Navigation – Plan du site
À propos de livres

Hamman P., Blanc M., Duchêne-Lacroix C., Freytag T., Kramer C., Les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité

Strasbourg, Néothèque, 2014, 402p.
Sarah Van Hollebeke
p. 135-137
Référence(s) :

Hamman P., Blanc M., Duchêne-Lacroix C., Freytag T., Kramer C., Les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité, Strasbourg, Néothèque, 2014, 402p.

Texte intégral

1Issu de journées d’études organisées dans des universités Suisse, Française et Allemande entre 2012 et 2013, cet ouvrage collectif entend poser les premiers jalons de l’analyse d’un phénomène nommé l’ “habiter multilocal”. Le développement de nouvelles technologies de communication et de transport combiné aux transformations de la famille et du ménage a fait apparaître de nouvelles manières d’habiter, entre différents lieux. Tandis que les distances entre les lieux de résidence et de travail se sont allongées, des stratégies sont envisagées par les individus pour réduire ou optimaliser le temps de déplacement : du télétravail à l’acquisition d’une seconde résidence à proximité du lieu de travail, en passant par la navette quotidienne. Ces formes émergentes peinent cependant à être saisies et nommées à partir des approches classiques sur la mobilité résidentielle. L’enjeu théorique majeur de cet ouvrage est de clarifier les concepts utilisés pour offrir à la sociologie urbaine des catégories analytiques plus exigeantes pour (re)penser les mobilités individuelles. Quels profils ont ces résidents de plusieurs lieux ? Quels sont leurs parcours résidentiels ? Quelles sont les raisons de la multirésidence ?

2 Cet ouvrage, qui réunit une vingtaine de contributeurs issus de milieux professionnels et de disciplines variés (sociologie, géographie, démographie, statistique, économie et urbanisme), se divise en trois sections thématiques : la multilocalité étudiée à partir de la mobilité résidentielle des personnes ; les limites et potentialités des appro­ches quantitatives et statistiques pour saisir l’objet ; l’impact de la multirésidence sur les arrangements familiaux, professionnels et l’organisation des villes. De ces trois thématiques émergent deux préoccupations transversales à l’ouvrage. La volonté d’in­terroger l’ancrage local des multilocaux entre attachement et dissolution des identités et des solidarités locales, et, plus en arrière-fond, celle de réfléchir aux formes de coexistence entre les locaux et les multilocaux.

3 Les contributions qui constituent la première partie de l’ouvrage dressent un rapide état des lieux des residential multilocality studies. Il existe dans la littérature scientifi­que une diversité de concepts pour rendre compte des formes prises par les déplacements selon les contextes locaux : “plurilocalité résidentielle”, “multirésidentialité”, “habitat poly-topique”, “familles multilocalisées”, “multilocalité résidentielle”, etc. (p.19). Les études présentées ici ont en commun de vouloir pallier au déficit de connaissance sur le sujet et d’affiner les outils conceptuels. Ainsi, C. Duchêne-Lacroix en­tend contribuer à la construction du cadre théorique en définissant une pratique encore peu étudiée et contraire aux « normes du ménage ou de la famille nucléaire sédentaire », celle de l’« habiter multilocal » c’est-à-dire le fait « d’habiter plusieurs logements habituels » (p.34). Elle fait généralement suite à des changements liés au cours de la vie, à la position sociale ou à des arrangements familiaux et personnels particuliers pour faire face à des contraintes professionnelles ou à des aspirations résidentielles. D’au­tres alternatives à l’habiter multilocal existent pour maintenir le lien familial par-delà les distances géographiques. X. Lanéelle nous fait ainsi voyager dans le temps et dans l’espace, au travers des « stratégies quotidiennes sous contraintes » des navetteurs-TGV domicile-travail à longue distance (p.19). Alors que cette forme de mobilité professionnelle peut créer des liens sociaux, elle peut aussi être à la source de l’affaiblisse­ment d’autres liens, de tensions conjugales et de troubles tels que la fatigue et le stress. Ces navetteurs opèrent cependant un calcul “coûts-avantages” qui les conforte dans la volonté d’être mobiles sans pour autant migrer. Enfin, C. Hanus ajoute à la dimension géographique une dimension temporelle dans l’analyse du « lien entre mobilité résidentielle et ancrage familial et territorial » (p.20). L’auteur nous dit que les membres d’une famille qui ont été géographiquement mobiles, les migrants, sont « évincés de l’arbre généalogique, au profit des sédentaires » (p.380). Il s’intéresse alors aux mobilités spatiales (résidentielles ou professionnelles), par la méthode des “généalogies sociales comparées”, combinant généalogie, biographie et monographie, pour restituer des configurations familiales complexes aux origines sociales et aux ancrages territoriaux diversifiés.

4 Articulées autour d’une critique des méthodes quantitatives et statistiques, la secon­de partie de l’ouvrage interroge les résultats, limites et potentialités des outils de gestion des territoires. Ces préoccupations sont mises en relief à partir de travaux de terrains variés, menés dans des contextes nationaux distincts. D’une part, à travers l’invi­sibilité de la multilocalité dans les statistiques et enquêtes classiques discutée dans la contribution de C. Bonvalet et C. Imbert, ainsi que dans celle de T. Sigaud. En effet, ces enquêtes ont tendance à fixer l’individu au territoire du domicile sans élargir son appartenance spatiale et familiale à un espace résidentiel élargi qui suppose d’inclure les mouvements passés et actuels entre deux résidences. La résidence principale n’est plus le « point unique de rattachement géographique des individus » (p.142) qui peuvent fréquenter plusieurs logements en même temps de façon habituelle et, dès lors, partager leurs activités et mobilités entre ces lieux. D’autre part, E. Ravalet, S. Vincent-Geslin et V. Kaufmann nous montrent la difficulté de saisir les pendularités à l’heure des déplacements de longue distance. Ce phénomène souffre d’un « manque de données pertinentes permettant de les quantifier et de les qualifier au mieux » (p.169). Comme l’ont fait C. Bonvalet et C. Imbert, les auteurs proposent de combiner les méthodologies quantitatives et qualitatives afin de comprendre « ce que veut dire pratiquer la longue distance au quotidien » (p.21). L’augmentation des vitesses moyennes a permis aux populations de parcourir des distances plus grandes avec des temps constants. Les auteurs soulignent cependant l’existence d’inégalités entre le pouvoir de faire les déplacements pendulaires, la volonté de les faire et enfin le fait de les faire. Celui qui a de plus grandes dispositions pour se déplacer (professionnelles, familiales ou résidentielles) ne le fera pas nécessairement plus, mais plus confortablement. Enfin, la faiblesse des enquêtes et des données existantes est également illustrée par les contributions d’I. Pigeron-Piroth et de B. Aubry sur la mesure et la compréhension des prati­ques de mobilité des travailleurs frontaliers qui reflètent à nouveau le partage des activités, des modes de vie et de l’organisation familiale entre deux lieux.

5 La troisième partie met l’accent sur l’effet de la “multirésidentialité” sur les arrangements familiaux, privés et, finalement, sur la production de la ville. À travers l’ana­lyse de “systèmes résidentiels”, A. Gotman montre comment les rapports entre générations influencent les migrations et l’attachement à une pluralité d’espaces. M. von Arx et C. Duchêne-Lacroix, quant à eux, s’interrogent sur le “faire famille” et le maintien des liens sociaux dans une situation de multilocalité transnationale, tandis que les tensions qui découlent des nouvelles formes de lien social entre résidents secondaires et locaux, aux représentations et pratiques différentes, sont questionnées dans l’article de S. Chevalier et de E. Lallemant ainsi que dans celui de M. Menzl.

  • 1  Comme le montrent par exemple les contributions rassemblées dans Authier J-Y., Bourdin A., Lefeuvr (...)
  • 2  Voir l’étude de l’organisation spatiale et la théorie des cercles concentriques d’Ernest Burgess d (...)

6 L’ensemble des contributions réunies dans cet ouvrage collectif, tout en abordant des thématiques classiques de la sociologie – mobilité, sédentarité, habitat, migration, etc.1 –, en renouvellent l’approche par une capacité d’hybridation méthodologique et théorique. Certains des auteurs positionnent le développement de ce nouveau program­me de recherche par rapport aux travaux de l’École de Chicago. Ils opposent au « sché­ma linéaire d’intégration par migrations et habitats successifs de l’École de Chicago »2 (p.286), la thèse du “système résidentiel” pour exprimer une logique d’ancrage et d’i­dentification territoriale, plus ou moins simultanée et durable, à une pluralité d’espa­ces. Le choix résidentiel est dès lors indissociable d’une réflexion articulant les dimensions logement-travail-famille. On regrettera qu’un positionnement commun n’ait pu émerger de cette entreprise, mais aussi le manque de cohésion dans le vocabulaire employé par des chercheurs provenant de contextes académiques et nationaux divers. L’interdisciplinarité de l’ouvrage et son ambition de comparaison internationale sont toutefois une richesse. De plus, il intéressera à la fois la sociologie du travail, de la famille ou de la ville et, plus largement, tous les chercheurs désireux de mieux saisir la complexité des formes prises par la mobilité résidentielle et l’impact que les inégalités sociales peuvent avoir sur elles.

Haut de page

Notes

1  Comme le montrent par exemple les contributions rassemblées dans Authier J-Y., Bourdin A., Lefeuvre M-P. (dir.), La jeune sociologie urbaine francophone. Retour sur la tradition et exploration de nouveaux champs, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 2014 (recensé par Lionel Francou : http://geocarrefour.revues.org/9347).

2  Voir l’étude de l’organisation spatiale et la théorie des cercles concentriques d’Ernest Burgess dans Joseph I., Grafmeyer Y., L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Flammarion, 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sarah Van Hollebeke, « Hamman P., Blanc M., Duchêne-Lacroix C., Freytag T., Kramer C., Les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-2 | 2015, 135-137.

Référence électronique

Sarah Van Hollebeke, « Hamman P., Blanc M., Duchêne-Lacroix C., Freytag T., Kramer C., Les mobilités résidentielles à l’aune de la multilocalité », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2 | 2015, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1560

Haut de page

Auteur

Sarah Van Hollebeke

Doctorante en sociologie, CRIDIS/UCL.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org