Navigation – Plan du site
Lecture critique

Le développement durable au prisme de la transaction sociale

Mathieu Berger
p. 187-193
Référence(s) :

Hamman Philippe, Sociologie urbaine et développement durable, Bruxelles, De Boeck, 2012

Blanc Maurice, “L’avenir de la sociologie de la transaction sociale”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 40 (2), 2009, pp. 125-139

Fusulier Bernard, Marquis Nicolas, “La notion de transaction sociale à l’épreuve du temps”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 39, 2, 2008, p. 3-21

Fusulier Bernard, Marquis Nicolas, “Faire une sociologie de la transaction sociale ou de la transaction sociale une sociologie. Quelques précisions pour répondre à l’interpellation de M. Blanc”, Recherches sociologiques et anthropologiques, 40 (2), 2009, p. 141-147

Notes de l’auteur

L’ouvrage de Philippe Hamman constitue l’objet central de cette lecture critique.

Texte intégral

I. Introduction

1En 1978, dans Produire ou reproduire, Jean Remy et ses collègues de l’UCL mettent au point une sociologie de la “transaction sociale”. Appliquée à des domaines aussi différents que la ville, la religion ou encore la famille, cette approche visait à saisir ensemble les transformations et la stabilité du social, et à comprendre la structuration de la société à partir de la généralisation d’un « processus d’échange implicite, diffus et continu, qui englobe des moments de négociation, entre une pluralité d’acteurs (individuels ou collectifs), en situation d’interdépendance et d’interaction, amenés à produire ou reproduire des compromis de coexistence » (Fusulier/Marquis, 2008 :4). Cette sociologie a depuis connu une certaine postérité dans les sciences sociales francophones, notamment au sein de l’AISLF, où un comité de recherche “transaction sociale” a été constitué (Blanc, 2009). Les développements les plus importants de ce paradigme sont sans doute à chercher du côté des sociologies de l’espace, de la ville et de l’environnement, autour d’auteurs comme Maurice Blanc, Marc Mormont (Blanc, 1992 ; Blanc/Mormont/Remy/Storrie, 1994) et Philippe Hamman. Ce dernier, professeur à l’Université de Strasbourg, a publié ces trois dernières années pas moins de six ouvrages (en tant qu’auteur, co-auteur ou coordinateur), dans lesquels il est essentiellement question d’appliquer le paradigme de la transaction sociale au domaine de l’aménagement du territoire et du développement urbain.

2Dans l’ouvrage retenu ici, Hamman analyse le “compromis de coexistence” ayant émergé ces dernières années autour de la notion de développement durable. À la manière de la “participation” et de la “cohésion sociale”, ou, aux États-Unis, de l’ empowerment (Eliasoph, 2011) et du community building (Berger, 2012), la notion de “développement durable” est aujourd’hui aussi floue et ambiguë sur le plan sémantique que consensuelle sur le plan politique. Cette double caractéristique en ferait un objet de prédilection pour une sociologie de la transaction sociale particulièrement apte, selon l’auteur, à « déconstruire la fausse évidence de l’impératif du développement durable » (p. 10) et à saisir le développement durable dans « son indétermination, qui le laisse ouvert à une pluralité d’appropriations et de remodelages » (p. 26). La notion étant mobilisée par une pluralité d’acteurs aux orientations politiques divergentes et aux intérêts difficilement conciliables, Hamman nous rappelle avec pertinence que le développement durable « doit être abordé comme un problème pour l’action et non comme une solution allant de soi » (p.  9). L’ouvrage revient sur les coordonnées de ce problème et en propose une cartographie.

II. La lente émergence d’un “identifiant fédérateur”

3Le premier chapitre développe une analyse des genèses et filiations du développement durable urbain. Il revient dans un premier temps sur les principaux épisodes ayant rythmé la lente émergence d’un répertoire du développement durable au niveau mondial : empruntant à une variété de discours précurseurs et de néologismes apparus au début des années 1970 (comme celui d’“éco-développement”), celui-ci est progressivement placé à l’agenda des Nations unies dans les années 1980 et visibilisé à travers différents rapports et méga-conférences environnementales. La problématique du développement durable est ensuite replacée dans une autre histoire, celle de la généalogie des “questions urbaines” posées aux politiques de la ville ces quarante dernières années. L’auteur souligne, à raison, la manière dont la question urbaine “environnementale”, sur laquelle sont actuellement focalisées les politiques d’éco-développement, menace toujours d’invisibiliser la question urbaine d’ordre social apparue dans les années 1990 et qui interroge, elle, la possibilité pour les grandes villes contemporaines de “faire société” par-delà leurs divisions internes (Donzelot, 1999, 2003). Dans un troisième temps, le développement durable urbain est considéré au niveau de ses filiations sémantiques et conceptuelles. Après être revenu sur le succès de la notion floue de développement durable, son étonnante capacité à composer un « identifiant fédérateur » (p. 29), Haman explore le réseau de significations se déployant autour de ce “mot valise” et en dégage les dimensions principales : le développement durable urbain se définirait à la rencontre d’une logique multisectorielle (enjeux économiques, sociaux, environnementaux et culturels sont abordés transversalement, dans leurs possibles intersections et synergies), d’une logique multiscalaire (niveaux micro et macro, enjeux à court terme et long terme sont articulés) et de principes procéduraux valorisant la gouvernance et la participation.

III. Territorialisation, politisation et institutionnalisation : le développement durable comme processus transactionnel

4A partir de recherches menées depuis 2006 dans différentes aires urbaines françaises (Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Montpellier, Strasbourg, Toulouse), le deuxième chapitre s’intéresse à l’implémentation concrète du développement durable urbain : sa territorialisation, sa politisation et son institutionnalisation. Portage politique par des élus influents (A. Juppé à Bordeaux, G. Frêche à Montpellier…) et affichage ciblé à partir de projets phares ressortent ici comme des facteurs déterminants. Hamman montre l’imposition progressive du répertoire du développement durable dans des villes qui lui avaient résisté dans un premier temps, en raison de son caractère trop technocratique ou trop conceptuel (p. 57). Ces dernières années, les élus ont en effet vu en lui l’opportunité d’un nécessaire « renouvellement des discours et des opérations relevant des politique de la ville » (p. 61). Ce “renouvellement”, loin d’annoncer à chaque fois une révolution, a le plus souvent consisté à réorganiser des dispositifs existants, à retraduire des pratiques et à réinterpréter des diagnostics territoriaux, à travers le prisme du développement durable. Au-delà de l’émergence progressive d’une sémantique et d’un répertoire de justification propre, les politiques de développement durable trouvent d’autres appuis dans le contexte territorial de leur mise en œuvre (par exemple (p. 70), l’existence à Montpellier d’une ligne de tramway datant de 1880 permet à la ville de situer sa politique de mobilité durable dans une histoire collective), mais aussi bien sûr dans un processus de concrétisation institutionnelle et de production de nouveaux modes d’objectivation (application de directives européennes, évolutions dans l’organigramme des collectivités locales, apparition de nouvelles expertises et de nouveaux statuts, etc.).

5Le chapitre trois est l’occasion pour l’auteur de mettre réellement à l’œuvre la notion de “transaction sociale” pour en faire valoir les apports à une sociologie du développement urbain. Cette notion serait, selon l’auteur, particulièrement précieuse pour saisir les politiques de développement durable comme « un processus en train de se faire », entre projet politique et choix techniques, entre coopérations et conflits, des phénomènes qu’il s’agirait de « penser ensemble », en rompant avec un « dualisme réducteur » (p. 81). Hamman étudie les “processus transactionnels” (entendez, ici, “dialectiques”) accompagnant la réalisation de politiques de développement durable, et par lesquels les acteurs sont amenés à évoluer et à s’entendre entre intérêts et valeurs, entre définition de principes d’action et respect des règles. Cette transformation des politiques de la ville s’accompagnant d’enjeux d’apprentissage, de formation et de production de nouvelles identités professionnelles, la transaction – au sens que lui donne ici C. Dubar qui parle de “double transaction” (2010) – est également envisagée en tant que processus de co-constitution entre l’individu et son environnement changeant.

IV. Développement durable et démocratie

6Les aspects procéduraux de gouvernance et de participation sont parties intégrantes du développement durable, à tel point que cette dimension démocratique est parfois considérée comme un « quatrième pilier intégrateur de la ville durable » (p. 33). C’est à ces relations entre développement durable urbain et démocratie locale qu’est consacré le quatrième chapitre. Hamman y montre comment les pratiques de participation appelées par le développement durable ont fait évoluer le schéma des transactions liant les acteurs des politiques de la ville, d’un mode “bipolaire” (entre élus et experts, entre légitimé représentative et compétences techniques) à un mode “tripolaire” (incluant les citoyens, les associations et l’idée d’une légitimité de proximité). Ce nouveau cadre d’action est décrit comme ambivalent. En rendant visibles certains enjeux et certains acteurs, la participation organisée au sein de dispositifs d’État tend à en faire disparaître d’autres (Hamman, 2012a). Ainsi, au niveau de ce troisième pôle, les associations prêtes à jouer le jeu et les “bons citoyens” dont les interventions sont jugées “constructives” tirent leur épingle du jeu aux dépens d’autres figures d’intervenants, absents ou inaudibles (p. 120). Par ailleurs, une focalisation sur la publicisation des débats, en jetant la lumière sur les scènes d’apparition des citoyens tend à laisser dans l’ombre, dans cette relation tripolaire, le segment liant élus et experts à travers des transactions tacites et collusoires (p. 111).

7Quoi qu’il en soit, l’ouverture des dispositifs de démocratie locale à une pluralité d’acteurs donne à voir la vulnérabilité du “consensus supposé” dont le développement durable urbain ferait l’objet. Comme le pose l’auteur de manière intéressante, « le développement durable ne peut constituer un nouvel ordre de justification » en lui-même, « compte tenu du flottement des modes d’énonciation » (p. 116). Censé orienter le gouvernement d’une ville résolument « incertaine » (Francq, 2003), le développement durable est lui-même constamment rethématisé sur le plan sémantique, réagencé dans des politiques spécifiques (à travers un focus “air-mobilité-santé” à Lyon, par exemple (p. 119)), tandis que ses différentes dimensions centrales (environnementale, sociale, économique, etc.) sont réordonnées, chacune faisant l’objet d’interprétations variables selon la perspective des acteurs (confer. la perception variable qu’ont les citoyens, sur le plan environnemental, de la décision prise à Nantes de ne plus désherber certains espaces publics (p. 114)). Dans ces conditions, des compromis nécessaires, tant sur le plan « pratique » que « symbolique » (p. 117) doivent être envisagés et parfois imposés. Les espaces institutionnels de la « participation octroyée » sont des scènes où peuvent s’observer ces échanges ambigus, entre concertation et imposition, entre mise en discussion et verrouillage des décisions (p. 131).

V. Articuler sociologie de la ville et sociologie du politique : enjeux et difficultés

8L’ouvrage constitue dans l’ensemble une très bonne introduction aux questions soulevées par les politiques de développement durable urbain et propose un état des lieux plutôt complet en ce qui concerne la France. Le projet ne manque pas d’ambition : tout comme dans l’ouvrage collectif Ville, frontière, participation qu’il a récemment dirigé (Hamman, 2012b), l’auteur vise à “penser ensemble” et dans un même mouvement ville et politique de la ville, territoire et démocratie, et ce à l’échelle nationale. Il s’agit bien sûr d’un beau pari et il est certain que Hamman ouvre ici des pistes tout à fait intéressantes. Ceci étant, dans cette tentative d’articuler étroitement sociologie de la ville et sociologie du politique, la “sociologie de la transaction sociale” ne nous a pas toujours paru une médiation convaincante, d’autant que l’auteur en vient très rapidement à ne plus considérer qu’elle. À lire l’ouvrage, la sociologie urbaine (une discipline déjà centenaire et aujourd’hui l’une des plus dynamiques dans les sciences sociales) semble se résumer à peu de choses près à la sociologie de la transaction sociale. Il est par exemple surprenant qu’un livre s’ouvrant sur la question « Que peut apporter la sociologie urbaine à l’étude du développement durable ? » (p. 17) n’évoque nulle part la très fondamentale “écologie urbaine” de l’École de Chicago, qui connaît un renouveau depuis le début des années 2000 autour des travaux d’Isaac Joseph, ou la sociologie urbaine critique, développée par Edward Soja, Michael Dear et Mike Davis à Los Angeles depuis les années 1980 autour de la question des injustices spatiales et environnementales. La même remarque pourrait être faite concernant la sociologie des activités démocratiques, de la participation et de la citoyenneté. Or il nous semble qu’en prétendant en quelque sorte “absorber” la sociologie urbaine et la sociologie du politique, en faisant l’économie de leurs apports propres et spécialisés, le “paradigme de la transaction sociale” se retrouve rapidement face aux limites de ses propres ressources théoriques et conceptuelles, centrées sur la très seule notion de “transaction” (Fusulier/Marquis, 2008, 2009).

9Ici, le problème tient moins à la perspective de la transaction sociale, qui constitue en soi une « posture épistémologique » stimulante (Fusulier/Marquis, 2009 :143), qu’aux usages qu’en fait parfois l’auteur. Mobilisée de manière presque incantatoire tout au long de l’ouvrage, la notion en vient, au fil de la lecture, à montrer d’étonnantes similarités avec celle de “développement durable” qu’elle est censée déconstruire. Comme la notion de développement durable, elle a, sur le plan rhétorique, « la force d’une notion floue » (p. 29) qui permet à Philippe Hamman de s’en servir pour l’appliquer aux situations les plus diverses. Censée décrire tantôt des dynamiques liées à l’économie immobilière, tantôt des négociations entre acteurs publics, mais aussi le dialogue mené avec les citoyens sur l’espace public, ou encore des processus d’expérimentation, d’apprentissage et de production identitaire, la transaction sociale fait office de “mot valise”, ses différentes modalisations (“transaction territoriale”, “transaction secondaire”, “double transaction”) n’apportant pas d’éclairage décisif quant au noyau conceptuel en lui-même. La trop grande extension sémantique d’un concept affaiblit nécessairement sa portée interprétative et explicative. La capacité de la sociologie de la transaction sociale à créer un “consensus mou” sur ses énoncés constitue alors un second point commun avec le discours du développement durable qu’il prend pour objet. En refermant le livre, on retient en effet que le développement durable se compose à travers des actions réciproques, dans des configurations d’interdépendances, à l’articulation de différentes dimensions thématiques parfois concurrentes, de différentes échelles temporelles (court terme – long terme) et spatiales (micro – macro, local – global), qu’il engage à la fois des valeurs et des intérêts, des échanges menés sur une scène publique et d’autres, tacites, menés en coulisses. Qui, aujourd’hui, dirait le contraire ? L’excessive “générosité” du concept, mais aussi la position acritique assumée par l’auteur (qui ne tient pas à « distribuer des bons ou des mauvais points à telle ou telle initiative ») amène celui-ci à proposer une description redoublant souvent le discours officiel sur le sujet (un discours qui se saisit en effet lui-même des différents “piliers du développement durable”, de la nécessité de développer une “vision glocale”, d’ “articuler court terme et long terme”, etc.).

10À ce premier problème, concernant à la fois la profondeur théorique de l’analyse et son statut critique, correspond un problème d’ordre empirique. Insistons à nouveau sur ce point : l’entreprise proposée par Philippe Hamman de penser ensemble ville et politique de la ville, en se situant à l’interface de la sociologie urbaine et de la sociologie politique et en ressaisissant des questions se posant au niveau micro dans le contexte de dynamiques métropolitaines, nationales ou internationales, nous apparaît tout à fait pertinente et salutaire. Il n’y a en effet aucun sens aujourd’hui à ce que la sociologie urbaine ne se fasse pas politique, et inversement. Pas plus qu’il n’y a de sens à ce que les recherches sur la ville s’enferment à la toute petite échelle ou survolent les questions uniquement à partir de la très grande échelle. Cependant, une telle sociologie intégrée et transversale pose des questions méthodologiques qui ne sont ni abordées ni résolues dans l’ouvrage. En effet, celui-ci, s’il emprunte à différentes recherches menées sur la question et même s’il s’appuie sur des extraits d’entretiens plutôt nombreux et diversifiés, ne nous montre pas à proprement parler le développement d’une enquête. Or c’est bien dans le mouvement d’une enquête, en suivant des acteurs pris dans des situations problématiques, qu’il semble le plus intéressant de “penser ensemble” rationalité communicationnelle et rationalité instrumentale, ou encore transactions publiques et transactions tacites dans le gouvernement de la ville durable, pour prendre deux exemples qui intéressent Hamman dans ce livre. Penser ensemble la mobilisation d’intérêts particuliers et le rapport aux biens communs ne doit pas amener à les confondre, au motif de rompre avec un “dualisme réducteur”. Pour tout chercheur qu’un avenir démocratique intéresse, il importe que cette distinction conceptuelle soit maintenue ! Par contre, il sera intéressant de saisir la façon dont les acteurs composent, en situation, entre valeurs et intérêts, cherchent à les faire converger dans la mesure du possible, les redéfinissent pour les rendre acceptables, ou commutent entre l’une et l’autre en fonction des circonstances.

11La méthode ici privilégiée, l’entretien d’acteurs officiels ou associatifs, permet difficilement d’accéder à ce niveau de lecture. L’auteur évoque en introduction des obser-vations ethnographiques, mais il est bien difficile de les identifier dans l’économie de l’ouvrage. Une telle enquête de terrain semble tout aussi indiquée pour décrire l’articulation entre transactions publiques et transactions tacites dans les processus de gouvernance et de participation. Ces transactions tacites constituent un objet d’étude déterminant pour la sociologie des politiques de la ville et il est certain que les recherches en la matière ne peuvent se contenter plus longtemps de limiter l’enquête à l’observation des échanges les plus publics et “visibilisés” (Hamman, 2012b). Cependant, pour ceux qui, en sciences sociales, s’intéressent à ces transactions informelles et collusoires entre acteurs forts des politiques urbaines, une contrainte d’administration de la preuve s’impose. Ici, le lecteur a peu d’éléments empiriques à se mettre sous la dent et est réduit à croire l’auteur quand il annonce qu’il existe quelque chose comme des “transactions tacites”.

VI. Conclusion

12Malgré ces limites relatives aux développements théoriques et empiriques, des limites qui peuvent s’expliquer en partie par le format réduit de l’ouvrage et par sa vocation didactique (il est destiné aux étudiants et aux doctorants), Sociologie urbaine et développement durable propose une cartographie complète des enjeux et des tensions qui traversent le développement et le gouvernement de la “ville durable” aujourd’hui. L’ouvrage approche les questions urbaines et les politiques de la ville dans un souci de transversalité, en articulant diverses échelles d’observation, et en s’intéressant au caractère multiple et composite des logiques d’action et des formes d’engagement en présence. Il met en évidence le caractère à la fois flou et fédérateur du développement durable et s’intéresse aux conséquences ambivalentes de son implémentation dans de grandes villes françaises. Ne manquant pas d’ambition, l’approche développée par Philippe Hamman ouvre des pistes prometteuses pour une articulation entre sociologie de la ville et sociologie des politiques de la ville. Dans cette entreprise importante et difficile, l’auteur gagnerait selon nous à assumer plus pleinement un rôle de médiateur ou de « passeur » – pour employer un terme qui lui est cher (p. 146-156) – au carrefour de théories sociologiques à la fois complémentaires et compatibles avec son approche par les transactions sociales : l’analyse stratégique (Crozier, Friedberg), les théories de la régulation (Reynaud, Friedman), la sociologie des répertoires de justification et des régimes d’engagement (Boltanski, Thévenot) et, ici, la sociologie urbaine et son très riche héritage.

Haut de page

Bibliographie

Berger M., 2012 “La démocratie urbaine au prisme de la communauté. Effervescence, emphase et répétition dans la vie civique à Los Angeles”, Participations, n° 4 (“Ethnographies de la participation”), p. 49-77.

Blanc M. (dir.), 1992 Pour une sociologie de la transaction sociale, Paris, L’Harmattan.

Blanc M., Mormont M., Remy J., Storrie T. (dir.), 1994 Vie quotidienne et démocratie, Paris, L’Harmattan.

Donzelot J., 1999 “La nouvelle question urbaine”, Esprit, 11, p. 87-114.

Donzelot J., 2003 Faire société. La politique de la ville aux États-Unis et en France, Paris, Seuil.

Dubar C., 2010 La crise des identités. L’interprétation d’une mutation, Paris, PUF.

Eliasoph N., 2011 Making Volunteers. Civic Life after Welfare’s End, Princeton University Press.

Francq B., 2003 La ville incertaine. Politique urbaine et sujet personnel, Louvain-la-Neuve, Academia-Bruylant.

Hamman P., 2012a “Ville, frontière et démocratie : entre visible et invisible, espaces intermédiaires et transactions sociales”, in Hamman P. (dir.), Ville, frontière, participation. De la visibilité des processus démocratiques dans la Cité, Paris, Orizons, 2012, p. 39-62.

Hamman P. (dir.), 2012b Ville, frontière, participation. De la visibilité des processus démocratiques dans la Cité, Paris, Orizons.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Berger, « Le développement durable au prisme de la transaction sociale », Recherches sociologiques et anthropologiques, 44-1 | 2013, 187-193.

Référence électronique

Mathieu Berger, « Le développement durable au prisme de la transaction sociale », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 44-1 | 2013, mis en ligne le 20 septembre 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://rsa.revues.org/977

Haut de page

Auteur

Mathieu Berger

UCL/PSAD-IACCHOS/CriDIS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org