Bruxelles et épouse, ses études terminées. L’année même (2004), elle ouvre un nouveau commerce de vêtements qu’elle fait confectionner en Chine. Comme la majorité des entrepreneurs transplantés, Mme Shu s’est servie du revenu de la vente de sa première entreprise afin de financer la seconde, et l’a fait rapidement après son installation.

27Moins privilégiés, les néo-entrepreneurs doivent souvent se constituer un capital dans le pays d’accueil ; cela passe par plusieurs années de travail ou l’aide de la famille. M. Huang (55 ans, Bruxelles), Taïwanais, a immigré en Belgique en 1970. Musicien de formation, il se perfectionne au conservatoire avant de se marier et de renoncer à la musique. Après des années de travail comme serveur et cuisinier, il ouvre, en 1989, un restaurant chinois ; il y travaille avec son épouse et quatre employés co-ethniques. Il est satisfait de son entreprise bien que, dit-il, les circonstances de la vie l’aient mené à ce choix de carrière. Son expérience l’a amené à développer ses réseaux sociaux parmi les Taïwanais et Chinois de Bruxelles, et il s’investit dans la communauté via ses activités associatives. Un cas particulier de néo-entrepreneur est celui du commerçant par habitus familial. Pour la deuxième génération, l’activité des parents est un facteur décisif puisque tous les répondants des trois villes ont des parents commerçants, qu’ils aient repris l’entreprise familiale ou créé leur propre entreprise. Mme Hoang (43 ans, Paris) est réfugiée du Vietnam et patronne d’une bijouterie. Arrivés en France en 1980, ses parents, bijoutiers, ouvrent rapidement deux commerces sur base de leurs économies. À leur retraite, Mme Hoang reprend l’un d’eux avec son époux et laisse l’autre à ses deux frères. Si, dans ce cas, l’on peut parler d’habitus de classe, d’autres facteurs comme l’acquisition du capital culturel des parents et la possibilité de bénéficier de leurs réseaux sont à prendre en considération. Comme l’explique Coleman (1988), la famille est le premier lieu de capital social par acquisition du capital économique et humain des parents. Enfin, si Mme Hoang perçoit son activité comme une tradition familiale, elle ne souhaite pas que sa fille reprenne le commerce, car la profession, dit-elle, est risquée et moins prestigieuse en France. Cela souligne l’importance du facteur contextuel entraînant l’adaptation ou le déclin des traditions et pratiques familiales et communautaires.

B. Entrepreneur par défaut ou par choix

28Pour l’entrepreneur par défaut, l’immigration elle-même est rarement un choix ; certains sont réfugiés d’Asie du Sud-Est, d’autres ont fui la Chine communiste ou une situation économique défavorable. Ce profil s’accorde avec la situation décrite dans la thèse de la mobilité bloquée. L’acteur souhaite s’insérer dans le marché du travail, mais des causes involontaires l’en empêchent : sa maîtrise de la langue nationale est insuffisante, son diplôme et son expertise n’y sont pas ou peu reconnus, le secteur est saturé. Il peut accepter une situation de déclassement professionnel, mais ceci est pour lui une solution provisoire, non satisfaisante, avec comme échappatoire la création de sa propre entreprise. Un tiers seulement des personnes relevant de cette catégorie ont bénéficié d’une aide pour le financement de l’entreprise. M. et Mme Dai, la quarantaine, qui ont immigré à Montréal avec leurs enfants en 1995, sont représentatifs de cette catégorie d’entrepreneurs. Le diplôme d’ingénieur de M. Dai n’est pas reconnu ; déclassé, il est embauché par une compagnie québécoise, tandis que son épouse travaille dans une manufacture pour un Chinois. Trois ans plus tard, ils décident de se mettre à leur compte et ouvrent, par leurs propres moyens, une petite épicerie de proximité vendant des produits occidentaux. Pour eux, comme pour nombre d’entrepreneurs par défaut, le produit ou service vendu importe peu. Le choix se fait en fonction de l’économie ethnique (épiceries asiatiques, grossistes importants pour les détaillants co-ethniques), de la demande d’exotisme des majoritaires (restaurants, objets décoratifs chinois) ou de la désertion d’un secteur de l’économie par la majorité (petite épicerie de proximité). Au moment de l’entretien, M. et Mme Dai ont pour seul projet de continuer à vivre raisonnablement de leur commerce afin de permettre à leurs enfants de faire des études supérieures. On peut parler à leur égard de “génération sacrifiée”.

29L’entrepreneur par choix, quant à lui, se caractérise par une attitude enthousiaste envers l’entreprise, présentée comme un projet de carrière. Plutôt jeune et diplômé, il est soit récemment issu d’une Chine urbaine en plein essor, soit enfant d’immigrés bénéficiant de l’aide parentale. S’il est de première génération, son projet migratoire est lié à l’entrepreneuriat et il dispose d’un capital économique suffisant à investir dès son arrivée. C’est le cas de M. Lei, anciennement entrepreneur dans l’import-export en Chine. Celui-ci s’exprime couramment en français pour avoir vécu en France dans le cadre de ses affaires. Sur base de son expérience professionnelle, il obtient en 2001 l’autorisation d’immigrer au Québec. Il prend le temps d’étudier le marché québécois et de mûrir son projet tout en continuant à gérer ses affaires et en voyageant entre les deux pays. Il vend son entreprise en 2004 et s’installe définitivement à Montréal. L’année suivante, il ouvre une agence de voyage spécialisée dans les pays d’Asie. Son agence, contrairement à la concurrence, est ancrée dans la modernité et attire une clientèle tant occidentale qu’asiatique. À moins de quarante ans, M. Lei est à la tête d’une entreprise florissante, employant une douzaine de personnes et dont le succès dépasse ses espérances. Pour ce type d’entrepreneur, le produit ou service rendu est un facteur de motivation important : il peut s’agir, comme pour M. Lei, d’un créneau à exploiter ou d’une activité pour laquelle l’entrepreneur conçoit un intérêt particulier.

C. Entrepreneur communautaire ou individualiste

30La création d’entreprise est un acte à la fois économique et social, enraciné dans la volonté d’acquisition d’un statut qui, pour les minorités issues de l’immigration, prend un sens particulier au sein d’un groupe ethnique où il est validé. En effet, s’installer à son compte est perçu comme un signe d’ascension sociale par les membres de la communauté (Madoui, 2006). L’aspect communautaire de l’entrepreneuriat de certains répondants ne doit pas faire oublier le problème récurrent de la mobilité bloquée. Le commerçant communautaire est généralement peu éduqué et dispose de peu de ressources. C’est donc dans un contexte souvent défavorable qu’il s’insère dans les réseaux mis en place par la communauté ethnique. Celle-ci lui fournit l’information nécessaire relative à la société d’accueil et aux opportunités d’emploi au sein du réseau d’entreprises ethniques. Bien que les fonctions disponibles soient souvent ingrates (serveur, plongeur, manutentionnaire), s’insérer dans cette économie lui permet de développer son capital économique par son salaire, son capital social en raison des liens qui se créent et son capital culturel via l’acquisition d’un savoir et d’un savoir-faire. M. Guo (39 ans, Bruxelles), marin en Chine, immigre en 1989 lorsqu’un co-ethnique lui permet d’obtenir un visa pour venir travailler dans son restaurant à Bruxelles. Pendant des années, il est serveur, plongeur et cuisinier et apprend sur le tas les compétences requises pour la gestion d’un restaurant. En 2000, enfin, il rachète le restaurant de son patron. Comme beaucoup d’entrepreneurs communautaires, M. Guo ne s’est basé que sur ses propres économies. D’autres dans le même cas ont fait appel à une tontine afin de compléter leur capital personnel.

31L’entrepreneur individualiste, quant à lui, est le plus souvent un immigré récent, issu d’une Chine moderne et urbaine ; s’il est de deuxième génération, il marque une rupture avec le type de commerce exercé par ses parents. L’individualisme peut être de type expressif, lorsqu’il s’agit d’un commerce lié à une passion et que le plaisir à exercer le métier prime dans les discours, comme il peut être de type rationnel, lorsqu’il est motivé par les bénéfices potentiels. Souvent, il combine les deux aspects, comme chez M. et Mme Wong, un couple dans la trentaine, immigré à Montréal. M. Wong était photographe en Chine, un métier qu’il exerce par passion. En 1999, soit l’année même de l’arrivée, il ouvre un studio de photographie ; sa femme l’assiste dans son projet. Comme la plupart des entrepreneurs de ce profil, il s’est basé sur ses seules économies. Son ambition pour l’avenir est de se faire un nom afin de gagner plus tout en travaillant moins et en consacrant davantage de temps à ses loisirs.

D. Répartition des différents profils

32Quelques tendances générales pour les trois villes peuvent être dégagées. Une large majorité de nos répondants sont des néo-entrepreneurs et seul un sixième entrent dans la catégorie des entrepreneurs transplantés. De même, les commerçants par défaut sont bien plus nombreux que ceux qui le sont par choix, ce dernier cas ne concernant qu’un tiers de nos répondants. L’opposition entre les profils communautaire et individualiste est plus difficile à déterminer. On peut estimer qu’un quart se situe davantage dans une perspective communautaire, un quart dans une perspective individualiste, tandis que les autres se situeraient entre les deux tendances.

33Nous avons observé des différences de répartition des profils selon la ville. Paris compte davantage de commerces transplantés et repris aux parents, ceci en raison de la présence d’une importante communauté réfugiée ayant fait partie d’une minorité intermédiaire dans le pays d’origine. La tendance communautaire est également présente, se manifestant par la pratique de la tontine, l’interdépendance des commerces et autres moyens d’entraide. La France, malgré une volonté d’assimilation, est paradoxalement le lieu le plus propice au phénomène communautaire. Les entrepreneurs rencontrés à Bruxelles le sont majoritairement par défaut, tout en présentant davantage de traits individualistes et en faisant preuve d’une insertion moindre dans une économie communautaire. Ceci est dû au petit nombre de Chinois dans la ville. À Montréal, enfin, l’optique du projet est fort présente alors qu’elle demeure marginale dans les deux autres villes. Sur quatorze commerçants par choix, dix sont montréalais. Ils sont plus nombreux à s’installer avec un capital de départ à investir dans un projet. Cette autonomie est due à la politique d’immigration particulière du Canada consistant à sélectionner les candidats à l’immigration selon leur éducation et leur passé professionnel ; ils ont donc plus de chance de posséder un capital de départ. En outre, une attitude plus positive par rapport au commerce et au fait d’être son propre patron y est tangible. Cette caractéristique est également générationnelle ; les nouveaux venus d’une Chine urbaine sont presque toujours dans une optique individualiste, différant peu, en cela, de leurs homologues occidentaux.

V. Conclusions

34Partant d’une enquête de terrain sur les communautés chinoises de Paris, Bruxelles et Montréal, nous avons analysé la création d’entreprises selon une perspective comparative. Nous avons constaté en premier lieu une grande variété de situations et de pratiques. Ces entrepreneurs sont issus de divers pays, parlent différents dialectes, sont plus ou moins âgés et appartiennent à des milieux socioprofessionnels variés. Les facteurs qui les poussent à l’entrepreneuriat sont multiples, tandis que la mobilisation des ressources en vue de la création de l’entreprise s’effectue sur différentes bases. Partant de là, nous avons différencié des profils-types d’entrepreneurs selon qu’ils soient transplantés ou néo-entrepreneurs, par défaut ou par choix, communautaires ou individualistes. Ces situations s’accordent, chacune à sa manière, aux différentes théories sur la pratique du commerce des minorités ethniques. Ainsi, nous avons vu que la situation de certains se rapproche davantage de celle décrite dans la théorie de la mobilité, que pour d’autres, elle s’apparente plus à celle de la niche ethnique, tandis que la théorie des minorités intermédiaires offre un éclairage particulier sur le cas des réfugiés d’Asie du Sud-Est. Néanmoins, aucune de ces situations n’est à même d’expliquer à elle seule l’intégralité des situations rencontrées ; comme pressenti, elles apportent des éclairages complémentaires et seule une perspective multifactorielle permet d’en appréhender la complexité. Dans tous les cas et quel que soit le profil, la sphère économique est partie intégrante du social et toute action économique, comme la création d’un commerce et les stratégies en vue du fonctionnement de celui-ci, est encastrée dans une série de faits sociaux. En découle une imbrication des rapports d’ethnicité, des rapports familiaux, des rapports sociaux de sexe et d’autres rapports de pouvoir dans le phénomène. En d’autres termes, créer un commerce n’implique pas uniquement une quête de gain financier, mais aussi une recherche de reconnaissance sociale via l’acquisition d’un statut et d’une identité professionnelle, voire un besoin de sociabilité et de cohésion sociale car, comme nous l’avons vu, l’entrepreneuriat peut aussi être une affaire de famille et de réseau ethnique.

35Que ce soit à Paris, Bruxelles ou Montréal, nous sommes confrontés à des facteurs à la fois communautaires et contextuels induisant des différences entre nos terrains d’enquête. L’acteur social peut développer un rapport particulier avec sa communauté, s’insérer dans des réseaux sociaux, participer à l’économie ethnique, s’impliquer dans des associations, comme il peut la rejeter en tout ou en partie. Il est également en rapport avec les structures de la société d’accueil, rapport qui peut être minimal, mais qu’il ne peut ignorer dans la pratique du commerce. Le facteur communautaire est lui-même contextuel puisque la communauté ethnique interagit avec la société d’accueil, peut se définir en marge de celle-ci ou s’inscrire dans un champ particulier de son économie. Le contexte du pays d’accueil comporte différentes facettes, comme la politique d’immigration du pays (structures d’accueil et gestion des populations issues de l’immigration), la conjoncture économique (du pays d’origine, du pays d’accueil et mondiale) et le contexte historique des flux migratoires. En ce qui concerne la politique d’immigration, l’effet constaté est la plus grande autonomie financière des Sino-Montréalais en raison de la sélection des candidats à l’immigration qui tend à favoriser les catégories socioprofessionnelles élevées. À l’inverse, les Sino-Parisiens nous ont paru les plus en marge des structures étatiques et, par conséquent, les plus dépendants de la communauté ethnique. En revanche, concernant les idéaux (universalisme, multiculturalisme) sous-tendant les politiques nationales, nous devons convenir que leur impact n’est pas aussi important que nous tendions à le croire, du moins au niveau de cette enquête.

36Nous avons proposé une approche de l’ethnicité comme paradigme de l’action, selon une perspective constructiviste, partant du principe que l’acteur social qu’est le commerçant chinois dispose d’une latitude lui permettant de choisir ses stratégies de réussite en situation d’immigration. La multifactorialité développée dans notre analyse peut avantageusement être formulée au travers d’une combinaison de ces perspectives théoriques, permettant de comprendre la complexité du phénomène étudié ainsi que l’interférence fluctuante et continuelle qui se manifeste entre les aspects contextuels de la société d’accueil et motivationnels des générations successives d’entrepreneurs chinois.

Haut de page

Bibliographie

Auster E., Aldrich H., 1984 “Small Business Vulnerability, Ethnic Enclaves and Ethnic Entreprise”, inWard R., Jenkins R. (Eds.), Ethnic Communities in Business, Cambridge, Cambridge University Press, pp. 39-54.

Barth F., 1995 “Les groupes ethniques et leurs frontières”, in Poutignat P., Streiff-Fenart J., Théories de l’ethnicité, Paris, Presses universitaires de France [1969], pp. 203-249.

Bastenier A., 1992 L’État belge face à l’immigration : les politiques sociales jusqu’en 1980, Louvain-La-Neuve, Academia.

Bastenier A., 2004 Qu’est-ce qu’une société ethnique ? Ethnicité et racisme dans les sociétés européennes d’immigration, Paris, Presses universitaires de France.

Berger B., 1991 “The Culture of Modern Entrepreneurship”, in Berger B. (Ed.), The Culture Entrepreneurship, San Francisco (CA), ICS Press, pp. 13-32.

Bonacich E., 1973 “A Theory of Middleman Minorities”, American Sociological Review, 38 (5), pp. 583-594.

Bourdieu P., 2006 “Le capital social. Notes provisoires”, in Bevort A., Lallement M. (Eds.), Le capital social. Performance, équité et réciprocité, Paris, La Découverte [1980], pp. 31-34.

CECLR (Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme), 2005 L’immigration chinoise en Belgique. Principales évolutions et perspectives, Bruxelles, http://www.diversite.be/?action=publicatie_detail&id=36&thema=4

Coleman J., 1988 “Social Capital in the Creation of Human Capital”, American Journal of Sociology, vol. 94, pp. 95-120.

Dyer L., Ross C., 2000 “Ethnic Enterprises and Their Clientele”, Journal of Small Business Management, 38 (2), pp. 48-66.

Godin J.-F., 2005 Immigrants et travail à Montréal : la dynamique de l’établissement professionnel des dix premières années, thèse de doctorat en Sciences humaines appliquées, non publiée, Montréal, Université de Montréal.

Granovetter M., 1973 “The Strength of Weak Ties”, American Journal of Sociology, 78 (6), pp. 1360-1380.

Granovetter M., 1985 “Economic Action and Social Structure: The Problem of Embededness”, American Journal of Sociology, 91 (3), pp. 481-510.

Granovetter M., 2006 “L’influence de la structure sociale sur les activités économiques”, Sociologies pratiques, 2 (13), pp. 9-36.

Hassoun J.-P., 1993 “Des patrons ‘chinois’ à Paris. Ressources linguistiques, sociales et symboliques”, Revue française de sociologie, 34 (1), pp. 97-123.

Hullebroek P., 1992 “La politique générale d’immigration et la législation sur les étrangers”, in Morelli A. (Ed.), Histoire des étrangers et de l’immigration en Belgique de la préhistoire à nos jours, Bruxelles, Vie ouvrière, pp. 119-140.

Juteau D., 1983 “La production de l’ethnicité ou la part réelle de l’idéel”, Sociologie et sociétés, 15 (2), pp. 39-54.

Juteau D., 1996 “L’ethnicité comme rapport social”, Mots. Les langages du politique, vol. 49, pp. 97-105.

Juteau D., Daviau-Guay J., Moallem M., 1999 “L’entrepreneurship ethnique à Montréal : première esquisse”, Cahiers québécois de démographie, 21 (2), pp. 119-145.

Kymlicka W., 1995 Multicultural Citizenship : A Liberal Theory of Minority Rights, Oxford, Oxford University Press.

Li P., 1988 The Chinese in Canada, Toronto, Oxford University Press.

Li P., 1993 “Chinese Investment and Business in Canada : Ethnic Entrepreneurship Reconsidered”, Pacific Affairs, 66 (2), pp. 219-243.

Light I., 1972 Ethnic Enterprise in America. Business and Welfare among Chinese, Japanese, and Blacks, Berkeley/Los Angeles/London, University of California Press.

Light I., Karageorgis S., 1994 “Chapter 26. The Ethnic Economy”, in Smelser N., Swedberg R. (Eds.), The Handbook of Economic Sociology, Princeton (NJ), Princeton University Press, pp. 647-671.

Madoui M., 2006 “Entrepreneurs d’origine maghrébine en France et capital social”, in Bevort A., Lallement M. (Eds.), Le capital social. Performance, équité et réciprocité, Paris, La Découverte, pp. 246-262.

Ma Mung E., 2000 La diaspora chinoise, géographie d’une migration, Paris, Ophrys.

Martiniello M., 1993 “Pour une sociologie politique de la situation post-migratoire en Belgique”, in Martiniello M., Poncelet M. (Eds.), Migrations et minorités ethniques dans l’espace européen, Bruxelles, De Boeck Université, pp. 167-185.

Milza P., 1985 “Un siècle d’immigration étrangère en France”, Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 7, pp. 3-17.

Nicholls A., 2011 Pratique du commerce et rapports d’ethnicité en situation d’immigration. Le cas des Chinois de Paris, Bruxelles et Montréal, thèse de doctorat en Sciences politiques et sociales, non publiée, Louvain-la-Neuve, Université catholique de Louvain.

Nicholls A., 2012 “Capital social ethnique et entrepreneuriat. Le cas des commerçants chinois de Paris, Bruxelles et Montréal”, Sociologie, 4, (à paraître).

Noiriel G., 2001 État, nation et immigration. Vers une histoire du pouvoir, Paris, Belin.

Pang C., 2002 “Business Opportunity or Food Pornography ? Chinese Restaurant Ventures in Antwerp”, International Journal of Entrepreneurial Behaviour & Research, 8 (1/2), pp. 148-161.

Poutignat P., Streiff-Fenart J., 1995 Théories de l’ethnicité, Paris, Presses universitaires de France.

Raulin A., 2000 L’ethnique est quotidien. Diasporas, marchés et cultures métropolitaines, Paris, L’Harmattan.

Redding G., 1991 “Culture and Entrepreneurial Behavior among the Overseas Chinese”, in Berger B. (Ed.), The Culture Entrepreneurship, San Francisco (CA), ICS Press, pp. 137-156.

Salaff J., Greve A., Wong S.-L., Ping L., 2003 “Ethnic Entrepreneurship, Social Networks, and the Enclave”, in Yeoh B., Kiong T., Charney M. (Eds.), Approaching Transnationalism : Transnational Societies, Multicultural Contacts, and Imaginings of Home, Boston, Kluwer Academic Publishers, pp. 61-82.

Schnapper D., 1994 La communauté des citoyens. Sur l’idée moderne de nation, Paris, Gallimard.

Statistique Canada, 2006 “Ethnocultural Portrait of Canada, Highlight Tables”, Census, http://www12.statcan.ca/census-recensement/2006/dp-pd/hlt/97-562/index.cfm?Lang=E

Taylor Ch., 1994 Multiculturalisme, différence et démocratie, Paris, Flammarion.

Volery Th., 2007 “Ethnic Entrepreneurship : A Theoretical Framework”, in Dana L.-P. (Ed.), Handbook of Research on Ethnic Minority Entrepreneurship, Cheltenham, Edward Elgar, pp. 30-41.

Waldinger R., Aldrich H., Ward R., 1990 “Opportunities, Group Characteristics and Strategies”, in Waldinger R., Aldrich H., Ward R. (Eds.), Ethnic Entrepreneurs: Immigrant Business in Industrial Societies, London, Sage, pp. 13-48.

Wirth L., 1945 “The Problems of Minority Groups”, in Linton R. (Ed.), The Science of Man in the World Crisis, New York, Columbia University Press, pp. 347-372.

Yun G., Poisson V., 2005 Le trafic et l’exploitation des immigrants chinois en France, Genève, Bureau international du Travail.

Haut de page

Annexe

Résumé long

Objet : Cet article a pour objet la présentation de quelques facteurs explicatifs de la création d’entreprise par des personnes issues de l’immigration chinoise dans les villes de Paris, Bruxelles et Montréal.

Méthode : Pour cela, nous avons interrogé soixante personnes se reconnaissant d’ethnicité chinoise, partant d’associations et de personnes ressources, et en effectuant du porte-à-porte dans les zones de regroupement. Dans une optique comparative, nous avons sélectionné comme terrains d’enquête les villes de Paris, Bruxelles et Montréal. Les entretiens étaient semi-directifs et l’analyse, qualitative.

Théories : L’ethnicité et ses frontières sont appréhendées sous l’angle de Barth (1995) et de Juteau (1983, 1996). Comme Bastenier (2004), nous envisageons l’ethnicité comme paradigme de l’action, selon une perspective constructiviste. Concernant la pratique du commerce, une approche interactive et multifactorielle inspirée du modèle de Waldinger (1990) a été privilégiée.

Résultats : Les profils des entrepreneurs sont variés. Nous observons des différences selon la ville (capital culturel, langues parlées, origine nationale et dialectale) en raison de l’histoire de l’immigration chinoise et d’éléments contextuels économiques et politiques. Certaines difficultés sont communes aux trois villes comme la barrière de la langue et l’insertion professionnelle. Des profils types se dégagent selon que l’entrepreneur ait ou non une expérience d’entrepreneur avant l’immigration (entrepreneur transplanté ou néo-entrepreneur), selon que sa situation résulte ou non d’un choix (entrepreneur par choix ou par défaut), selon qu’il s’insère ou non dans une économie communautaire (entrepreneur communautaire ou individualiste). Sont majoritaires les néo-entrepreneurs par défaut se situant dans une optique individuelle. Néanmoins, Paris compte davantage d’entrepreneurs transplantés et communautaires et Montréal, d’entrepreneurs individualistes et par choix.

Discussion des résultats : Il existe une grande diversité de situations, lesquelles s’accordent, chacune à sa manière, aux différentes théories sur la pratique du commerce des minorités ethniques. Comme pressenti, elles apportent des éclairages complémentaires et seule une perspective multifactorielle permet d’en appréhender la complexité. La multifactorialité développée dans notre analyse peut avantageusement être formulée au travers des perspectives théoriques du constructivisme et de l’ethnicité comme paradigme de l’action, ce qui permet de comprendre la complexité du phénomène étudié ainsi que l’interférence entre les aspects contextuels de la société d’accueil et motivationnels des entrepreneurs chinois.

Long summary

Subject : This article’s aim is to present some factors explaining the creation of businesses by people issuing from Chinese immigration to the cities of Paris, Brussels and Montréal.

Method : To do that we have questioned sixty people recognizing themselves to be of Chinese ethnicity, through associations and resource persons, and by going from door-to-door in zones of aggregation. With a view to comparison, as survey locations we have selected the cities of Paris, Brussels and Montréal. The interviews were semi-directed and the analysis qualitative.

Theories : Ethnicity and its boundaries are understood from Barth (1995) and Juteau’s (1983, 1996) perspective. Like Bastenier (2004), we consider ethnicity to be a paradigm of action, within a constructivist perspective. Concerning business practices, an interactive and multi-factorial approach, inspired by Waldinger’s model (1990) was favoured.

Results : The entrepreneurs’ profiles are varied. We observe differences depending on the city (cultural capital, languages spoken, national and dialectal origin) due to the history of Chinese immigration as well as economic and political contextual elements. Certain difficulties are common to the three cities, such as language barriers and professional insertion. Profile types emerge depending on whether or not the entrepreneur had business experience before immigration (transplanted entrepreneur or neo-entrepreneur), depending on whether or not his situation results from a choice (entrepreneur by choice or default), depending on whether or not he forms part of a community economy (community or individualist entrepreneur). Most of the neo-entrepreneurs by default situate themselves against an individualist backdrop. Nevertheless, Paris counts more transplanted and community entrepreneurs, while Montréal counts more “individualists” and entrepreneurs “by choice”.

Discussion of the results : A great diversity of situations exists, with all of them in their own way agreeing with various theories on ethnic minority business practices. As we had anticipated, they bring complementary insights and only a multi-factorial perspective allows us to understand the complexity involved. The multi-factoriality developed in our analysis may be formulated advantageously through the theoretical perspectives of constructivism and ethnicity as a paradigm of action, permitting us to understand both the complexity of the phenomenon studied and the interference between contextual aspects on the host society’s part and motivational aspects on the Chinese entrepreneurs’ part.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexander Nicholls, « Création d’entreprise en situation d’immigration. Les Chinois de Paris, Bruxelles et Montréal », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-1 | 2013, 171-185.

Référence électronique

Alexander Nicholls, « Création d’entreprise en situation d’immigration. Les Chinois de Paris, Bruxelles et Montréal », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://rsa.revues.org/968 ; DOI : 10.4000/rsa.968

Haut de page

Auteur

Alexander Nicholls

Docteur en sciences politiques et sociales de l’UCL

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org