Navigation – Plan du site
À propos de livres

Jablonka Ivan, Le corps des autres

Paris, Seuil, 2015, 104p.
Oumaya Hidri Neys
p. 138-141
Référence(s) :

Jablonka Ivan, Le corps des autres, Paris, Seuil, 2015, 104p.

Texte intégral

  • 1  On aurait d’ailleurs aimé que l’auteur l’interroge, car si on imagine combien son «sentiment d’étr (...)
  • 2  Pour aller plus loin, voir Corbin A., Courtine J-J., Vigarello G., Histoire du corps, Paris, Seuil (...)

1Ivan Jablonka est un historien français dont les travaux portent, entre autres, sur les enfants en exil, les enfants de l’Assistance publique et les déportés. Ses publications retracent « une histoire du corps violenté et humilié, martyrisé ou détruit » (p.11). Il propose ici les résultats d’une enquête sur les esthéticiennes, celles qui s’occupent « du corps des autres, pour leur bien-être et leur agrément » (p.9). La distance à l’objet d’é­tude1 est donc grande, Ivan Jablonka n’a jamais été client d’un institut de beauté. L’ex­périence d’un hammam turc et celle d’un institut de beauté pour hommes qu’il décrit, relèvent de l’anecdote. Il déclare d’emblée s’adonner plus volontiers à des pratiques hygiéniques qu’esthétiques. Ses prénotions pourrait-on dire, reposent donc uniquement sur les récits que sa femme accepte de faire, de retour de l’institut. Alors pourquoi a-t-il basculé du “côté obscur”, celui de la frivolité, jusqu’à publier cet ouvrage sur les « fabriques de la beauté » (p.8) et celles qui y travaillent ? Il faut attendre les derniers paragraphes de l’ouvrage pour le comprendre. Paragraphes dans lesquels il explique comment, en travaillant sur la Seconde Guerre mondiale, il avait été interpellé par l’interdiction faite aux femmes juives de s’adonner à des pratiques esthétiques et par leur plaisir éprouvé, retrouvé des années plus tard, à se maquiller les lèvres, alors que d’autres ressources a priori plus “nécessaires” manquaient. L’occasion pour l’auteur de préciser que « l’esthétique est un humanisme » (p.94), « un droit de la personne » (p.93). Sa proximité avec Alain Corbin et Georges Vigarello l’a certainement rendu plus sensible à cette histoire du corps et de la beauté2.

2Cet ouvrage propose une étonnante incursion dans une micro-géographie de la séparation des sexes. Du côté des esthéticiennes, le taux de féminisation oscille entre 90 % et 98 %, et les soins aux clientes représentent 94 % du chiffre d’affaires. Rien d’étonnant donc à ce que Jablonka définisse ces instituts de beauté comme un « salon pour dames, lieu d’échange et d’apprentissage […] que l’on apprécie pour sa décoration, son atmosphère ou son entre-soi » (p.8). Et très vite, on plonge dans cet univers particulier. On découvre ce qui se joue en “cabine”, ce qui s’y trame pourrait-on dire, tant la plume d’Ivan Jablonka vient lever le mystère qui entoure cet espace exigu, au sein duquel les clientes se mettent nues et très souvent, à nu. Ce qui se passe en cabine reste habituellement en cabine, il ne s’agit jamais d’un évènement autorisant un public. Il fallait recueillir le discours des esthéticiennes pour décrire ce huis-clos durant lequel les clientes abandonnent leur corps aux mains des esthéticiennes. Ivan Jablonka s’ap­puie sur des entretiens de longue durée (plusieurs heures) avec douze esthéticiennes.

  • 3  Falzon P., Lapeyrière S., “L’usager et l’opérateur : ergonomie et relations de service”, Le Travai (...)
  • 4  Leduc S., L’accueil dans les bureaux de poste. Approche dynamique des compétences et de l’organi­s (...)
  • 5  Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.
  • 6  Duflos-Priot M-T., Étude sociologique de l'apparence individuelle. Thèse de doctorat d’État en Sci (...)

3 Le premier intérêt de l’ouvrage est d’avoir analysé les situations de travail des esthéticiennes, qui peuvent être qualifiées de relations de service3 puisqu’elles mettent en jeu trois dimensions en interaction4 dans toute leur complexité. Cognitives et techniques, d’abord. Ivan Jablonka montre combien les esthéticiennes effectuent des savoir-faire complexes qui reposent sur des connaissances dermatologiques (la composition des produits, les risques d’allergie, les muscles faciaux, le fonctionnement des glandes sébacées, etc.). Épilation, soin du visage et du corps, modelage, onglerie, maquillage et autres spécialités, autant d’actes qui font de l’esthéticienne « une manuelle » (p.9). Sociale ensuite, puisque les situations plaçant l’esthéticienne en contact direct avec les client(e)s comportent des échanges de civilités et des transactions affectives5. La vente de produits de beauté et de soin est en effet « l’une des clés de l’économie de l’institut » (p.17). Mais l’activité professionnelle de l’esthéticienne va bien au-delà… Ivan Jablonka analyse finement toute la « dimension psychologique du métier » (p.25), décrivant l’esthéticienne comme « une professionnelle du corps qui crée du lien social » (p.32). Et si l’auteur consacre un court chapitre à la socio-esthétique, qui consiste à prodiguer des soins esthétiques à des populations physiquement ou socialement vulnérables (personnes âgées, sans-abri, chercheurs d’emploi, détenus, etc.), il montre aussi combien « la socio-esthétique révèle une dimension latente dans les métiers de l’esthé­tique » (p.82) en général : s’occuper des autres. L’esthéticienne n’est alors plus seulement un « personnel des services directs aux particuliers » (classification INSEE) ; en produisant bien-être physique et satisfaction, elle relève du care puisque « la prestation physico-corporelle est inséparable du contact, de la capacité d’écoute, de l’échange hu­main » (p.25). Physique enfin. L’esthéticienne est en effet placée dans une succession ininterrompue de situations donnant lieu à la formation de normes d’apparence à fondements symbolique et fonctionnel6. La tenue de travail, mais aussi le respect de certaines règles hygiéniques et esthétiques, « toujours nickel, maquillée, bien coiffée, épilée des sourcils, les ongles propres et courts » (p.15), en attestent. L’esthéticienne exerce également un métier “physique”, il s’agit d’enchainer sans pause ou si peu, des taches (modeler, palper-rouler, épiler, etc.) qui mettent à mal les articulations et les muscles, faisant dire à Ivan Jablonka que « l’esthéticienne dépense son corps au bénéfice de celui de la cliente » (p.22). Surtout, l’esthéticienne travaille « dans le domaine de la corporéité, voire de la génitalité » (p.39). Et l’auteur montre combien le travail des corps et l’apprentissage de la nudité des client(e)s ne relèvent pas de l’évidence, même si les esthéticiennes interrogées se déclarent a priori habituées ou/donc indifférentes au travail sur le « sexe des autres » (p.42).

  • 7  Pour aller plus loin, voir Corbin A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social : (...)
  • 8  Alonzo P., “Les rapports au travail et à l’emploi des caissières de la grande distribution. Des pe (...)
  • 9  Dejours C., Le travail, usure mentale, Paris, Bayard, 1993 [1980].
  • 10  Renault E., L’invisibilisation du travail et ses échos philosophiques, Conférence au Colloque “Le (...)
  • 11  Masson S., “Travail en débat, travailleuses invisibles. Quelques enjeux sexués autour de la redéfi (...)

4Le second intérêt de l’ouvrage est d’avoir autant interrogé l’institut de beauté comme « un lieu d’affirmation de la dignité humaine » (p.93) que comme « un lieu d’a­gression symbolique » (p.51). Les esthéticiennes interrogées sont choquées du manque d’hygiène de nombreuses clientes : les odeurs, la saleté, l’excrémentiel7, etc. Autant de comportements qu’elles considèrent comme une forme de mépris social, persuadées du fait que ces mêmes clientes ne se présenteraient pas ainsi chez le dentiste, le médecin ou encore le gynécologue. Elles se sentent agressées lorsque certains clients font « une demande d’ordre sexuel » qui, assortie d’un regard ou d’une tentative de caresse, « transforme l’esthéticienne en prostituée » (p.53). Ces réductions discursives et physi­ques de l’esthéticienne témoignent bien « de la subordination sociale et sexuelle qui caractérise la position de ces employées8 ». Ivan Jablonka décrit alors les stratégies individuelles, que l’on pourrait qualifier de défensives9, que ces femmes mettent en œuvre pour parer à ces situations : sélection ou refus de la clientèle masculine, refus de prodiguer certains soins, choix dans le vocabulaire et l’attitude adoptés, techniques différentes, etc. Les esthéticiennes interrogées présentent enfin un rapport “honteux” à leur activité professionnelle. Alors que « celle qui rend belle » (p.7) maîtrise un nombre important d’opérations complexes, « la fabrique de la beauté doit rester secrète » (p.8), rendant invisibles les efforts fournis pour parvenir au résultat. Alors que l’esthéti­cienne court après le temps, « la cliente est là pour prendre son temps » (p.21), rendant invisibles la fatigue, le surmenage, la souffrance parfois. Alors que leur activité va bien « au-delà du soin » (p.28), le « savoir-donner » (p.38) venant se cumuler aux savoirs et savoir-faire nécessaires, les esthéticiennes ne peuvent se prévaloir du prestige qu’elles associent à d’autres, comme l’infirmière ou encore l’assistante sociale. En dé­finitive, les esthéticiennes sont soumises à deux formes d’invisibilisation : la spectacularisation10 de leurs compétences cognitives et/ou techniques et la spectacularisation de leurs compétences sociales. C’est parce que leur métier parait facile qu’elles insistent sur sa grande technicité. C’est parce que leur profession est réduite à sa fonction technique qu’elles convoquent « l’utilité sociale » (p.92) de l’esthétique. En valorisant la dimension cognitive/technique de la relation de service, elles basculent du côté des “manuelles”. En valorisant la dimension sociale, elles participent à la naturalisation de leurs compétences, qui renvoyées à des “dons naturels” typiquement féminins, invisibilisent les efforts nécessaires à l’exécution des tâches11. Il est plus exact de parler d’un sentiment de « honte doublée du refus de la honte » (p.36) car les esthéticiennes présentent malgré tout un rapport positif au travail.

5Au terme de l’ouvrage, un sentiment de trop peu se fait sentir. Celui-ci est lié au format du livre, car il faut savoir que la collection “Raconter la vie” impose un nombre maximum de 96 pages. Le lecteur regrettera aussi l’absence d’un encart méthodologi­que qui aurait permis de préciser la constitution de l’échantillon et le mode d’accès au terrain, de présenter l’outil de recueil de données, etc. Le site internet www.raconter­lavie.fr/collection12 aurait d’ailleurs pu tout à fait accueillir ces éléments. Mais le propos est convaincant, appuyé sur de nombreux portraits et de passionnants extraits d’entretiens. On ne peut qu’être séduit-e par la mise en mot de leur interprétation. Ivan Jablonka a sans doute choisi d’« écrire pleinement »13. Cet ouvrage est à la fois un voy­age en terre inconnue et une prometteuse mise en bouche. Il ouvre en effet de nombreuses perspectives. Quid des représentations anticipatrices de la profession envisagée ? Quid de la formation ? Quid des premiers pas dans le métier ? Il donne envie d’aller plus loin. Dans la veine du travail de Michel Messu14, on pressent tout l’intérêt qu’il y a à mener des observations et des entretiens ethnographiques dans ces instituts de beauté. Et comme à la différence du salon de coiffure, l’institut de beauté est « un cocon » (p.64) qui ne se laisse pas facilement observer (absence de fenêtres, de miroirs, intimité des soins réalisés en cabine, etc.), nul doute qu’être une femme ne sera pas inutile pour pénétrer ce « gynécée » (p.26).

Haut de page

Notes

1  On aurait d’ailleurs aimé que l’auteur l’interroge, car si on imagine combien son «sentiment d’étran­geté provient de [s]on inexpérience mais aussi à l’évidence, de [s]on sexe» (p.11), on ne dispose d’au­cun élément pour comprendre en quoi «être un homme n’est pas inutile pour comprendre un univers de femmes» (p.11).

2  Pour aller plus loin, voir Corbin A., Courtine J-J., Vigarello G., Histoire du corps, Paris, Seuil, 2006, [3t.] ou encore Vigarello G., Histoire de la beauté. Le corps et l'art d'embellir de la Renaissance à nos jours, Paris, Seuil, 2004.

3  Falzon P., Lapeyrière S., “L’usager et l’opérateur : ergonomie et relations de service”, Le Travail Humain, 61, 1998, pp.69-90.

4  Leduc S., L’accueil dans les bureaux de poste. Approche dynamique des compétences et de l’organi­sation du travail dans les relations de service, Thèse de doctorat en sociologie, Université de Picardie, Amiens, 2003.

5  Goffman E., La mise en scène de la vie quotidienne, Paris, Minuit, 1973.

6  Duflos-Priot M-T., Étude sociologique de l'apparence individuelle. Thèse de doctorat d’État en Sciences humaines, Université de Paris X-Nanterre, 1979.

7  Pour aller plus loin, voir Corbin A., Le miasme et la jonquille. L’odorat et l’imaginaire social : XVIIIè-XIXè siècles, Paris, Flammarion, 1982, ou encore Vigarello G., Le propre et le sale : l’hygiène du corps depuis le Moyen Âge, Paris, Seuil, 1985.

8  Alonzo P., “Les rapports au travail et à l’emploi des caissières de la grande distribution. Des petites stratégies pour une grande vertu”, Travail et emploi, 76, 1998, pp.37-51.

9  Dejours C., Le travail, usure mentale, Paris, Bayard, 1993 [1980].

10  Renault E., L’invisibilisation du travail et ses échos philosophiques, Conférence au Colloque “Le travail ou l’expérience de la nécessité”, Université de Nantes, les 9 et 10 octobre, 2009.

11  Masson S., “Travail en débat, travailleuses invisibles. Quelques enjeux sexués autour de la redéfinition du ‘travail’ ”, Cahiers du genre, 26, 1999, pp.13-32.

12  Justement présenté à la fin de l’ouvrage comme permettant d’«aller plus loin (vidéos, photos, documents et entretiens) et discuter le livre».

13  http://www.lemonde.fr/livres/article/2014/10/02/paul-veyne-et-ivan-jablonka-l-histoire-peut-s-ecrire-pleinement499430260.html. On peut supposer que ce récit vivant, d’un abord simple et passant sous silence le cadrage méthodologique de l’étude, est une forme d’application des règles programmati­ques proposées dans Jablonka I., L’histoire est une littérature contemporaine. Manifeste pour les sciences sociales, Paris, Seuil, 2014.

14  Messu M., Un ethnologue chez le coiffeur, Paris, Fayard, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Oumaya Hidri Neys, « Jablonka Ivan, Le corps des autres », Recherches sociologiques et anthropologiques, 46-2 | 2015, 138-141.

Référence électronique

Oumaya Hidri Neys, « Jablonka Ivan, Le corps des autres », Recherches sociologiques et anthropologiques [En ligne], 46-2 | 2015, mis en ligne le 21 avril 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://rsa.revues.org/1567

Haut de page

Auteur

Oumaya Hidri Neys

Université de Lille, Atelier SHERPAS, URePSSS (EA 7369).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la revue Recherches sociologiques et anthropologiques sont disponibles selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ – Directory of Open Access Journals
  • Logo Recherches sociologiques et anthropologiques
  • Logo Fondation universitaire
  • Logo Fonds de la Recherche Scientifique
  • Revues.org